LifestyleChroniques

18 janvier 2015

Minutes de silence

ciel_berceau_bebe

J’ai longtemps cherché mes mots pour revenir poster.

Il y a eu ce billet fin décembre qui me semblait presque « définitif » en matière de pregnant style, tant il illustre finalement tout ce à quoi je pouvais aspirer : une certaine plénitude physique et vestimentaire, dans la simplicité.

Il y a eu les fêtes que j’ai passées essentiellement à l’horizontale, auprès des miens quand même.

Les deux cumulés m’ont plongée jusqu’à début janvier dans une douce léthargie blogosphérique.

Et puis après la léthargie il y a eu la sidération.

La détresse, l’état de choc, la communion, expérience quasi sensorielle qui fait mettre en parenthèse tout le reste.

J’ai relayé ce magnifique dessin de Lucille Clerc qui résumait tout ce que j’avais dans le cœur.
Puis silence.

Silence au moment où il fallait savoir quoi écrire, dire sa peine ou son espoir, apporter sa pierre à l’édifice, se serrer les coudes et faire sens, faire acte, en être.
Silence alors que trouver les mots c’est normalement mon job.

Comme Diglee l’a joliment dit, j’avais face à moi « ce post qui ne venait pas ».

Dire un truc pertinent, ni trop dégoulinant ni trop désinvolte, un truc sincère et juste.
Le truc n’est jamais venu.

Je ne peux pas vous raconter la marche républicaine, je l’ai suivie allongée devant BFM TV.
Je ne peux pas vous raconter ce que c’est d’appartenir à une rédaction en ce moment. Un 7 octobre, je suis allée travailler avec des contractions. « Il faut vous reposer », m’a dit le médecin. Ça fait trois mois et demi.

Voilà la bulle depuis laquelle je vous écris.
Une bulle où le temps s’écoule différemment, où vous êtes votre propre horizon.
Et où la question de ce qu’il est légitime de partager au-delà de vos proches se pose plus vivement.
Alors que quiconque tient un blog s’est assis de toute façon depuis longtemps sur toute idée de légitimité.

Je sais qu’un blog qui s’arrête, un profil qui se ferme, sont vite oubliés. C’est justement le signe que tout va bien.

Alors, désormais encore plus, j’ai envie de chérir égoïstement la chance de chaque billet, même s’ils sont espacés, par la force des choses ou le creux de la vague.
Conscience que ce sera un privilège de me trouver accusée, comme d’autres blogueuses ou instagrammeuses ces derniers jours, d’exercer bien distraitement cette liberté si chèrement payée par d’autres.

J’ai toujours été fière de ma carte de presse. Aujourd’hui je suis fière, enfin, d’avoir un blog. Dans ce qu’il peut avoir de dérisoire, d’absurde, de maladroit, dans ses mots comme dans ses silences.

Fière de cette petite magie-là, justement parce qu’elle ne tient à rien, ou si peu. Tout peut s’arrêter aussi tranquillement qu’on ferme une porte en douceur. Ou continuer depuis huit ans. Tout se joue à chaque billet. La beauté du geste, presque.

Je vous souhaite, en ce début d’année qui nous a tous un peu changés et dont l’onde de choc n’a pas fini de se faire ressentir, de pouvoir savourer vous aussi au quotidien, autant que possible, la beauté du geste.


PS : en photo, le silence de notre berceau familial quadragénaire, fraîchement retapé par ma mère et attendant son nouveau pensionnaire. 

Charlotte, reine des confettis Le 18 janvier 2015, 22:03

Très touchant ton billet !!

Répondre

Charlotte Le 18 janvier 2015, 22:04

Très beau texte Charlotte.

Répondre

Hélène Le 18 janvier 2015, 22:07

Prends soin de toi et ton blog est mon favoris depuis qqs années maintenant… Hâte de lire ton prochain billet qu il soit demain ou dans 1 mois!

Répondre

Christine J Le 18 janvier 2015, 22:28

<3

Répondre

Ysabelle Le 18 janvier 2015, 22:29

Ben si tu vois, tu l’as pondu ce billet !

Et le temps que tu as mis à l’écrire, c’est le temps qu’il nous fallait pour le lire… En cette époque d’immédiateté forcenée, prendre le temps de digérer, de ressentir, de vivre simplement les événements avant de retranscrire quoi que ce soit, ça me semble tout à fait normal et sain.

Take care.

