ModeFashion libido

8 mai 2007

Y’a plus d’saison !

… et c’est le boxon dans mon placard. Depuis que la météo s’est déréglée il y a un gros mois, je suis complètement larguée de la fashion.

Remiser dès début avril les fringues d’hiver et sortir celles d’été, je ne m’y suis pas résolue. Certaine qu’il y aurait, sous peu, un retour des « normales saisonnières ». Et puis avant l’heure c’est pas l’heure !

Résultat : pendant tout le mois d’avril, je me suis sentie moche mais moche ! Ben oui fini les jupettes, shorts et autres minirobes que j’avais portés avec des bottes et des collants noirs opaques tout l’hiver. Quand il fait 25 degrés et plus, on oublie le collant. Et donc on oublie le court, pour ce qui me concerne. Les cuisses à l’air, c’est bien en Corse au mois d’août. Pas en Seine-Saint-Denis pour aller bosser.

Donc, gros problème d’habillage : moi qui possède zéro pantalon (sic), je me suis retrouvée les yeux dans les yeux avec mes vieux jeans pas vraiment excitants. Le slim de chez Mango qui poche de partout. L’autre slim de Mango qui n’est beau que rentré dans des bottes. Mes vieux bootcuts d’il y a 4 ans. Pas encore shoppé de jean large comme ma Punky, autant dire que j’avais le hype-omètre à zéro. Bien sûr, il y a les leggings mais pfff… Je ne les aime plus que noirs, sous une minirobe noire et un trench. Et toutes mes petites robes noires viennent de chez H&M et boulochent à donf… En résumé, la fashion loose totale.

Toujours persuadée que la météo allait tourner, je refusais également de sortir les sandales et compensées ouvertes. Impossibles à mettre sans pédicure digne de ce nom ! Non je ne suis pas snob. Je me suis juste mise l’an dernier aux beautés des pieds l’Onglerie. Et croyez-moi sur parole : une fois que vous y avez goûté, IMPOSSIBLE de revenir en arrière. Surtout quand, comme moi, on a des pieds dans un état si atroce qu’il est déraisonnable de se contenter de soins maison.

Au bout de trois semaines à ce régime, j’ai fini par voir la lumière. L’achat-Messie m’est apparu en pensée. Un pantacourt en jean blanc. Celui qui donnerait un twist printanier à toutes mes tuniques, et se contenterait parfaitement de ballerines… Et hop, l’affaire était dans le sac dès la première enseigne visitée. Je vous le donne en mille : l’ami suédois, qui fait des slim blancs longueur 3/4 (= s’arrêtant pile entre mi-mollet et cheville) absolument parfaits, dans sa gamme déjà bien connue « SQIN ».

Bon pour tout vous dire, j’étais tellement excitée de mon achat que j’ai fait une entorse à mes principes pédestres, en sortant des compensées argent, dont les multiples brides cachaient un max mes orteils disgracieux.

Et alors que j’étais à donf sur mon pantacourt, et ben voili voilà, ces foutues « normales saisonnières » sont revenues…  Et mon fashion jet-lag aussi. Là, comme je vous parle, je porte un paletot à manches courtes sur une blouse/un bootcut/des chaussettes et J’AI FUCKING FROID !

Suis-je la seule couillonne à batailler dans mon coin contre Dame Nature ? Comment vous faites, vous, pour vous habiller en ce moment ?

ajouter un commentaire