Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques http://www.balibulle.com Modasse et fière de l'être, militante de la futilité, pasionaria de la frivolité, croisée de l'éphémère Sat, 19 Apr 2014 10:44:38 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.9 Détox d’icônes http://www.balibulle.com/post/2014/04/19/detox-dicones/ http://www.balibulle.com/post/2014/04/19/detox-dicones/#comments Fri, 18 Apr 2014 22:55:42 +0000 http://www.balibulle.com/?p=51093 alexa_chung_dress_loafers

Détox d’icônes ? Le titre d’un excellent billet de Jeanne-Aurore Coleuille, co-auteur avec Laure Gontier du blog L’armoire essentielle et du livre « Ma to-do list dressing ».

Après des décennies de collecte d’images, elle a décidé de renoncer à tout ce patrimoine patiemment et passionnément constitué. Adieu photos de Jackie O, Sofia Coppola, Audrey Hepburn, Carolyn Bessette Kennedy ou Gwyneth Paltrow période 90’s. « A ce jeu, on oublie de se regarder soi », écrit Jeanne-Aurore.

Son billet date de l’an dernier, je suis tombée dessus récemment. C’était la première fois que je voyais remis en cause ce recours à l’icône qui nous semble si naturel à l’heure des blogs d’inspiration, de Tumblr, de Pinterest.

Ça me frappe d’autant plus maintenant, alors que je me montre de moins en moins sur ce blog et que du coup, l’image des autres y monte nécessairement en puissance. Même pour illustrer ce billet, j’ai longuement réfléchi. Qui devais-je mettre ? Une icône, est-ce que j’en ai vraiment ?

J’ai bel et bien une catégorie nommée « Icons » sur le blog. J’y ai vanté le style de filles et femmes aussi différentes qu’Alexa Chung, Olivia Palermo, Sincerely JulesMichelle Obama, Marina FoïsAïssa Maïga, Clémence Poesy, Maggie Gyllenhaal, Inna Modja ou Nine d’Urso.

Pourtant je ne les considère pas comme « mes » icônes vestimentaires. Ce qui vaut sur elles ne vaut pas pour moi, j’en ai toujours eu conscience de manière très aiguë. Tout au plus puis-je parfois emprunter un ou deux détails oui, un état d’esprit, une idée, et encore…

Prenons le look de Robin Wright dans « House of cards », dont je vous ai déjà amplement rebattu les oreilles.

claire_underwood_season_2

La saison 2 m’a rendue, si c’était possible, encore plus dingue vestimentairement parlant que la saison 1. J’étais subjuguée par chacune de ses apparitions. Et pourtant l’idée-même de son look n’est pas transposable. Je ne serai jamais cette femme-là, ni de près ni de loin.

Alors Dieu merci, on sait aussi apprécier autre chose que ce qui nous va. On voit aussi la beauté et l’allure chez les autres, sans les ramener égoïstement à soi. À ce qu’on « vaudrait » dans le même moule (généralement, la réponse ne fait pas plaisir).

Il faut simplement adopter la bonne distance avec ces images. Pour ne pas se mettre tout(e) seule en situation d’échec.

Il est d’usage de dire que quand on envie quelque chose sur quelqu’un on se trompe de cible. Parce que ce qu’on convoite/admire ce ne sont pas ses vêtements, mais son charisme. Ce mot est si noble qu’il file des complexes, je ne sais pas si on peut tous espérer avoir du charisme.

malgosia_bela_trench_loafers

En revanche, on peut tous avoir de la justesse. Ca ne veut pas dire originalité, singularité, simplicité ou créativité. C’est plus intime, presque viscéral. C’est un état où le soin de soi et le bien-être font bon ménage (je précise parce que souvent on confond bien-être avec laisser-aller, et soin de soi avec artificialité ou inconfort). Ca me paraît être ça, le vrai bon guide, la justesse.

Les vêtements et les accessoires procurant cette sensation-là sont, pour chacun d’entre nous, peu nombreux, il faut savoir identifier les siens. Et quelle jubilation, le jour où vous les rencontrez…

Bon week-end !

