S'habillerDressing

23 septembre 2014

L’attaque des clones

tee_shirt_blanc_gap

Voilà de nouveau une affaire cruciale soulevée cet été par L’Armoire Essentielle : achetez-vous vos basiques en double ?

La question peut sembler paradoxale pour qui essaie de réduire la taille physique de sa garde-robe…
Mais elle ne manque pas de pertinence s’il s’agit de réduire sa taille stylistique. A ce titre, deux t-shirts blancs identiques « valent » un seul t-shirt blanc. C’est juste qu’on a un exemplaire supplémentaire pour un turn-over plus fréquent ou en back-up le jour où le numéro 1 nous lâche.

Reste à savoir le pratiquer sur le moment, ce double jeu. Et ce n’est pas mon fort.

J’ai souvent pratiqué l’achat multiple ces dernières années, et à chaque fois, à côté de la plaque.
Soit parce que j’avais acheté en 3 couleurs différentes un même modèle de robe finalement très peu mis.
Soit parce que j’avais effectivement acheté deux versions identiques (ces boots par exemple), mais au moment d’éventuellement passer à l’exemplaire de rechange… je m’étais déjà lassée de l’original.

Dans le premier cas il ne s’agissait pas d’un basique, dans le deuxième oui. Mais à chaque fois j’avais mal ciblé.

Est-ce que ce sera le cas de ce « t-shirt parfait » Gap ?
J’étais si enthousiaste quand j’ai mis la main dessus en avril dernier que je l’ai acheté en… huit exemplaires : deux blancs, deux corail, deux marine et deux gris. Et j’en ai même offert un blanc à Lise tellement j’étais ravie de ma trouvaille.

tee_shirt_corail_gap_2014

Idem avec leur chemise en jean.
Ou avec mes chemises en flanelle Muji de cet hiver, que j’ai également (chacune) en double.

Verdict ? A chaque fois que je tombe dessus, même quand la version « bis » est rangée ailleurs, eh bien… ça m’encombre. Bien sûr, je manque encore de recul pour savoir si j’ai bien fait ou non et du coup j’ai l’impression que le spectre du double achat raté plane au-dessus de moi tel le vautour.

Mais à force d’y réfléchir, je me suis rendue compte que ce n’était pas ce qui me gênait le plus. Bon, une erreur d’achat de plus ou de moins, je ne suis plus à ça près. Non ce qui me chagrine le plus, c’est cet « effet clone », qui fait qu’on attache moins de valeur affective à chaque objet parce qu’il n’est pas unique.
Est-ce qu’en multipliant les exemplaires de mes basiques je ne les ai pas vidés de leur substance ?
Est-ce qu’il était vraiment plus important d’avoir un back-up pour chacun, plutôt que de passer à autre chose une fois qu’ils seront trop usés ?

Cas d’école : ce gilet kaki en coton Massimo Dutti.

gilet_massimo_dutti_kaki_ete_2014

Il a la bonne longueur, la bonne couleur, un joli tomber, il se lave facilement et il est « ajusté-mais-fluide » : autrement dit, il ne me donne pas une dégaine de quaterback comme la plupart des gros gilets. C’est probablement mon GU, mon gilet ultime (en revanche pour le gros pull ultime, je cherche toujours hein), et j’ai résisté à la tentation de l’acheter dans d’autres couleurs. Je savais qu’à choisir, le kaki était la meilleure.
C’était en juin, en Espagne.

Depuis je vous le donne en mille, je me ronge les sangs (oh, pas moins) parce que je ne l’ai pas acheté en double au moment des soldes à mon retour en France – où il était mieux soldé qu’en Espagne, va comprendre.

Voilà pour celui-là, je n’ai pas de parachute. Le jour où il me lâche c’est fini. Pas d’effet clone et du coup… eh bien je l’aime encore plus. Mais je m’en veux de ne pas l’avoir en double. Mais du coup j’y tiens encore plus… Cercle infernal. Garde-robe affective contre garde-robe fonctionnelle. Le bonheur se situe probablement à mi-chemin. Et dans ma tête, plutôt que dans mon placard.

Charlotte Le 23 septembre 2014, 17:04

Je n’achète plus en double. Les rares fois où je l’ai fait, c’était pour un pull ou un tee-shirt dans 2 couleurs différents. Et je me suis rendue compte, avec le temps, qu’il y avait toujours une couleur que je préférais et donc un exemplaire que je portais à outrance, sans porter le deuxième. Du coup, j’ai arrêté. Même quand j’hésite entre 2 couleurs pour des basiques, je me force quand même à choisir, et jusqu’à présent, pas de regret.
Il n’y a que pour les tee-shirts en lin Zara, que j’ai en plusieurs couleurs, que je n’ai pas regretté ces achats.

Et acheter en double sans même changer de couleur, je ne l’ai jamais fait.
J’aurais du le faire pour mes sandales parfaites Minelli que j’ai finalement du jeter la mort dans l’âme cet été, ainsi que pour ma marinière en lin Zara, que je n’arrive pas à me résoudre à jeter mais qui est criblée de trous. Problème : c’est après coup que je sais que j’aurais du acheter un exemplaire de secours, après les avoir portées et reportées jusqu’à l’usure ! Sur le moment, je ne pensais pas qu’elles s’useraient si vite (pour les sandales, seulement 2 étés avant que la semelle ne se retrouve toute trouée !) ou bien qu’une bête marinière en lin me deviendrait si indispensable.

Donc non pas d’achats en double pour ma part car je pense que je tomberais à côté dans la plupart des cas et car, malgré tout, ça ne reste que des vêtements. Ça m’embêterait de payer 2 fois pour le même vêtement en plus.
Même si mes sandales parfaites, qui ne me coupaient pas la cheville et allaient avec tout, vont me manquer l’été prochain, je survivrais avec mes 10 autres paires de sandales :-). De même, je sais qu’un jour ou l’autre, je trouverai une remplaçante tout à fait acceptable à ma marinière fétiche.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:00

Totalement d’accord avec toi, on a toujours une préférence avec le doublon de couleur, mieux vaut bannir la démarche 😉 Et il faut se faire confiance pour trouver un remplaçant à ses fétiches le moment venu

Répondre

flosol Le 23 septembre 2014, 17:04

A partir du moment où le plaisir d’avoir un beau vêtement c’est aussi de le shopper, je ne vois pas pourquoi prendre 2 exemplaires.
Quand le premier lâchera , il y aura toujours une chouette nouveauté quelque part pour la remplacer et sinon, et bien ça sera le départ d’une chasse au trésor.
A moins d’une troisième guerre mondiale qui fasse disparaitre les usines textiles mon avis c’est qu’il est inutile de stocker!

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:02

parfaitement résumé ! Et oui, moi qui vantais le plaisir de l’achat longuement traqué et pensé… je devrais m’en souvenir. Chaque nouvelle pièce mérite son moment (et sa singularité)

Répondre

Estelle Le 23 septembre 2014, 17:06

Comme toi, j’ai des vêtements en double : jeans et gilets surtout. Et comme toi, lorsque je ne double pas mon achat, je m’en veux tout en me demandant si je ne serais pas lasser d’enchaîner deux fois la même paire de bottines …. Donc chaque automne je cherche la paire de bottines noires à talons parfaites, c’est une quête sans fin et en même temps, bien que je pourrai y mettre un terme, je ne le fais pas ….. Arghhh !

