ModeTri

15 juin 2015

She’s a maniac

magie_du_rangement_marie_kondo

Vacances aidant, je suis enfin venue à bout de « La Magie du rangement », le best-seller signé de la fée du logis nipponne Marie Kondo, dont la sortie fin février a provoqué un tsunami médiatique et mes premières contractions (sic).

Tout comme les livres de sa coreligionnaire Dominique Loreau, « La Magie du rangement » est presque taillé pour agacer.
Par son propos radical, à la fois hyper directif et moyennement argumenté (comme quand Marie Kondo écrit « je ne suis pas certaines des raisons mais je vous assure que ça fonctionne »).
Par son ton. Les anecdotes ou manies loufoques de l’auteur (parler aux objets ou aux maisons, leur prêter des sentiments) héritées d’une enfance obsessionnelle et solitaire, pouvant susciter autant la sympathie que la perplexité.
Et puis par son sujet tout simplement.

Comme toutes les modes, le désencombrement voit croître le nombre de ses adeptes comme celui de ses détracteurs.

Prétendre que nous sommes tous faits pour trier, jeter, nous épanouir dans un cocon épuré n’a évidemment pas de sens (<3 Marie).
Et même chez les personnes sensibles à la démarche, toute méthode draconienne vient nécessairement titiller notre pré carré de liberté et notre esprit de contradiction, comme tous les diktats modernes nous expliquant comment mieux manger / consommer / vivre notre vie.

Je suis une maniaque contrariée.

Je n’aime rien tant qu’un intérieur au cordeau (n’est-ce pas ?), mais c’est toujours un effort d’y parvenir, parce que je ne range pas au fur et à mesure derrière moi. J’éparpille, je sème dans mon sillage et à la fin de la journée il me faut une demi-heure / une heure pour tout remettre à sa place. Au travail, mon bureau est sans dessus dessous à 15h, et nickel à 20h30. Je ne peux physiquement pas partir sans l’avoir remis en ordre.
Chez moi, mon humeur est indexée sur le degré de rangement. Nervosité si c’est le foutoir, détente si tout est à sa place. J’en viens à redouter les visites impromptues, de peur de présenter un intérieur « indigne » de ce que j’ai envie de refléter.

Donc a priori, je suis une cible parfaite pour Marie Kondo, dont la méthode promet un intérieur « définitivement » épuré, grâce à l’élimination préalable de tout le superflu (l’impitoyable phase de tri supprimant souvent 75% du contenu d’un foyer) suivie par la mise en place d’une routine de rangement précise et optimisée.

Alors au final, que m’a apporté son livre ? Des réflexions, plutôt que des solutions.
Voici neuf pistes qui m’ont fait phosphorer :

1/ vider son sac à main tous les soirs

L’idée n’est pas de re-dispatcher chez soi tout ce qu’il y a dedans, mais juste de transvaser le contenu, quitte à ce que ce soit dans une simple boîte, toujours la même, logée dans un placard, toujours à la même place.
Mine de rien, une bonne gymnastique pour petit à petit, réussir à alléger sa charge quotidienne.
Sauf quand, bien sûr, on sait déjà vivre sans sac.

2/ désacraliser le neuf

J’ai eu ma phase « je ne porte pas cet achat tout de suite, sinon il n’aura plus cette petite magie« , qui signifiait en creux qu’un vêtement était donc plus désirable fraîchement sorti de la boutique qu’une fois sur mon dos.
Marie Kondo recommande de retirer dès leur acquisition les étiquettes et emballages des vêtements, pour vite se les approprier.
Aussi anecdotique soit-il, le geste ne manque pas de portée symbolique. En disant : le supplément d’âme, il vient de votre penderie, de la synergie que le nouveau vêtement forme avec vos anciens.
D’ailleurs, à chaque fois que j’ai tardé à retirer une étiquette, c’était mauvais signe. Dont acte.

3/ l’hymne à la joie

C’est l’axe fondamental de la « méthode KonMari » : la joie comme critère de tri.
Si le simple fait de prendre en main tel vêtement vous met toujours en joie, vous le gardez.
Si ce n’est pas le cas, vous vous en séparez, en le remerciant de vous avoir « donné de la joie au moment de son achat » ou de vous avoir « montré ce qui ne vous va pas« . Ça paraît nigaud formulé de la sorte… mais au fond c’est assez pertinent. Parce que cette méthode ne cherche pas à nier le lien affectif qu’il y a entre vous et votre vêtement. Mais recommande de se laisser traverser par ses émotions, pour les utiliser ensuite. Il n’y a que deux alternatives à la joie : l’indifférence ou le vague à l’âme. Dans les deux cas : ça vire.

