ModeTri

29 octobre 2013

Pourquoi c’est si difficile de trier ?

dressing_balibulleSi toi aussi tu as une penderie hyper bien aérée et rangée…

Étape suivante une fois qu’on a fait sa maline et décrété publiquement qu’on allait optimiser sa garde-robe ?
Ce n’est pas rêvasser aux beaux basiques dans lesquels on va investir, après avoir fait un budget plan et décidé de s’astreindre fièrement à un shopping ban pendant x mois (et y arriver plus facilement que prévu, d’ailleurs).

Nan, nan. C’est trier.

C’EST LÀ QUE LES EMMERDES COMMENCENT.

Nom de Dieu que c’est dur de trier.

C’est comme manger équilibré. La méthode, on la connaît. Mais ce n’est pas parce qu’on la connaît qu’on réussit à l’appliquer de manière tout à fait rationnelle.

– dégager enfin ce qu’on ne porte pas (ou pas assez)
– dégager ce qu’on porte mais qui ne nous va pas
– aérer, ranger et acheter des beaux cintres lourds et assortis, pour entrer en penderie comme on entre en boutique.

Oui, on sait tout ça.
Mais il y a des dizaines de mécanismes de défense qui s’enclenchent quand on se met face à son placard, même très bien intentionné(e).

L’amoureux(se) des vêtements / du shopping qu’il y a en nous met du temps à lâcher prise.

1) Parce que c’est difficile de se séparer de quelque chose :

– qu’on a eu plaisir à acheter
– qui nous a coûté cher
– qui porte une image de soi fantasmée, sans admettre que oui, ce truc est sublime mais que non, pas sur nous.

Aller simple pour le sentiment d’échec. Je suis encore un peu, beaucoup, là-dedans. À culpabiliser de me séparer des choses, comme si c’était les renier ou me renier moi. Il faut accepter l’idée (douloureuse) qu’on a jeté pas mal d’argent par les fenêtres. Stade extrêmement émotionnel, viscéral du processus. Honnêtement à ce moment-là, la simple peur de manquer est le dernier de mes soucis.

2) Parce que c’est difficile de savoir quoi faire des vêtements ensuite

Ils nous pèsent parce qu’on ne peut pas juste les faire disparaître. Parce que revendre, ça va prendre une énergie folle et du temps qu’on n’a pas. Parce que tout donner, c’est généreux, c’est sain, mais c’est aussi, égoïstement, perdre en pouvoir d’achat pour de futures acquisitions pertinentes.
Je me demande parfois si, symboliquement, je n’ai pas intérêt à choisir cette solution. Tout donner, justement pour que, en dehors de l’utilité du geste lui-même, il y ait une rupture, quelque chose qui soit cinglant, presque romanesque. « Un jour, je me suis débarrassée de la majorité de ma garde-robe, j’ai tout donné. » Nan mais le panache du truc. La gratification morale, aussi.
J’avoue, pour l’instant, je n’en ai pas les c… Quand bien même j’arriverais à faire mon tri d’un coup d’un seul, un beau matin. Ah oui parce que l’autre hic c’est que…

3) Un bon tri est toujours progressif

Ça prend des mois. Chaque vêtement/paire de chaussures/sac/bijou dont on s’allège, c’est une petite victoire. Qui en entraînera d’autres, mais pas tout de suite. Porter ce qui nous va le mieux, c’est d’abord bien connaître son corps et avoir, mine de rien, un poids stable, autant de choses qui sont work in progress chez moi.
Distinguer nos valeurs sûres des trucs que, objectivement, on ne met pas assez, c’est « facile », c’est concret. Distinguer les valeurs sûres des trucs juste « pas mal », c’est ça qui prend le plus de temps.

Voilà comment on arrive à une penderie qui ressemble à ça. Oui, c’est presque fou et elle a mis probablement des années avant d’y parvenir. Ce n’est pas mon but hein, entre autres parce que j’ai, d’ores et déjà, à cause de mon style moins épuré, plus de « valeurs sûres » que ça dans mon placard. Mais l’exigence vertigineuse qui gouvernait la garde-robe de Dead Fleurette à ce moment-là est fascinante.

Ce que j’en retiens, plus qu’une histoire de nombre de pièces à garder ou de style, c’est l’état d’esprit. Il faut s’autoriser mieux que du pas mal : de l’exceptionnel.

4) Un vêtement peut être autre chose qu’un vêtement

Il peut être un souvenir. Et à ce titre, on a le droit de le chérir, sans le porter. Moi j’aime bien la méthode d’Ema qui préconise une « valise magique » où conserver les pièces à valeur sentimentale. Elles nous racontent.

Je réfléchis encore pour savoir si on a aussi le droit d’y mettre les belles chaussures avec lesquelles on n’arrive pas à marcher, ou une veste sublime mais qui pèse quand même le poids d’un poulet fermier (1,6 kg, oui, je l’ai enfin pesée). J’ai bien peur que non.

5) Au secours, ce billet est interminable

6) Alors comment prendre du plaisir, tout de suite ?

Vous êtes découragé(e) d’avance à l’idée de trier, pour toutes les raisons citées précédemment (et d’autres, que vous me mettrez dans les commentaires bien sûr) ? Demandez pardon d’avance aux gens qui vivent avec vous, et faites le test suivant :
– Achetez vous deux grands portants à roulettes
– Au lieu d’essayer de retirer progressivement des trucs de votre placard, sortez-tout
– Accrochez sur le portant n°1 ce que vous êtes absolument sûr(e) de garder. Genre sûr(e) de chez béton.
– Accrochez sur le portant n°2 ce que vous portez assez peu et n’êtes pas sûr(e) de garder.
– Lequel des portants est le plus chargé ?
– Si c’est le portant n°1, réaccrochez son contenu dans votre penderie et pendant deux mois, ne vous habillez qu’avec ce qu’il y a dedans (idéalement, faire de même pour les accessoires) sans toucher au portant n°2, que vous exporterez où vous pourrez (débarras, cave non humide, papa-maman, etc.)
– Si c’est le portant n°2 qui est le plus chargé, réaccrochez son contenu dans votre garde-robe et ne l’ouvrez plus. Pendant un mois, habillez-vous avec ce qu’il y a sur votre portant n°1 (que vous garderez donc sous la main)

Oui, ça implique une logistique un peu relou, du bordel, mais qu’est-ce que deux mois dans une vie en même temps. D’autant que ce sont deux mois où il va se passer un truc dingue : vous allez être hyper bien dans vos vêtements, tous les jours. Et après ça, vous n’aurez plus envie de revenir en arrière.
Je ne dis pas ça parce que je l’ai fait. Je dis ça parce que je vais le faire et que ça va marcher, je le sais.

Dans ma penderie, de gauche à droite :

Robe fleurie New Look (2008)
Tunique rouge Zara (2013)
Veste tweed fluo Heimstone (2013)
Gilet « Basquiat » Sézane (2013)
Robe imprimée Tibi (2012)
Tunique fleurie American Vintage (2012)
Blazer imprimé Circus & Co. (2011)
Blazer noir Zara (2013)
Blouse hirondelles Forever 21 (2011)
Tunique bleue Dorothy Perkins (2011)
Chemise rayée Equipment (2013)
Robe chinée Topshop (2012)
Chemise imprimée coeurs Topshop (2013)
Robe imprimée H&M (2012)
Top en dentelle bordeaux Monoprix (2011)

 

Mimi Le 29 octobre 2013, 20:15

Ta façon de faire est tout a fait intéressante !! Moi je suis passée par toutes ses réflexions il y a quelque temps… Mon bilan actuel :
Suite au tri, j’ai vendu les « gros » trucs et filer le reste a ma sœur (mais bon une vieille Lectrice de blog ça marche très bien aussi, suis mon regard ;))
Après avoir fait mon tri, je note dorénavant les combinaisons et associations que j’aime bien pour sortir du facile et routinier mais avec les pièces « restantes »
En un an, j’ai plus que ralenti mes achats… A vrai dire, a paire ZE paire de pompes qui me faisait fantasmer je n’ai RIEN achete.
Mes achats se sont donc ralentis, voir stoppés, et mes envies sont tellement plus pesées que du coup je ne trouve plus ce que je cherche… Je voudrais refaire ma collec de TEE shirt, basique, col V.. Et je suis tellement en quête du basique que rien ne trouve grâce a mes yeux… Voilà perso la limite de la démarche je trouve 😉

Répondre

Soph06250 Le 29 octobre 2013, 20:28

Oh Bali !!!!! Comme je me reconnais dans ce billet…

La gestion (ou devrais-je dire : la mise sous contrôle) de ma garde-robe a toujours été un problème récurrent chez moi. Mais là, depuis 20 mois que je suis maman, c’est encore plus difficile : 10kg en trop qu’on espère perdre (puis non, puis oui, puis non, puis…) et le manque de temps qui fait que je viens de passer 3 semaines avec le carton des affaires d’hiver ouvert devant ma penderie (je pioche direct dedans le matin, trop top pour s’habiller avant le boulot, arghhhhh!!!!!).

Moi aussi je rêve, dans l’ordre :
– de perdre 5kg (allez on fait moitié-motié…)
– comme toi, d’avoir les c… de donner les 80% de ma garde robe (et tout de suite, parce que j’ai aussi un carton àvendre/donner qui traîne depuis des mois dans le bureau, cf le manque de temps)
– et de m’acheter de belles pièces, à ma taille, qui me vont bien, et en moindre quantité, pour regarnir mes placard quasiment vides (le Nirvana, quoi !)

Répondre

jennifer Le 29 octobre 2013, 20:36

WAHOUUUUUUUU j’adore ton article !! Voilà pourquoi après toutes ces années je t’aime tjs autant !!! ( ouai bon ça va j’ai fais ma groupie je peux continuer ^^)

Je suis aussi dans cette grande reflexion de tri/penderie/parfaite etc …. depuis des mois maintenant et malgré une petite baisse de régime niveau shopping qui est plus lié à ma « pause » d’activité donc argent limité qu’autre chose, j’en ai vraiment ras le bol de ce surplus à vrai dire !

J’ai aussi ce gros soucis « egoïste » de ne pas vouloir TOUT donner et la flem et surtout pas la notoriété d’une blogueuse ou autre (rien de méchant hein !!) pour revendre des pièces qui ne sont pas des pièces ultra recherché comme du IM ou autre mais des belles pièces en bon état voir neuve !

Donc mon soucis actuel est le suivant : je veux me débarrasser de beaucoup mais pas le budget pour racheter (quoi petit budget le tps de toucher ma 1ere com’) mais quand on y réfléchit ça serait le bon moment pour faire ce que tu expliques !

J’ai aussi arrêté d’acheter frénétiquement tout ce que je vois porter sur la blogo qui me plait sur les autres alors que finalement sur moi c’est plutot bof et me concentrer sur ce qui me va vraiment !

Ma grande passion : acheter 10 (shoes, pull, sacs ) à prix moyen ( max 100 euros ) car je ne veux pas mettre 100 euros dans un tshirt que je veux vraiment ou 500 euros dans la paire de boots parfaite , résultat : j’ai les 10 paires de boots à 100 euros ET j’ai finalement acheté celle à 500 … c’est super logique j’aurai du faire de la finance hein …

Bref … tjs une pièce qui me fait dire : je vais le regretter, un jour je vais vraiment pouvoir mettre ces escarpins de 12CM en sachant que je suis agent immo, que je marche bcp et patauge littéralement dans la gadoue quand je visite des terrains ou des maison ^^ c’est NORMAL !!!

Bref, encore une belle tartine (coucou le chien !) pour dire qu’il faut le faire, vendre ses susanna que je me force à mettre car elles sont belles, j’ai tjs des compliments quand je les mets, mais finalement je préfére 1000 fois mes pistols que je surkiffe à mort et qui me suffisent largement ! Un exemple parmis tant d’autre quoi …

Bref je suis excessive dans tout (même les séries mais ça tu le sais déjà ^^ ) et j’espère vraiment sincérement que ON VA Y ARRIVER !!!!
Des bézoussss!!!

Répondre

Yosha Le 29 octobre 2013, 20:38

Bon courage et surtout bonne chance ! Moi aussi j’ai découvert Dead Fleurette récemment (alors qu’elle ne poste plus hum…) mais je n’avais pas vu cet article sur sa penderie. 5 paires de pompes !!! WTF ??! Je suis plus qu’admirative… Mais bon je pense que ton but n’est pas de devenir aussi minimaliste 😉

Répondre

Ninie Pouce Le 29 octobre 2013, 21:10

Je trouve cet article hyper intéressant, surtout venant d’une grande consommatrice de look. Depuis plusieurs années, je me cherche vestimentairement parlant, avec une sorte de quête de l

Répondre

Ninie Pouce Le 29 octobre 2013, 21:17

la perfection. Du coup, je me perds dans des errements shoppingesques qui me font dépenser des fortunes dans des fringues de merde alors qu’en cumulant, j’aurai pu m’offrir « une belle pièce » comme on dit. Sauf que je n’ai pas l’impression de mériter de mettre plus de 100 euros dans une fringue, tellement je vais mal la porter ou l’assumer (preuve : le sac Sézanne offert à mon anniversaire, encore jamais porté). Et quand j’ouvre ma penderie, j’ai envie de tout brûler, j’enfile un jean large, un pull moche et vogue la galère… Je n’utilise plus les 3/4 de ce que j’ai acheté un jour… Et ça me met un petit coup au moral car ça gâche mon potentiel.
J’aime la mode, même si je l’apprécie plutôt simple et efficace (mes maîtres mots) mais je ne sais pas trop par où commencer. Savoir ce qui me va ? Privilégier les matières et les coupes nobles ? Perdre 3 kilos ?

Ce dont je suis sûre, c’est que je ne peux pas tout donner, car même si la plupart de mes sapes viennent du prêt-à-^porter pas cher, je n’ai pas les moyens de ne pas m’en débarrasser en échange de quelques euros.

