ModeFashion libido

18 avril 2013

Dynastie

campagne-pub-comptoir-3

C’est le petit pull en cachemire qu’on lui pique en cachette.

Les Converse, la doudoune ou le bootcut qu’on partage.

Moi, c’était ses caracos en soie blanc cassé, que j’avais le droit de lui emprunter sans lui demander, à la condition absolue qu’ils continuent de loger dans son armoire à elle. Un soutien-gorge en dentelle framboise toute douce, dont j’étais folle et qui un jour a tragiquement disparu. Il y a eu ses écharpes et ses grands carrés, rapidement les chaussures ça n’a pas été possible, j’ai fait une pointure de plus qu’elle à l’âge où je ne portais pas encore des talons.

Deux professeurs de marketing viennent de recevoir un prix pour leur étude sur les échanges de vêtements entre mères et filles, la première du genre. Isabelle Decoopman et Elodie Gentina-Dancoine enseignent à la SKEMA Business School, et ont interrogé 987 mères d’adolescentes. Entre la raison économique (diversification de la garde-robe), symbolique (liens affectifs mère-fille) et identitaire (image de la femme, transmission, projection) les motivations qui sont à l’oeuvre sont multiples et passionnantes… et ont une incidence directe sur la manière dont les marques de prêt-à-porter pensent et vendent leurs créations.

comptoir-cotonniers-is-back-L-KH03vA

Comptoir des Cotonniers a fini par arrêter les campagnes publicitaires mère/fille qui l’ont rendu célèbre. Pour se renouveler… et aussi parce qu’elles ont été beaucoup critiquées. Moi la vieille génération me manque, pas celle des « I LOVE » / « I HATE » mais la précédente, sans commentaire, pas pipolisée, juste portée par cet air de famille fascinant et qui se suffisait à lui-même.

comptoir_des_cotonniers_2008

comptoir_des_cotonniers_mere_fille

comptoir_des_cotonniers_meres_filles_publicite

La mise en scène du lien mère/fille et la complémentarité/l’interchangeabilité de leurs looks dans le miroir que nous tend le marketing nous fait forcément réagir. Qu’on trouve ça touchant ou agaçant, qu’on s’émeuve de la dissolution des générations, entre jeunes pousses grandies bien vite et mamans refusant de vieillir (vraiment ?), ou plutôt qu’on déplore son instrumentalisation par l’industrie du vêtement.

Est-ce parce que je n’ai jamais fait de shopping commun avec ma mère, que je me sentais si « sereine » face à ses images ? On n’a jamais rien acheté en vue de le partager, c’était toujours ses « vieilles » pièces complètement singulières qui me fascinaient (bon ok, et les longs marcels blancs de mon père, et son écharpe Burberry, que jalousaient tous mes copains au lycée). Je ne vous dis pas comme je suis fière quand aujourd’hui, elle s’achète un truc après l’avoir vu sur moi.

Et vous, quelles sont vos histoires de transmission ?

mouchetsetse Le 18 avril 2013, 22:44

Quand j’avais 18 ans, ma mère et moi on avait la même taille des habits. De temps en temps je lui piquais quelques fringues, mais sans en abuser. Mon préféré c’était le blazer rouge, mais ma maman le réservait pour les grandes occasions.Un jour, on est allé avec mes meilleures copines fêter le début d’age adulte à la disco du coin…et ma mère était tellement de bon humeur qu’elle avait décidé de me prêter le fameux blazer!!! Pour passer une soirée en beauté on a bu de la vodka (c’est tout à fait normal, je suis biélorusse et c’est dans les pures traditions slaves:))….et le blazer a fini dans un état pitoyable…Le blazer, pas la personne qui le portait,hein? Depuis ce jour-là, bizzarement, ma mère ne me prête plus ces affaires..Enfin, pire que ça! Elle me les pique maintenant:))))