Estelle

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:03

Haha, du coup déjà trouvée pour cet automne ou pas encore ?

Répondre

Cécile Le 23 septembre 2014, 17:09

Je crois que le souci, en ayant les choses en plusieurs exemplaires, c’est qu’ils commencent a relever de l’uniforme, et tu perds avec ça le plaisir de jouer avec tes vetements, de combiner et de changer tous les jours. Un modele en double, oui, mais alors pas dans le meme modele, comme ça tu as les deux en circulation en meme temps – c’est ce que je fais (rarement).
Et puis je me connais, je me lasse de mes vetements, alors autant limiter le budget et pouvoir changer…
Il en est des vetements comme des gens, dans la vie c’est souvent ceux auxquels tu ne t’attendais pas qui restent! 🙂

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:07

Quelle très juste (et douce-amère) conclusion !!

Répondre

Anonyme Le 23 septembre 2014, 17:20

En commençant à lire je me suis dit que je serais incapable d’acheter un vêtement en double car ça le dévaloriserait à mes yeux, et je me demandais pourquoi tu ne ressentais pas le même phénomène quand j’ai vu que si, pour toi aussi l’effet clone joue ! Mais alors pourquoi ces achats multiples ?? Et c’est là que je me souviens avoir vécu quelque chose de semblable à l’âge de… 5 ans : je n’arrêtais pas de réclamer des piles neuves d’une manière obsessionnelle, car j’avais la hantise que les piles de mes jouets se vident et que je ne puisse plus jouer avec. Résultat, je m’étais retrouvé avec un sac plein de piles neuves alors que les jouets en question étaient cassés depuis longtemps déjà ! 🙂
Au delà de l’anecdote, je crois qu’on vit moins bien le moment présent quand on cherche à y intégrer l’avenir à tout prix. Il n’est pas impossible que ton penchant pour les achats multiples tout comme la préoccupation que l’on sent chez toi pour l’âge et le vieillissement (chez toi-même comme chez les autres) n’aient pour origine commune une peur diffuse de la finitude et un désir inconscient mais permanent d’éternité…

Répondre

Caroline Le 23 septembre 2014, 18:12

Je trouve ce commentaire très juste… Effectivement, la déception est grande quand un vêtement, accessoire ou autre qu’on adore vieillit/ se dégrade/ etc., mais à trop prévoir et intégrer l’avenir dans ses achats et dans ses comportements de manière générale, on n’arrive plus à profiter du présent.

Répondre

jicky Le 23 septembre 2014, 18:39

très philosophique, mais très juste… Cela correspond en effet à un besoin (naturel, humain) de contrôle sur les choses (plus contrôlables que la vie elle-même, forcément, du moins illusoirement)

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:14

Drôle et édifiante l’anecdote des piles ! Et tout comme Caroline et Jicky, je ne peux que saluer ton analyse, particulièrement pertinente. Je l’élargirais même à l’idée d’évolution tout court, d’adaptation, qui nécessite de renoncer à des choses qui pourtant nous convenaient. Je n’aime pas faire ce deuil-là, et comme le dit Jicky, tout est question de contrôle. Il faut avoir confiance en sa propre capacité de réinvention et d’adaptation. Et dans le même temps, rationaliser mon dressing suppose la démarche « intellectuelle » contraire. Celle de trouver l’objet juste et définitif. Pas simple d’alterner les deux, c’est une gymnastique dans laquelle je suis encore pataude…

Geraldine Le 23 septembre 2014, 17:22

hello

marrant ton post, j’y pensais récemment…

alors pour les achats de couleur différentes, je ne considère pas que ce soit un achat « en double ». l’un ne va pas se subsituer à l’autre, ce sont 2 vêtements différents.

j’ai tenté le vêtement en double, un jean blanc H&m (peu de risques certes mais…)

j’ai usé le number 1 l’été dernier, sans aucun regret car j’avais le double en stock pour cet été! sauf qu’entre temps j’ai perdu du poids. et que num 2 et toujours dans mon placard, avec son étiquette. certes ce n’est que 20e, mais ça fait …. quand même.

à contrario les vêtements que j’adore mais qui n’ont pas de double… et bien j’en viens à les craindre un peu. à ne les porter qu’en de rares occasions, pour ne pas les abîmer, pour les garder plus longtemps… j’ai peur pour eux, et donc je n’en profite pas!

mais comme disait un commentaire précédent au final c’est a posteriori que tu te rends compte qu’il aurait fallu le double. et bien souvent c’est trop tard….

des bises
Géraldine

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:17

Entre trop d’amour et pas assez, il est beaucoup question de sentiments dans notre garde-robe (comme l’idée qu’on prend conscience de la valeur des choses une fois qu’il est trop tard)…

Répondre

angie Le 23 septembre 2014, 17:23

J’ai commencé à acheter en double grâce ou à cause de toi -l’ayant lu chez toi 🙂 – Tout comme toi, y’a des ratés… Une ou deux fois je pense…
Et souvent, je me demande « ah est-ce que je le prends en double?! » ce qui fut encore le cas il y a 2 jours.. 🙂
Par contre, quand je tombe sur un jeans qui est super comfort et qui a une bonne coupe, non seulement je le prends en double mais aussi dans d’autres couleurs 🙂
Donc mon commentaire, va pas aider mais tout comme toi, j’ai des vêtements en double et même si mes préférés restent ceux que je possède en un seul exemplaire, je me console avec un nouvel arrivant 🙂

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:18

Un nouvel arrivant en exemplaire unique du coup ?

Répondre

shoubbs Le 23 septembre 2014, 17:29

Tout comme Charlotte plus haut (très bizarre de citer son propre prénom, ça devient limite de l’astrologie du prénom ces commentaires)!!!

Je n’achète pas en double, et rarement en plusieurs couleurs, sauf les tees en lin Zara, et encore, je finis toujours par prendre du gris, parce que le tee shirt ou le débardeur gris, c’est un peu mon tee shirt blanc à moi (rapport que je veux pas qu’on voit mon SG, et chez Zara le blanc c’est pas vraiment opaque)

Evidemment que j’ai des regrets dont une paire de sandalettes TOPSHOP archi simples. Elles ont durées 2 ans et pof! Mais la encore impossible de savoir à l’avance que je serais si bien dedans et avec la fast fashion, vu que tu dois acheter en avril les sandales que tu porteras en août, lorsque tu veux acheter un back up, ils ne vendent plus que des moon boots!

Après, ça rajoute du suspens, et du précieux à certains vêtements. Je pense ici à mon jean « bootylicious » H&M. Il s’est malencontreusement déchiré à l’entrejambes. Je ne l’ai toujours pas jeté (je pense lui organiser une cérémonie, avec twerk en son honneur…). J’hésite à l’apporter à un chirurgien pour une réparation (mais je pense qu’il faut le débrancher).

Donc peut être qu’on s’attache plus à des modèles unique comme tu le dis.

Et puis surtout, il faut relativiser : bien sur qu’il y a des fringues parfaites et absolues qu’on va regretter… jusqu’à la suivante? (si ça marche avec le 1er amoureux, ça peut bien marcher avec un tee shirt blanc). Bref, même si nos fringues parfaites nous claquent entre les pattes, heureusement le dieu du karma fringue remettra toujours sur notre route un beau et fringuant pull en cachemire qui nous invitera à boire un café en terrasse…

Je suis partie un peu loin la non?