Merci pour cet article très inspirant, je crois que je vais emprunter 2 portants je vis seule ^^)

Répondre

Mimnor Le 29 octobre 2013, 21:18

Que dire si ce n’est que c’est possible tout ça, et que le tout est d’avoir le déclic et d’en avoir envie. Personnellement et en toute honnêteté c’est l’arrêt du blog qui m’aura permis de réussir à trier … Et ça m’aura pris prêt d’un an 1/2 … Mais j’y suis arrivée!

Mon plus bel exemple : je me souviens encore de ce concours sur le blog où je faisais deviner combien de jeans bleu j’avais dans mon placard … La bonne réponse était 16 … Maintenant j’ai en tout et pour tout 9 pantalons dans mon placard … #cqfd

Bisous!

Répondre

Saffy Le 29 octobre 2013, 21:25

Ton article me parle parce que moi aussi jai essayé et j’essaie encore de réduire mes achats, parfois compulsifs,
Je confirme que se débarrasser des choses est pénible, vendre sur Ebay prend un maximum de temps, pour un résultat parfois très moyen.
Alors j’essaie de donner même si clairement c’est de l argent qui part en fumée et me dis que avant d’acheter quelque chose je me rappellerai de tout cet argent gaspillé et j’y réfléchirai à deux fois.
Enfin, dans un monde parfait, c ‘est ce que je ferais…..
Bon courage pour la rationalisation de ton dressing et merci pour ce super article ,, en même temps je suis partiale , j’aime beaucoup ton blog, tes posts, ton style, ta culture et ton intégrité. Désolée pour le passage groupie mais comme je commente très peu , j’en profite …

Répondre

Virginie Le 29 octobre 2013, 21:38

Pour ma part même si je suis une amoureuse des fringues, je n’en ai, au final, pas tant que ça.
Je garde certaines pièces depuis mes 20 ans (j’en ai 35 aujourd’hui), elles sont toujours aussi belles; sans doute parce que je suis une maniaque doublée d’une amoureuse des tissus et du vêtement plus que de la mode en elle-même. Je m’aperçois que ces pièces : robe en tweed Topshop, étole Kenzo, top Chantal Thomass, pull Fair Isle, chemise de nuit Le Chat… sont d’une très très grande qualité et ont à présent une valeur sentimentale.
Je me souviens de tel ou tel achat car j’avais mis un temps incroyable à économiser pour me le payer ou parce que mes parents étaient encore marié à l’époque ou je l’ai acheté ou encore parce que je l’ai acheté en Grande-Bretagne. Enfin bref on s’éloigne du sujet initial…
Toujours est-il que selon moi, « le plus cher, c’est le meilleur marché ». Mieux vaut dépenser 300 euros dans une robe que tu garderas des années plutôt que 40 euros dans un pauvre sweat H&M qui finira sous ton lit.
Je te souhaite bon courage pour ton tri et je garderai l’oeil sur ton Tictail car je rêve d’avoir certaines de tes tenues!

Répondre

Camille Le 29 octobre 2013, 21:43

J’adore cet article ! J’adore trier mon armoire je le fais une à deux fois par an et comme tu l’expliques c’est difficile de se séparer de certains vêtements… Je pense que je vais en refaire un, tes articles me poussent à le faire et à mieux consommer !
bon courage pour ton tri !! Rien n’est impossible 😉

Répondre

Virginie Le 29 octobre 2013, 21:43

Je vais me répéter mais c’est toujours un vrai plaisir de te lire!

Répondre

Cécile Le 29 octobre 2013, 22:04

Je suis une adepte du grand tri « je donne tout », en général à mes cousines, ma sœur, mes copines. Le souci c’est que je continue à accumuler au même rythme, le tri reste annuel!
Mais là, je termine un déménagement où je ne peux partir qu’avec deux valises. Malgré une rationalisation extrême, je pleure déjà certaines choses que je ne pourrais récupérer que plus tard…
Et sinon, on parle du « j’aime tellement ce truc et je le trouve si beau que je n’ose pas le porter de peur de l’user »? Ou je suis la seule cinglée comme ça? 😉

Répondre

Marie Le 29 octobre 2013, 22:14

.oO The Bali-Therapy Oo.
Analyse pertinente s’il en est du process d’attachement à son placard.
J’adore et je signe en bas de la page parce que:
* Je me retrouve dans ce billet…
* Ma solution pour l’instant c’est de faire semblant ( Je collectionne les valises pour le boulot, toutes en attendant leurs voyages sont remplies de conneries plus ou moins avouables… )
* Je n’arrive à donner qu’a des gens qui me sont chers, en l’occurrence ma meilleure amie…
* Je fantasme un dressing rangé et qui me correspondrait à 200%…
Bref Bali présidente ♥

Répondre

Jessica (About a Girl) Le 29 octobre 2013, 22:15

Je me reconnais parfaitement dans ton article puisque c’est une « quête » de « dressing idéal » que j’ai entamé il y a un an et demi (et relatée sur mon blog). Je suis passée par cette étape bien compliquée que tu décris parfaitement. De la liste de besoins (réels), en liste de souhaits plus ou moins futés, en passant par des tris mensuels, des ventes et dons à la pelle, pour enfin arriver à me voir réellement, comprendre ce qui m’allait ou non, constater avec effroi l’argent jeté par la fenêtre qui aurait été utile à d’autres projets et avoir l’impression de me délester d’un poids énorme. J’en vois presque le bout, et passe à une phase plus « stricte » en voulant me limiter à 5 pièces pour une saison.
Un bon courage à toi pour cette période de renouveau, bien compliquée mais très libératrice. Je passerai lire tes billets à ce sujet avec plaisir :)

Répondre

Camille Le 29 octobre 2013, 22:20

J’aime bien la façon « experte » que tu as d’aborder la chose. Oui, on est beaucoup à être plus ou moins dans le même cas, je suis moi-même en plein tri (enfin, au début). Il y a des moments dans la vie où cela devient une nécessité car on a besoin de mettre en adéquation sa garde-robe à son état d’esprit, surtout quand on franchit un « step ». Moi ça me fait du bien de mettre les choses au clair, de reprendre un peu le contrôle, ça veut dire aussi que je suis plus « nette » dans ma tête.

Répondre

Gaëlle Le 29 octobre 2013, 22:33

Je suis cette démarche assidûment. J’avais découvert le site de Dead Fleurette et d’Une Chic Fille lorsque je m’étais lancée dans ma quête du Dressing Parfait. Je n’ai pas les mêmes références que la plupart des bêtes de mode de la blogosphère, mais les achats compulsifs, je connais… Aujourd’hui, tout n’est pas encore sous contrôle, mais je suis davantage en paix. J’ai donné, je choisis soigneusement, je porte avec plaisir mes vêtements jusqu’à l’usure, et lorsque j’achète, une pièce chasse l’autre. Je pense que je me suis trouvée, et cela aide;-) Ce n’est pas grave si je ne retrouve pas sur les sites ce que je porte, c’est ce que j’aime. A bientôt, j’ai hâte de lire la suite.

Répondre

Tam Le 29 octobre 2013, 22:35

Mais tu n’y vas pas un peu fort là ^^ très très très intéressante cette méthode ! Si des fois tu hésites sur des fringues tu peux aussi nous demander ? Enfin c’est ce que je ferais, sauf que je n’ai pas assez de lectrices pour ça lol
J’espère que tu vas conserver ta robe Tara Jarmon dont je suis absolument fan. Si des fois tu souhaites te débarrasser de ton blazer Zara à pois, je suis preneuse :) bisous

Répondre

andara violette Le 29 octobre 2013, 23:08

Je me reconnais bien dans cet article … Je commence a arriver a me séparer de quelques pièces mais c’est dur. Il reste du boulot …
Intéressant a lire en tout cas.

Répondre

La Reine Souillon Le 29 octobre 2013, 23:18

Ok, je crois que j’ai besoin d’aide psychologique: J’ai encore des vêtements qui datent de mes quinze ans…

Répondre

Anonyme Le 29 octobre 2013, 23:23

Si je puis me permettre de suggérer une approche de tri en douceur, voici ce que je ferais à ta place : je ne jetterais rien dans un 1er temps pour ne pas être confronté aux nombreux dilemmes, en revanche je serais très strict avec moi-même pour ne plus rien acheter de nouveau, sur une période assez longue (1an). Je laisserais les choses se décanter au fil des saisons en mettant les vêtements que j’aurais le plus spontanément envie de porter dans chaque contexte, et constaterais avec le temps lesquels sont les plus superflus ; parallèlement je distribuerais certains vêtements que je suis sûr de ne pas vouloir garder à des connaissances, au gré de leurs besoins ou intérêts manifestés. Le rapport affectif et les souvenirs attachés aux vêtements les moins portés s’estomperaient alors naturellement, et s’en défaire deviendrait comme une évidence au bout d’un délai qui se doit d’être indéterminé, à la manière d’une feuille morte qui finit par tomber de l’arbre en automne, sans que toutes les feuilles ne tombent en même temps ni que l’on sache à l’avance lesquelles se détacheraient en premier…

Répondre

alex Le 29 octobre 2013, 23:41

Bonsoir Charlotte!
Aaaaah, le grand tri. Ca m’a pris il y a quelques semaines, comme à chaque saison. Entre les vieilleries 10 ans d’âge dont je n’arrive pas à me séparer mais que je n’ai pas mises depuis 5 ans, ce qui, il faut bien l’avouer, ne m’ira jamais et les achats compulsifs, il y avait de quoi faire.
Je suis adepte des deux étapes: je rapatrie chez mes parents toutes les pièces sur lesquelles j’hésite. Six mois plus tard, aucun doute: je ne les mets plus et je n’y pense même plus. Les marques, en bon état, finissent sur ebay (c’est laborieux mais ça vaut le coup), je donne le reste. C’est dur, mais ça fait un bien fou! Aujourd’hui, il ne me reste que des pièces que j’aime et qui me vont… même si ça veut dire renoncer aux escarpins, puisque, avouons-le, je ne sais marcher qu’en Repetto, je me sens plus légère. Et quelque part, je suis persuadée que ça m’aide à acheter intelligemment: je n’ai plus aucune envie de faire rentrer des cheaperies dans cette penderie presque parfaite.
Bon courage! Alexandra

Répondre

sidjana Le 30 octobre 2013, 00:47

J’a-dore ! Je me reconnais dans tout plein de trucs, alors je vais essayer de faire (presque) court. En gros, pour duper mon cerveau reptilien qui me dit « gaaarde, on ne sait jamais, si la Troisième Guerre mondiale éclate, tu seras contente d’avoir ce polaire taché et ce T.Shirt camouflage » (le cerveau reptilien dééééteste le changement !), je procède par étapes.

Il y a un coffre sous mon lit, c’est le purgatoire de la fringue, j’y entasse tout ce que je ne porte plus. Dès fois, si je pense à un truc qui me manque, j’ai le droit de le sauver du purgatoire. Mais alors il y a une condition, pour chaque fringue sauvée, je dois en jeter définitivement 2 ou 3. Bon, en général, l’exercice n’est pas trop difficile, compte tenu du nombre de trucs absurdes en taille XS et polyester qui mijotent en boule dans le coffre-purgatoire.

Sinon, j’ai un fichier intitulé « Needs » sur mon ordinateur, dans lequel je note tout ce qu’il me faut « absolument ». Souvent, lorsque je l’ouvre, je supprimer pas mal des choses écrites auparavant, parce que je réalise qu’elles ne sont pas si indispensables. Et puis quelques jours après, je rajoute une de ces choses, etc… Mais alors, quand un truc est sur la liste depuis plusieurs semaines/mois, et que je suis sûre de moi : la chasse est ouverte ! Et je peux passer des heures à faire tous les webshops que je connais pour traquer la pièce parfaire. Il en résulte souvent beaucoup de frustration, parce que rien ne trouve grâce à mes yeux, mais j’ai aussi acheté mes plus belles pièces comme ça…

Résultat, en ce moment, sur la « Needs List », il y a un blazer noir, une chemise Signature d’Equipment en « nature White », et les Pistol noires d’Acne. Trois choses seulement. Mais des belles pièces. Et je me laisse un peu de temps pour les trouver/les acquérir. J’attends bien tranquillement, tapie dans l’ombre de mon écran, que les eshops anglais repérés me proposent un petit -20%. Je jaillirai alors, une CB à la main, cliquant de tous les côtés et poussant un cri de victoire. Sûre en somme d’avoir accompli un acte raisonné (et raisonnable) !! :-)

Répondre

Tokyobanhbao Le 30 octobre 2013, 07:39

Et si j’ai même pas la place de faire rentrer 2 portants à roulette chez moi? Je fais quoi?!:-)
Moi aussi je suis en phase « épure ». J’aimerais trop me débarrasser des choses que je ne porte plus( ou porte mal) mais j’ai du mal à m’en séparer : pourtant ce serait vraiment le rêve d’avoir une armoire qui respire et dans laquelle je piocherais les yeux fermés! Bon faut que je me motive!

Répondre

Jicky Le 30 octobre 2013, 08:11

tes méthodes me paraissent fort susceptibles de marcher. Les portants que tu dis, ma soeur a une méthode similaire – et plus de place ds une maison, aussi, sans doute – elle pratique le « purgatoire des fringues ». Elle met les « douteux » dans une armoire et si au bout d’un an elle les a oubliés, elle peut alors les vendre/donner… ça permet aussi d’avoir une armoire aérée avant l’heure et ça donne encore plus envie de trier, je pense…
Sinon, moi j’en ai qd même une (mais qui prend bcp plus de temps): je ne rie pas « théorique », je trie « pratique »: autrement dit, je mets et photographie dans la minute tout ce que j’ai à trier (avec shoes adéquates). ET Avec décision immédiate (encore mieux si le coach Mr Jicky est là, car si déjà je doute et qu’il dit « vire moi ça tout de suite », la décision est vite prise… La tierce personne est quand même trèèès utile au tri! (si tu doutes, tu peux nous demander, tiens?)

