PeopleRed carpet

26 juin 2007

Le (control) freak, c’est (pas) chic

Quand on parle de control freak, on pense souvent à Victoria Beckham. Son visage crispé, son corps roide, agencé dans l’espace à la recherche d’un rendu optimal.

Evidemment, plus Posh cherche l’harmonie, plus elle lui échappe. Car il est dit que l’harmonie est une petite bête sauvage, impossible à dompter. C’est elle qui vous choisit, pas l’inverse.

Et bien laissons un peu Vic’ tranquille, pour une fois, et penchons-nous sur ces photos récentes, mais tout à fait emblématiques, de Renee Zellwegger. Car on en tient une autre, là, de control freak.

C’est ça le problème quand un rôle à surpoids pondéral vous a rendue célèbre. Vous n’avez de cesse, ensuite, de montrer à la face du monde combien vous êtes gaulée de la mort, en vrai. Apparemment, Renee n’en est elle-même pas encore convaincue. Mettrait-elle autant d’énergie, sinon, à se rassurer par des poses d’executive woman tout droit sortie d’une pub Elsève millésime 1989 ?

Ces postures visant à contracter le moindre muscle. Cette chair aussi pâle et dure que le marbre, contre laquelle on n’a pas très envie de se blottir. Cette garde-robe un peu sèche, qui freine l’imaginaire plutôt que de l’encourager. Ce visage dardé vers l’objectif, avec un air de défi alors que personne ne l’a défiée. Tout sent l’effort, la contrainte, la discipline.

Alors que la séduction, c’est d’abord la puissance d’évocation, la capacité d’abandon. C’est la porte ouverte plutôt que fermée. Résultat, tandis que Renee est effectivement gaulée de la mort, galbée comme il faut là où il faut, on se surprend à ne pas être séduit par elle.

A se dire que la beauté, on la trouve avec plus d’évidence dans le corps tout-sauf-parfait de Vanessa Ferlito, filmé comme la huitième merveille du monde par Quentin Tarantino dans «Boulevard de la mort». Un sujet évoqué d’une plume virtuose par unechicfille il y a peu. J’approuve sur toute la ligne.

Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Tout est question d’attitude.

ajouter un commentaire