Répondre

Géraldine Le 23 septembre 2014, 18:18

ton parallèle avec les amoureux est EXCELLENT!!! je me rends compte que je regrette plus ma paire de sandales argentées que mon ex. bon, faut dire que l’ex, je l’ai remplacé lui…. :))

Répondre

Lo Le 24 septembre 2014, 16:35

Ah je pensais justement au même exemple mais dans l’autre sens, acheter en double pour moi s’apparenterait un peu à la sensation (réchauffée) de ressortir avec un ex…Je l’ai fait quelquefois l’année dernière avec des jeans ou des collants et une fois avec une robe par « prudence » à chaque fois, le deuxième achat était un peu comme une sorte de roue de secours au cas où une fin tragique et brutale arrivait au premier, à chaque fois, j’ai pris un long temps de réflexion avant « l’achat doublon » c’est sûr qu’on s’attache plus à la première pièce pour la valeur sentimentale, son apport et son unicité.Je me suis vite lassée de la robe n°2 que je n’ai porté qu’une fois, les 2 jeans achetés en doublon je ne les mets jamais, je persiste à mettre le tout 1er qui a morflé au niveau de l’entrejambe, j’arrive pas à le quitter!
Du coup, en début d’année j’ai acheté un jean d’un autre modèle qui n’a rien à voir que je mets plus facilement….
C’est très ambivalent comme sentiment, d’un côté, je me dis que l’achat en double signifie qu’on connaît bien son style et ce qui nous va bien et d’un autre côté je me dis qu’il ne faut pas avoir peur du changement, on aura kiffé la pièce et elle nous l’aura bien rendu, c’est justement ça, qui fera sa singularité et qui fera qu’on ne l’oublie pas et qu’on lui soit en quelque sorte « reconnaissante » alors est-ce nécessaire de dupliquer? Je ne sais pas… c’est vraiment personnel et propre à chacun, en tout cas ça démontre qu’il y a une vraie relation avec un vêtement, c’est fort ça !!!
Rassure-toi tu feras sans doute LA rencontre d’un autre gilet ou d’une autre pièce peu importe, qui te procureras tout autant de satisfactions pour différentes raisons, je n’en doute pas 😉
La petite cerise dans le dressing ce serait que la garde-robe soit à la fois affective et fonctionnelle, je ne sais pas si ça existe car ce serait …merveilleux 😉

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:21

Je vous suis à 1000%. En fait la prudence, le côté raisonnable et raisonné, ça ne marche pas avec les fringues comme en amour (ou alors pas longtemps). Pour vivre les plus belles histoires, il faut prendre le risque de souffrir le jour où ça se finit…
oui, on va loin !!

Sarah Le 3 octobre 2014, 17:29

Entièrement d’accord avec toi. Moi j’ai tellement peur de perdre ou d’abîmer ou que ma coloc me taxe mes fringues que j’ai parfois acheter en double « au cas où »

jicky Le 23 septembre 2014, 17:38

je te comprends très bien et je conçois aussi très bien le paradoxe. mais je crois que l’achat en double ne se justifie sur du TRES TRES basique, dont on suppose qu’on risque de le mettre plusieurs fois dans la semaine, ou plusieurs fois sans faire de machine… de plusieurs façons différentes.
ex: 4 fois le même débardeur lin blanc parce que tu vas forcément le remettre plusieurs fois avec plusieurs chemises différentes (par exemple), ou plusieurs fois le même jeans… Mais tout ce dont on peut davantage se lasser de porter sur une semaine (y compris ton gilet kaki, ou des bottines qd on a AUSSI un tas d’autres paires de pompes), sans besoin de le laver, ça ne sert à rien de l’acheter en double….

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:23

Oui la question du lavage rentre clairement en ligne de compte et devrait être un critère… Même si je suis un peu psychopathe là-dessus (et comme je porte mon gilet kaki facilement 3 fois par semaine…)

Répondre

Réré Le 23 septembre 2014, 18:29

A part les t.shirs blancs je n’ai jamais rien acheté en double je suis surprise qu’on puisse le faire .bon ,je suis très soigneuse limite maniaque ( lavage des pièces fragiles à la main séchage à plat etc…….) donc j’ai le temps de m’en lasser avant que ce soit usé

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:24

Cette minutie t’honore (dit celle qui fout tout à l’arrache dans la machine et sèche les trucs n’importe comment)

Répondre

La Renarde Le 23 septembre 2014, 18:56

Il ne m’est jamais venu à l’esprit d’acheter un vêtement en double, même si j’ai un gros gros coup de cœur. Cela me priverais de repartir à la chasse du XXX (remplacer les X par le type d’objet) ultime quand celui-ci me lâcherait, et, par la même occasion, de me renouveler.

Et je parle de ma personne, et pas seulement de ma garde-robe. A force de porter certains de mes basiques et de les user jusqu’à la trame, je m’y associe fortement. Devoir en changer, c’est du coup aussi me donner l’occasion de refaire table rase, repartir sur d’autres pistes, me ré-inventer.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:27

Tu pointes LE coeur du problème. J’ai passé des années à me réinventer d’un jour à l’autre (avec très peu de basiques dans mon placard) et maintenant je cherche à rationaliser ma garde-robe, donc, quelque part, à me « trouver ». D’où ma difficulté avec l’idée que quelque chose qui participe de cette identité me lâche et doive être remplacé. J’aimerais atteindre cette plénitude de savoir se réinventer « à la marge », c’est la prochaine étape.

Répondre

Anne.B Le 23 septembre 2014, 20:05

Bon ben déjà,ça rassure toujours quand on voit qu’on est pas seule à acheter en plusieurs exemplaires… 😀
Par contre j’avoue que là,tu m’as battu!Les 8 exemplaires du tee-shirt et les 3 de la robe m’ont fait rigoler!(et m’ont également bien arrangé,me suis ruée sur l’homme en lui ventant la chance qu’il a avec moi,je ne fais pas ça,moi…hein?…hein?…hein?…ahem).
Mais je me suis également rendue compte que lorsqu’on possède cette pièce tant aimée en double,elle perd effectivement de la valeur affective.
J’ai bien souvent regretté,comme beaucoup d’entre nous,de ne pas avoir pris telle ou telle pièce en plusieurs exemplaires,tellement elle était parfaite.
En début d’année j’ai acheté un jean chez Zara,et je me suis vite rendue compte que c’était LE jean qu’il me fallait!Sa coupe,sa taille,sa couleur,tout y était!
Malheureusement,au moment d’aller en chercher un 2ème,évidemment,introuvable!
J’ai donc du me rendre à l’évidence et tenter de ne pas abuser du mien pour ne pas qu’il s’use trop vite.
Et cet été,en vacances dans le sud,en pleine période de soldes,qui m’attendait bien sagement tout seul,posé à côté d’une pile de fringues en vrac?C’était bien lui!Soldé à 50%!
Évidemment,il a fini dans mon dressing.Sauf que,depuis,va savoir pourquoi mais je ne le mets que très peu!Je me suis acheté d’autres jean depuis (dont un il y a 2 semaines,et pour le coup je t’avoue que je prends sur moi pour ne pas courir l’acheter en double!),je l’aime toujours,mais ce n’est plus pareil…
Conclusion,je pense qu’effectivement,on aime encore plus quelque chose lorsqu’on sait qu’elle a une durée de vie limitée et qu’on doit y faire très attention 😉
Et là,je me confonds en excuses pour le pavé que je t’impose à lire… :-/ Bises Bali!