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/04/19/detox-dicones/feed/ 31
La grossesse des unes fait le bonheur des autres http://www.balibulle.com/post/2014/04/07/la-grossesse-des-unes-fait-le-bonheur-des-autres/ http://www.balibulle.com/post/2014/04/07/la-grossesse-des-unes-fait-le-bonheur-des-autres/#comments Mon, 07 Apr 2014 18:04:25 +0000 http://www.balibulle.com/?p=51078 robe_claudie_pierlot

Quand Lise a annoncé qu’elle ne porterait plus sa robe Claudie Pierlot 60′s, j’ai eu un petit pincement au cœur.

Parce que j’avais tellement adoré la voir dedans pendant sa grossesse.
Parce que le vêtement se charge d’affect, qu’il attrape un peu, par contagion, de la tendresse qu’on a pour son propriétaire.

Ce qu’on ne savait pas encore toutes les deux, c’est que la robe devenue trop grande pour elle serait parfaite pour moi. Moi qui ai toujours des copines beaucoup plus menues que moi, héhé, maintenant j’ai pigé le truc : je chope leurs fringues de grossesse !

Même pas besoin d’attendre le plein été pour l’étrenner, puisqu’elle a la longueur et la coupe parfaite pour cohabiter avec un blazer long, des collants et des boots. D’ailleurs il faut que je la mesure en bonne et due forme, parce que je la soupçonne d’avoir cette longueur que je pense ne pas être toute seule à rechercher, j’ai nommé : la longueur-parfaite-pour-être-portée-jambes-nues-l-été-au-boulot-sans-perdre-sa-dignité.

Si tel est le cas, elle deviendra immédiatement ma robe-étalon et un précieux indicateur pour tout futur achat online.

robe_claudie_pierlot_ete_2013

douze_aout_fiancee_facteur

robe_claudie_pierlot_coiffure_andrea_soldano.jpg

Egalement au menu aujourd’hui (que de scoops) : des nouvelles de ma tignasse.
J’ai pris la photo ci-dessus une semaine après les précédentes (et avec un maquillage différent) (détail dont on se fout, je sais) et donc = ça pousse.

Surtout ma frèche. Oui ma frèche, ce qui est à l’origine une mèche courte mais qui se termine en frange parfois (c’est mon épi qui décide). Du coup, chaque matin c’est le suspense = « t’as fait un truc à tes cheveux ? » « ah ben t’as une frange ? » « ah ben nan », « ah si ».

Faites comme moi, adoptez une frèche et vous serez une femme multiple et surprenante (parfois, l’Homme sursaute dans le lit).

Blazer / ZARA (printemps-été 2013), déjà vu ici
Robe / CLAUDIE PIERLOT (printemps-été 2013)
Sautoir / LA FIANCÉE DU FACTEUR
Collants / « Velvet de luxe 66 » WOLFORD
Rangers / « Grace » Dr. MARTENS, déjà vues ici
Baume à lèvres (première photo) / Eclat minute embellisseur lèvres « Reflet Beige » CLARINS
Baume à lèvres teinté (dernière photo) / Chubby Stick Intense « Chunkiest Chili » CLINIQUE
Ombre à paupières métallique / « Cognac » BOBBI BROWN
Coupe et couleur / Yes by ANDREA SOLDANO

 

PS : Oyez, oyez, Vendéens et Vendéennes, je serai en dédicace au Printemps du Livre de Montaigu ce week-end !

Liens simples en anthracite, liens affiliés en bordeaux

 

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/04/07/la-grossesse-des-unes-fait-le-bonheur-des-autres/feed/ 72
The black boots theory http://www.balibulle.com/post/2014/03/28/the-black-boots-theory/ http://www.balibulle.com/post/2014/03/28/the-black-boots-theory/#comments Fri, 28 Mar 2014 12:50:04 +0000 http://www.balibulle.com/?p=51055 black_boots_collection

Ah on en tartine sur la petite robe noire, moi la première. Mais les boots noires alors ?