Répondre

Miss Nahn Le 30 octobre 2013, 09:06

Mazette tu viens de décrire ce que mon dressing est en train de subir (c’est presque fini).
On est loin de notre petite Fleurette préférée, mais on est carrément dans ce que j’aime, ce qui me va… j’oserais même ce qui est mon style, même WIP.
Là je suis en mode « assurons-nous que toutes ces belles pièces que j’aime et me vont sont parfaitement ajustées à leur propriétaire ». Tous mes manteaux et vestes passent chez le couturier pour ajustage de longueurs!
Ça fait un bien fou!

(Et je donne mes fringues. Aux femmes de la famille, aux copines, à Emmaüs. Ça aussi ça fait du bien)
(Et ma valise à belles choses est virtuelle: je fais des photos. Et puis je donne).

Répondre

Jicky Le 30 octobre 2013, 09:10

sinon, la (trop grande) quantité de choses dans l’armoire est – que ces choses soient bien choisies ou non – très souvent une garantie qu’on ne met pas tout, et donc du gâchis de fringues… Je crois bcp au « plafond » au delà duquel il faut de toute façon dire stop, et s’y tenir. Imagine si ton armoire n’était que blazers noirs et slim, même là je suis sûre que tu tournerais avec les 3-4 mêmes tout le temps…Tiens, idée!! on devrait inventer des centres de détox fringues: tu entres là 3 mois et pendant 3 mois tu n’as droit qu’à slim, tish blanc, blazer noir et bottines noires. Et après 3 mois de ce « régime », tu rentres chez toi et tu tries!! :-)
Serais curieuse de l’effet produit… Je me demande ce que ça ferait..

Répondre

Aix Parisienne Le 30 octobre 2013, 09:15

Je viens d’avoir un fou rire tellement ce post me parle et correspond à ce que je viens de faire…Penderie tellement allegée qu’elle me semble tout d’un coup un chouia vide..Et j’ai meme réussi le pari de « je donne a Emmaus »…Bon pour l’instant c’est dans un gros sac dans mon entrée (on ne sait jamais que je regrette un truc…) mais je me rapproche du graal !!!!!

Répondre

severine Le 30 octobre 2013, 09:19

Tous ces sujets sur le vide penderie me parlent à 300 % ! Ca fait un an que j’ai commencé maintenant, (ça s’applique d’ailleurs à d’autres domaines que les fringues), et mon truc c’est plus de mettre de côté au fur et à mesure les trucs quand vraiment je me dis que non, c’est pas possible. Ex : un matin, tu te dis « oh tiens je vais mettre ce petit top » et enfilé, ben il est moche, ou porté toute la journée tu t’es pas sentie bien dedans = mis de côté. Après, les week end où j’ai un peu de temps, ou un soir, je prends en photo et je mets en vente. Ca part au rythme auquel ca part, mais au fur et à mesure ca se vide et je mets de l’argent de côté. J’ai même fait une brocante dans mon quartier, qui a permis de bien bien liquider le stock ( bon on vend des choses à 2 euros, mais mis bout à bout ca fait tjs qqchose). Je ne donne plus que les choses que je sais que je ne pourrais pas revendre (troué, taché, décoloré, trop mauvaise qualité). En tout cas ce genre de démarche fait vraiment réfléchir sur la façon dont on achète, du coup je dépense aussi bcp moins et je « pèse » un peu plus chaque achat (vraiment ? sure ? tu vas le porter avec quoi? ..). Merci pour ce sujet en tt cas et bonne journée !

Répondre

severi27 Le 30 octobre 2013, 09:28

Je suis passée par là, pour ce qui concerne le sentiment d’échec face aux sommes dépensées et quelque peu gaspillées, j’ai trouvé le moyen de me sentir mieux en vendant ou donnant, il faut que ça parte de toutes façons sinon le sentiment reste. C’est extraordinaire l’effet que cela produit, avec celui de s’alléger véritablement !
Je n’aurais pas pu pas comme toi prendre ce temps intermédiaire avec les portants car j’avais besoin de me sentir vite mieux, j’ai donc tout sorti de mon dressing et tout mis sur le lit, sélectionner ce qui n’avait pas été porté depuis longtemps, essayer, essayer, essayer, penser en termes de silhouettes et non chaque pièce individuellement, enlever tous les trucs cheap ou dans des matières bas de gamme, garder uniquement les robes en soie, les beaux manteaux intemporels, les belles coupes, le plus beau de chaque catégorie.
Pour les bijoux, j’en ai parlé hier, il ne reste plus grand chose et c’est tant mieux : http://simplicityisnotsoeasy.blogspot.fr/2013/10/new-in-lune-nord-sud-vanessa-bruno.html
Oui ça prend en effet du temps et un peu d’organisation de vendre mais c’est la meilleure option que j’ai trouvée jusqu’à maintenant, il ne me reste que 12 pièces à vendre, j’arrive au bout : http://www.videdressing.com/le-vide-dressing-de-severi27/us-4130.html
Je tiens un inventaire des choses vendues, pour le moment il y en a 38, dont 13 sacs, 6 pochettes ….. et j’ai récupéré 2235 euros, ce qui n’est pas négligeable 😉
Je me suis aussi rendu compte que plus j’ai d’affaire moins j’arrive à choisir quoi porter, alors que quand je vends, je n’ai plus cette difficulté.
Pour finir, je n’achète plus qu’en seconde main car les prix flambent en boutique et que je trouve ça scandaleux, j’en ai aussi marre de perdre du temps dans les magasins !

Répondre

severi27 Le 30 octobre 2013, 09:30

Je pense que mon commentaire va encore partir dans les spams car j’y ai mis des liens ……… :-/

Répondre

Fabignou Le 30 octobre 2013, 09:39

@Jicky : c’est exactement l’expression que j’emploie, le purgatoire des fringues 😀 Je le fais aussi pour les objets, les produits de beauté, les jouets de mon fils. Pas sur un an, en général je suis plus expéditive :-)
Le gros déclic pour moi, a été de partir vivre a l’étranger avec 90% de mes affaires dans un garde-meubles : tout ce qui ne m’avait pas manqué (et que j’avais même oublié, pour être honnête) a été donné.
Bali, se défaire de l’image de soi fantasmée, comme tu dis très justement, je pense que c’est le plus dur. Une fois qu’on a intégré que les fringues sont là pour nous révéler et pas pour nous transformer, la bataille est quasi gagnée. Reste « juste » à avancer dans la connaissance de soi.
Amoureuse des fringues, pas esclave, c’est ma nouvelle devise 😉

Répondre

Déborah Le 30 octobre 2013, 09:58

Je ne sais que trop bien de quoi tu parles! J’ai commencé mon tri il y a un an et demi. Ca a été dur, tout y est passé: ma garde-robe, mes shoes, mes accessoires et même mes sous-vêtements!
Mais je suis contente du résultat.
Ca a été progressif, fait en au moins 3 temps mais ça a changé ma vie.
Je me torture beaucoup moins le matin pour savoir ce que je vais mettre. Et jai ENFIN accepté que oui, ce n’est pas un drame de mettre un pull, une jupe qu’on adore à toutes les sauces!
Et même si ça semble évident, j’ai pris conscience que qualité/finitions/coupe valent 100 fois mieux que la quantité.
En ce qui concerne les pièces qui m’ont définitivement quitté, elles ont fini sur des sites de ventes d’occaz pour les plus belles et chères, chez Emmaus pour d’autres. Et je me suis aussi éclatée à faire des « tout à un euro » dans des brocantes avec ma meilleure amie!
Après il faut trouver ce qui te convient le mieux pour écouler ton stock…
Bon courage!! 😉

Répondre

Lise Le 30 octobre 2013, 10:04

A Berlin, il y a des boutiques second hand de partout, où on trouve du IM, Acne, APC, etc. Donc c’est facile de se débarrasser de ses fringues quand on n’en veut plus ou qu’on constate que notre achat était un failed : un petit tour au magasin, on dépose ses fringues et on récupère l’argent une fois que c’est vendu (déduction faite de la commission du magasin off course). Simple, efficace, peu de dépense d’énergie.
Mais piégeux. Parce que du coup, ça n’incite pas tellement à faire attention à ses achats. On se dit tant pis, si finalement je ne le mets pas, je le vendrai dans un second hand shop.
Bref, tout ça pour dire que je pense que c’est important que tu donnes les fringues que tu as triées. Pour la prise de conscience et pour être certaine que lors de tes prochains achats, tu feras attention à ne pas jeter de l’argent par la fenêtre 😉
Bon courage en tous cas, tu verras, ça fait un bien FOU de n’avoir dans sa penderie que des choses qu’on adore et qui nous vont bien !

Répondre

Mariette Le 30 octobre 2013, 10:14

Et bonjour !

Je ne commente jamais mais te lis regulierement depuis longtemps, et là, j’ai SUPER ENVIE DE DONNER MON AVIS.

D’abord, merci de prendre le temps de nous emmener avec toi dans ces reflexions. C’est super interessant et ça nourrit les miennes. Enfin, ça nourrit mes blocages, surtout. Ouais, ça m’angoisse, quoi.

En effet, je suis incapable de faire ça. 1/ Je ne sais pas jeter, 2/ J’aime la nouveauté (je m’ennuie vite, je crois), 3/ J’ai TROP PEUR de changer d’avis, un jour. Je veux dire… Merde, la mode change si vite ! Je veux pas dire les tendances, je veux dire la mode. Ne nous voilons pas la face, nos enfants trouveront ça ridicule, les slims, comme on regarde d’un oeil mérpisant les pantalons trompette, ou encore les pantacourts (si, si, on a oublié, mais ça a été cool à un moment, le pantacourt moulant, là)… Et le masculin-feminin, le no-total-look, la dédramatisation de la féminité qui nous habille toutes ces dernières années, ben ça sera has been, non ? Un exemple : il y a 10 ans, j’ai acheté chez Emmaus un blouson en cuir olive avec des epaulettes pour 5€ parce que « On verra, de toute façon c’est pas cher, ouais on s’en fout, qu’il pue un peu. » Le truc super 80’s. 10 ans que je le trimballe de déménagement en déménagement, qu’il est avec mes « blousons et manteaux », même pas rangé dans un carton. JE NE L’AVAIS JAMAIS MIS avant il y a quelques semaines, et depuis, je ne sais pas pourquoi (miracle), je sais l’apprivoiser, je l’adore, je le mets au moins une fois par semaine. ALORS ? Que dis-tu de ça ? Qu’est-ce que j’en fais, de ces vetements-là ? Je me dis qu’ils ont tous une chance de briller un jour, les vetements que je ne mets jamais, non ?

Répondre

Les envies d'Oly Le 30 octobre 2013, 10:42

Comme je te comprends!!!
Je m’y suis attelée à la fin de l’été, et ai mis plus d’un mois à donner mon carton de vêtements dont j’avais décidé de me séparer…
Mais tu verras, on les remplace vite!!!

xxx

Répondre

Thiad Le 30 octobre 2013, 10:44

Je trouve ta proposition vachement percutante !! Tu as raison en général il faut des choses spectaculaires pour que ça marche, enfin je pense.
Moi je sais que j’ai 3 façons de me débarrasser, les pièces de marque je les vends sur Ebay (chiant mais plus pseudo rentable), les autres c’est une brocante une fois par an (méga chiant, je vends genre 60 pièces pour en racheter 1, mais agréable de voir qu’on ne gâche pas et et qu’on rend service à d’autres gens) et ce qui ne s’est pas vendu c’est donné (pas chiant mais pas rentable et je suppose que ça va servir mais là je ne le vois pas vraiment, mais je ne gâche pas…).

Tout ça pour dire que ta proposition est très tentante mais j’ai cette crainte de me retrouver devant un dressing plutôt vide et d’avoir cette impression déprimante que je suis toujours habillée pareil et que je manque d’envie, alors même que je mets des choses qui me vont… ceci dit ta solution permet un retour en arrière alors je dis pourquoi après tout…!

Répondre

Nina Le 30 octobre 2013, 10:46

Quel travail de titan! Je ne sais pas si je serais capable de me lancer là dedans… Je fais régulièrement du tri dans mes fringues, histoire de virer ce qui ne me va plus/plaît plus, sans pour autant poursuivre le but d’épurer ma garde robe, et c’est déjà HARDCORE!

Il y a effectivement toutes ces fringues qu’on adore mais qu’on a jamais mises, d’autant que je suis la pro de l’achat type « oh c’est un peu grand/long/je sais pas quoi, mais je vais le retoucher et ca sera parfait! ». Sauf que je sais toujours pas me servir d’une machine à coudre, donc la retouche attend depuis des années maintenant, et je me dis encore et toujours que ca viendra, et pourquoi payer une couturière quand on peut le faire soi-même? Bon, ça m’a quand même soulée ce comportement, et j’ai quand même réussi à bannir ce comportement. Tant pis si je laisse derrière moi une robe trop-mignonne-mais-qui-baille-dans-le-dos-pas-grave-je-la-retoucherai! Sans compter les fringues vintage qui attendent elles aussi une retouche, voire une transformation radicale…

ll y a toutes ces fringues souvenir que j’arrive pas à jeter aussi. Typiquement, tous mes vêtement Hard Rock Café achetés ado à chaque fois que je visitais une capitale. Ce T-shirt Roxy pour lequel j’ai économisé comme une digue, ado encore (j’étais fan de cette marque), que j’ai pris en S parce qu’il y avait plus de M, mis trois fois parce qu’il quand même un peu trop petit et aussi légèrement transparent au niveau de la poitrine.