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:28

Bon, 8 c’est 4 x 2 c’est quand même pas pareil que 8 tout court, hein, hein ? ^^
Et ton exemple avec le jean Zara, voilà c’est l’exemple absolu du problème, tout est dit !!

Répondre

Virginie Le 23 septembre 2014, 21:23

Il y a des vêtements qui t’encombrent dans ta garde-robe… Voyons, voyons, tu sais bien que tu peux compter sur moi pour convoiter ton Tictail et revenir à la charge quand tu n’es pas assez rapide pour revendre!!! 😉

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:28

Haha ! Noté 😉

Répondre

Sinivali Le 23 septembre 2014, 23:21

Voilà une idée qui ne me viendrait pas à l’esprit pour un vêtement, dont la moitié du plaisir est de le chercher et le trouver, avant de le porter (la 2ème moiité…)
En revanche il m’arrive d’acheter des sous vêtements en double : un soutien gorge et deux bas assortis, voire deux soutien-gorges identiques dans deux couleurs différentes si je vois que le premier est parfait.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:30

Idem pour la lingerie 🙂 Les deux bas c’est même quasi « obligatoire » vu qu’on lave (normalement) deux fois plus souvent le bas que le haut correspondant.

Répondre

Manon Le 23 septembre 2014, 23:55

Oui j’achète en double.

Uniquement les basiques, celles que je remets avant même d’avoir le temps de faire tourner une machine, comme par exemple mes jeans slim bruts.

Pas les pièces que j’aime. Les pièces que j’aime sont uniques, si ce n’est sur leur chaîne de production (snif, ça me brise le coeur d’y penser) au moins par l’histoire que j’ai avec elles: les acheter sur un coup de coeur, vivre des choses géniales dedans, les immortaliser en photo, les voir vieillir et puis un jour s’y préparer et puis s’en séparer..

Bon j’arrive de loin. Mon père ne jette pas ses slips, il s’en sépare avec un discours d' »adieux à ses fidèles serviteurs » 😉

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:30

OH MON DIEU ton père est magique…

Répondre

violette.b Le 24 septembre 2014, 01:24

Analyse toujours aussi fine ….et qui donne à reflechir .

Sur le temps qui passe à travers l’usure de nos habits.
Petite mais déjà coquette j’ai pleurée pour des tenues fetiches qu’il fallait laisser parce que j’avais grandi !

Mais la perte des choses nous pousse à avancer comme l’ont dit d ‘
autres commentaires

Surconsommatrice et championne du doublon (, l’achat presque pareil mais pas pareil) ,qui est au final du gaspillage car souvent un élu se détache et les autres se démodent pliés dans l’ armoire ,j’ai fait volontairement un véritable achat en double ,des sandaless compensées en paille comme les clergerie de ma jeunesse, je savais que ce serait pour toute ma vie et 4 ans après c’ est le même attachement , des news look à 15 € , ces chaussures c’est moi !

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:32

Oui, avancer, changer, évoluer… Effrayant quoi ! 🙂
Et du coup, tu en es à l’exemplaire numéro 1 ou numéro 2 de tes New Look ?

Répondre

lavieacinq Le 24 septembre 2014, 07:58

Excellent article!!!
En particulier la dernière phrase : « Et dans ma tête, plutôt que dans mon placard. » Tout est dit!!

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:32

arf, je crois qu’au fond, sans cette phrase les blogs mode n’existeraient pas, hein ? 😉

Répondre

severi27 Le 24 septembre 2014, 08:27

L’unicité du vêtement est pus importante à mes yeux !
Il faut savoir passer à autre chose s’il s’abîme et même dans ce cas moi j’aime continuer de porter un vêtement ou un accessoire, c’est le signe qu’il vieillit 😉

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:34

Et où est-ce que tu places ta limite ? Moi je suis bien enquiquinée avec certains trucs troués et impossibles à raccommoder, comme ce kaftan :
http://www.balibulle.com/wp-content/uploads/kaftan_anthropologie_essie_saturday_night_disco_fever.jpg
Je n’arrive pas à le jeter et pourtant, il est devenu objectivement immettable.

Répondre

severi27 Le 29 septembre 2014, 22:33

Cela dépend d’où se trouve le trou mais dans ton exemple l’imprimé est superbe … pourquoi ne pas transformer ? Dans mon cas la limite est variable et subjective mais disons que :
– le vêtement ou l’accessoire a raisonnablement vieilli (un cuir qui se patine, quelques éraflures sur un sac, un imprimé qui passe peu à peu après lavages) = je continue de le porter,
– le « dégât » est trop important = je transforme (une jupe en foulard, une robe en jupe, en haut … merci la couturière)
D’une manière générale, c’est une sensation agréable d’être à sa place avec moins de choses mais adaptées, plus en adéquation avec qui tu es, peu importe qu’elles s’abîment car tes goûts évolueront avec l’âge et l’expérience donc pas besoin de démultiplier 😉

Lise Huret Le 24 septembre 2014, 09:54

Lorsque tu m’as offert ce parfait tee-shirt, j’ai eu envie de foncer chez Gap afin de l’acheter dans toutes les teintes possibles. Puis je me suis ravisée. J’avais en effet envie de conserver dans ma tête l’équation tee-shirt blanc parfait + Charlotte = générosité fashion = objet précieux. Si je l’avais acheté en plusieurs exemplaires, j’aurais eu l’impression de galvauder ton cadeau. Depuis, je fais hyper attention à ce fameux tee-shirt 🙂

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:36

Ooooooh <3 Alors là je ne pouvais pas être plus touchée… Et si j'avais été plus raisonnable de mon côté, ce t-shirt aurait d'abord été "notre" t-shirt, au lieu d'être un basique en multiples déclinaisons…

Répondre

Nunu Le 24 septembre 2014, 09:59

Je crois que le seul truc que j’arrive à acheter en double c’est les chaussettes (et bizarrement, j’arrive encore parfois à en porter des dépareillées, le mystère du sèche-linge avaleur de chaussettes 😉 ) sans doute parce que je n’arrive pas à m’attacher assez à des vêtements (même si j’aime les porter, le fonctionnel prend le pas donc). Et le basique m’ennuie (je n’ai pas un seul teesh blanc).
C’est quand même un exercice casse-pipe si tu l’achètes déjà en double (ou en huit O__O) avant de l’avoir porté et donc de savoir que ce sera un indispensable non ??

Répondre

shoubbi Le 24 septembre 2014, 10:46

Le mystère des chaussettes fugueuses ! J’ai beau m’acheter des packs de chaussettes identiques chez Primark ou H&M, je finis toujours par ne plus avoir une seule paire qui tient la route

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:39

Il y a un tel mythe autour du t-shirt-parfait-introuvable-mais-existe-t-il-seulement que du coup quand j’ai eu l’impression d’avoir trouvé un bon candidat, je me suis emballée d’un coup ! Il m’a fallu plusieurs jours (et magasins) pour le trouver en 8, donc je n’ai même pas l’excuse d’avoir tout fait sur un coup de tête… 🙂
Quant aux chaussettes manquantes, je crois que c’est même devenu un objet d’étude scientifique, non ?
http://www.realclearscience.com/blog/2011/12/where-do-socks-go.html

Répondre

Nunu Le 30 septembre 2014, 12:34

Ah ah, mais au final, on en vient à la même conclusion irrationnelle puisque le rationnel ne nous suffit pas, les gnomes dans le cas de ton lien, ou même les nains de jardin ou les elfes de maison (et là, j’en ai libéré un sacré paquet vu le nombre de chaussettes disparues, ils ont du matos pour revendiquer leur affranchissement 😉 )

RENARDEAU Le 24 septembre 2014, 10:05

Bonjour,

Si vous voulez mon humble avis sur la question, je pense qu’il suffit de se tenir a la regle « acheter le meme t-shirt gap en 8 exemplaires est completement crétin ».
La vie est plus simple ensuite.