Répondre

SAndrine Le 18 avril 2013, 23:11

Il n’y a jamais eu cette relation vestimentaire avec ma mère.
Mais je voulais juste réagir sur cette phrase  » mamans refusant de vieillir « : plutôt refuser d’être mise dans la case « vieille » dès qu’on arrive à 40 ans…. On est dans une société ou passer ce cap, quand on est une femme, on est vieille (alors qu’on dit d’une homme qu’il est plus mûr…. va comprendre)…
Alors que 40 ans pour moi c’est l’âge du renouveau…….une partie différente de notre vie, remplie de promesses, d’espoir…. ou nos envies sont toujours possible…

Répondre

Anonyme Le 18 avril 2013, 23:12

Est-ce que tes soeurs aussi partageaient ce rituel avec ta maman ou tu étais la seule ? Est-ce que tu empruntaient aussi des pièces à tes soeurs ?^^
Et dans l’autre sens, est-ce qu’un jour quelqu’un viendra t’emprunter tes fringues ?… Tartine ? :)

Répondre

Balibulle Le 18 avril 2013, 23:34

@ mouchetsetse : oh mais la vodka ça ne tâche pas, non ? (ouh alors c’est que dans mon cas je n’avais déjà plus les idées très claires…) en tout cas il a mérité plus que jamais son statut de blazer des grandes occasions ^^ Et est-ce qu’aujourd’hui tu as un blazer rouge que tu prêtes à ta mère ? 😉
@ sAndrine : je suis tout à fait d’accord avec toi concernant les 40 ans, en tout cas c’est comme ça et pas autrement que j’envisage cet âge-là. Le plus gros problème, c’est que « vieillir » soit devenu un gros mot, employé à la fois à tort et à travers, et pour de mauvaises raisons :)
@ anonyme : oui, pour les « grandes occasions » elles allaient systématiquement taper dans son placard. Mais au quotidien, styles vestimentaires trop différents. Et on a beaucoup échangé entre nous ensuite, même si on a une grosse différence d’âge (10 et 14 ans). Et aujourd’hui je fournis toute la famille, mère, soeurs et nièces !

Répondre

Cécile Le 18 avril 2013, 23:59

Ma mère était farouchement possessive et avait trop peur que je lui abime ses affaires. Et encore aujourd’hui, je ne peux rien emprunter chez elle! Mais il faut dire aussi que depuis mes 13 ans, elle fait 10 cm, deux tailles et deux pointures de moins que moi, cela n’aidait pas! 😉

Sans toucher aux fringues du coup, elle collectionne les carrés Hermès et les bijoux en tous genres, les grands jours j’ai le droit de porter une bague ou un collier et j’ai l’impression d’avoir gagner la loterie… Elle m’a offert mon propre foulard aussi, un sac de soirée Lacroix pour mes 20 ans, mes plus beaux bijoux. Elle m’a « éduquée » aux belles choses, on échange pas les choses mais les idées!

Répondre

jicky Le 19 avril 2013, 07:14

je trouve ça plutôt malsain cette idée d’échange de fringues mère-fille, dans le concret, je veux dire. C’est important de se construire une personnalité, jamais de la vie « imiter » sa mère, ou inversement, même pour rigoler…
Ceci étant, j’aimais bcp comme toi ces pubs, pour les ressemblances mère-fille, d’autant justement (me semble-t-il) que le message était plutôt: « mères et filles peuvent s’habiller chez CDC » et non pas « échangeons nos fringues CDC de mère à fille »… C’est comme ça que je le comprenais, d’ailleurs.

Répondre

Marje Le 19 avril 2013, 07:40

Je n’ai jamais emprunté de vêtements à ma mère. Je n’aimais pas son style. Je tentais d’en emprunter à ma soeur mais il fallait négocier des heures. Maintenant j’aimerai partager ce plaisir, faire les boutiques, prêter mes sacs à main, mes converse et aussi râler parfois. J’ai 4 fils no comment ….