Répondre

Fanny Le 18 janvier 2015, 22:30

J’ai vécu la même chose que toi, allongée 3 mois…et puis le 2 octobre est née Charlotte ….et maintenant, tout ce temps qui me semblait interminable semble n’avoir pas existé….bon courage à toi…. Pour ce qui est du reste, on a tous été choqués et tristes et les mots nous manquent dans ces moments là…. Profite de la dernière ligne droite….et après, le bonheur est total…si pur et si serein 🙂 bise

Répondre

tam Le 18 janvier 2015, 22:30

Ton article est touchant, tes mots sont tellement justes et fins… Je t’ai découverte par hasard au détour d’une recherche Google, je ne connaissais pas la blogosphère et tu m’as donné envie d’ouvrir aussi mon blog… Je serai toujours fidèle à ta plume quelque soit ton débit d’écriture

Répondre

tam Le 18 janvier 2015, 22:36

Oups, un Smiley qui a fait bugger mon commentaire… Je termine en disant que j’ai hâte de découvrir la suite avec l’arrivée de babybulle! Je te souhaite une très belle année 2015! Je t’embrasse

Répondre

tam Le 18 janvier 2015, 22:31

Ton article est touchant, tes mots sont tellement justes et fins… Je t’ai découverte par hasard au détour d’une recherche Google, je ne connaissais pas la blogosphère et tu m’as donné envie d’ouvrir aussi mon blog… Je serai toujours fidèle à ta plume quelque soit ton débit d’écriture

Répondre

Gaëlle Le 18 janvier 2015, 23:16

Juste merci pour ces quelques lignes … je suis enceinte et en arrêt tout comme toi. J ai suivi les événements depuis I télé. J aurais aimé pouvoir être plus active que passive d ailleurs à ce moment là. Dans la vraie vie je suis enseignante en Histoire Geo. La notion de liberté d expression est quelque chose que l on enseigne mais qui reste terriblement abstrait pour nos élèves. J ose espérer que, demain, cette liberté prendra sens et pour toujours dans l esprit de nos chers têtes blondes.

Répondre

Anonyme Le 19 janvier 2015, 00:13

TU es Charlie…
http://www.balibulle.com/post/2009/11/16/mais-ou-est-charlie/

Répondre

lesdoucesparoles Le 19 janvier 2015, 00:19

Très bel article. Je découvre ton blog et je l’aime déjà beaucoup.
A bientôt !

Répondre

Murielle Le 19 janvier 2015, 01:01

Reposes-toi au maximum, gros bisous

Répondre

Olivia (à Paris) Le 19 janvier 2015, 06:45

Repose toi! Très jolie billet! Pour ma part, moi qui avait un peu laissé mon blog de côté, je me remets à poster plusieurs fois par semaine, consciente de la chance énorme d’avoir ce média là pour faire passer mes idées.
Et une énorme envie de rire aussi, parce que finalement, avec l’amour et la bienveillance, il n’y a que ça qui peut nous sauver.

Répondre

Elizec Le 19 janvier 2015, 07:06

Merci pour ce billet et repose toi….je ne sais que trop bien ce que c est d avoir une grossesse dans une bulle, à la maison, alors que l on a l impression que toute la vie est dehors ( alors que c est tout le contraire) Bon courage et surtout bonne attente, après ce sera un tourbillon

Répondre

Tiphaine Le 19 janvier 2015, 08:13

très joli article 🙂
Repose toi bien on attend ton retour 🙂

Répondre

Jane Le 19 janvier 2015, 08:40

Dans cette guerre, c’est nous les femmes qui sommes en première ligne.

Gardons constamment à l’esprit que nous sommes déjà (au Nigeria et ailleurs ) les premières victimes si nous ne la gagnons pas.
L’islam radical, mais l’islam tout court aussi, n’ayons pas peur de regarder la vérité en face, n’est pas un courant de pensée bienveillant pour les humains du sexe féminin. Aucune religion ne l’est en fait mais ça c’est un autre débat.

Les femmes des pays démocratiques qui ont encore la parole, nos filles, les mères qui élèvent ou élèveront des fils, doivent donc être d’une particulière vigilance dans l’éducation transmise. Rien n’est gagné sur ce terrain là. Nous avons tout à perdre à ne pas rester mobilisées.

Le viol systématique comme arme de guerre en est le témoin. Inséminer, féconder, prendre le pouvoir sur nos utérus fait partie des stratégies guerrières. Les islamistes disent même qu’il faut « désinfecter » les utérus de leurs prises de guerre « impures » avant de les féconder. Sans préciser cependant le mode opératoire. J’imagine ….