Il y a ces fringues que l’on adorait, qu’on a porté des dizaines de fois, mais qui ne sont plus nous maintenant. Mais qui nous regardent avec des yeux larmoyants quand on veut s’en séparer, qui nous disent « voyons, j’étais ta jupe patineuse en satin vert préférée il y a deux ans, tu peux pas me jeter comme ça! » (Alerte psycopathe!)

Et il y a les chaussures. J’en ai une vingtaine de paires, j’en porte plus la moitié, étant donné que je me suis « déshabituée » des talons (au grand désespoir de mon homme)… J’ai même une paire avec laquelle je me suis fait une entorse (la HONTE) mais que j’ai achetées en cachette de mon copain de l’époque qui les détestait, et que tout mon entourage trouve jolies. La plupart sont issues d’achat compulsifs lorsque j’étais en prépa, une période qui d’ailleurs a vu ma garde-robe doubler de volume, période où j’ai voulu me créer un style, période des achats superflus. J’en suis sortie heureusement!

Alors l’épure de la garde robe, c’est pas gagné. Je ne suis même pas sûre d’avoir trouvé « un style », et à 23 ans c’est peut-être normal. J’envie, j’admire toutes celles qui se sont trouvées. J’aimerais, moi aussi, avoir un style reconnaissable. Me dire, quand je vois une fringue, « ça c’est tout moi ». Mais je n’y arrive pas. J’aime le (no-)look jean-marinière-converse un jour, le lendemain c’est robe à fleurs et bottines. Un jour hippie, le lendemain casual, le jour d’après vintage, bref, je suis schizophrène de la mode. Ma règle c’est un peu « forget the rules, if you like it, wear it ». C’est peut-être ça, ma signature? (la bonne excuse!) Je sais quand même plus ou moins ce qui me va, j’admire des styles que je ne tenterai sans doute jamais car je sais que c’est incompatible avec mon physique/que ca ne correspond pas à l’image que je me fais (ou que je veux donner?) de moi. Ai-je tort? Devrais-je porter ce que j’aime, quand bien même ce n’est pas ce qu’on attend et ce que j’attends de moi?

Malgré ça, je me sens parfois dépassée le matin devant mon dressing, envie de rien, je finis par enfiler un jean et un Tshirt (après avoir testé 3 tenues différentes) et je me sens négligée toute la journée. Dans ces moments là, je me dis que j’ai besoin de nouveauté dans mon dressing, et c’est la porte ouverte à toutes les dérives. Sauf que j’ai encore du mal à mettre 100€ dans une seule pièce (syndrome post-vie étudiante), mais je n’ai aucun problème à acheter 5 pièces à 20€. Niveau prix, au final, c’est la même chose, sauf que j’ai 5 pièces à la durée de vie incertaine là où je pourrais avoir une belle pièce bien coupée. Oui, mais si je m’en lasse? Avec 5 pièces à 20€ au moins, je peux pas vraiment me lasser des 5 en même temps. Et si une seule me sort par les yeux, ça n’est toujours que 20€. On en revient toujours au même point : investir dans les vrais basiques, acheter plus cheap pour ce qui passera de mode. Et là se pose aussi la question de l’environnement. Je me dis que toutes ces fringues « inutiles » que j’ai achetées, ces fringues cheap dont je me lasserai au bout de six mois quand la tendance sera passée, c’est du gaspillage. Sans parler des conditions pas très éthiques de production… Mais est-ce que les grandes marques font mieux de ce côté là? La qualité est-elle toujours au rendez-vous quand on met 200€ dans une pièce?

Le coup des deux portants, je l’ai vécue un peu plus de six mois. Je suis partie en semestre Erasmus l’an dernier, mon dressing s’est donc limité en tout et pour tout au contenu d’une valise de 23kg. (Bon, ok, un peu plus quand même, mes parents et mon homme ayant apporté/ramené en France quelques trucs lors de leur visites respectives) Et quand on sait que j’étais en Allemagne en plein hiver, les 23kg sont vite atteints avec des pulls et des manteaux! Autant dire que planifier une garde-robe pour les six mois à venir de façon aussi restreinte, c’est pas de la tarte. Il faut résister pour ne pas emporter toutes ces fringues qu’on adore, qu’on veut avoir sous la main mais qu’on met une fois l’an. Il faut prévoir qu’on va se CAILLER, et donc qu’il faudra manquer de rien et parfois privilégier le confort/la chaleur au style (exit donc les jolies petites robes de mi saison, là bas l’hiver commence en Octobre, c’est dit!). Et surtout pas (trop) de shopping pendant 6 mois. Parce qu’au retour, ça doit à nouveau rentrer dans la valise.

Après ce semestre, j’ai déménagé directement sur le lieu de mon stage de fin d’études sans passer par la case chez-papa-maman pour récupérer d’autres vêtements. Eh bien je peux te dire que l’expérience du portant, au bout de six mois, elle m’est sortie par les yeux. J’avais devant moi tout ce que j’avais porté non stop pendant un semestre, et j’en POUVAIS PLUS! Je pensais à toutes ces autres fringues qui m’attendaient chez mes parents, même si certaines ne voient la lumière du jour qu’une fois tous les trois mois. Oui, même celles-là je les voulais avec moi! Ne serait-ce que pour les avoir sous les yeux, me dire que j’avais le CHOIX. Est-ce que ça veut dire que j’avais mal planifié ma garde robe des six mois? Pourtant j’avais essayé de choisir ces fringues qui font partie de ma rotation régulière. Est-ce que je dois revoir ma liste de favoris dans ma garde robe? Est-ce que je n’ai pas vraiment trouvé « mon style » après tout? Est ce que je suis trop droguée au shopping, à la société de consommation, au besoin de nouveauté?

J’ai quand même eu la possibilité de retourner chez mes parents pour récupérer des fringues lors des divers ponts et autres weekends prolongés, autant dire que j’avais envie de TOUT embarquer avec moi, mais j’ai quand même du faire un choix, valise non-extensible à l’infini oblige. Alors même si c’est pas aussi radical que mon semestre en Erasmus, je vis avec une fraction non négligeable de ma garde-robe, qui, parfois, me sort intégralement par les yeux! Sauf qu’en ce moment, le shopping aussi me sort par les yeux, cf raisons environnementales plus haut, et aussi le fait que je ne trouve pas grand chose à mon goût en boutique actuellement. Enfin si, mais je suis en quelque sorte blasée depuis quelques temps. Je n’ai plus cette palpitation du shopping, ce qui n’est pas plus mal en même temps, ça évite les achats compulsifs (dans lesquels je pourrais me vautrer maintenant que j’ai un boulot et surtout un salaire!) Je me dis « à quoi ca sert que t’achètes ça, tu sais que tu en auras bientôt marre! » Peut-être que je suis plus mûre que je ne le crois pour l’épure de ma garde robe? (Ou peut-être que je vis une période d’achats compulsifs culinaires et déco pour compenser? Au secours!)

De là à arriver à une garde robe à 35 pièces, il y a un pas que je n’oserai pas franchir, pas de suite en tout cas. Je suis consciente de mon besoin de variété dans mon dressing, mais je veux éviter l’overdose. Après tout, trop de choix tue le choix. Comme toi, je n’ai pas ce style épuré qui permet de réduire son dressing au contenu d’un bagage à main (je ne suis pas obsédée par les valises, ça va bien merci 😉 Et puis 35 pièces, dont 7 Tshirt/blouses, entre nous, est-ce que c’est vraiment viable? Ca sent la machine à laver (presque vide) tous les trois jours, et quand, comme moi, on n’en a pas une à l’appart (période post-vie étudiante oblige… bis) c’est tout simplement IMPENSABLE!

Donc pour l’instant, ma résolution d’épure de la garde robe se résume à des achats plus raisonnés, de meilleure qualité, non redondants, et à continuer à se débarrasser au fur et à mesure de ce qui ne me correspond plus. Enfin j’essaie… Il faut dire que la perspective d’un prochain déménagement, qui arrivera je ne sais quand, mais qui arrivera fatalement, me pousse aussi à ne pas trop accumuler (j’en ai fait trois en l’espce d’un an alors je sais de quoi je parle!…) Peut-être que LE tri, le vrai, la quête de la garde robe parfaite viendra plus tard, je le redis, à 23 ans c’est peut-être un peu tôt. Bref, tout ça pour ça… Merci de m’avoir lue jusqu’au bout (miss pavé 2013, c’est moi!) si tu l’as fait! Je te souhaite beaucoup de courage pour ton tri, j’ai hâte d’en connaître la suite!

Répondre

Jicky Le 30 octobre 2013, 10:51

je pensais à un autre critère de tri (chez moi, ça marche): c’est la fringue (ou shoes) en concurrence directe avec une autre parce que différente mais au final similaire (d’usage, de style, de forme, de couleur, que sais-je…). Si l’une des deux est portée systématiquement plutôt que l’autre, à l’heure du choix, alors EXIT celle qui n’est jamais choisie! (c’est bien plus fréquent qu’on ne le pense… et ça permet un tri régulier et progressif)

Répondre

Zeline Le 30 octobre 2013, 11:29

Bonjour,

je vous transmets un dialogue (pas si imaginaire), et une réflexion relatifs au mystère féminin des chaussures…

La Romantique : Salut ! On déjeune ensemble ?

Pour conserver son anonymat, je surnommerai cette amie « Rita », en hommage à sa belle chevelure)

Rita : Euh, oui

La Romantique : Cache ta joie surtout.

Rita : En fait, ce matin, j’étais en retard, et je n’avais pas de chaussures accordées à ma tenue dans le placard …

La Romantique : … loin de moi l’idée de t’interrompre, voire de te demander le rapport avec ma question initiale, mais …

Rita : … j’y viens. Et si tu me coupes, on ne va pas s’en sortir.

La Romantique (domptée) : J’attends.

Rita : DONC. Je cherchais des chaussures noires mi-saison. Et j’ai finalement mis la main sur une paire de bottines dont je ne me souvenais absolument pas. Mais je n’avais plus le temps de réfléchir à leur provenance, je les ai enfilées, et hop, en voiture.

La Romantique : C’est fini ? Je peux me montrer impertinente ?

Rita : Tu as un fond très méchant.

La Romantique : On déjeune ensemble, ou pas ?

Rita : J’ai mal aux pieds.

La Romantique : Mais, déjà ? Je veux dire, depuis ce matin ?

Rita : En fait, entre la maison et la voiture j’avais déjà mal. Et arrête de rire.

La Romantique : Et tu en es à quel stade actuellement ?

Rita : J’envisage l’amputation.

La Romantique : On va se faire livrer des sushis. Je m’arrête de rire, et je commande.

Cette conversation qui pourrait paraitre superficielle à certaines âmes chagrines et masculines révèle pourtant un mystère féminin insondable.

Comment peut-on (par « on », j’entends les femmes) s’imaginer qu’une paire de chaussures qui s’est avérée aussi confortable qu’un engin de torture moyenâgeux, puisse un jour nous aller ?

Chaque femme a, un jour (de soldes, d’optimisme), acheté des chaussures qui, au bout de 3 heures d’utilisation ont transformé ses pieds en plaies sanguinolentes.

Le soir venu, cette même femme (après une visite chez le podologue) a soigneusement rangé ces coupables chaussures dans une boite, elle-même placée dans un placard, en se disant :

– elles sont trop jolies, je ne peux pas les jeter,

– dans 1 an, elles m’iront peut-être,

– je les garde, on ne sait jamais.

Or, il n’y a JAMAIS de miracle. Le pied ne s’adapte JAMAIS à la chaussure, qui ne se transforme JAMAIS en pantoufle de vair.

Il n’y a pas de Prince Charmant. Il n’y a pas de Chaussures Charmantes.

Je sais. La vérité est cruelle. Mais elle est implacable. Et elle remplit nos placards.

Et en plus, le livreur de sushis n’est pas venu (il avait un planning de ministre)

Répondre

L'Oliphant Le 30 octobre 2013, 11:58

La dernière fois que j’ai fait un gros tri, j’ai regretté un jean « flare » que j’avais décrété alors démodé…comment donc éviter les plantages??? puisque la mode va et vient?

Répondre

Alexandra (Mademoiselle Modeuse) Le 30 octobre 2013, 12:08

Oh mon Dieu ! Ton dressing, c’est du lourd, et à côté de ça, je suis une petite joueuse.
Pas simple de trier, j’ai beaucoup de mal également, mais je vais appliquer à la lettre tes bons conseils, je pense que ça va m’aider…ou pas.

Au plaisir de te lire, toujours dans la bonne humeur.

Alexandra.

Répondre

Elli Le 30 octobre 2013, 12:18

« comme si c’était les renier ou me renier moi. Il faut accepter l’idée (douloureuse) qu’on a jeté pas mal d’argent par les fenêtres. »
J’aime comme tu as mis de mots sur ce que je (et d’autres) vis. C’est bien écrit et passionnant. Surement si futile pour d’autres personnes autour de moi néanmoins ! Ce qui me turlupine c’est que j’ai beaucoup trié ces derniers temps, j’ai vendu en brocante, j’ai fait deux gros sacs à donner, un pour une asso et un pour mes copines (pas forcement intéressées au final) et j’ai vendu quelques rares pièces sur ebay (en effet BEAUCOUP d’energie pour pas grand chose) – et je pensais pouvoir respirer dans mon dressing. Que nenni, j’arrive pas à tout caser ! Mais comment je faisais avant ? C’est dingue.
J’ai aussi décidé de ne rien acheter pendant quelque temps mais je n’ai pas tenu. C’est comme un régime. Dès que j’ai décidé ça j’y pensais jour et nuit ! C’est grave, docteur ? Pour toi ça doit être encore plus compliqué : après tout tu es blogueuse mode, si tu ne renouvelles pas, si tu montres que des pièces qu’on ne peut plus trouver, ça perd un peu de son sens, non ?
Je garde ton article dans mes favoris !
PS / chapeau de te souvenir de toutes les années où tu a acheté tes fringues, quelle mémoire !