Répondre

cécile Le 19 avril 2013, 07:50

c’est étrange, alors que jicky trouve ça malsain moi je trouve ça très chouette d’avoir une complicité de « fringue « , j’en ai eu avec ma mère ( une chemise en tissus très fluide bleue a motif dans laquelle je me sentais tellement bien ! un doudou en sorte) et aujoud’hui je vois ma fille grandir mais je crois qu’on ne pourra pas échanger grand chose, je suis un mini pouce, elle est déjà trèèèès grande à 8 ans ! on a pas du tout la même morphologie et on me demande souvent si c’est ma « vraie » fille Haha ! et je crois que ça me manque de ne pas la reconnaitre un peu en moi et moi en elle ! Autant ça m’a toujours saoulée qu’on me compare à ma mère (on se ressemble énormément) qu’il y avait quand même un peu de fierté !
Voilà, en attendant c’est moi qui pique ses fringues en 12 ans et on fait nos courses chez ZARA kid PFFFFFFFFFFla loose ………

Répondre

Muriel Le 19 avril 2013, 07:54

J’ai adoré lire ton article :) J’ai toujours adoré la manière dont s’habille ma mère, très coloré, elle associe des couleurs que je n’oserais pas associer!!
Je suis tout l’opposé d’elle, je ne porte vraiment que très rarement des couleurs flash, je trouve que ça ne me va pas… à l’époque j’aimais essayer ses fringues, mais je n’osais pas sortir avec, ça rappelle de bons souvenirs :)

Répondre

Zéphine Le 19 avril 2013, 08:18

C’est marrant que tu soulèves le débat, j’en discutais justement avec une amie il y a peu. Elle est l’ainée de 3 filles, et mère et filles ont la même morphologie ou presque. Ce qui fait que même si chacune a sa propre garde-robe, certaines pièces sont communes ou interchangeables. Elle m’expliquait aussi qu’elle réfléchissait les achats importants en se demandant si ses sœurs ou sa maman porteraient aussi cette pièce. Si oui, elle achète, si non, elle y réfléchi à deux fois.

Pour ma part, je n’ai pas de sœur, et peu de chose en commun avec ma mère. Je fais une bonne tête de plus qu’elle, mes tours de hanche/taille sont bien moins conséquent que les siens, et j’ai 4 pointures de plus qu’elle. Bien que j’admire son style (elle a vraiment une signature vestimentaire propre qui lui va à merveille), je n’ai jamais rien partager avec elle, hormis un foulard ou un sac à main en de très rares occasion.

Je ne suis pas très proche de ma maman. Notre entente est cordiale, mais je ne partage pas beaucoup avec elle (et réciproquement). En en discutant avec mon amie, je me suis demander si justement cette incapacité à partager quelque chose de fort avec ma mère à l’adolescence ne nous a pas peu à peu éloigner. Sans aller jusqu’à qualifier ça de regret, je le déplore quand même…

Répondre

federica Le 19 avril 2013, 08:33

J’adore ton post! je adore toujours habille mon trois petite princesses que sont meme moi!
Have a stunning day!
I wait for you for a new DIY POST!
flowered and parfumed kisses from ROME!!
Federica
smartchicdietreadbooksandfly.blogspot.it

Répondre

Thiad Le 19 avril 2013, 08:37

J’ai jamais échangé de fringues avec ma mère ou ma soeur (problème de taille là…!) Mais ma mère coud beaucoup et j’ai toujours régulièrement commandé ma même robe que celle qu’elle venait de se faire ! Un autre genre de partage…. bon après faut s’appeler pour savoir quelle robe on met pour les repas de famille mais ça va !
Et aujourd’hui je fais du shopping avec elle, bizarrement on est toujours plus objective sur l’autre alors même si ça ne me plaît pas quand elle me dit que ça ne va pas , je dois bien reconnaître qu’elle a souvent raison !