En tant que femme, que (future ) mère tu as donc toute légitimité à t’interroger, à prendre du recul, à te préserver, à nidifier, à chérir la vie que tu portes et à te préparer à la donner. La vie est précieuse tant qu’il y en a.

Prends soin de toi .

Répondre

Lila Le 19 janvier 2015, 08:59

Je trouve ça plutôt bien le silence… Tu as raison de ne pas t’être précipitée , il faut le temps au temps.
Nous sommes dans une époque où tout va très , trop vite. Cet horrible attentat avait eu lieu depuis quelques minutes que le monde entier était au courant.
Est-ce bien? est-ce mal? je ne sais pas mais je remarque qu’on ne laisse que très rarement le temps d’encaisser le choc puis la douleur, la sidération , la colère.

On se doit de tout commenter tout de suite, d’avoir un avis sur tout, tout de suite. A mon avis, pour pouvoir analyser les choses, il faut avoir le recul nécessaire. Ce recul que je n’ai pas eu au moment où j’ai appris l’horreur des évènements et que mes 4 enfants étaient là, avec moi.

D’ailleurs, on voit bien que même si tout est allé très vite, nous sommes pour beaucoup d’entre nous, encore sous le choc.

C’est la 1ère fois que je me permets de commenter…
J’espère que ta grossesse se passe au mieux! et merci pour ce billet plein de subtilité, d’humilité et de finesse, ça fait du bien . 🙂

Répondre

Lor Le 19 janvier 2015, 09:03

J’avais compris les raisons de ton silence. J’en étais sûre ! Moi-même, avec mon petit blog familial, je n’ai plus su quoi écrire depuis le 7 janvier. J’étais un peu sous le choc, un peu meurtrie, je trouvais que rien n’avait de sens, avec une envie de repli sur les miens, surtout mes deux petites. Depuis il y a eu une robe de mariée choisie avec une amie, une soirée de quadra géniale à rire et danser jusqu’au bout de la nuit, mais pourtant, j’ai l’impression que la réalité m’a mis une grosse claque, nous a mis une grosse claque, et qu’on est tous un peu changés.
Un peu comme après le 11 septembre, que je n’ai pas réussi à raconter à mes filles.
Profite de ces instants qui arrivent (et ne te gâche pas la vie si l’allaitement ne se passe pas bien – si c’était à refaire pour ma première… bref, la vie est trop précieuse pour se prendre la tête).

Répondre

les joues rouges Le 19 janvier 2015, 09:06

Chère Balibulle,
Ton billet ce matin est doux comme nuage dans lequel on voudrait rester lové toute la semaine…Cela dégage de la sérénité et aussi une totale conscience des choses, de la réalité et de ce qui nous entoure!
Et cette beauté du geste dont tu parles fait vraiment écho à ma philosophie de vie… Si nous faisons avec envie,et bien, ce sera toujours juste…
🙂
Belle journée à toi

Répondre

marie75anne Le 19 janvier 2015, 09:34

Ce billet est beau, généreux, poétique et pudique comme toi.
xoxo

Répondre

Less Le 19 janvier 2015, 09:41

Rien à ajouter…tout est dit…et avec élégance…

Répondre

tokyobanhbao Le 19 janvier 2015, 10:41

Tellement bien dit : tu dis peu mais tu dis bien. C’est l’essentiel. Je te souhaite plein de courage pour la suite .. et du bonheur aussi quoiqu’il arrive. <3

Répondre

HeLN Le 19 janvier 2015, 10:58

Bonjour Charlotte,
J’ai pensé à toi ces derniers jours, en me demandant comment en tant que journaliste et femme enceinte tu percevais et vivais ces événements. Je me rappelle parfaitement pendant mes grossesses cette sensation de vivre à double niveau, le cocon de mon ventre qui était ma préoccupation à 99%, et les événements extérieurs qui venaient parfois troubler cette quiétude pour me forcer à sortir de la chrysalide que je ne pouvais m’empêcher de tisser.
Tes mots sont justes et doux. La « beauté du geste », tu as tellement raison, merci de nous le rappeler si élégamment comme l’a dit Less juste avant moi.
Merci aussi pour les deux liens, la découverte de Lucille Clerc que je ne connaissais pas, et la re-découverte de Diglee dont je n’avais pas consulté le blog depuis longtemps.
Bises

Répondre

Lili Le 19 janvier 2015, 11:17

Je me doutais bien que ton silence ici était dû à l’état de sidération générale dans lequel nous avons tous été plongé… Mais je n’ai pas pu m’empêcher de m’inquiéter pour toi du haut de mon petit 4 mois de grossesse « comment va-t-elle ? Et comment va Babybulle » ? C’est fou ce qu’un blog peut créer de proximité entre une lectrice lamba et la blogueuse (surtout du côté lectrice 😉 ) ! Bref, repose toi bien en attendant le jour J. Bises