Répondre

Elli Le 30 octobre 2013, 12:20

Et j’ajoute que je suis d’accord avec le com de L’oliphant : j’ai eu des regrets de choses dont je me suis séparée. Et comme toi mon poids fluctue beaucoup donc c’est encore plus compliqué de se décider. Mais après tout j’habite Paris et il faut admettre que je n’ai plus de palace dans mon appart pour tout ça !

Répondre

Peggy Le 30 octobre 2013, 12:49

J’ai fait une partie l’exercice à la rentrée. J’ai commencé par mettre en vente une partie, qui valait un peut d’argent (appli iphone le bon coin juste parfaite), et le reste, dans des grands sacs poubelles.
J’ai donc donné 3 sacs de 50 litres de fringues. A qui ? Mes voisines/copines qui se sont éclatées à choisir, essayer et qui portent régulièrement des fringues que je n’ai jamais porté ou peu ou trop. Je suis hyper contente qu’ils servent à nouveau, hyper contente d’avoir fait plaisir et accessoirement d’avoir fait de la place dans ma penderie. (je me suis fait payé en réalité : on a partagé une bonne bouteille de vin ensemble, c’était chouette).
Et ce qui ne plaisait pas est partie dans une association.

Répondre

Emi San Le 30 octobre 2013, 13:17

J’ai lu avec intérêt ton article, de meme que les commentaires des internautes, car moi aussi ce sujet me turlupine depuis un moment.

J’ai beaucoup lu sur le sujet, demandé conseil à des copines, etc… sans doute trop, car il me semble que cette phase d’information sur la meilleure méthode à appliquer était en fait une sorte de procrastination déguisée. Sur le papier, c’était clair, dans les faits, c’était un peu moins concluant…

Bref, après de longues tergiversations, je me suis (enfin) lancée (hourra!).
Voilà en résumé ce que je peux te dire de mon expérience:

1) la méthode radicale n’est pas faite pour moi. Il y a des personnes qui se lancent et en un WE c’est fait. Perso je n’ai pas envie de me faire violence. Afin de ne pas me retrouver découragée devant la tâche à accomplir avant meme de commencer, j’applique la méthode des Baby steps. Chaque semaine, je définis un tiroir, ou telle partie de la penderie, boite à bijoux (etc…) et je ne trie que ça, et après j’arrête.

2) Lors du tri de ce fameux tiroir par exemple, je sors tout pour ne pas être tentée d’oublier quelque chose, et j’essaye tout avec diagnostic devant le mirroir. Là j’essaye d’etre objective (pas encore trouvé de méthode pour l’être à 100%), et je distinguee 3 cas de figures.
Soit je suis réellement convaincue qu’il faut garder telle pièce, auquel cas je la remets illico dans le tirroir.
Soit ca ne va clairement pas, je mets les pieces concernées dans un sac à part.
Ou alors je ne suis pas sûre, auquel cas je me laisse le temps de la reflexion pendant une semaine, les pieces concernées sont rangées dans un sac à part. Au bout d’une semaine je regarde de nouveau le contenu du sac et je réponds pour moi même à la question pour chaque pièce: qu’est ce qui me plait/retient à cette pièce, qu’est ce qui me déplait? Si ca ne me va plus (ou ne m’a jamais été, ne nous voilons pas la face), ça rejoint le sac à donner/vendre.

3) Si j’ai un lien sentimental avec quelque chose en particulier, j’en fais une photo pour le souvenir, et ensuite ça rejoint le sac à donner/vendre.

4) Une maxime lue dans le bouquin “l’art de la simplicité” de Dominique Loreau m’a beaucoup aidée à me débarasser de fringues et maquillage/produits de beauté que je ne portais pas: les affaires que nous accumulons mais ne portons/utilisons pas nous donnent au quotidien une mauvaise conscience, et un sentiment negatif (car acheté cher, car donne un sentiment d’échec de ne pas avoir l’image désirée, etc…), S’en débarasser libère de ce sentiment negatif. Avec le recul je trouve que c’est vrai (pour moi).

5) Que faire du sac avec les affaires dont on a decide de se débarasser?
Les affaires de valeur, je les ai vendues sur des sites style Leboncoin, ou mis dans un depôt vente de fringues de marques à côté de chez moi. Ca demande moins de boulot et ca rapporte quasiment autant.
Avec des copines, on a organisé entre nous une “Swap party”. Le principe est que chacune amène au moins 15 affaires (nous avions de tout: fringues, bouquins, DVDs, maquillage, bijoux, produits de beauté, deco) en bon état et dont elle n’a plus l’utilité. On installe tout bien sur cintres, table etc… Chacune à tour de rôle prend 1 ou 2 articles qui lui plaisent vraiment et ainsi de suite jusqu’à ce que les affaires restantes ne soient intéressantes pour personne. Ce qui reste est donné à Emmaüs ou equivalent. Ce qui est chouette, en plus de passer un bon moment, c’est de savoir que des affaires (dont on a souvent eu un mal de chien à se séparer) font le bonheur d’une copine. Lors de l’essayage, les copines ont un regard critique et disent franchement si c’est flatteur ou pas (comme quand Carrie fait du tri dans son dressing dans sex and the City :-)). Enfin inutile de préciser qu’il n’y a aucune obligation de ramener quoi que ce soit chez soi…

Bon courage! De mon côté je continue lentement mais sûrement.

Répondre

Murielle Le 30 octobre 2013, 13:20

Quand je fais un peu de tri, je remarque que les vêtements que je garde en cas où…. et bien finalement je ne les mets jamais plus…
Il est grand temps que je fasse un grand tri mais pour moi, impossible de revendre, j’ai beaucoup de choses pas chères et comme je les garde longtemps, beaucoup trop longtemps donc je les donne.
Maintenant j’ai décidé d’acheter moins mais mieux, du coup même si je vais faire un tour au H&M, maintenant je ressors souvent les mains vides…ou alors uniquement avec des accessoires, collants, chaussettes…

Répondre

Magali Le 30 octobre 2013, 13:20

Décidément, j’aime toujours autant ton blog car tu sais toujours nous surprendre.
J’ai suivi de loin le concepte de Dead Fleurette via d’autre blog, notamment celui d’Une Chic Fille. Ca m’a fait réfléchir à mes achats et évidemment à ma penderie. En plusieurs étapes, je l’ai épurée jusqu’à tenter de garder uniquement les pièces qui vont d’office avec 4 tenues différentes. Dans mes achats actuels, j’essaie de m’y tenir également. Et sincèrement, c’est tellement plus facile de choisir comment s’habiller le matin lorsque tu n’as que des choses qui te vont et qui vont avec tout :-) Bon, il y a toujours des entorses à ce petit règlement que je me suis fixée mais il y a tout de même du progrès :-)
Ah, et j’ai donné les habits qui ne m’intéressaient plus à une association qui s’occupe de personnes moins favorisées par la vie.. Il n’y avait rien de bien cher .. hormis un manteau en cuire. J’ai hésité à la vendre et puis me suis imaginé les yeux de celle qui le trouverait dans mon tas d’habits :-) Alors je l’ai laissé :-)
Il me tarde de suivre tes prochaines étapes « capsule » !

Répondre

mouchetsetse Le 30 octobre 2013, 13:31

Hey, j’adore ton article! Si jamais tu te décides de donner, je suis là:)))

Quant à moi, tous les fringues que je n’aime pas, je ne porte plus depuis un an, je,donne tout à ma maman qui vit en Biélorussie et qui n’a pas de moyens pour s’acheter quoique ce soit. On fait une penderie commune!
Bises

Répondre

Anne Le 30 octobre 2013, 13:31

Bonjour, dans une démarchage de simplicité, j’ai commencé par prendre en photos la totalité de mon dressing. Puis, j’ai noté toutes mes possessions détaillées et comptabilisé le nombre de pièce totale. J’ai essayé et décidé de jeter tout ce qui était abimé ( même si j’aimais cette pièce) et qui ne m’allait pas (pas forcément une question de taille mais de morphologie). Ensuite, j’ai réfléchi à l’interaction entre les pièces que j’avais, l’objectif étant qu’une pièce doit aller avec plusieurs pièces (cohérence de la garde robe). Bref, étape après étape, j’en suis à 46 pièces…et c’est pas mal. Aujourd’hui, le principe est : pour une pièce achetée, une pièce qui s’en va…et finalement le plus dur c’est pas le tri c’est de si tenir. Bonne continuation!

Répondre

Pensées d'une Shoesaholic Le 30 octobre 2013, 14:06

Pas sûre que toutes mes fringues tiendraient sur seulement deux portants :)
De toute façon, je me suis résignée: je suis dans 18m², j’ai deux étagères ridicules. Même en triant à fond, je n’arriverai pas à tout ranger. De temps en temps, je donne des vêtements à Emmaüs, mais même en donnant, j’ai l’impression que ça ne diminue pas. Alors je ne trie pas, tout traîne dans des sacs plastiques par terre.

Répondre

Y-Lan Le 30 octobre 2013, 14:09

Super article, je suis en plein dans ce type de réflexions.

Mais vraiment, je ne sais pas par quel bout prendre le problème.
Le coup des deux portants, pourquoi pas (mais il m’en faudrait plutôt 10, si je veux TOUT sortir…)

J’ai aussi le souci du mélange de saisons dans ma penderie et j’ai du mal à m’y retrouver. Je finis par toujours porter les mêmes choses qui se trouve à porter de main. Mais quand je fouille, je retrouve des merveilles que je remets devant et hop, un nouveau cycle…

Pas gagné tout ça…

A+

Répondre

Laëti Le 30 octobre 2013, 14:10

Coucou,

C’est vraiment très joli :)

Laëti

Répondre

Clem Le 30 octobre 2013, 15:31

Alors moi je voudrais juste parler d’une petite astuce, j’essaie de faire du tri dans mon placard aussi depuis pas mal de temps, ça commence à avoir de la gueule cette histoire. Mais parfois j’ai des vêtements que je ne veux pas donner ou jeter parce que j’aime trop le tissu, à motif en général, même si la forme est horrible. Dans ce cas je garde le vêtement dans ma boite à tissu et dès que j’ai l’occaz de coudre une trousse à quelque chose (on est des filles, on a toujours besoin d’une trousse à quelque chose), j’utilise le tissu pour la doublure par exemple. Ça me permet de lui donner une seconde vie et de pouvoir continuer à l’admirer autant que je veux. Voilà ! Bon ça marche seulement si on coud un peu mais l’astuce peut servir à d’autres. En tout cas c’est super de pouvoir lire les techniques de tout le monde dans cette démarche.

À Bientôt !

Répondre

Anouch Le 30 octobre 2013, 15:40

Toujours difficile de trier et un matin on se réveille en se disant « Allez ! c’est parti » sauf qu’au final impossible de se séparer de plus de 5 pièces :)

Bises

Ps: j’aime beaucoup ton blog

Répondre

Segolune Le 30 octobre 2013, 16:38

Il y a cette dataviz vraiment marrante qui dit tout et qui s’appelle « Unf**k your closet » http://visual.ly/uncfk-your-closet

Répondre

lareveuse95 Le 30 octobre 2013, 17:01

Moi ca va, je change souvent de gout donc je vire ce que j’aime pu sur mon vide dressing ^^

Répondre

violetteb Le 30 octobre 2013, 17:08

Merci bali ,tu as su mettre des mots sur ce qui me travaille ,en complete deprime hier dans mon dressing , je connais toutes les recettes mais difficile à mettre en oeuvre, un manque d argent m’ a remis les idees en place et je n’achete presque pas, a ce jour je charge ma voiture de cartons de la honte direction la cave parentale ,une fois que je serais emotionellement calmee vide grenier emmaus copine ou retour en grace.
SUrtout merci je lis les coms et je sais que je ne suis pas seule ,merci mariette et son blouson a 5 euros j’ai le meme depuis 20 ans……car pour tout arranger je suis loin d etre une perdrix de l’annee.!

On attend le debrief dans 2 mois

Répondre

Colombe Linotte Le 30 octobre 2013, 17:33

Moi j’adore le fait que tu saches combien PESE UN POULET FERMIER.
Bisou.

Répondre

matchingpoints Le 30 octobre 2013, 17:48

Mais c’est un véritable travail de scientifique et de recherche…
Non, on se moque pas de vous, parce que nous aussi, souvent, on essaie de trier, de ranger, de nous concentrer sur l’essentiel, d’être logique. Alors on commence et au bout d’un moment s’arrête parce que qu’est ce qui est vraiment nécessaire, et là, là on commence à philosopher et c’est foutu :)

Répondre

Valguki Le 30 octobre 2013, 20:22

Le trip tri et rangement, je connais, mon placard fait un mètre de large donc je trie tout le temps.

Mais sur ce blog, j’ai toutes les bonnes idées pour bien le faire : http://sorganiser.wordpress.com/blog-de-laurence/

Toutefois je te conseille de vendre plutôt que de donner. Même une petite somme pour débarrasser vaut mieux que rien du tout. C’est plus facile de faire le deuil.

Bon destockage.

