ModeFashion libido

24 janvier 2007

Mon moi idéal

Elle me tue cette photo (parue dans le ELLE de cette semaine). Le stylisme est signé d’une de mes rédactrices de mode préférées, Elissa Castelbou, et il me tue parce qu’il représente tout ce que j’adore :
– La poésie (cape de petit chaperon fashion, collier à gros anneaux et pompon*)
– La décontraction (chaussures plates, pull et jupe sobres, sac souple **)
– La créativité (derbies lamées, collier insolite)
Et pourtant, je sens bien que je n’achèterai pas de derbies dorées. Ni de collier bizarre à gros anneaux et pompons. Bref, que je ne ferai jamais le nécessaire pour ressembler à la fille de la photo.
Pourtant personne ne me jetterait de pierres au boulot si je portais des derbies dorées ou un collier avec de la fourrure. On se foutrait juste de ma gueule gentiment et ça ne me changera pas par rapport à d’habitude. Dieu merci je suis prise au sérieux dans mon taf, malgré mes fantaisies vestimentaires… C’est d’ailleurs un avantage (on n’hésite pas à me confier des trucs un peu borderline à faire…)
Alors pourquoi est-ce que je n’essaierais pas de ressembler à la fille de la photo ? Parfois on se met des barrières sans trop de raisons. J’ai déjà l’impression d’avoir évolué pas mal ces derniers mois, de moins m’interdire de choses. D’avoir compris qu’une tenue, c’est jamais qu’une tenue. Ca ne fait de mal à personne donc il n’y a pas de raison de brider son inspiration pour ménager les gens autour de soi.
Il y a un mois, j’avais fait plusieurs posts pour raconter, en sept chapitres, « comment j’ai trouvé mon style ». Parvenue au dernier chapitre (« 25-26 ans, la maturité »), j’ai cru que j’étais arrivée au bout de ma quête stylistique. Que je m’étais trouvée. Je me suis trompée. Je serai arrivée au bout quand, face à un look qui me plaît et est objectivement mettable, je ne me mettrai plus de barrières.

* signé Jérôme Dreyfuss en plus !
** Jérôme Dreyfuss again !

ajouter un commentaire