4/ « La maison de vos parents n’est pas un refuge pour vos souvenirs »

Ceux qu’ils tiennent à garder, oui. Ceux que je leur impose, non.
Sûr que ma main tremblera au moment de jeter certains bibelots ou vieux souvenirs, mais je dois être honnête avec moi-même, c’est d’un intérêt relatif et ça ne manquera pas à Ève de ne pas pouvoir découvrir mon bulletin de notes de 1991 ou ma première jupette de tennis.
J’avais réussi à quitter la maison de mes parents avec peu de ces souvenirs, réconfortée par l’idée qu’ils n’étaient pas « perdus ». Si je déménage avec davantage d’espace de rangement (fingers crossed), je n’aurai plus d’excuse. Soit je les rapatrie chez moi, soit je les jette. Dur !

5/ se convertir au rangement vertical

Walinette en a déjà vanté les mérites de manière plus que probante, photos à l’appui.
Et le tuto de la Youtubeuse Lavendaire résume plutôt bien le principe en vidéo :

De mon côté, je suis encore en stand-by sur le sujet, parce que le rangement vertical ne se pratique qu’avec des tiroirs (j’en ai peu), et plus précisément des tiroirs assez profonds (sans quoi les pièces épaisses sur lesquelles il est vraiment intéressant de gagner de la place, comme les sweats à capuche de l’Homme avec lesquels je me suis entraînée, ne rentrent tout simplement pas dedans, ça fait un paquet compact, certes, mais qui dépasse en hauteur = fail total).
Donc stand by, d’autant plus que j’ai plutôt une garde-robe « à cintres » (beaucoup de robes et de hauts fluides et fins, tee-shirts compris).
Bref, j’aimerais m’y mettre mais ça risque d’être limité (mes jeans, à la rigueur ?)

6/ ne pas transformer ses rebuts en vêtements d’intérieur

Réflexe que j’étais justement en train de lâcher, et qui n’est qu’une excuse de plus pour ne pas trier. « Ce que vous portez à la maison influe sur l’image de soi », nous écrit Marie Kondo. Si ça ne mérite plus d’aller dehors, ça ne mérite pas de rester dedans non plus.

7/ un cadeau est fait pour être reçu, pas pour être gardé

Politiquement incorrect, et assez libératoire, non ? Une bonne manière de détourner le fameux « c’est l’intention qui compte« …

8/ ne pas multiplier les accessoires/solutions de rangement

Pour moi qui craque irrémédiablement sur les boîtes imprimées House Doctor, les paniers en métal, et viens justement d’investir dans un stock de housses à rayures marinière, la question, comment dire, tombe à pic.

rangement_panier_metal_housse_mariniere_boites_house_doctor
Dépenser de l’argent en paniers, séparateurs de tiroirs ou colonie de boîtes Muji (coucou JAC), c’est à double tranchant.
Plus vous avez d’espaces de rangement délimités, mieux vous rangez, mais plus vous gardez, aussi. Au lieu de déstocker.
Mieux vaut donc limiter ce type d’accessoires, sous peine de passer son temps à chercher quelque chose à mettre dedans, ou d’encombrer et désorganiser votre appartement pour les mettre en valeur.

Bien sûr, Marie Kondo milite pour LA loi sacrée du rangement : chaque chose à sa place, donc une place pour chaque chose. Mais elle vante les mérites de la boîte à chaussures vide ou des packagings Apple (iPod, iPhone…) en guise de contenants optimaux.
Bon, on a le droit d’avoir envie d’autre chose…

9/ « Un de ces jours signifie jamais »

Vrai pour tout, tout le monde, tout le temps.

patounettechatte Le 15 juin 2015, 17:27

Ben c’est plutôt pertinent comme truc ! Par contre, honte sur moi, j’ai une tunique « rebut » pour la maison ! Mais je suis tellement bien dedans…