Répondre

severi27 Le 30 octobre 2013, 21:27

Je suis passée par là, pour ce qui concerne le sentiment d’échec face aux sommes dépensées et quelque peu gaspillées, j’ai trouvé le moyen de me sentir mieux en vendant ou donnant, il faut que ça parte de toutes façons sinon le sentiment reste.
C’est extraordinaire l’effet que cela produit, avec celui de s’alléger véritablement !
Je n’aurais pas pu pas comme toi prendre ce temps intermédiaire avec les portants car j’avais besoin de me sentir vite mieux, j’ai donc tout sorti de mon dressing et tout mis sur le lit, sélectionner ce qui n’avait pas été porté depuis longtemps, essayer, essayer, essayer, penser en termes de silhouettes et non chaque pièce individuellement, enlever tous les trucs cheap ou dans des matières bas de gamme, garder uniquement les robes en soie, les beaux manteaux intemporels, les belles coupes, le plus beau de chaque catégorie.
Pour les bijoux, j’en ai parlé hier sur le blog, il en reste peu et c’est tant mieux.
Oui ça prend en effet du temps et un peu d’organisation de vendre mais c’est la meilleure option que j’ai trouvée jusqu’à maintenant, il ne me reste que 12 pièces à vendre, j’arrive au bout http://www.videdressing.com/le-vide-dressing-de-severi27/us-4130.html
Je tiens un inventaire des choses vendues, pour le moment il y en a 38, dont 13 sacs, 6 pochettes et j’ai récupéré 2235 euros, ce qui n’est pas négligeable 😉
D’une façon générale, plus j’ai d’affaires moins j’arrive à choisir.
Pour finir, j’achète au maximum en seconde main car les prix flambent en boutiques, je trouve ça scandaleux, j’en ai aussi marre de perdre du temps dans les magasins !

Répondre

Lor Le 30 octobre 2013, 23:49

Merci pour ce post très intéressant.
Cet été, j’ai tenté. Inspirée par Béa Johnson, comme je te le disais dans un com passé. (Par son blog US que je lisais depuis un moment, mais depuis elle a sorti un livre en français).
Pour partir un mois en vacances (Tarn dans la forêt, puis Corse), j’ai tenté « ma » collection capsule : un jean bleu confort Tommy H., un jean rose Zara, un short en jean, une salopette marine, QUELQUES tee-shirts assez basiques (un fushia, un blanc à motif, un anthracite etc.), deux pulls (un rouge texturé, un marine ras du cou tout simple), une tenue doudou pour le sport ou pour traîner (sweat capuche et survêt), deux robes plus habillées Tommy H et deux robes Petit Bateau sans forme à ceinturer (une indigo, une fushia), deux leggings multifonctions et quelques accessoires (où je classe un peu lâchement les dessous et les maillots…, mais juste deux ceintures !).

OK, ça peut sembler beaucoup, mais je suis partie un mois entier (3 août-3 septembre), j’ai fait de la rando, je cours, il n’a pas fait très chaud dans le Tarn et j’ai deux petites en bas âge qui peuvent me pourrir une tenue en deux minutes en cas d’inattention.

Hé ben rien ne m’a manqué. J’étais même plutôt mieux habillée que les autres étés, avec l’impression de réfléchir vraiment mieux à ce qui m’allait ou non. Ces deux robes Petit Bateau un peu sac, achetées pendant ma grossesse et plutôt grandes, se sont avérées géniales en plein d’occasion avec une petite ceinture tressée en cuir et des sandales plates, ou carrément en retour de plage telles quelles, ou le soir avec un cardigan long et un legging dessous.

Je me suis promis : si rien ne me manque, je m’y mets plus sérieusement. En fait, j’avais déjà fait des grands sacs de dons et des lots de ventes sur eBay aussi. Mais pas mal de dons à quelqu’un que je connais. Mais là je me suis rendue compte qu’avec moins, je m’habillais mieux. Et ça m’a permis d’exhumer quelques pièces que j’avais oubliées et qui ont carrément fait l’affaire. (Et aussi de revendre entre 15 et 25 eur sur eBay des fringues qui m’avaient coûté bien plus, mais qui m’ont fait un petit pécule sympa sur Paypal, pour acheter des bouquins, cadeaux d’anniv ou autre chose…).

Bref, je te suivrai avec plaisir dans cette démarche. J’avoue que j’avais commencé à me détourner des blogs mode depuis quelque temps par désintérêt pour le zapping et le saisonnier, mais finalement ce sont les blogs mode qui alimentent un peu cette tendance…

Répondre

Lor Le 30 octobre 2013, 23:52

cette tendance de l’épure et du less is more, je veux dire.

Répondre

Nunu Le 31 octobre 2013, 11:10

Eh bien bon courage ^^ Sans avoir la force manichéenne de Marie, la chic fille (ou le trop épuré de Dead Fleurette), le tri est vraiment le plus dur une fois que tu as le pied à l’étrier (à les trier ici ?? oui bon).
Comme la mode est un éternel recommencement, il faut pouvoir déjà cibler les intemporels, les basiques puis les ‘coup de tête’ et ‘coup de coeur’ (et donc avec mon questionnement, j’ai l’impression d’écoper l’inondation de fringues de mon dressing avec une petite cuillère ahem).
Mais une bonne piste pour toi ce serait déjà de virer tous les doublons (ou parfois triples achats identiques) non ?

Répondre

asnajda Le 31 octobre 2013, 11:54

merci merci pour cet article… mon chantier des deux mois qui viennent.

Répondre

le dressing de Fanny Le 31 octobre 2013, 15:13

Par expérience : NE DONNE PAS ! Tu n’as pas envie de voir feu tes vêtements fétiches sur une autre qui pourra potentiellement mieux les porter que toi (la garce). Regret assuré !

Répondre

nothing Le 31 octobre 2013, 15:26

Bonjour !
Moi je vois tellement d’occasions de ne pas trier !
1. moi-même j’achète des vieux trucs vintages…alors j’aime les garder !
2. plus tard j’ai envie que ma fille puisse s’éclater en ouvrant les malles du grenier…
3. se séparer du blouson en satin rose de mes 18 ans ? du top Givenchy acheté 100 francs en fripperie ? JAMAIS !

Bon courage 😉

Répondre

Ema (Le Bureau de Mode) Le 31 octobre 2013, 15:32

Joli ce petit clin d’oeil ! Merci !

J’ai aussi un sac pour les pantalons trop petits T36 et un autre pour les trop grands T40 mis de côté pour quand mon poids bouge.

Et je range par couleurs ma penderie. Enfin, tonalité si c’est imprimé.
C’est hyper reposant.
De voir ses obsessions.

5 chemises bleues. Qui dit mieux ?

Répondre

jicky Le 31 octobre 2013, 16:10

au sujet de ce qu’on peut regretter d’avoir jeté, donné, vendu (perso, ça ne m’est jamais arrivé); mais tiens, exemple cette semaine: j’avais ds mon armoire 2 gilets en coton/polyamide torsadés, 1 vert poireau et 1 rouge (les 2, pareils) achetés chez Zara il y a (2 ans je crois, genre printemps 2011). Jamais mis avant (ou peut etre une fois au printemps de l’achat). Et pourquoi cette semaine ô miracle, je les sors et limite je dormirais avec???
je pense avoir la réponse: j’ai peu de couleur ds l’armoire et j’avais besoin de couleur… en plus, forme et maille classique, pour des gilets… des machins indémodables, en somme… ben je vais les garder, voilà.

Répondre

Candice de Toberomantice Le 31 octobre 2013, 17:00

Ah super article pour moi qui n’arrive pas DU TOUT à trier mes vêtements ! Je crois que je les aime trop !;)
Bisous, Candice de Toberomantic

Répondre

Gwen Le 31 octobre 2013, 19:21

Merci pour cet article!! J ai les memes preoccupations en ce moment et cela fait du bien d avoir des pistes de tri et de voir que je ne suis pas la seule.. Bon courage!

Répondre

Pillapon Le 31 octobre 2013, 20:11

Oh dieu que j’adore cet article ! Mille merci pour ce cri du coeur qui résonne tout particulièrement en moi ce soir, depuis fin septembre je dois faire un tri que je ne fais que repousser … Mais là ça devient urgent et je vais (essayer) d’ appliquer ta super technique !
Finalement j’ai trouvé mon monstre en cette soirée d’Halloween : mon dressing ! Et je vais essayer de lui faire sa fête ce soir 😉
Merci pour cet article-coup de pied 😉

Répondre

CC Le 1 novembre 2013, 12:19

Après des années de « tri » intensif, avec des vêtements ayant peu de valeur, je suis dans la démarche opposée : j’achète de plus en plus.
Pendant des années j’achetais essentiellement pour mes enfants, m’oubliant au passage.
Il a fallu dépasser les 40 ans pour enfin découvrir les blogs mode, prendre plaisir à s’habiller, mettre sa silhouette en valeur, etc.
Donc contrairement à beaucoup de lectrices, je ne souhaite plus trier mais entasser !!
J’ai découvert le plaisir des essayages en magasins ou à domicile et j’ose la fantaisie…
Mieux vaut tard que jamais !!

Répondre

petitprunier Le 1 novembre 2013, 12:42

que de réflexions intéressantes -et difficiles aussi, un peu 😉

se renier, je n emploierais pas un terme si violent. mais à mon sens, c est moins une histoire d argent jeté par les fenêtres que d identité. accepter de se séparer de ce qui nous a couvert, recouvert ou au contraire dévoilé, révélé (ds tous les sens du terme), c’est accepter littéralement de changer de peau! et de voir que ce que l on porte n est pas toujours ce que l on est :-) c est peut etre cela qui te parait si violent et qui te fait sentir « en échec » (tout relatif d ailleurs, tu es dure avec toi meme 😉 )

pour le tri, j applique un peu toujours le meme processus (oui allons -y, n ayons pas peur, soyons mégalo du vocabulaire). je me débarrasse des habits que je n ai pas portés depuis 2 ou 3 saisons (identiques les saisons. donc depuis 2 ans en gros); ainsi, c est une séparation « progressive » et je ne ai pas la crainte de rater quelque chose avec telle ou telle piece potentiellement mortelle et que je n aurais pas identifiée comme telle. du coup, je n ai pas de regrets et ça c est quand meme super confortable.
je conserve des pieces qui ont fait que j’ai été vraiment moi dedans, ou que l on m a offertes, bref des trucs à haute teneur en affect. et je les range dans un endroit qui n empiete pas sur mes sapes de tous les jours.

ensuite, je vends les grosses pieces (le bon coin ou vide dressing avec les copines) ou celles que j estime valoir une bonne compensation financiere. je mets ensuite une partie du stock restant en depot vente, sans -detail important- en attendre des miracles de gain, simplement d etre » allégée ». et j aime l idee que mes habits vont vivre ailleurs une autre vie :-)
et pour l autre partie restante, je donne, quasiment toujours à des amies ou des personnes proches. j aime faire ça. ca me fait plaisir autant qu aux personnes qui en profitent. ce n est ni de la charite ni de la condescendance ni de la bonne conscience. simplement un echange de bons procedes qui fait des heureux des deux côtés. je trouve ça très plaisant et très touchant de voir ses vêtements investis d une autre façon par des gens qu on apprécie. et clairement, ça aide à relativiser cette histoire de tri, de separation et tout ce que cela comporte de renoncement à soi :-)

bon ca marche avec moi, hein, je dis pas que c est la panacée!

(pardon pour la longueur)

bises à toi :-)

Répondre

petitprunier Le 1 novembre 2013, 12:51

ah oui j ai oublié : je fais comme toi, je « délocalise » les fringues que je destine au recyclage, ca fait beaucoup rire mes proches d ailleurs… les pièces que je porte de moins en moins ou qui vont quitter mon armoire à la prochaine saison sont empilées tout au fond des étageres et des penderies, cachées par les autres! ensuite, quand je suis vraiement sûre et que le tri est fait, elles sortent carrément du dressing et atterrissent dans une valise spécial trucs à vendre/donner…

bon ca fait un peu psychopathe, j avoue…

Répondre

cécile Le 1 novembre 2013, 13:26

Bon, je suis dans la phase tri aussi mais dans un cas de figure un peu différent …..c’est a dire virer les trucs que j’adore mais abîmés 10 ans d’âge,genre.
Je vais peut être avoir l’ai d’une peau de vache mais ce n’est pas mon intention, c’est juste difficile a formuler : avez vous en fait trop d’argent ?? en fait moi j’en ai pas, ( 2 gamins et un smic) et pourtant je me trouve pas si mal fringuée que ça, les choses que j’aime je les porte parfois en rotation 2 à 3 fois par semaine …..j’ai un bonne paire de motardes, une paire de bottines noires, je porte des jupes et robes surtout, un ou deux pull et ça roule ! seul extra , j’ai une parka et un manteau habillé …..quand faut faire avec on a pas le choix …..la vraie question n’est elle pas plutôt de faire autre chose avec son argent ??
c’est pas méchant hein , mais perso je ne suis pas si frustrée que ça !
Bon courage dans la quête !