Répondre

matchingpoints Le 19 avril 2013, 09:21

Très bel article !
C’est un sujet très intéressant, de plusieurs points de vue.
Est-ce que ce sont les mères qui refusent de vieillir, est-ce que les filles veulent ce rapport avec la mère en voyant en elle plutôt une copine ?
Surement un peu les deux, mais aussi parce que les générations se sont rapprochées du point de vue de goût.
Nous avions effleurés cette question dans un de nos post
http://www.matchingpoints.fr/2013/02/25/tempora-mutant…-my-generation/

Répondre

Chris Le 19 avril 2013, 09:24

Ma mère et moi n’ayant pas le même style, je ne lui ai jamais emprunté de vêtements et le jour où j’en ai essayé qui dataient de sa jeunesse, ben mon 36 ne rentrait pas dans son 34. Par contre ma fille et moi échangeons volontiers certaines fringues, voire effectuons certains achats en commun – surtout les hauts, fifille étant mini pouce. Et c’est même un plaisir quand je repère quelque chose susceptible de nous plaire à toutes les deux ou qu’elle me montre certains de ses achats en me disant que je pourrais lui emprunter.

Répondre

Sandrine Le 19 avril 2013, 09:32

Je rebondis sur les propos de Jicky qui écrit « je trouve ça plutôt malsain cette idée d’échange de fringues mère-fille, dans le concret, je veux dire. C’est important de se construire une personnalité, jamais de la vie « imiter » sa mère, ou inversement, même pour rigoler… »
C’est une vision très premier degré, presque naïve de la relation mère-fille que ce positionnement… on croirait presque y lire la justification d’une adolescente en phase d’opposition.
Evidemment, que nous nous construisons en réaction à nos mères et à nos relations avec elles. Il est aussi symptomatique de devenir conforme à sa mère que de s’épanouir en en étant (ou en croyant en être) l’extrême opposé.
Piquer le carré Hermès de maman, c’est accepter de grandir et d’accueillir dans ces pas vers l’âge adulte sa mère comme guide, c’est tout sauf malsain. Et c’est bien ce qui t’aide à construire, sereinement, ta personnalité.

Répondre

Sandrine Le 19 avril 2013, 09:42

Je rebondis sur les propos de Jicky qui écrit : je trouve ça plutôt malsain cette idée d’échange de fringues mère-fille, dans le concret, je veux dire. C’est important de se construire une personnalité, jamais de la vie « imiter » sa mère, ou inversement, même pour rigoler…
C’est une vision très premier degré, presque naïve des relations mère/fille. On croirait y lire la coupable justification d’une adolescente en pleine phase d’opposition, de conflit avec sa mère.
Evidemment que nous nous construisons en réaction à nos mères et à nos relation avec elles. Il est tout aussi symptomatique d’être en totale conformité avec sa mère que d’en être (ou de croire en être) l’extrême opposé.
Piquer le carré Hermès de maman c’est accepter de grandir et d’accueillir sa mère comme guide dans ce passage à l’âge adulte. Une phase initiatique un peu aussi.

C’est tout sauf malsain. Notre personnalité n’est qu’un patchwork d’éléments conséquents de notre passé, le personnage de maman (ou son absence) a toujours un rôle, que tu veuilles l’admettre ou pas. Faire le contraire de sa mère n’est jamais que peut-être faire ce qu’elle a elle-même fait vis à vis de propre mère… une forme de d’imitation en somme.
Une maman c’est toujours une part de nous qu’on le veuille ou non.

Répondre

Lucie Le 19 avril 2013, 10:06

Tu n’as jamais fait de shopping avec ta mère? Moi, quand je ne suis pas seule, je ne supporte qu’elle pendant les sessions shopping.

Par contre si les virées shopping sont partagées les fringues, elles, ne le sont pas pour la simple et bonne raison que ma mère fait 15cm et 2 pointures de plus que moi.

Et quand on se dit « je te le passerai » à propos d’un sac ou d’un foulard, et bien ça ne se fait jamais.