Cordialement

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:40

« humble », vous dites ?

Répondre

Ally Le 30 septembre 2014, 00:34

C’est peut-être venu de son coeur, mais ce n’est pas très cordial.

Karen Ayari Le 24 septembre 2014, 10:23

Article hyper juste !! Nous avons toutes regretté un jour de ne pas avoir acheté en double ce T shirt si convoité mais maintenant si usé… De ne pas avoir acheté en triple cette merveilleuse paire de chaussures a la fois glamour et siiiii confortable…. Finalement c’est le cas du bebe a qui l on achète en quintuple THE doudou par peur qu il ne se remette jamais d une éventuelle perte alors que dans les faits il s en remet très bien…;)

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:41

Haha, oui ! J’imagine qu’il faut juste serrer les dents sur le moment, et lui/se dire que c’est l’école de la vie 😉

Répondre

Tam Le 24 septembre 2014, 10:46

Drôlement chouette ton analyse dis donc 😀 Trier son dressing et limiter les pièces font que l’on porte plus souvent les mêmes vêtements, ce qui entraîne plus de lavage, et forcément on use plus vite… C’est l’inconvénient de la capsule !
Mais c’est encore plus flagrant pour les chaussures. J’ai essayé d’améliorer mon shoesing cet été MAIS du coup j’ai « cramé » ma belle paire de compensées en un été à les porter tous les jours ou presque. Ma réflexion se porte désormais sur le choix, bon ou mauvais, d’avoir trop trié mes pompes. Mais honnêtement je ne pense pas qu’il faille acheter en double. Quand c’est usé, tu passes à autre chose. D’une tu te feras plaisir à renouveler un peu ta capsule, de deux, tes goûts aussi changent, et de trois, pour rester swag biensûr 😉
PS: me suis ENFIN achetée les Boots Net de Fiorentini&Baker… Trop hâte qu’il fasse froid pour pouvoir les porter ;).
Bises !

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:46

Aaaaah, bonheur ! Tu vas te régaler ! Et outch, le stade douloureux où tu tries trop (tu as fait quoi des paires triées ?). Je ne suis pas encore passée aux chaussures, j’écrème pourtant à chaque switch de saison mais rien à faire, il y en a encore beaucoup trop, le vrai grand tri rationnel m’attire et m’effraie à la fois… Cet été, je n’ai porté que 4 ou 5 paires pourtant, mais je me rassure en me disant que les autres sont encore dispo « en cas de besoin ». C’est encore plus dur que pour les vêtements non ?

Répondre

memento eve Le 24 septembre 2014, 10:52

C’est toujours difficile de savoir si on prend un exemplaire ou 2 exemplaires de nos coups de cœur même si il s’agit de Basic. Mais pour moi je me raisonne toujours en me disant que je regarde d’abord ce que donne le premier dans le temps et si tout va bien je viendrais le mois suivant me procurer un deuxième exemplaire. Et oui le passage à la machine à répétition est un test infaillible pour moi pour savoir si le 2ème exemplaires est utile ou non. Il n’y a rien de pire qu’une pièce qu’on adore et qui peut être onéreuse et qui ne tient absolument pas la coupe après deux machines.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:49

Ce delta d’un mois ce serait la solution parfaite… Si avec la fast fashion (ou les pièces achetées en soldes), l’industrie toute entière ne complotait pas pour nous faire comprendre que c’est MAINTENANT OU JAMAIS, hihi

Répondre

severine Le 24 septembre 2014, 10:59

La seule fois où je l’ai fait, c’était pour une petite robe zara très bien coupée, qui m’allait vraiment bien, je l’ai prise en noir et en bleu, et je ne regrette pas, ce sont des intemporels et comme ça je peux varier de style quand même. Pour une fringue à prendre à l’identique en double, je crois que j’aurais du mal, car que ce soit pour les chaussures ou les vêtements, je suis incapable de dire s’ils vont me durer, si je vais aimer les porter, s’ils seront confortables au quotidien, s’ils vont bien vieillir ou mourir jeunes …
Après je trouve que pour des petits basiques style T-shirts comme tu as fait, ça a du sens, on sait bien que ce n’est pas très solide, si la coupe est bonne et les couleurs sympas, et aussi le prix pas trop élevé, c’est quasiment l’équivalent d’une paire de chaussettes pour moi.
Bises

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:52

Alors, est-ce que tu portes autant la noire que la bleue ? ^^ Et je te rejoins totalement concernant l’idée d’aimer porter les choses au quotidien, c’est totalement indépendant des caractéristiques du vêtement lui-même et partant de là, plutôt difficile à anticiper…

Répondre

Armelle Le 24 septembre 2014, 12:16

Ah. 8 exemplaires quand même…
Peut-être que 1 seul exemplaire de chaque couleur aurait été suffisant ?
Mon petit doigt me dit que tu ne vas privilégier que 2 couleurs seulement. Les autres tu les trouveras moins bien. Et en plus tu les auras prises en 2 exemplaires !
Mais ne t’inquiète pas, je fais pareil que toi (moi c’est avec les chemises).
Il ne faut surtout pas se culpabiliser !
Bises

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:53

Pour l’instant, j’ai porté les trois quasiment à égalité (et je trouve que le blanc n’est pas plus simple à porter que les autres, ceci explique peut-être cela), c’est un miracle, mais est-ce que ça va durer ?? Et toi, pour les chemises, raconte !

Répondre

Anna Le 24 septembre 2014, 12:24

Le fait d’acheter en double m’interroge vraiment sur la durabilité des vêtements!
Je ne crois pas que ma mère achetait ses vêtements en double pour le jour où ils seraient usés, parce qu’elle ne pensait pas à l’usure. J’ai récupéré de ma mère un manteau comme neuf (magnifique) des années 75, un t-shirt plus vieux que ça (70), j’ai une veste de ma grand-mère qui date de 1952 sans une trace d’usure! C’est dramatique je trouve d’acheter aujourd’hui un vêtement en sachant que deux ans plus tard il sera usé, déformé, décoloré, troué, etc. non?

est-ce qu’on n’en prend pas soin?
est-ce qu’on achète de la mauvaise qualité, et qu’on est tellement décomplexées par rapport à ça qu’on achète EN DOUBLE de la mauvaise qualité?
On accumule, on dépense, on pollue. C’est moche quand même non?