Voici ma collection exhaustive,  avec laquelle je peux vivre en autarcie de septembre à avril :

- 1 paire de cuissardes LA REDOUTE (visibles ici)
- 1 paire de compensées sous le genou CHOIES (visibles ici ou )
- 1 paire de MOONBOOTS vinyle (visibles ici)
- 1 paire de DOC MARTENS vernies (visibles ici)
- 1 paire de UGG (visibles ici)
- 1 paire de biker boots mi-hautes ZARA (visibles ici, ou )
- 1 paire de biker boots hautes FIORENTINI + BAKER (visibles ici ou )

À part les Moonboots évidemment, elles ont toutes un cost-per-wear de folie et je suis contente de ma petite collection parce que je crois que rien n’y manque. Il n’y a rien dans ma garde-robe d’automne-hiver-printemps que je ne puisse porter avec une de ces paires de chaussures.
Même pas les flare. Bon je n’ai jamais essayé, mais vu leur longueur ils seraient parfaits avec le petit talon des Fiorentini + Baker.

Moi j’ai une théorie sur les bottes/boots noires, c’est qu’aussi universelles soient-elles, ce sont les chaussures qui racontent le plus qui on est.
Qui on est au quotidien, au long cours, contrairement à LA paire de talons bigarrés et vertigineux qu’on a toutes dans notre placard.

Les bottes/boots noires c’est la paire qu’on achète parce qu’on les porte vraiment, et pour autant je suis sûre que votre collection à vous, comme celle de Mathilde, ne ressemble pas à la mienne, où le mot « écrase-merde » cher à mes parents est aaaamplement représenté.
Du gros panard qui se pose là, le plus souvent à plat, et qui tout en se fondant dans le décor (c’est quand même le but des boots/bottes noires) persiste à dire sa présence à la face du monde, à la face du look : « POUSSEZ-VOUS J’ARRIVE » et autres « J’AI PAS LE TEMPS », moi c’est ce que ça me raconte sur moi.

Mes boots noires disent mon rythme de vie, par rapport à la (relative) torpeur estivale où je m’accorde plus de fantaisie haut perchée… que je porte une fois par an à tout casser, hein… Le test des deux portants pour les beaux jours promet d’être folklo !

Edit dimanche à 22h54 : petit réassort ce week-end sur mon vide-dressing, avec un grand tri bijoux et la veste army parfaite (en taille L) !


Liens simples en anthracite, liens affiliés en bordeaux

 

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/03/28/the-black-boots-theory/feed/ 34
331 jours sans rien acheter chez Zara http://www.balibulle.com/post/2014/03/13/331-jours-sans-rien-acheter-chez-zara/ http://www.balibulle.com/post/2014/03/13/331-jours-sans-rien-acheter-chez-zara/#comments Thu, 13 Mar 2014 21:19:03 +0000 http://www.balibulle.com/?p=50949 zara_logo

C’est arrivé sans prévenir. Je suis encore étonnée du nombre.

On prend beaucoup de résolutions quand on décide d’optimiser sa garde-robe. En ce qui me concerne, déserter les caisses de Zara n’en faisait pourtant pas partie.

Je n’ai pas décidé d’éviter leurs boutiques, non.
Je continue d’y aller, voir ce qui se fait, essayer des trucs… mais je repars les mains vides.

C’est en compulsant mon très officiel « carnet de shopping », où je note mes dépenses depuis un an et demi, que j’ai dû remonter jusqu’au 16 avril 2013 pour retrouver un achat Zara. Cette ex-robe, devenue un de mes basiques depuis que je l’ai faite raccourcir en tunique. Et cette salopette, que j’ai mise deux fois (dont une pour les photos). 

Et depuis… eh bien depuis, rien.
Pourtant j’ai encore fait une incursion il y a deux semaines. Essayé une blouse, des sandales. Reposées.

Pour beaucoup de filles comme moi (même profil, même budget), vivre sans Zara n’a rien d’héroïque. Question d’exigence, en matière de finitions, de mode de fabrication ou tout bêtement de stylisme.

Je ne peux pas dire que j’aie adopté ce credo-là aujourd’hui.
Oui, j’essaie de monter en gamme sur des grosses pièces, type manteaux ou certains sacs. Mais je suis toujours joyeuse de m’acheter une robe ou des nu-pieds à 30 euros. Je n’ai pas déclaré la guerre au polyester ou au simili-cuir. J’essaie de trouver mon indispensable là où il est, et tel qu’il est, tant qu’il parle à mon inconscient vestimentaire.