Répondre

Michaela Le 19 janvier 2015, 11:32

Un texte beau, complet et élégant. Merci.
…et repose toi bien!
🙂

Répondre

Anne-Clotilde Le 19 janvier 2015, 12:05

Mon fils de 6 ans m’a expliqué pourquoi l’école s’était tue pendant une minutes : des méchants avaient attaqué des dessinateurs. Il voulait en savoir plus, il ne comprenait pas qu’on puisse faire du mal pour un dessin. Il était inquiet aussi parce qu’ils dessinent beaucoup à l’école. Je l’ai rassuré, nous étions en sécurité ici. Le lendemain, on croise des militaires en faction devant l’école voisine à la sienne, mitraillettes en vue.

Rien n’est plus triste de devoir expliquer à son môme que le monde dans lequel il grandit est parfois fou et laid. Mais rien n’est plus beau aussi de voir que, même s’il n’oublie pas (il reconnait parfaitement le bandeau « je suis Charlie » à la télé), il est capable de continuer sa petite vie de petit garçon.

Repose-toi bien.

Répondre

Blanche Le 19 janvier 2015, 13:50

Oh, courage, je sais à quel point c’est dur d’être alitée et pour moi ça ne fait que 3 semaines! Demain, je serai à 37sa, je crois que tu n’es pas loin derrière. C’est tellement bizarre à nos âges de se retrouver si « handicapées » du jour au lendemain, même si c’est pour la bonne cause. J’espère que tes proches t’entourent bien.

Répondre

Aurore Baie Le 19 janvier 2015, 13:54

Élégant, plein de pudeur, ton post me touche. Également journaliste et blogueuse, je sais ce que tu ressens, cette difficulté à revenir, à être dans la futilité… (surtout que mes écrits portent sur les choses de l’amour, et qu’on se sent presque indécente de décrire un coït alors que le monde s’embrase tout autour de soi…). Sans compter que c’est notre profession qui est touchée, la passion qui fait que nous nous levons chaque matin pour faire la lumière sur l’actualité grâce à nos mots et nos images, celle qui fait partie intrinsèquement de nos êtres…
Bref, merci pour t’être livrée à nous. Encore une jolie leçon de grâce que tu nous donnes, Charlotte, et qui fait t’apprécier encore plus. Prends soin de toi sur la dernière ligne droite.

Bises.

Répondre

Lou et Swann Le 19 janvier 2015, 15:08

Que cette attente se remplisse de douces espérances!

Christine

Répondre

Aix Parisienne Le 19 janvier 2015, 15:35

Thanks God tu vas bien…Je me suis fait un sang d’encre moi!!!!!!!!! me suis inquietée merde….. :-)) Bonne fin de grosses allongée à ne plus en pouvoir de lire & regarder la télé, mais quand même quoi, me suis inquietée….

Répondre

Athéna Le 19 janvier 2015, 16:24

Je ne vois pas pourquoi tout le monde devrait y aller de son petit commentaire… en fait je me suis dit que tu te reposais et que c’était très bien.
J’aime beaucoup ton berceau, avec ce joli voile et ce garnissage blanc… Mes bébés ont dormi dans le berceau de leur père et après dans mon lit d’enfant ; j’aime bien cette continuité.

Répondre

Fabignou Le 19 janvier 2015, 16:25

J’ai lu il y a très longtemps une interview de Carla Bruni, où le journaliste l’attaquait un peu sur la futilité de ses chansons, de son métier, et elle lui avait très joliment répondu : « quand on n’a pas à se préoccuper de sa survie, on s’occupe de la vie ». Ce sont des paroles auxquelles je pense très souvent, plus particulièrement ces derniers jours qui ont un goût de retour à la vie. Je chéris mon droit à la futilité autant que tous les autres, parce qu’il révèle, aussi, quelque chose de notre société.

Répondre

adeline Le 19 janvier 2015, 16:53

Très joli billet

Répondre

Jeanne Le 19 janvier 2015, 23:19

Un billet si juste dans sa simplicité et son caractère émouvant, quelle plume!♥♥♥
Jeanne
http://fashionmusingsdiary.com

Répondre

jicky Le 20 janvier 2015, 08:27

c’est « drôle » comme le fait de couper la chique à quelques magiciens du verbe (du crayon) l’a aussi coupée à tant de gens… Signe sans doute que ce droit à la parole est littéralement VITAL.