Je me mets dans le même panier, je commence tout juste à 30 ans à raisonner ma consommation. Sauf pour l’achat en double, ça jamais, ça me frustre terriblement, quand j’achète je veux que ça m’inspire de la nouveauté. Le jour où mes fringues préférées sont trop abimées, j’en profite pour renouveler mon style, mes goûts, etc. Mêmes les basiques changent: la forme, la couleur d’un jean, le décolleté d’un t-shirt. Parfois c’est cool de changer de point de vue.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 20:57

Commentaire extrêmement sage, et je ne peux qu’acquiescer, il y a dans la garde-robe de ma mère des pièces qui ont plusieurs dizaines d’années et pas bougé (ou alors je n’ai remarqué que les moins basiques, c’est peut-être ça)… On a définitivement changé de système. Pour ta conclusion très juste, je redirais ce que j’ai répondu à la Renarde : j’ai passé des années à me réinventer d’un jour à l’autre (avec très peu de basiques dans mon placard) et maintenant je cherche à rationaliser ma garde-robe, donc, quelque part, à me « trouver ». D’où ma difficulté avec l’idée que quelque chose qui participe de cette identité me lâche et doive être remplacé. J’aimerais atteindre cette plénitude de savoir se réinventer « à la marge », c’est la prochaine étape. Et ce que tu décris (décolleté d’un t-shirt) c’est exactement ce que j’entends par « réinvention à la marge » 🙂

Répondre

Murielle Le 24 septembre 2014, 14:20

Les deux seuls achats en double que j’ai fais, ce sont des chaussures.
Mes Buckles Surface to Air mais en deux couleurs différentes (soldées) , et une paire de motardes noires identiques de chez Asos… car après avoir essayé plusieurs motardes même plus chères mais qui ne m’allaient pas niveau pointure, je m’étais rabattue sur ce modèle et même si le cuir est moins beau que d’autres, elles me font tellement un beau pieds que j’ai racheté la 2° paire mais hyper soldée donc même si je m’en lasse je n’aurais pas perdu grand chose. Mais je ne le ferais plus pour des chaussures.
Par contre pour des tee-shirt basiques blancs oui ca peut être utile.

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 21:49

Tu as les Buckle dans quelles couleurs du coup ? Je ne porte quasiment pas celles que j’ai (grises en nubuck) alors que ces chaussures me font toujours fantasmer. La faute à des silhouettes comme celle-ci…
http://www.pinterest.com/pin/120541727501261686/

Répondre

Murielle Le 30 septembre 2014, 14:24

J’ai les bordeaux et des grises claires craquelées style python. Et je t’avoue que je ne les porte quasiment jamais non plus, mais c’est dû à leurs hauteurs de talons.
Je ne sais pas pourquoi mais je supporte de plus en plus difficilement les hauts talons (vite mal aux hanches) D’ailleurs je n’en achète plus, du plat ou du 6 cm max.
Mais bon heureusement elles ne se démodent pas, mais avec le recul du coup en double ce fut un mauvais achat.
Mais toi qui supporte les hauts talons c’est vraiment dommage que tu ne les portes pas.

patounettechatte Le 24 septembre 2014, 15:47

Coucou, comme toujours, tes articles me passionne !!! Et j’adore lire les « coms » des autres !!! Moi, c’est vrai que j’ai des pièces que j’adore mais l’idée d’acheter en double ne me dit rien…. Je préfère varier les plaisirs et changer de style plus souvent, si une pièce est vraiment un truc que je mets souvent et bien je l’use jusqu’à plus soif puis je passe à autre chose… Même pour les chaussures et j’adore les chaussures !!!

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 21:50

Sagesse que j’envie !

Répondre

Julytoseptember Le 25 septembre 2014, 09:09

Au pire, nos vêtements ne peuvent pas savoir que nous les aimons moins parce que leur double est à côté :p Je comprends ce que tu veux dire, j’ai un gros soucis avec le double emploi, si je me rends compte que quelque chose fait double emploi maintenant ça m’horripile! Mais je n’ai jamais acheté en double…Peut-être aussi parce que je ne me fais pas une liste de basiques à avoir dans ma garde robe. Ou plutôt j’ai mes basiques et je ne peux pas m’empêcher de les renouveler de toute façon, genre les jeans gris, ça ne sert à rien que j’achète le modèle en double je finirai de toute façon par acheter un énième jean gris. Enfait c’est marrant parce qu’il y a beaucoup de pièces que j’ai et que j’adore mais je n’ai jamais pensé à les acheter en double (déjà parfois elles coûtent déjà assez chères comme ça…). Enfait je pourrai acheter un top en double (fait avec un zara en dentelle noir et rosé, mais le rosé je ne le porterai jamais). Ah et si! J’ai acheté une robe Zara presque en double. Enfait j’ai sa version hiver que j’adore (le modèle de robe qui me va le mieux je trouve) et jai acheté sa version été quand elle est sortie, en noir et manches courtes 😉 (c’est celle-ci pour la version été: http://www.julytoseptember.com/2014/06/ode.html)

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:35

Vu la conclusion de mon billet j’ai envie de te dire que si ça ne te traverse pas vraiment l’esprit… c’est bon signe, un souci en moins ! 😉 😉
Et puis comme dit Athéna ci-dessous, quand c’est pas la même couleur, ça compte pas 😉

Répondre

Thiad Le 25 septembre 2014, 10:26

Je déteste avoir les mêmes choses dans les mêmes couleurs ou même de couleurs différentes pour les raisons que tu évoques. Finalement j’aime l’impression de rareté qui rend la fringue plus précieuse et du coup me réjouis à chaque fois que je la porte (du coup des fois je la mets même deux jours de suite, la dingue..! ;-)). Ma seule exception réside dans les tee-shirts à manches longues noirs, que je mets sous les robes le plus souvent et qui me tiennent chaud, que j’ai donc besoin d’avoir à l’infini mais pour des raisons pratiques et parce qu’on ne les voit pas…

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:35

Ah et tu t’approvisionnes où ? Je faisais ça un moment, avec des American Vintage, mais ils se déforment tellement et pochent aux coudes que j’ai laissé tomber…

Répondre

Carro Le 25 septembre 2014, 15:03

Un t-shirt en 8 exemplaires !!! C’est vrai que ça parait être à l’opposé de ta détox penderie.
J’ai acheté une seule fois un foulard en double (2 coloris) et ça les a rendu tous les 2 moins attrayants… Tant pis pour les regrets, autant profiter d’une fringue à fond et quand elle est foutue d’avoir été trop portée tant pis, ou tant mieux, car après c’est la grande quête de la remplaçante mais en mieux ! Car qu’elle que soit sa perfection, après quelques années on trouve toujours à redire 🙂

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:38

N’est-ce pas ? Et oui, avec le temps on devient de plus en plus pointilleux (et ce n’est pas plus mal !)

Répondre

Brunette Le 25 septembre 2014, 17:14

2 pensées me viennent à l’esprit:
1. L’article sur les 3 robes Topshop est à l’exact et total opposé de ta rationalisation de garde-robe, c’est juste…dingue (j’avais eu la même impression en lisant l’article sur les spartiates, sur lequel je suis tombée récemment – ne me demande pas comment). Je omprends mieux ton besoin actuel de rationaliser ta penderie…

2. Anonyme a (encore une fois) écrit LA phrase qui fait mouche et qui résume complètement le sujet : « Au delà de l’anecdote, je crois qu’on vit moins bien le moment présent quand on cherche à y intégrer l’avenir à tout prix ». Et c’est très bien illustré par les différentes anecdotes dans les commentaires.