Répondre

ziggynou Le 19 avril 2013, 10:11

intéressant ce débat 😉
je n’ai pas vraiment emprunté des vêtements à ma mère, déjà parce qu’elle avait un style bien plus « classique » que le mien à l’âge où ces échanges auraient pu être possiblespar contre, j’ai récupéré des robes du soir (années 70 ^^) qu’il m’arrive de porter et des accessoires, (foulards en soie, sacs à main…) et je lui ai donné il y a quelques mois une veste en cuir qui lui donne une belle allure, elle qui n’avait jamais osé en porter
par contre, je n’aime pas échanger les vêtements, et je suis peut être chochotte mais les achats d’occase me « dégoûtent » un peu (oui, je suis chochotte ^^)
par contre, ma fille de 11 ans commence à me piquer des pulls, et voire mes chaussures et j’adore ça, la voir grandir et se réapproprier avec son propre style des éléments de ma garde robe
par contre, je trouve qu’il y a moins d’écart de style entre ma fille et moi qu’entre ma mère et moi au même âge, alors que l’écart d’âge est quasi identique (29 ans) ;

Répondre

Peregrine Le 19 avril 2013, 10:27

J’ai souvent emprunté des fringues à ma mère, mais pas en total look, juste quelques vêtements. Je me rends compte avec du recul que ces vêtements faisaient certainement office de doudou à l’adolescence!

Répondre

marie lgdc Le 19 avril 2013, 10:30

Moi aussi je préferais les anciennes pubs!!

Répondre

Lady_V Le 19 avril 2013, 10:47

Pour rebondir sur le commentaire concernant le fait d’avoir 40 ans.
Donc, j’ai 42 ans, et je continue à fréquenter les blog mode (la preuve !)
Je m’habille à la mode (enfin, j’espère).
Je prends modèle sur mes illustre contemporaire de presque 40 ans et plus : JLo, Jennfier Aniston, Eva Longoria, Charlotte Gainsbourg, Vanessa Paradis, etc…. Est-ce qu’elles ont l’air vieilles hein ???
Cependant, je me surprends en me dire : mais est-ce que je ne suis pas trop vieille pour porter ceci ou cela ?

Répondre

Lady_V Le 19 avril 2013, 10:48

Pfff … j’ai fait plein de fottes dans mon texte de dessus … je vieillis décidément ….

Répondre

Lady_V Le 19 avril 2013, 10:50

Pffff…j’ai fait plein de fottes dans mon post ci-dessus … je vieillis décidément …

Répondre

NOAM Le 19 avril 2013, 10:58

Post très intéressant, j’irai bien voir de plus près l’étude… Perso j’ai quasiement jamais rien piqué à ma mère.. La cause ? Bah.. Deja on a pas vraiment vraiment le même style, et plus.. à 14 ans j’étais deja plus grande (et grosse) qu’elle.. Ca m’a longtemps emmerdé d’ailleurs… Bon maintenant je m’y suis fait, et finalement c’est plutot elle qui me pique des trucs. Moi je lui emprunte très rarement ses petites vestes ou ses belles écharpes. That’s all.

Répondre

audrey Le 19 avril 2013, 11:13

on s’échange très régulièrement nos affaires bon surtout les hauts et les robes pour les pantalons et chaussures malheureusement on ne fait pas la même taille mais j’adore cette relation en plus en se piquant mutuellement os affaires on a chacune notre façon de les porter donc c assez cool :)*