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:04

au contraire, c’est ça l’essentiel !
Dans son bouquin, MK évoque certains de ses clients qui gardent des vêtements d’extérieur pour l’intérieur, et lui avouent qu’ils ne se sentent pas à l’aise dedans…

Répondre

caro Le 15 juin 2015, 17:39

des pistes de réflexion intéressantes et qui méritent qu’on s’y attarde un peu… je pense que le plus dur pour moi sera de faire du tri chez papa et maman :)) ahhh nostalgie quand tu nous tiens… mais tu as raison, nos enfants n’auront pas besoin de TOUT nos souvenirs mais une petite sélection sera largement suffisante :)) bon courage pour le rangement selon MK! Je pense que je m’y attèlerai (au rangement selon MK) quand je ne serai plus en mode grossesse et que je pourrai à nouveau non seulement regarder mes vêtements mais les PORTER :))

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:13

pour les souvenirs, je me demande si choisir un contenant (par exemple une grande boîte) et se tenir à ce qui rentre dedans, ça ne serait pas une piste…

Répondre

Fabignou Le 15 juin 2015, 18:05

En 10/ je rajouterais bien ce mot de mon ancien proprio, « la cave, l’antichambre de la déchetterie » :-) C’est tellement vrai ! Ce qui rejoint d’ailleurs l’idée de ne pas multiplier les rangements. Dans mon appart actuel, je n’ai ni cave, ni cellier, ni garage fermé. 3 placards, basta. Je suis loin d’avoir un appart épuré, j’aime trop la déco pour ça, mais toujours rangé oui, depuis que j’ai fait un gros tri (sans avoir lu Marie Kondo ni Dominique Loreau, juste le constat qu’en deux ans je n’avais pas sorti certaines choses des placards et la possibilité plus ou moins imminente d’un nouveau déménagement international). Bref, quand on n’est pas obligé de jouer à Tetris dans son placard pour attraper / ranger quelque chose, c’est beaucoup plus simple d’avoir un intérieur nickel.
Pour ce qui est de semer les choses derrière soi et de ranger à la fin de la journée, je l’ai beaucoup fait. J’ai arrêté progressivement à la naissance de mon fils, parce qu’avec la fatigue ça m’énervait de perdre de l’énergie à chercher les choses. A peu près au même moment, il y avait eu un article dans Elle où une coach donnait comme conseil « finissez votre geste », c’est à dire qu’au lieu de poser un objet qu’on n’utilise plus sur une table ou une étagère, on va le ranger directement à sa place. A moins de vivre dans un palace, ça prend 30 secondes de plus et on n’a pas besoin d’y revenir (pour les maisons, elle conseillait un panier au pied de l’escalier). Encore aujourd’hui, il m’arrive de penser à cette phrase et de rire intérieurement en allant mettre ma tasse directement au lave-vaisselle ou ma crème pour les mains dans la salle de bain. Et je ne redoute plus les visites à l’improviste (ton paragraphe sur l’humeur indexée au niveau de rangement, je te comprends à 100%) :-)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:22

Tu sais que l’air de rien, ton commentaire a eu un sacré impact depuis hier.
Je n’arrête pas de repenser à ce « finissez votre geste » et j’essaie de l’appliquer.
C’est pourtant dingue, c’est ce que moi-même je dis à l’Homme s’il pose sa tasse dans l’évier, « pourquoi est-ce que tu ne pousses pas 20 cm plus loin dans le lave-vaisselle ? » mais entre dire aux autres et se le dire à soi-même…
Du coup depuis hier je m’exerce, ce que j’utilise, je le range dans la foulée au lieu de le semer. Ça ne prend que 30 sec de plus, et ça change vraiment mon ressenti au long de la journée, l’impression d’être moins mon propre boulet au pied 😉

Répondre

Cécile de Brest Le 15 juin 2015, 18:08

Bon, j’avoue que cette mode du rangement à tout prix et des intérieurs épurés me fatigue un peu mais dans le principe pourquoi pas ?
Je ne suis cependant pas prête à tout bazarder, je n’ai pas l’impression que je me sentirai mieux après (mais si ça se trouve, je rate quelque chose).