En passant, merci les filles, je n’achète jamais en double et maintenant je sais pourquoi 😀

Répondre

Brunette Le 26 septembre 2014, 09:07

Et sinon, rien à voir avec le schmilblick, mais je suis curieuse de savoir si d’autres que moi ont vachement de mal avec les « mi-saisons »? Autant l’été, no problémo, les robes sont mes amies, l’hiver, ça caille ici, c’est pas compliqué non plus, mais l’automne ?! Y’a rien à faire je bloque devant ma penderie…

Répondre

shoubbi Le 26 septembre 2014, 11:02

AU contraire, je préfère les demi saisons ! J’adore jouer avec les effets de superposition!

Et puis la demi saison c’est le moment où je peux porter mon perfecto, mon trench, des escarpins, des gros gilets en laine en mode veste, etc…

Et en cas de petit coup de froid je rajoute une écharpe, un gilet en dessous etc!

En revanche en hiver, j’ai plus l’impression de subir, devoir me couvrir et recouvrir le tout par un manteau. Passer du chaud au froid (donc en fait n’être jamais vraiment bien)

VIVE L’AUTOMNE !!!

Brunette Le 29 septembre 2014, 16:50

Shoubbi: Ah bah voilà…je sais pas superposer…pis j’ai du mal avec les gilets…je sais pas les manier je veux dire.
Pour l’hiver: là où je suis (Strasbourg) il fait généralement froid, voire très froid. Un vrai manteau d’hiver est un basique (pas une parka, pas ces manteaux un peu tape à l’oeil en tissu, non non, je parle d’un manteau vraiment chaud, en drap de laine épais…), et quand tu l’as trouvé, il ne sert à rien de superposer les couches, un pull supportable au bureau suffit amplement. Sinon en effet tu passes ton temps à mettre et enlever des couches…dédicace à « Bali à Moscou » 😉

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:39

1. Complètement. Je pense que toucher de tels excès est ce qui permet de prendre un virage à 180 degrés aussi 😉
2. + 1000

Répondre

candice Le 25 septembre 2014, 19:40

bonsoir, milles excuses de te contacter en commentaire d’article mais je souhaiterai savoir si les repetto 39 peuvent convenir à un 40?
merci de ton retour
bien cordialement
Candice

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:40

Salut Candice, aïe non elles taillent juste (et même pas trop grandes pour mon 38,5)…

Répondre

Lor Le 25 septembre 2014, 21:31

Question intéressante… Pour ma part, je suis loin d’avoir une garde-robe idéale, très loin même… Je ne suis pas très à la mode et assez paresseuse quand il faut m’habiller : j’ai tendance à prendre ce qui vient selon l’humeur du moment.
Toutefois, je ne peux pas acheter en double. Et j’adhère – sur le papier, sinon dans la vie – au concept de la garde-robe minimaliste de Béa Johnson : elle choisit ses pièces au moment du changement de saison, elle fait un turnover de dingue avec ce qu’elle a pendant quelques mois, et ensuite elle change de garde-robe. Tout ça d’occasion et à un prix assez modique. Mais ne faisons-nous pas ça dans la vie, mettre et remettre les mêmes pièces pendant quelques mois ? Moi si ! mais je ne suis pas représentative. Cela dit, au moment où l’on se lasse un peu normalement, c’est là qu’elle renouvelle les choses…
En fait la question est plutôt : est-ce qu’un basique est supposé durer (« physiquement » et affectivement) tellement plus qu’un autre vêtement ? Je répondrais : pas forcément…

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:42

Alors attend, turn over de dingue, ça veut dire qu’elle porte sans arrêt la même chose pendant quelques mois, et ensuite revend et rachète d’autres trucs pour la saison d’après c’est ça ? Du coup pas les mêmes fringues pour l’hiver 2013 et l’hiver 2014 par exemple ? C’est étonnant…
Et j’aime beaucoup ta question finale. C’est vrai, on l’imagine durer, parce que moins susceptible de lasser. Mais est-ce bien pertinent ?

Répondre

Lor Le 3 octobre 2014, 18:05

Yes, elle change donc toutes les saisons, qu’elle passe avec seulement quelques pièces… Et quand elle part en voyage, elle met 5 minutes à faire sa valise (du coup).

Clem Le 26 septembre 2014, 10:28

Encore une réflexion fashionosophique lancée par Balibulle 😀 Je ne me rappelle pas avoir acheté une fringue en double pour pouvoir la faire durer plus longtemps. En deux coloris, oui, j’ai pris en noir et en beige un t-shirt très bien coupé et volanté aux épaules, soldé à – 50 %. Je les mets autant l’un que l’autre, ils sont devenus des basiques et leur cost-per-wear doit être négatif maintenant !
Par contre, je fais souvent des achats doublons, ce qui revient pratiquement au même : deux jupes rouges structurées le même hiver (une en cuir, une en laine, je ne sais pas laquelle virer), sur les deux derniers hivers QUATRE pulls ou gilets gris, et ne parlons pas de ma collectionite de marinières bleues et blanches, une d’hiver, une d’été, une veste et un gilet… Ca m’énerve grandement d’acheter toujours la même chose, mais puisque je porte toujours la même chose en même temps…

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:45

Du coup tu les utilises tous et toutes ? Bravo 😉

Répondre

Clem Le 2 octobre 2014, 11:15

Les gilets/pulls gris et les marinières (à part le gilet rayé que j’aime moins que les autres à cause de sa coupe), oui. Les jupes, non, je me suis lassée du rouge, que j’avais justement acheté  » pour changer « . Il faudrait que j’essaye d’en teindre une en noir, pour voir. En tous cas, merci de nous répondre !

ema Le 26 septembre 2014, 11:40

A part pour un jean noir, celui qui nous va le mieux au monde, qu’on met donc tous les jours, parce qu’on aime mettre un jean noir tous les jours, aucun intérêt à avoir en double. C’est déprimant dans une penderie.
Donc double oui si c’est un truc du quotidien, de l’unifrme. Or, tu mets pas ton gilet tous les jours.

Je regretterai toujours un pull tout doux gris Zadig qu’ils ne referont plus jamais ou mon costume en velours noir Kookaï, ou mon pantalon noir Agnès b.
Mais voilà, ils étaient moi à une période. Ne plus les avoir signe le temps qui passe. Tant mieux. Ca permet de se rappeler une époque, celle où on le mettait.

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:05

Le gilet, je l’ai mis ces 4 derniers jours (oui, d’affilée) ! Mais bon, il tient le choc Dieu merci.
Et tu as raison pour le côté Madeleine de Proust…

Répondre

ema Le 2 octobre 2014, 10:17

Ah ouais d’où grosse hésitation.
C’est un truc du quotidien. T’as envie de le porter toute ta vie ? Double, double, double !

Par contre, quant à acheter un truc dans différents coloris : grossière erreur ! C’est comme vouloir séparer la forme du fond. Au Bonheur des Dames écrit par Marc Lévy c’est no way, non !

(en fait je te réponds pour que tu vois que je lis tes commentaires de réponse et que j’apprécie BEAUCOUP que tu en fasses)

Sophie Le 26 septembre 2014, 12:08

Je n’ai pas tendance à prendre le même vêtement de la même couleur en double ..

Par contre, si j’aime le modèle, j’ai souvent tendance à l’acheter de différentes couleurs.
J’suis en mode « coupe valeur sûre » –> possibilité de plusieurs tenues grâce à différentes couleurs.