Répondre

HeLN Le 19 avril 2013, 11:48

Sujet très intéressant en effet. Je n’ai jamais piqué de fringues à ma mère (que j’adore, hein!), pour la bonne raison qu’elle n’a aucune garde-robe digne de ce nom ! S’il y a un sujet qui ne l’a jamais interessé, c’est bien celui-là ! Du coup, mon « addiction » aux fringues est sans doute une sorte de réaction (Dr Freud, sort de mon corps !)
Par contre j’adorais piquer les fringues de ma soeur (2 ans de plus que moi) à l’adolescence, mais il fallait négocier sévère !
J’ai maintenant 2 filles, qui devraient avoir peu ou proue le même gabarit que moi : mon aînée, bientôt 10 ans, commence à vouloir piocher dans mon dressing (et rêve d’atteindre ma, petite, pointure de chaussures pour piquer dans mon « shoesing »). Pour le moment, elle ne m’emprunte (ou plus exactement je consens à lui prêter) que des foulards (à ma deuxième aussi d’ailleurs.) Sur le reste, je ne sais pas, je trouvais aussi qu’il y avait un côté un peu malsain aux échanges de fringues mère/filles, mais certains commentaires plus haut me font réfléchir… A suivre, donc !

Répondre

Anaëlle Le 19 avril 2013, 12:03

J’ai jamais eu cette relation avec ma mère, on a pas du tout le même style et on ne fais pas du tout la même taille, et notre corps n’est pas le même non plus. Elle me pique mes chaussures par contre quand je ne veux plus les mettre :)

(dis c’est quoi ces pouces en l’air… et ces pouces vers le bas????)

Répondre

Virginie/Mode9 Le 19 avril 2013, 12:20

C’est vrai que les rapports intergénérationnels ont bien changé. Et puis ça dépend aussi de l’écart d’âge (ma mère m’a eu à 20 ans et j’ai eu ma fille aussi à 20 ans !). On va dire que chez nous c’est plutôt ma fille qui me pique des trucs que l’inverse. Déjà les chaussures (36 fillette pour toutes les deux), bien pratique pour elle qui fait des concerts (elle est chanteuse/guitariste) de m’en emprunter pour la scène (je porte plutôt des talons et elle dans la vie reste à plat la majeur partie du temps). En fait plus que de faire vestiaire commun (d’ailleurs maintenant elle habite chez elle), on va dire que je lui donne beaucoup de choses :-)

Répondre

Audrey Le 19 avril 2013, 12:27

Pas tout à fait le même style, elle et moi… Ni la même taille d’ailleurs…
Et de toute façon, elle m’a toujours appris qu’un vêtement c’est comme une brosse à dents, ça ne se prête pas…
Donc , mis à part un bas de pyjama une fois que j’étais à cours….

Répondre

bénédicte Le 19 avril 2013, 13:29

je suis une vieille maman de 45 ans (bientôt 46 sssshhhttt…) et partage pas mal de vêtements avec avec ma fille Alice âgée de 18 ans. Tee-shirts, blazers, foulards, … surtout les ‘hauts’ donc.
Récemment elle m’a fait chaud au coeur en me disant que le shopping qu’elle préfère est celui en ma compagnie (ou serait-ce la compagnie de ma carte bancaire? 😉

Je suis certaine que l’échange vestimentaire a en plus de l’aspect pratique un aspect émotionnel … les fringues, le nouveau cordon ombilical :)

P.S.: j’adore ce blog, même si les adresses sont parfois trop lointaines pour une Bruxelloise

Répondre

sugar junkie Le 19 avril 2013, 13:44

J’ai piqué des fringues à ma mère pendant mon adolescence, j’ai fait du shopping avec elle, c’était des moments d’échange..J’avais l’impression qu’elle m’accueillait dans le club des femmes….

Répondre

sophie Le 19 avril 2013, 17:28

Hello, j’ai tjrs piqué les fringues de ma maman et encore aujourd’hui je puise dans sa garde-robe quand j’ai une occasion spéciale.

Elle a toujours eu très bons goûts pour elle et pour ma sœur et moi…

De plus c’est une couturière du tonnerre, et moins maintenant mais elle nous faisait souvent des supers trucs. Elle prenait des modèles Lagerfeld, ou autres créateurs et nous faisait des merveilles avec ses petits mains.