Répondre

In the mood for couture Le 1 novembre 2013, 14:47

Faire du tri oui, jeter non! Garde au maximum tout ce qui est en bon etat ( malle, cave, parents) et reviens dans un an ou deux pour prendre le plaisir d’y fouiller et re-decouvrir tes anciens amours. Tes achats, impulsifs ou non, refletent une partie de toi, fais toi confiance, si tu as acheté ces fringues c’est que ce ne sont pas si mauvaises. Et dorenavant, achete moins et mieux. Moi je fais du refashion, si tu as vraiment trop a garder, je prends avec plaisir une partie :)

Répondre

Balibulle Le 1 novembre 2013, 16:30

@ cécile : tu n’as rien d’une peau de vache, c’est bien entendu un luxe de « devoir » trier parce qu’on achète beaucoup et pas forcément à bon escient :)

Répondre

krakette Le 1 novembre 2013, 19:00

Il y a une théorie qui dit qu’on porte 20% de ses vêtements 80% du temps. Le tri s’imposent mesdames :-) Je vais piquer une de vos idées : le tri step by step, ce soir le tiroirs à sous vêtements, j’ai perdu des lolos, je vais virer les soutifs dans lesquels je flotte ! haha

Répondre

Vavinha Le 1 novembre 2013, 19:37

Ton post est génial et ça me donne du courage pour continuer.
Je suis dans la même optique, mais c’est un boulot énorme et très difficile.
Et faire toute seule devant son miroir c’est aussi très compliquer. Avoir d’autres avis serait parfait.
J’ai un vide dressing, mais aussi des annonces sur ebay et vide-dressing (site) etc. Trier et après faires des annonces c’est encore une autre histoire, ça prends du temps, mais après c’est génial de voir que des vêtements peuvent avoir une deuxième vie au lieu d’être oublié au fond de mon placard. Et bien sure l’apport financier n’est pas négligeable.
Je laisse donc aussi mon vide dressing peu être ça intéressera d’autres filles par ici.
http://www.videdressing.com/le-vide-dressing-de-vavs/us-6843.html
Bon courage a toutes 😉
Et merci de ton post 😀

Répondre

Danisha Le 1 novembre 2013, 23:29

Mais quel article intéressant , bien écrit et inspirant. Merci

Répondre

Balibulle Le 2 novembre 2013, 13:21

@ mimi : c’est très vrai, plus on resserre le spectre, plus on est exigeant, plus on a de mal à trouver le peu qu’on cherche.
@ soph06250 : maman depuis 20 mois, j’imagine que c’est la période de la vie où on a, pour toutes choses plus accessoires, le moins de temps du monde, courage et vive les cartons ! ^^
@ jennifer : ah ha ! Les talons de 12, on les a toutes quelque part au fond du placard, le tout c’est d’essayer d’en avoir une seule paire, pour le symbole 😉 Et je vois exactement ce que tu veux dire pour les Susanna, une pièce « statutaire » mais qui « nous porte » plutôt qu’on ne la porte.
@ yosha : en effet ! ^^
@ ninie pouce : ah, le mérite ! Et puis ce sentiment confus que c’est « indécent », justement, je vais en parler dans mon prochain billet. Et pour le corps, je pense que les deux s’embriquent, au moment où tu commences à te trouver vestimentairement, tu vois si tu as vraiment 3 kilos à perdre ou non… et si oui, la motivation vient toute seule :)
@ mimnor : raaaah, comme j’aurais adoré lire ça ! Oui, la fille qui n’accepte pas tout à fait que tu sois « partie » ^^ Quand je pense que j’ai quelque part contribué à ce grand tri en squattant toutes ces années tes boots compensées Zara que tu m’avais prêtées pour mon émission ! La honte ^^ Dis-moi où je peux te les envoyer !! Et merci pour ton message, ça fait chaud au coeur :)
@ saffy : ne JAMAIS s’excuser pour un passage groupie 😉 😉 Merci beaucoup Saffy, on est toutes dans le même bateau !
@ virginie : « le plus cher, c’est le meilleur marché » ou encore « je n’ai pas les moyens de m’habiller cheap », c’est une des devises de Dead Fleurette, et aussi paradoxal que cela semble au premier abord, c’est si vrai et il faut du temps pour s’en rendre compte :) J’en parlerai dans mon prochain billet sur le cost per wear ^^
@ camille : merci, et bon courage à toi aussi pour le prochain écrémage ^^
@ cécile : looool j’ai lu ça déjà, donc je te confirme que tu n’es pas toute seule :) :) Moi je ne me suis encore jamais retrouvée dans cette situation, et pourtant je devrais, n’étant particulièrement pas soigneuse avec mes affaires !
@ marie : héhé, prééééééésideeeeeence ! ^^ Et pas loin d’être assez poétique, le coup des valises :)
@ jessica (about a girl) : c’est courageux de te fixer un chiffre par saison que ce soit 5 ou 8 ou 10, moi je ne me projette pas encore là-dedans, je n’ose même pas coucher sur papier les listes que je me fais dans ma tête, de peur de me distraire du tri :) Bravo à toi et bon courage pour la chasse IM x HM !
@ camille : oui c’est exactement ça, j’aime beaucoup cette idée de netteté ^^

Répondre

Balibulle Le 2 novembre 2013, 14:49

@ gaelle : je suis allée voir ton projet 333, bravo !
@ tam : le blazer à pois est justement destiné à mon portant n°2 ! Je l’adore avec ma silhouette pois+rayures+fleurs, mais je n’arrive plus à le porter avec d’autres trucs. Mais il est peut-être trop grand pour toi :)
@ andara violette : merci et bon courage à toi :)
@ la reine souillon : au contraire, c’est génial, non ?
@ anonyme : oh comme j’aime ta métaphore des feuilles mortes… C’est une très belle idée
@ alex : quelle efficacité ! Moi j’ai fait la technique des parents pendant des années, et je continue d’avoir trop :)
@ sidjana : and I need you Sidjana ! Faute de place, mon dessous de lit à moi c’est le purgatoire des sacs et je confirme, ça marche pas mal. Et alors là j’adorerais savoir comment tu as tranché entre le « nature white » et le « bright white »… Et t’as essayé sur eBay ?
http://www.ebay.fr/itm/2013-Fall-Equipment-Signature-Shirt-Blouse-2-Pocket-Oversize-Nude-White-Nature-/151126021219?pt=US_CSA_WC_Shirts_Tops&var=&hash=item232fd01463
Moi la chemise blanche dont je rêve, eh bien c’est une H&M et je l’ai découverte trop tard sur Mercredie
http://mercredie.com/2013/08/en-toute-simplicite-zara-short-cuir-chemise-blanche-tenue-outfit-look-hm-20130bague-phalange-rita-zia-geneve/
@ tokyobanhbao : déjà t’as THE CUT, hein, n’en demande pas trop 😉 Blague à part, avec ton « Moi » mensuel, je trouve que tu as déjà un super recul sur ta garde-robe, avec aussi peu de temps pour le faire en plus !
@ jicky : la décision dans la minute, quel talent ! Et c’est très juste pour le plafond, et le fait de tenir une comptabilité précise, on y reviendra ^^
@ miss nahn : chapeau parce que toi tu as eu le sursaut bien avant moi :)
@ aix parisienne / déborah : raaaah je vous envie !
@ severine : y aller progressivement, ça c’est la méthode ultime. Si jamais je pète un câble en route, je pense que je ferais comme toi.
@ severi27 : woah, quelle somme ! Et quel esprit méthodique. Ce que tu as atteint sur les bijoux, c’est ce que je vise aussi. J’en porte très peu justement parce que j’en ai trop, et pas les bons. Bravo !
@ fabignou : pfff oui, « juste », c’est toute la difficulté, il suffit de peu mais le pas est immense !

Répondre

Balibulle Le 2 novembre 2013, 15:31

@ lise : ah j’envie quand même les Berlinois(es) rien que pour ça, tu habites là-bas ? Moi rien que de devoir mettre un pied dans un magasin (que ce soit pour acheter ou pour revendre) c’est un effort, donc je crois que je me serais bien accommodée du système quand même ^^ MAIS comme tu le soulignes, l’idée c’est désormais de faire place nette et de ne plus avoir à trier ensuite. Pour le don, je ne sais pas encore si ce sera la totalité, mais une majorité, oui, c’est sûr. Pas la même portée symbolique, mais bon, ce serait déjà ça ^^
@ mariette : bonjour Mariette et ravie que ce billet suscite ton premier commentaire :) Pantacourt moulant, je plaide coupable !
http://www.balibulle.com/post/2012/07/09/toujours-dactu/
Et ouf, je l’ai mis de côté depuis ^^
Pour l’exemple assez génial de ton blouson, je dirais que c’est le grain d’irrationnel et d’imprévisible qui rend, quand même, la route surprenante et amusante. Et il y aura toujours de la place pour ça. Je pense qu’entre temps, tu t’es débarrassée de quelques trucs sans regrets, non ?
@ les envies d’oly : pas trop j’espère 😉
@ thiad : je te plussoie sur le côté chiant des brocantes. J’adorais faire ça il y a quelques années, aujourd’hui, en tout cas dans le coin où je les faisais (et où ma mère continue de le faire), les gens marchandent à outrance, et les prix ont été torpillés, si tu demande 1 € on te regarde de travers si tu n’acceptes pas de baisser à 50 centimes. Ca n’a plus de sens, autant donner… Et pour l’angoisse du dressing vide, oui, il faut franchir le pas de se dire : je préfère être bien habillée, et tout le temps pareil, que de varier les plaisirs et que ça m’aille moins bien :) Mais comme le souligne Dead Fleurette c’est bien sûr plus facile quand on a un style ultra minimaliste.
@ nina : je crois que tu as officiellement battu le record du commentaire le plus long de l’histoire de ce blog, alors déjà, bravo ! Alors il y a plein de choses dans ton com’ :
1) Moi aussi j’ai une paire que je garde alors que je me suis fait une entorse avec : http://www.balibulle.com/post/2009/07/22/gavroche/
J’ai marché des mois à plat à cause d’elles, et je ne les porte plus depuis longtemps mais rien à faire, je n’arrive pas m’en séparer comme si je savais qu’un jour on allait renouer :)
2) Pour ce qui est de trouver ton style, je dirais qu’il ne faut pas porter ce qu’on aime, mais ce dans quoi on se sent bien. Et ce n’est parfois pas la même chose ! Je ferai un billet spécifique là-dessus :)
3) non, la qualité n’est pas indexée sur le prix, malheureusement… ou heureusement !
4) je pense que ta « fraction » te sortait par les yeux justement parce que ton rapport avec elle était fondé sur la frustration et la contrainte. Parce que tu savais qu’il y avait d’autres vêtements qui t’attendaient ailleurs. Quand on est dans qqch de choisi, notre regard sur les vêtements change :)
5) et pour finir, oui, 23 ans, c’est hyper jeune, moi je n’avais pas le quart de la moitié de la réflexion que tu as à cet âge-là ! La preuve :
http://www.balibulle.com/post/2006/12/18/chapitre-5-22-ans-letudiante-invisible/
http://www.balibulle.com/post/2006/12/18/chapitre-6-24-ans-victime-de-la-mode/
@ zeline : si EN PLUS le livreur de sushis n’est pas venu ! ^^ Et oui, on a toujours une sorte de pensée magique (assez féminin, je suis d’accord)
@ l’oliphant : ah oui, méfiance pour les jeans, tout revient toujours. Ceci dit, est-ce qu’il t’allait à la perfection ce flare ? Moi j’ai tendance (un peu naïvement) à penser que quand un truc nous va, au sens de bien coupé, et d’être bien dedans, on le garde.
@ alexandra (mlle modeuse) : tu as de la chance, tu pars de moins loin que moi alors 😉 Merci ! Tu me diras si ça t’aide, tiens-moi au courant :)

Répondre

Balibulle Le 2 novembre 2013, 17:13

@ elli : merci ! Et héhé, le blog ça aide pour les dates ! 😉 Et pas forcément incompatible avec un ralentissement du renouvellement, au contraire, quand je vois le nombre de commentaires sur ce billet, alors que je n’ai rien montré de nouveau :) Le tout, c’est d’avoir quelque chose à en dire, de raconter le processus. Quant à toi, le tri est toujours plus long qu’on ne croit, tu feras encore d’autres sacs ! Et pour les achats, c’est normal, il ne faut pas exiger trop de soi-même en même temps 😉 Et puis si ce sont des achats bien avisés, tant mieux !
@ peggy : le scénario parfait !
@ emi san : oui aux babysteps. Je l’ai beaucoup fait, je trouve que ça n’avance pas assez vite, du coup j’ai envie de radicalité, et finalement j’y reviens :) Moi aussi j’avais été frappée en lisant L’Art de la Simplicité par cette phrase sur l’encombrement et la culpabilité, et j’ai compris pourquoi je passe mon temps à faire des tris jouissifs à mon bureau ! Reste à savoir faire de même avec les vêtements… Vous êtes plusieurs à me recommander la technique des photos pour le lien sentimental, ah si j’osais !
@ murielle : idem, j’ai finalement une minorité de trucs que je peux vraiment revendre…donc je donnerai la majorité. Et du coup tu fais de même ?
@ magali : c’est top le principe des 4 tenues, faudrait que je me le fixe, moi j’ai du mal à me séparer des pièces qui sont géniales avec une seule tenue (mais une seule seulement) comme je disais à Tam avec mon blazer à pois ^^
@ mouchetsetse : oh une penderie commune avec sa maman, c’est chouette :) Pour moi côté don, a priori ce sera vide dressing caritatif avec Marieluvpink (pour ce qui est le plus « fashion ») et association pour le reste :)
@ anne : je n’ai qu’une chose à dire : BRAVO ! Et oui, ça commence par un bon inventaire :)
@ penseesd’uneshoesaholic : et est-ce que les deux étagères sont réservées à tes chaussures ? 😉
@ y-lan : essaie de faire ton tri de saison, déjà, et de séparer physiquement l’été et l’hiver dans ta penderie, si tu peux !
@ clem : le bonheur de savoir coudre, dans toute sa splendeur :) Bon en revanche je suis nulle je n’utilise pas de trousse ! (enfin des pochettes, ça compte ?)
@ anouch : loool j’imagine la scène. Merci !
@ segolune : bordel il me manque une case au cerveau, j’adore ce schéma (et tu m’as appris le mot « dataviz » en sus) mais je n’arrive pas à le suivre !
@ lareveuse95 : et là, je clique sur ton blog, et je tombe sur ta recette des moelleux au chocolat coeur coulant…. <3
@ violetteb : "les cartons de la honte", mon Dieu comme j'ai ri, c'est tellement juste. Et oui, à dans deux mois ! (Enfin un peu plus, le temps que j'aille acheter les portants chez Ikea, dans dix jours !)
@ colombe linotte : je sais te prendre par les sentiments
@ matchingpoints : ah haha !! Refaire le monde devant son dressing… Piège délicieux :)
@ valguki : merci pour le lien !
@ lor : les voyages forment la jeunesse… Et aussi la garde-robe ! Je te comprends j'ai eu mon premier déclic en juillet quand j'ai fait ma valise pour les Bahamas :) Effectivement, le less is more et l'épure sont une mode bloguesque comme une autre, une manière d'introduire de la variété aussi 😉 @ nunu : ah ah, calembour power ! Je suis fan :) Sur les doublons ou triplons, oui, c'est toujours la preuve qu'on n'a pas trouvé "le bon". En revanche, quand on a trouvé le bon, faut pas hésiter à acheter un exemplaire identique de secours.
@ asnajda : aaaah, courage !
@ le dressing de fanny : loool, par définition, si je m'en débarrasse, c'est qu'ils ne me vont pas assez bien, donc ça me paraît inévitable… :)
@ nothing : heureusement oui ce n'est pas une fin en soi pour tout le monde :) Si tu as de la place et que ça te rend heureuse, effectivement, il ne faut pas trier !
@ (ema) le bureau de mode : c'est beau… Et tu as de la place ?
@ candice de toberomantice : alors c'est que c'est bien comme ça :)
@ gwen : à toi aussi !
@ pillapon : mais looool, alors, il a pris cher ? 😉
@ cc : comme dit Johnny, pour que j'aime le froid qu'on me donne la flamme 😉
@ petitprunier : mais oui, vive l'emphase du vocabulaire :) Tu suis donc la méthode (non, le PROCESSUS) de la feuille morte :) Et pour le don aux copines c'est génial quand on a la même taille et les mêmes goûts, moi je fais ça avec mes nièces ^^
@ in the mood for couture : je viens de là, j'ai fait ça pendant des années, il faut que je passe à la vitesse supérieure, en étant encore plus sélective. Même si on n'a pas la science infuse, on ne devient pas lucide du jour au lendemain :)
@ krakette : looool, et oui, ce pourcentage est flippant !