Répondre

Sunny Side Le 20 janvier 2015, 11:29

Ce berceau ressemble tout à fait au mien qui fut également celui de mon enfant. J’ai adoré cette transmission et le romantisme de l’osier ! Je suis effarée par les réactions blogosphériques et autres … le droit au silence ne signifie en aucun cas l’indifférence. Dans ton cas tu fais partie d’une rédaction et j’imagine que votre solidarité est évidente.

Répondre

Amélie Le 20 janvier 2015, 13:30

De tels événements tragiques nous ramènent brutalement à la vie réelle et relèguent la vie virtuelle au second plan. J’ai été effarée par les personnes reprochant à Garance Doré de ne pas avoir réagi le jour même. Les blogueuses ont maintenant l’obligation de réagir publiquement comme les politiques ? Bizarre…
Dans tous les cas, bon courage à toi pour la dernière ligne droite ! J’aurais bien aimé être enceinte en même temps que toi pour profiter de tes bonnes idées. Il me tarde de voir comment tu gères la garde-robe post-accouchement, parce que pour moi ça a été le no man’s land de l’inspiration !! Plein de bonheur à toi !

Répondre

Judith Le 20 janvier 2015, 13:40

Hello! Je ne sais pas si j’ai bien compris, depuis octobre ton medecin t’as demande de rester au calme, mais tu es alitee ou non? Moi j’ai passe mes 2 derniers mois allongee dans mon salon l’annee derniere et c’etait epouvantablement long. Je te souhaite bon courage si c’est le cas pour toi aussi, mais normalement le terme est proche non?
Tu vas vivre le plus extraordinaire des moments, profite bien 🙂

Répondre

BloodyHell Le 21 janvier 2015, 09:33

Je te comprend. Je ne suis pas journaliste, plus vraiment une blogueuse pour le moment en tout cas. Fin décembre, j’avais commencé mon nouveau blog, j’étais contente, je pensais le mettre en ligne puis… l’horreur.
Je n’ai pas trouvé les mots non plus, rien ne vient. Je n’avais pas envie de souhaiter les vœux dans ces conditions non plus. J’ai attendu.
Je n’ai pas la télé mais j’ai suivi le tout online.
Je ne suis pas de Paris mais de Calais, je n’ai pas pu aller à la marche car je suis moi aussi enceinte et je dois faire attention.
Les gens et internet se sont déchaînés, même contre la « futilité » qui fait aussi notre quotidien, mais bon, il y aura toujours des débats sur ce qu’il convient de faire ou pas (en sachant que parfois, ceux qui critiquent sont pires…).
Toujours est-il que ce berceau semble très joli! J’ai pour ma part récupéré le couffin de ma maman pour cette grossesse, il a presque quarante ans aussi. J’avais besoin de douceur après tout les débuts chaotiques de 2015, moi qui l’attendais un peu, 2014 ayant été plus que cruel de mon côté…
Repose-toi bien dans ta bulle 🙂

Répondre

Soph Le 21 janvier 2015, 16:20

De l’élégance, de l’intelligence,du coeur…que demander de plus!
Merci!

Répondre

Alouette Le 21 janvier 2015, 19:51

Il est joli ton article, moi aussi je me suis bien inquiétée, depuis 15 jours je viens voir su tu as posté… Ton blog est super Bali, même si les messages s’espacent un peu c’est pas grave…
Alouette

Répondre

Géraldine Le 22 janvier 2015, 22:48

Très joli billet, un peu de douceur dans ce monde de brute…. Et si ça peut te réconforter j’ai moi aussi passé les fêtes à l’horizontale à l’hosto, et depuis je navigue entre lit et canapé…mes babies boys devant rester au chaud encore 1 mois…

Répondre

chocolatine Le 24 janvier 2015, 19:57

C’est beau. J’en ai des frissons. Ca, c’est une carte de presse et un statut de bloggeuse mérités!

Répondre

Sophie Schlesser Le 24 janvier 2015, 20:30

Un billet presque doux dans le tourbillon des dernières semaines…
Merci pour tes mots, si justes.

Répondre

Carl Le 17 février 2015, 10:59

Salut Balibulle 🙂

Je lance en avant première nos produits de mode suédois pour les célébrité et les plus grands blogueurs.

Étant donnée que votre style correspond à notre marque, nous aimerions que vous essayez une pair.

Envoyez moi un email et je pourrais vous envoyer plus d’information.

Passez une bonne journée!!

Carl

Répondre

ajouter un commentaire