J’ai gardé certains pièces en souvenirs…

Elle n’a jamais suivi la mode non elle avait sa propre mode et j’ai pris ça d’elle, je n’aime pas être habillé comme tout le monde….

Répondre

la girafe Le 19 avril 2013, 20:05

Cette histoire d’échange modesque entre mère et fille me touche… Ma mère est une dingue de mode devant l’éternel, super girly (très bijou-frou-frou-paillettes) et pendant très longtemps, elle a orienté mes choix mode, curieusement, vers des formes et des lignes ultra-classiques. Il y a quelques années, je me suis rendue compte que ni le côté fifille, ni le côté classique me correspondaient, donc j’ai connu une phase « no-mode » (jean/blouson/chaussures ultra-neutres) Aujourd’hui, j’ose à nouveau des trucs, j’essaie de me bâtir un style à moi. Je me sens plus à l’aise, plus légère, mais je ne le dois absolument pas à ma mère et je le regrette. J’aurais bien aimé faire ce chemin avec elle !

Répondre

ladyfafa Le 19 avril 2013, 20:28

Je n’ai jamais rien piqué -pas la même taille- je me suis au départ créé une garde robe avec son aide puis plus du tout… Et je suis hyper possessive avec mes affaires, ma sœur s’en souvient! Du coup je me demande comment je réagirais si j’avais un jour une fille, j’espère pouvoir lui transmettre quelques petites choses, le fait que je tienne autant à mes affaires m’angoisse parfois, probablement parce que j’ai beaucoup de mal à me trouver attirante sans mon attirail même si le naturel me plaît… Allô docteur? Joli post qui donne à réfléchir comme d’hab’ ici :)

Répondre

So' Le 20 avril 2013, 03:25

Si on m’avait dit qu’un jour je lirais le nom de mon école dans l’un de tes articles, je ne l’aurais pas cru ! ^^
Moi aussi j’aimais beaucoup les pubs mère/fille de CDC. Je ne sais pas trop pourquoi elles ont été critiquées négativement, mais de toute façon il y a toujours des gens pour se plaindre…
Et pour répondre à ta question, je fais partie de celles qui n’ont jamais échangé de vêtements avec leur mère : j’ai toujours eu un plus petit gabarit qu’elle, et nos goûts sont tout à fait différents ! ^^ Seule petite exception pour les pulls en cachemire tout simples; on possède les mêmes, mais dans une taille différente. =)

Répondre

Clacla Le 20 avril 2013, 09:45

J’adore ce post ! Moi aussi les pubs mere/fille me faisaient rever, il y avait de la tendresse, une belle gamme chromatique…en fait c’est toute l’image de marque de CdC qui a change, qui se veut plus rock. Mais je n’achete plus chez eux depuis que la qualite s’est beaucoup degradee…
Le concept mere/fille est absolument genial d’un point de vue marketing : la mere est sure de ne pas faire trop « vieille », et elle peut donner de l’argent a sa fille (he oui shopping avec maman c’est aussi shopping avec carte bleue youpi !) pour que celle-ci puisse s’habiller bien, de bon gout, mais pas ringuard. Tout le monde est content, y compris la marque : vive le pouvoir d’achat de la maman ! D’ailleurs le concept a ete decline pour les couples avec la marque The Kooples, qui appartient a la meme famille que CdC.

Pour moi l’echange mere/fille n’a pas tellement eu lieu, meme si ma mere a recupere pas mal de trucs a moi que je ne mettais plus (dans ce sens-la, oui oui). Par contre les choses qu’elle m’a achete lors de seances de shopping complices ont toujours eu une valeur speciale (plus encore d’ailleurs que les cadeaux qu’elle m’offre) : souvent un peu plus cheres/belles que ce que je peux me permettre, ces pieces remplacent les compliments qu’elle a du mal a me faire, et je pense toujours a elle quand je les porte. C’est vraiment un petit supplement d’ame qui me touche encore des annees plus tard.