Là où je ne suis pas du tout d’accord c’est pour les vêtements que l’on porte à l’intérieur. Je ne porte pas la même chose dedans et dehors. Tout simplement parce que chez moi je veux être à l’aise, pouvoir traîner assise par terre sans être terrorisée (non, je n’exagère pas. ou si peu) par l’idée de salir mon pantalon blanc par exemple.
Alors j’ai acheté un pantalon tout mou, un truc de sport à la base, que je porte exclusivement à la maison. Et il est souvent couplé à un vieux pull informe que je ne mets donc plus pour sortir mais qui me va parfaitement pour chez moi pour la même raison que le pantalon. On a bien le droit d’avoir des vêtements cools, confortables (ce que je mets pour aller dehors l’est aussi mais dans une autre mesure) pour traîner.

Par contre, le coup du rangement en tiroirs j’adorerais sauf que je n’ai pas de tiroirs :-(

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:26

Le livre de MK recommande justement d’avoir des vêtements spécifiques pour l’intérieur, dans lesquels on se sent à l’aise. Ce qui me semble être ton cas 😉
Ce qu’elle déconseille, c’est l’utilisation d’anciens vêtements d’extérieur devenus usés, quand ils ne sont pas confortables.

Répondre

Cécile de Brest Le 21 juin 2015, 09:19

OK, je n’avais pas bien compris le concept. Donc, je suis d’accord 😉

MadameGanache Le 15 juin 2015, 18:31

En commençant à regarder les vidéos de Lavendaire, et à tomber dans une phase de glutage sur le web, je suis tombée sur une Google talk de Marie Kondo. Etonnement cela ne m’avait pas forcément frappée, mais elle est japonaise! Ey oui! Je pense que cela jour clairement sur l’origine et l’extrémité de sa méthode car le Japon, et les Japonais ont structurellement très peu d’espace. Ce qui les oblige à développer des qualités de respect de l’autre, à exceller dans le vivre ensemble, mais aussi à optimiser le rangement de leurs apparts minuscules. Surtout à Tokyo. Ce qui peut nous paraître, même à nous parisiens vivant dans des mètres carrés sous pression, un poil extrême. Il y donc de bonnes astuces à piquer, mais peut-être pas à appliquer à la lettre.

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:27

« Les Japonais ont structurellement très peu d’espace, ce qui les oblige à développer des qualités de respect de l’autre, à exceller dans le vivre ensemble, mais aussi à optimiser le rangement de leurs apparts minuscules. »
C’est passionnant comme la géographie d’un pays influe sur son art de vivre…

Répondre

shoubbs Le 15 juin 2015, 18:32

Je reviendrais pour les réflexions « de fond de tiroir » mais c’est pas le NPI que tu nous mets dans la photo « mine de rien » :)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:28

haha, y’en a qui suivent GRAVE

Répondre

ensse Le 15 juin 2015, 18:43

moi je le dis avec un peu de honte, il me faudrait limite un « accompagnement psychologique » pour jeter mes vieilles affaires qui pourtant ne me sont plus vraiment utile…
Ça encombre, gâche la vie parfois, et pourtant c’est tellement difficile de s’en débarrasser.

Je me fais « aider » par mon copain pour le tri mais c’est dur…
c’est grave docteur???
ce qui est sûr, c’est que plus on a de la visibilité sur ce qu’on possède, plus c’est facile de voir ce qui est en trop. je l’ai observé.

bref , la route est longue, mais je suis sure qu’on est mieux quand on ne garde que ce qui est vraiment utile, rend beau , fais plaisir .

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 16:29

« avoir de la visibilité sur ce qu’on possède », c’est la clef, en tout cas pour moi, et je me sens toujours incroyablement apaisée quand j’y accède ^^
En tout cas tu as l’air plus prête que tu ne crois, non ? 😉

Répondre

amelstos Le 15 juin 2015, 18:44

Je ne l’ai pas lu mais j’ai lu les postes consacrés à son bouquin chez Marie ou Walinette. J’ai vidé les 2/3 de mon placard, ce qui objectivement n’était pas du luxe après avoir emmagasiné des tonnes de fringues « au cas où ». Pour le rangement vertical, même si l’idée est bonne au départ et qu’on voit tout de suite l’effet pratique de la chose, c’est plus difficile à tenir sur le long terme dans devenir un tyran du rangement avec sa famille. Et puis moi aussi, j’ai peu de tiroirs et surtout des vêtements à ranger sur cintre. Tu me diras comment tu pratiques ! Ce qui est sur c’est que même si ce phénomène reste une mode (et est donc ultra mega marketé), il a le mérite de faire sauter le pas à ceux/celles qui avaient juste besoin d’être poussé et donc je fais partie. J’aimerais maintenant accéder au graal de la capsule fringue ET maquillage…pas encore gagné. Bisous Bali <3