Mais si ce sont des basiques pas trop chers, effectivement pourquoi pas !
Faudrait que j’y pense 😉

Sophie

Répondre

Irène Le 27 septembre 2014, 09:22

Est il possible de retrouver la chemise flanelle cette année , je suis allée sur le site et il n’y a pas de vetements. Merci

Répondre

Balibulle Le 29 septembre 2014, 19:18

Hello Irène, oui elle a été reconduite cette année (et il y a aussi de nouveaux coloris), tu la trouveras en boutique 😉

Répondre

Irène Le 30 septembre 2014, 13:25

Oui, mais je ne suis pas parisienne

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:02

Il y a une boutique à Lyon, je ne sais pas si c’est ta région (et pas trop ce que tu attends de moi en fait…)
http://www.muji.eu/pages/stores.asp

Irène Le 1 octobre 2014, 19:28

Je n’attends rien de toi , je voulais juste savoir ou se procurer cette chemise , et je n’ai pas de chance j’habite beaucoup plus bas que Lyon. Merci quand meme.

40 and so what Le 29 septembre 2014, 14:55

Alors je suis tellement girouette dans mes goûts et mes couleurs que je n’achète quasiment rien en double. Sauf… deux de mes basiques : les jeans et les t-shirts blancs. Parce que eux, je suis sure de les remette encore et encore !

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:03

C’est déjà pas mal 😉

Répondre

Athéna Le 29 septembre 2014, 18:22

Ah mais deux vêtements identiques de couleur différente ce n’est pas acheter en double ! ça m’arrive quand je trouve une coupe qui me va, qui pourrait disparaître et que j’aime particulièrement; les bustiers par exemple. D’autant que j’aime les vêtements, pas tellement la mode
en revanche j’achète mes fards à paupière en double si la couleur m’emballe vraiment, et mon mascara chéri, j’en ai trois tubes d’avance au cas où L’Oréal l’arrête

Répondre

Balibulle Le 1 octobre 2014, 19:03

On est d’accord !
Et idem pour le mascara 😉 C’est lequel ton L’Oréal miracle ?

Répondre

Iris Le 1 octobre 2014, 21:32

Je pense que tout vient de la faute de ces magazines qui nous martèlent les basiques indémodables qu’une vraie femme digne de ce nom se doit de posséder, en gros si t’as pas une belle chemise blanche, un tee-shirt blanc parfait, une marinière, un slim brut, la parfaite petite robe noire, un trench et un blazer noir à 30 ans, t’as raté ta vie 😉
Eh bien je dis non! Chacune ses basiques. Pour ma part, je n’ai aucun de ces basiques là, enfin j’en ai acheté certains par moutonnage ou parce que je trouvais ça beau sur les autres, mais obligée de constater que ça ne fonctionne pas soit avec ma morphologie, mon teint ou mon style tout simplement. On peut donc se lasser d’un vêtement labellisé basique et chérir des années un autre qui ne l’est pas.
Moi qui suis également dans une phase de moins mais mieux (la crise de la trentaine), je n’ai qu’un seul critère : que je me sente hyper bien dans ma peau et pleine de confiance en moi en enfilant ce vêtement. Quatre critères : 1) que ça flatte ma morphologie (j’ai déterminé longueurs, « moulances », coupes idéales) 2) que la couleur du haut flatte mon teint (donc out les blancs et beige prétendûment basiques et le moutarde, couleur qui hipstérise instantanément n’importe quel look mais me fait un teint déprimant) 3) que je ne me sente pas déguisée, que ce soit moi, mon style, que j’ai envie de le mettre tous les jours, que je le mette dès le lendemain de l’achat 4) que j’ai eu de bons retours dessus (et ça loupe jamais, quand les 3 critères premiers sont respectés).
J’ai trouvé dans mon armoire une dizaine de tenues grand maximum qui correspondent à ces critères (dont une bonne partie composée de vêtements assez vieux…d’ailleurs, petite digression j’ai l’impression qu’avec le turn-over incessant de la mode, un vêtement d’il y a 5 ans parait non pas ringue mais re-désirable ). Eh bien, je ne mets plus qu’elles. Ok, je vais m’habiller à l’identique d’une semaine à l’autre, et alors ? au moins, je suis parfaitement bien dedans…
tu devrais nous faire un board de tes tenues préférées de tous les temps, demander à tes lecteurs de voter, et là tu trouverais tes basiques.

Répondre

Iris Le 1 octobre 2014, 21:53

En fait, toujours s’habiller comme si on allait à un premier rencard.

Répondre

MarieG Le 2 octobre 2014, 04:55

Le shopping n’est pas exactement ma passion, j’achète de préférence par VPC. Je ne cherche pas forcément les doublons, mais c’est vrai que lorsque les soldes arrivent, j’envisage facilement d’acheter un t-shirt ou un pull dans d’autres couleurs si le premier que j’ai acheté un peu avant s’est bien comporté (lavage, rétrécissement, déformation, etc…) Pour les sous-vêtements, aucune originalité, c’est du copier-coller; pareil pour collants, chaussettes, mi-bas et bas, ainsi que pyjama et autres leggings.
Ca m’arrive aussi pour les chaussures: j’ai une grande pointure et des idées assez arrêtées sur ce que j’aime. Donc si je retrouve quelques mois plus tard la même paire dans une autre couleur, je serai facilement tentée.
Voilà en gros mon système: il faut que l’original ait fait ses preuves avant que je ne n’achète des doublons
Sweet dreams

Répondre

Liaison fatale | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques Le 10 novembre 2014, 14:22

[…] de l’acheter en double, un pour sortir, un pour la maison. Je me suis promis de le garder unique et précieux.Je vous dirai combien de temps je […]

Répondre

Liaison fatale - Spécial Mode Le 11 novembre 2014, 02:17

[…] l’acheter en double, un pour sortir, un pour la maison. Je me suis promis de le garder unique et précieux. Je vous dirai combien de temps je […]

Répondre

S’écharper | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques Le 12 février 2015, 14:19

[…] le jour où il me lâchera (et oui, je vous l’ai dit et je m’y tiens, finis les doublons !) Rien de très fun dans un snood noir, bien sûr. Mais c’est vraiment, comme je vous […]

Répondre

She’s a maniac | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques Le 15 juin 2015, 17:06

[…] garde-robe « à cintres » (beaucoup de robes et de hauts fluides et fins, tee-shirts compris). Bref, j’aimerais m’y mettre mais ça risque d’être limité (mes jeans, à la […]

Répondre

She’s a maniac - SPECIAL MODESPECIAL MODE Le 16 juin 2015, 03:05

[…] « à cintres » (beaucoup de robes et de hauts fluides et fins, tee-shirts compris). Bref, j’aimerais m’y mettre mais ça risque d’être limité […]

Répondre

Je dis M | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques Le 5 novembre 2015, 15:57

[…] comme superflus, doublonnants. Pas des clones de ce que je possède déjà (juré, c’est bel et bien fini) mais des variations sur le même thème. Contre toute attente, une fois qu’ils ont été […]

Répondre

Je dis M - SPECIAL MODESPECIAL MODE Le 6 novembre 2015, 02:10

[…] Pas des clones de ce que je possède déjà (juré, c’est bel et bien fini) mais des variations sur le même thème. Contre toute attente, une fois qu’ils […]

Répondre

ajouter un commentaire