Répondre

Soren Le 20 avril 2013, 10:48

De mon côté, ce post me fascine : ma mère est tout sauf féminine, elle aurait (paraît-il) bien aimé les vêtements quand elle avait la vingtaine, mais elle a toujours eu un rapport problématique a son poids et sa féminité…
Lorsque j’ai émis mes premières velléités vestimentaires, elle a accepté de participer à des « sessions shopping » ou plutôt des moments ou je la sentais ouverte et prête a accepter un achat… Donc, c’est plus de sa carte de paiement que de sa garde-robe que je me sentais proche.
Il y a bien eu construction en réaction, je suis une fille a grand, grand placard, je fais un 34 et ma mère beaucoup plus… Mais j’aurais tellement aimé lui piquer des fringues. J’y pense souvent quand j’achète certains trucs caractéristiques des années 2000 ou des bijoux, si j’ai une fille, elle sera contenté de les trouver!

Répondre

Ema Le 20 avril 2013, 17:47

Ado : pas du tout. J’étais Puces de Montreuil, elle était tailleur.
Après, elle m’a passé un de ses tailleurs, qui dort depuis 15 ans dans mon armoire, le jour où ma vie professionnelle l’exigera.
Mais finalement, on n’a plus besoin de tailleurs pour s’imposer !

Répondre

agatano Le 21 avril 2013, 10:18

Juste des après midi shopping ensemble…. et aussi se donner des fringues dont l’une ne veut plus. C’est rigolo, souvent quelques mois après, c’est l’autre qui n’en veut plus à son tour, et dans ce cas la première les retrouve parfois presque comme si c’étaient des fringues neuves :-)

Le plus difficile c’est de ne pas avoir le même style que sa mère, et de réussir à le lui faire accepter…

Répondre

ladymarlene Le 25 avril 2013, 22:25

Je n’ai pas vu ce post avant, donc je réagis tardivement pour dire que les séances shopping avec ma mère qui adore les fringues autant que moi sont un grand souvenir de mon adolescence, des moments de complicité unique même si je ne lui ai pas souvent emprunté de fringues.

Ce que je partage avec ma mère va au delà des fringues (oh phrase stupide, j’imagine que vous aussi…). C’est elle que j’appelle quand j’ai un coup dur une bonne nouvelle, mais c’est aussi la première à qui je pense quand je vois une info people. C’est elle qui m’a transmis le goût des mariages royaux…bref, ma futilité, c’est ma mère sans aucun doute.
Avec ma fille, elle me vole mes fringues au point que je suis obligée de reconquérir mon territoire ! Nous sommes un peu trop fusionnelles, je dois dire.

Répondre

Balibulle Le 30 avril 2013, 14:04

Vos témoignages sont absolument passionnants et touchants… Vous êtes plusieurs à parler de territoire, ou à évoquer un sentiment agréable en évoquant ces souvenirs, c’est bien de la construction de notre identité, notre féminité qu’il est question ici, et de l’évolution de celles de nos mères face à l’image qu’on leur tend une fois adultes. Du lien et de la proximité, ou non, qu’on a avec elles, tout simplement. Ca peut être quelque chose qui nous porte toute la vie ou à quoi on repense avec tendresse, ou frustration parfois… Vous m’avez tellement inspirée que j’ai proposé un sujet au journal, alors un double merci ! :)
@ lucie : je n’ai jamais fait de shopping commun avec elle, au sens où on aurait acheté un vêtement en vue de le partager, mais du shopping tout court oui bien sûr :)
@ anaëlle : et bien j’aime ou j’aime pas, comme sur Youtube, quoi :)

Répondre

Sisters | Percy Mode Le 19 juillet 2015, 20:39

[…] mode n’a pas cette dimension de « dynastie » comme l’expliquait Charlotte avec le lien mère-fille. Pas de rapport de maitre et d’élève, plutôt une expérience, une […]

Répondre

ajouter un commentaire