D’ailleurs vous savez, ce petit moment où vous avez un truc en main et la « flemme » de passer à la caisse ? Ne l’ignorez jamais. C’est votre inconscient qui vous alerte, en message codé. Parfois on l’entend en rayon, parfois on l’entend en cabine, parfois on l’entend au moment de payer, parfois on l’entend en rentrant chez soi, parfois on l’entend trois mois plus tard, quand l’achat est toujours là dans la penderie, avec son étiquette.
Il faut du temps pour laisser sortir la petite voix, celle qui vous dit que oui, c’est pas mal, c’est peut-être même utile, mais est-ce vraiment indispensable ?

On n’est jamais à l’abri d’un excès d’enthousiasme, c’est ce qui fait tout le suspense et le côté ludique de la mode. Car qui n’achète réellement que des certitudes ? En fait voilà. C’est ça qui a changé. On court après les certitudes et moi, avant, j’étais facile à convaincre. Surtout chez Zara.

Et cette abstinence actuelle, elle a pu exister justement parce qu’elle n’était pas planifiée. J’ai juste lâché prise. La qualité des collections joue, évidemment. Mais je sens tout de même à quel point je m’écoute, plus que je ne le faisais avant.
Est-ce vraiment indispensable ?
Au fond de soi, on sait.

Bien sûr c’est en décidant de vous écrire tout ça que je sens venir, gros comme une maison, que dans une semaine ou deux, je vais me dénicher un truc dément chez Zara.
On dira que c’est tout le charme du lâcher-prise, ça marche dans les deux sens.

________________________


Il est revenu le temps de la dédicace, ce sera ce samedi, une fois encore à Cultura, mais cette fois à celui de Creil, terre natale de mon camarade Stéphane Rose, et son salutaire « Comment survivre à une énorme gueule de bois ». On causera biture et chiffons à qui voudra bien nous adresser la parole, entre 13h30 et 16h30. It’s gonna be legendary.

 

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/03/13/331-jours-sans-rien-acheter-chez-zara/feed/ 76
9 détails à retenir de la Fashion Week (Paris) http://www.balibulle.com/post/2014/03/09/9-details-a-retenir-de-la-fashion-week-paris/ http://www.balibulle.com/post/2014/03/09/9-details-a-retenir-de-la-fashion-week-paris/#comments Sun, 09 Mar 2014 13:33:34 +0000 http://www.balibulle.com/?p=50996 tendances_fashion_week_paris_automne_hiver_2014_2015.jpg

Suite et fin de notre grand gloubiboulga fashion avec du garanti 100% portable et 100% potable aussi (bon ça, c’est vous qui verrez).

1/ la CEINTURE ROUGE

givenchy_FW1415

Je vous avais dit qu’il me fallait une ceinture kaki. Bon. Ben il me faut une ceinture rouge, aussi.

2/ l’ENSEMBLE MANTEAU-PANTALON

haider_ackermann_FW1415

Allô ? Oui, je vous appelle de la planète « je suis blindée de thunes, j’ai un manteau raccord avec chacun de mes futes. » Voilà, dépassé le tailleur ou l’ensemble top/jupe, l’avenir c’est ça. Blague à part, la grande classe, non ? De toute façon Haider Ackermann est incapable de vulgarité.

3/ les PILOTES INVISIBLES

akris_lunettes_pilote

Si on m’avait dit qu’un jour je vous dirai du bien d’une paire de lunettes à monture invisible… Mais rien ne résiste aux pilotes, rien. Justement, le look dans lequel je me préfère avec les miennes (que je porte pour lire, travailler sur écran et conduire, bref, un peu tout le temps) c’est celui-ci = cheveux relevés + silhouette graphique. Un de ces quatre, je vous ferai une photo.

4/ le PETIT MANTEAU + ROBE COURTE + BOTTES HAUTES

saint_laurent_paul_joe_manteau_bottes

Parce que oui, parfois, c’est bien de rabâcher les fondamentaux. Après l’équation « maxi col roulé + mini + boots« , place à sa cousine « petit manteau + robe + bottes hautes ». Plantade impossible.

5/ l’ÉCLAIR de GÉNIE

neil_barrett_FW1415

Tiens, revoilà Binx Walton. L’imprimé éclair, sur le papier, ne m’affole pas. Et pourtant, épuré par Neil Barrett, sur des lignes un peu sharp, je dis quoi ? Je dis, J’ACHÈTE.