Répondre

Balibulle Le 2 novembre 2013, 17:22

@ vavinha / danisha : merci les filles ! Et ravie que ça vous inspire :)

Répondre

Café Mode Le 2 novembre 2013, 20:13

C’est drôle, je dois être une anomalie de la nature: j’adore jeter et trier mon armoire. Bref, tout le contraire de toi et de beaucoup de commentatrices. Je le fais très régulièrement, le weekend ou quand je viens d’acheter quelque chose. Limite ça me démange! Ça me fait un bien fou, même si j’essaie de me réfréner (on n’est jamais à l’abri d’un regret). Je trouve ça assez hygiénique: c’est dans ces moments-là que je prends vraiment conscience de mes erreurs d’achat et que je comprends comment ajuster mes choix dans le futur.
Il y a aussi autre chose: une armoire mal rangée me déprime. Rien de pire que la vue d’une fringue qui ne me va plus/pour laquelle je n’ai jamais trouvé un fond de robe/qui n’est pas de saison… Du coup, soit je donne, soit je mets au purgatoire (la pile de fringues en hauteur et bien cachée).
Bon courage! Dans ce domaine, de la méthode, ça compte, tu tiens le bon bout.

Répondre

severi27 Le 2 novembre 2013, 23:43

Quel plaisir une fois le bon bijou trouvé ………….. celui que tu pourras porter en toutes circonstances, tout le temps.
Ma bague + ma paire de boucle d’oreilles = bonne pioche au quotidien.
Les bracelets viennent en complément quand je porte des manches 3/4, sinon pas la peine 😉

Répondre

Murielle Le 3 novembre 2013, 03:00

Je donne tout, sauf ce qui est abimé, un trou, déformé, etc…là c’est poubelle…

Répondre

Balibulle Le 3 novembre 2013, 17:43

@ café mode : parce que toi t’as tout pigé :) Se remettre en question non pas ponctuellement mais au long cours, et avoir capté depuis longtemps qu’il fallait oxygéner son armoire en permanence, c’est juste la meilleure méthode. J’espère bien, une fois mon grand tri initial, parvenir à faire comme toi !
@ severi27 : bien vu, l’histoire des longueurs de manches ! ben oui c’est vrai mais fallait y penser ^^
@ murielle : joliment généreux :)

Répondre

Lyly Le 3 novembre 2013, 23:11

Tu m’as donné envie! Dans mon armoire j’ai déjà une pile intitulée « trucs que je ne porte jamais », ça veut tout dire. Mais comme tu dis, le plus dur c’est la séparation! On a beau savoir qu’on ne remettra jamais ce pull blanc tout doux qui a été déformé au lavage (true and sad story), on le garde « au cas où ».

Il faut se débarrasser de cet « au cas où »!!

Un jour à la TV j’ai entendu un femme dire: « s’acheter moins de bêtises pour s’offrir plus de merveilles », c’est motivant de s’offrir des merveilles non :) ?

La bise!

Répondre

Lor Le 4 novembre 2013, 22:08

Je réponds à ta réponse (héhé) : « @ lor : les voyages forment la jeunesse… Et aussi la garde-robe ! Je te comprends j’ai eu mon premier déclic en juillet quand j’ai fait ma valise pour les Bahamas :) Effectivement, le less is more et l’épure sont une mode bloguesque comme une autre, une manière d’introduire de la variété aussi 😉 »
C’est marrant que tu dises ça, car en effet je me souviens d’un coup que ton post de conception de bagages pré-départ m’avait énormément inspirée… Inconsciemment, j’ai dû suivre ton exemple !

Répondre

Ava Le 8 novembre 2013, 11:32

Intéressant, cet article ! Contrairement à toi, je suis plutôt dans une phase d’accumulation, car j’ai découvert les vêtements que j’aimais vraiment, et j’en fais une véritable collection : les robes vintage des années 50 ! Du coup, je me reconstitue peu à peu une garde-robe en recherchant des modèles différents des autres, et dans des teintes de toutes les couleurs. Par ailleurs, j’ai ainsi trié, lors d’un grand rangement avec quelques essayages, les autres pièces. Je les mets de côté pour les donner ou les vendre. J’aime faire cela à chaque changement de saison, car c’est l’occasion de plier et ranger les pulls dans un coin par exemple et d’accrocher les robes les plus légères dans la penderie. Comme elle est petite, toutes les « saisons » ne tiennent pas ensemble et j’aime avoir une vue aérée et claire de mes vêtements. Malgré cela, je remarque que je porte toujours les mêmes pièces, parce qu’elles me vont mieux et qu’elles sont plus confortables. Comme j’en prends grand soin et que je les lave à la main, elles durent des années. Je n’arrive pas facilement à me séparer des autres, des belles pièces qui tombent très bien par exemple mais qui ne me plaisent plus, car j’ai entretemps changé de style ou alors qu’elles manquent de confort.

En tous cas, sans le savoir, grâce à cette méthode, je cible mes achats, et je les réduis bien plus facilement puisque je me limite aussi à quelques pièces par saison. Même si c’est dur de ne pas caquer sur un nouveau manteau ou une nouvelle paire de bottes, pour aller encore mieux avec telle pièce. Ayant tendance à user très très vite mes chaussures (pourtant de bonnes qualité, Minelli, Cosmos…), il m’est difficile de résister.

Répondre

mAr Le 13 novembre 2013, 10:13

Coucou Bali !
Alors là, on peut dire que tu as tapé dans le mille avec cet article, car même si je me suis un peu relâchée depuis cet été, j’ai tenté l’expérience Dead fleurette l’an dernier, enfin en tous cas, j’ai tenté d’optimiser ma penderie et de faire le grand tri. Tout ce qui n’était pas assez souvent porté ou pas assez aimé est passé en mode « archivage grande boite ikea »
ET du coup, j’adore voir de quelle façon les autres parviennent à sortir du lot l’essentiel. Tes conseils sont tops d’ailleurs !
Par contre, j’avoue que, un an après je m’interroge un peu sur l’expérience… D’une part parce que je constate à quel point c’est dur de ne pas « replonger » dans l’accumulation et le désir de satisfaire un besoin modesque immédiat, et d’autre part parce que j’ai l’impression que la plupart des blogueuses que je suivais et qui s’étaient lancées dans l’aventure, ont également replongé si je puis dire !
Le truc, c’est que c’est une chose de trier et organiser son armoire de façon à ce qu’elle nous semble idéale, mais la garder telle quelle et finalement faire en sorte que la Dead fleurette exp. s’inscrive dans le temps, c’est une autre paire de manches franchement !
Je ne jette la pierre à personne, mais je crois qu’on a un peu toutes succombé au phénomène et que pour que le projet s’inscrive vraiment dans le dur, c’est presque un mode de vie qu’il faut revoir… Et ça, c’est une toute autre chose !

Répondre

marion Le 17 novembre 2013, 16:30

Je suis obligée de faire un tri drastique de ma penderie (forcement, j’ai emmenagé dans 14m2…) et j’ai vraiment beaucoup de mal à me séparer de certaines pièces, même si elles sont trop petites/ importables /très usées. Du coup j’ai mis pas mal de trucs en vente et je me dis que si ça part, c’est que c’est destiné à rester dans mon armoire!

Répondre

Little Black Sheep - Mon rapport à la mode Le 22 novembre 2013, 10:06

[…] Elle a écrit un article sur le tri et son parcours vers la garde-robe parfaite. Et ça m’a donné envie de coucher les mots qui sont depuis longtemps dans ma tête. […]

Répondre

ATELIER 292 – The wearability project Le 12 avril 2014, 13:41

[…] plusieurs articles sur le net, au sujet de la rationalisation du dressing notamment sur le blog de Balibulle et plus récemment, le nouveau projet d’Eléonore, créatrice des patrons Deer and […]

Répondre

Basiques / La chemise à carreaux | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques Le 23 septembre 2014, 16:18

[…] depuis me voilà fort dépourvue, et alors que je construis ma garde-robe idéale depuis la rentrée, cette absence se fait cruellement […]

Répondre

ange Le 28 décembre 2014, 23:26

Bonjour,
très sympa ton blog et cet article est bien vrai!
Souvent je me décide et je fais un grand sac de tri puis j’y retourne et au final je remets la plupart de mes affaires dans mon placard et le pire c’est que je ne les mets pas pour autant!
Maintenant j’ai trouvé l’excuse, je me dis que ça pourra servir à ma fille (elle a 3 ans) donc je conserve!
Par contre si jamais tu refais du tri et arrive à sauter le pas et t’en défaire je te rachète sans soucis la petite robe patineuse de chez topshop, n’hésite pas!!
Bonne continuation.

Répondre

Nina Le 17 mai 2015, 20:53

Je suis bien consciente de faire remonter un topic qui date, mais c’est un des articles les plus proches de mon fonctionnement que j’ai lu sur le sujet, le seul souci est qu’il faut de la place pour disposer à la fois d’une penderie et de 2 portants, encore que je peux ruser, mais pour exporter c’est mort, ni cave ni grenier ni papa-maman à proximité :p
l’idée de la valise est bonne et je l’applique moi-meme, il est préférable de garder un vetement soit qu’on aime beaucoup, ou soit est de super bonne qualité et/ou nous met vraiment le teint ou la silhouette en valeur et n’était pas trop typé de son époque, on a parfois la surprise de ressortir pile la pièce qu’il fallait alors qu’il y a 3 ou 4 ans de ça on avait l’impression de ne ressembler à rien dedans, dans ces cas là suivre son instinct est une assez bonne chose.
et moi en plus, j’ai la peur de manquer qui n’est jamais très loin, c’est quelque chose de très aliénant.
par contre j’ai pu remarquer quon peut dégager sans regret LA frusque sublime qu’on avait enfin pu s’offrir sans avoir l’occasion de la porter, et qui ne nous semble seyante qu’un temps. Et puis, qu’on habite un bled ou une grande ville, qu’on ne sorte pas de chez soi ou voyage beaucoup, qu’on vive comme si on avait 20 ans ou 70, ça change tout, meme la plus belle tenue qui serait visuellement faite pour nous ne sera jamais vraiment amortie dans le second cas et moisira au fond du placard :/ (dans ce cas précis toutefois ça peut etre une erreur de s’en séparer si elle est suffisamment intemporelle.
On peut virer aussi tout ce qui n’est pas à la bonne taille.
Mais revendre est souvent décevant, il faut la place de stocker, de la patience que la plupart du temps je n’ai pas, au bout dune dizaine de remse en vente d’articles qui sont suivis sans jamais partir je craque et donne ou jette.
En fait je donne ce dans quoi je me sens mal ou n’aime pas pour une rasion ou une autre, par contre j’aurais scrupule à donner des frusques trouées, tachées ou pourrites, il m’arrive de devoir me contenter d’occasion vu la piètre qualité du neuf, ou du fait que je n’ai pas vraiment accès dans mon bled et avec mes finances à ce que je cherche (ou c’est la loterie de la vente à distance, or il est difficile de ne pas etre décue quand on ne peut essayer) et je n’aimerais vraiment pas m’habiller avec le residu de poubelles des autres, c’est un manque de respect.

Répondre

Natalie Le 20 juin 2015, 19:35

Cherchez-vous un prêt sûr, fiable en France?.
Ma vie vient de changer !
Après avoir visiter plusieurs sites pour un prêt, je me suis orienté vers madame Marie Aline Germany une Prêteuse sérieuse et honnête. Je ne pensais
pas que mon prêt allait être accordé. Mais je suis ravie que madame Germany a étudié mon dossier en un temps très rapide. De plus, les modalités
pour mon prêt étaient très faciles et très rapide Je ne peux que le conseiller et je ne manquerai pas d’en parler à mes proches. Vous m’avez redonné de
la joie dans ma vie je respire mieux depuis que j’ai reçu mon prêt. vous cherchez un prêt sûr, fiable, alors n’hésites pas adressez vous à MARIE-ALINE
GERMANY (mariealine.germany@hotmail.com).

Répondre

OnRangeTout Le 18 août 2016, 14:52

Bonjour,

Merci pour ton article intéressant !
J’aime beaucoup l’idée des portants, c’est très judicieux je trouve !
En fait, je pense que pour effectuer un tri convenablement, il faut se poser les bonnes questions.
Personnellement, j’essaye d’en faire plusieurs fois dans l’année pour dégager de l’espace dans mon dressing pour de nouveaux articles, et après avoir tout trié, donné ou revendu, je me sens tellement mieux !

Répondre

ajouter un commentaire