ModeFashion libido

22 février 2007

The Modass’ Dictionary

Dear readers,

Parce que la mode n’a pas de frontières.

Parce qu’une modasse passe son temps à rêver de Londres ou de New York. (Ou de Glasgow)

Parce qu’il lui est impossible de prendre l’avion sans faire une razzia, à l’aéroport, dans les magazines de mode UK ou US.

Parce qu’il faut bien avoir quelques rudiments pour le jour où l’on se retrouvera à parler chiffons avec Kate ou Kirsten.

Voici la section anglophone de notre déjà mythique dictionnaire de la modasse : the modass’ dictionary !

Armée d’une petite liste de termes techniques relevés dans la presse étrangère, je me suis adressée à notre Haute Consultante en Civilisation Anglo-Saxonne, le Professeur Mathilde M. 

Voici ses premiers éclairages, pour qu’aucun magazine – même en VO – ne résiste plus à votre fashion entendement.

AWOL (1) : « Acronyme de Absent WithOut Leave, disparu de la circulation. »

Exemple dans le cas présenté ci-contre, à gauche (le magazine NW qui juge le look d’une lectrice ayant envoyé sa photo) : « Ponchos went AWOL for a reason. They are hideous. »

Chav (2) : « C’est le look Lilly Allen. Les chav (et chavettes pour les filles), c’est le look petite racaille working class. Les filles portent généralement des trucs griffés (contrefaçon, of course) et SURTOUT, plein de gros bijoux bien voyants. »

Chunky (3) : « Gros et épais, peut s’appliquer aux talons par exemple, ou aux bijoux. Moi j’adooore les bagues chunky par exemple (Victoire de Castellane if you hear me…) »

High street : « Désigne les enseignes qu’on retrouve dans toutes les grandes villes. A la base, high street c’est la rue commerçante, donc quand on l’adjectivise (glups) ça devient high street shop. En France, ça serait les enseignes du style Kookaï, Mango…. Et au Royaume-Uni : Top Shop, Miss Selfridge, Warehouse… »

OTT : « C’est une abréviation de Over The Top, qui signifie qqch comme exagéré, too much. »

Peek-a-bum (4) : « Pour une fringue ça veut dire transparent, bum signifiant cul… et c’est effectivement une variante de peek-a-boo qui veut dire la même chose (en temps normal, ça veut coucou! comme quand on fait coucou! avec un air débile devant un bébé) »

Exemple dans le cas présenté ci-dessus (le magazine NW qui juge le look d’une starlette britannique) : « The electric-chair is too good for this peek-a-bum disaster. »


Pointy chic (5)
: « J’aime bien ce mot, je crois que ça décrit une élégance un peu intello. Genre les créateurs belges… »

(Photo : Christian Wijnants, www.elle.fr)

Preppy (6) : « Se traduirait par BCBG, c’est un mot plutôt utilisé aux Stètsses. Imagine des p’tits jeunes fraîchement débarqués à l’université portant du Ralph Lauren ou du T. Hilfiger, avec des mocassins (« loafers » en angliche) aux petons. »

(Photo : Céline, www.style.com)

Sassy : « Se traduirait par branché ou stylé. Nous les lectrices de Balibulle et Balibulle elle-même, sommes des Sassy girls. »

Statement : « Un fashion statement, c’est comme une fashion déclaration. »

WAGs (définition de Wikipedia) : « acronym used particularly (but by no means exclusively) by the British tabloid press to describe the Wives And Girlfriends of the England national football team. It came into common use during the 2006 World Cup, held in Germany, although it had been used occasionally before that. »

L’éclairage de Mathilde
: « Ce style était vraiment personnifié par Vic’ Beck’ il y a quelques années. Elle est désormais bien trop « classe ».  Les WAGs alimentent en permanence les colonnes des journaux « gutter press » de Grande-Bretagne (type « Sun »). En gros, les WAGs sont de grandes consommatrices de griffes chères et bien voyantes. D’extensions capillaires. De lunettes mouches. De micro chiens. Tout ressemblance avec une certaine Paris H. est purement fortuite (elle est américaine mais elle a vraiment tout d’une WAG). »

ajouter un commentaire