6/ FOULARD FEVER 

leonard_yiqing_yin

À tous points de vue. L’imprimé foulard en soi(e) (haha) (pardon), le raffinement de ses motifs, mais aussi sa fluidité, la grâce de son tombé (ou plutôt de son envolée), sa déclinaison en leggings… Yiqing Yin qui arrive aux commandes chez Léonard, c’était très très beau.

7/ le FOND de ROBE ORANGE

zadig_voltaire_AH1415

Typiquement le genre de détail devant lequel je m’extasie en permanence et que je ne pense JAMAIS à reproduire. Voilà d’ailleurs une idée marketing = lancer des fonds de robe en soie ou whatever, de toutes les couleurs, forme ras du cou et manches longues, pour faire des superpositions.

8/ le CUIR 70′s

givenchy_vuitton_cuir

S’il y en a encore dans le placard de vos mères, franchement, foncez. Ça ne meurt jamais et en plus, vous n’aurez jamais l’impression d’en être tabassé(e) à longueur de podiums ou de lookbooks. Contrairement, par exemple, aux bombardiers, qui passent leur temps à redevenir tendance, et donc à alterner périodes de jachère et d’overdose. Pour peu qu’on aime, le cuir 70′s, c’est plus peace.

9/ l’ALLURE MONACALE + BOTTES FOLLES

valentino_boots

Vous vous étiez déjà demandé avec quoi porter des bottes un peu dingo ? Voilà la réponse.

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/03/09/9-details-a-retenir-de-la-fashion-week-paris/feed/ 28
Smoking / no smoking http://www.balibulle.com/post/2014/03/03/smoking-no-smoking/ http://www.balibulle.com/post/2014/03/03/smoking-no-smoking/#comments Mon, 03 Mar 2014 19:33:37 +0000 http://www.balibulle.com/?p=50971 oscars_2014_jared_leto

Alors, cravate ou noeud pap ?
Costume ou smoking ?
Avec ou sans pochette ?
Blanc ou noir ?
Bordeaux ou bleu ?
A y regarder de plus près, oui, les messieurs s’amusent sur le tapis rouge des Oscars, exercice encore plus codifié pour eux que pour ces dames.

oscars_2014_smokings

Bien sûr le gang du smoking ne désarme pas, et ça se joue à un revers de col, un noir plus ou moins bleuté. Même si le smoking tradi au sens propre (col châle, ceinture satinée) n’a plus court, et qu’on se rapproche davantage du costume amélioré aujourd’hui, non ? Petite préférence pour la dégaine quasi rock d’Ethan Hawke et le tombé impec sur Brad Pitt.

Ensuite ? Il y a deux écoles :

oscars_2014_red_carpet_kevin_spacey_jared_leto_joshua_jackson

1) Le smoking wild
Ça heurte encore un peu l’œil, hein ? Mais tant mieux, ça change ! Et puis le blanc a porté bonheur à Jared Leto et Matthew Mc Conaughey, tous deux repartis avec une statuette Ô combien méritée pour « Dallas Buyers Club » (même si, on est d’accord, Leonardo di Caprio et Michael Fassbender ne les auraient pas volées non plus).

oscars_2014_benedict_cumberbatch_jeremy_renner_john_stamos_zac_efron

2) La différenciation douce.
Et dans ce cas, Benedict Cumberbatch is THE MASTER. Nan mais ce costume 3 pièces… Perfection. Noeud pap blanc ? Pas mal. Noir total, on oublie. Et pantalon trop court = carton rouge, Zac.

Reste la clef de voûte. Le noyau atomique. Vous avez vu ? Dingue, hein. Le TOTALITARISME DU DERBY VERNIS NOIR.

S’il y a des messieurs dans la salle, je veux bien une explication. Je ne milite pas spécialement pour la santiag de soirée, hein, mais je me demandais juste : qui a décidé que côté chaussures, c’était derby vernis noir ou rien ? #costperwear

 

Photos : Just Jared

 

]]>
http://www.balibulle.com/post/2014/03/03/smoking-no-smoking/feed/ 46