Répondre

amelstos Le 16 juin 2015, 12:16

En revanche j’ai oublié de le préciser mais pour notre maison j’ai horreur quand ce n’est pas rangé (pas caché hein, RANGÉ !). Je déteste les papiers qui traînent, les tickets de caisses ou la monnaie posés dans un vide poche (je hais les vides poches) et oui j’aime quand rien ne dépasse. Ça ne date pas d’hier, j’étais deja comme ça petite. Bon du coup certain penseront que chez nous c’est chiant mais j’arrive pas à vivre autrement. Et mon mec lui n’aime pas ranger en revanche il adore nettoyer donc on se complète parfaitement bien (le couple de maboul). Cela dit la présence d’enfant relativise forcément la notion de rangement et ça je pense que Marie Kondo ne l’intègre pas ;-). Desolee pour les pavés…

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:21

ah haha, vous êtes complémentaires, perfect match 😉 Et énorme, le cri du coeur anti-vide-poches ! ^^
Et oui, il ne me semble pas que Marie Kondo ait un ou des enfant(s), ça ne l’empêche pas d’avoir une réflexion théorique sur le sujet, mais on a beau dire, il n’y a vraiment que quand on est parents qu’on intègre l’ampleur de la question 😉

Jane des ex enfants ! Le 20 juin 2015, 08:35

Attendez d’avoir des ados et plus des « enfants » 😀 Votre livre de chevet, votre bible, votre guide de chaque instant deviendra « Comment j’ai survécu dans un groupe de bonobos sans s’y laisser ma maison et raison » par la célèbre primatologue Jane B.

Jane un correcteur automatique Le 21 juin 2015, 07:03

Et il m’emm…  » …sans y laisser ma maison et ma raison » Je prends les souscriptions…

intelligently-fashionable Le 15 juin 2015, 19:13

thanks for the tips , so useful !!

Répondre

Charlotte Le 15 juin 2015, 19:57

Je trouve toute cette démarche intéressante même si je n’y adhère pas forcément.
J’aime que les choses soient rangées mais je n’ai pas trop de problème à m’y tenir étant donné que je range au fur et à mesure, gain de temps et d’énergie pour moi.
J’ai aussi appris à lâcher du lest depuis que je vis avec mon copain qui a une notion du rangement toute relative :-)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:23

gain de temps et d’énergie, tu as tellement raison

Répondre

Lilly Day Le 15 juin 2015, 20:02

Ha, je vois que nous avons craqué pour les même sandales toi et moi 😉
J’ai beaucoup trié cette année, je ne sais pas si c’est l’âge, le monde surconnecté et à 300 à l’heure dans lequel on vit ou encore le moral qui influe là-dessus, mais j’ai un besoin quasi viscéral d’épurer un maximum. Ça va autant des vêtements qu’aux livres/DVD/CD audio (oui, je les avais tous gardé alors que je n’ai même plus de discman) en passant par des réorganisations de l’espace en tout genre !
Concernant les pistes de réflexion de Marie Kondo, ça a l’air d’être plutôt très intéressant comme lecture. Je le note dans mes lectures estivales :)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:24

Épicuriennes toutes les deux ? 😉
Tu me diras si MK t’a apporté qqch de plus, par rapport au grand chantier déjà entrepris !

Répondre

Véro Le 15 juin 2015, 20:24

Euh, ton titre c’est en référence à Flashdance ou rien à voir ? C’est malin, j’ai la chanson dans la tête maintenant ! :)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:24

à ton avis ? 😉 😉

Répondre

shoubbs Le 15 juin 2015, 20:53

Alors, les réflexions « puissantes »:

J’avais lu et gardé un mauvais souvenir l’art de la simplicité et j’ai lu et adoré l’art du rangement. Peut être est ce une question d’age et de période dans ma vie, peut être est ce lié au fait que Marie Kondo ne fait pas de liste péremptoire des objets dont on a besoin ou pas, mais conseille de s’orienter à la joie. En appliquant ce principe, j’ai plus vidé mon armoire que jamais ! Et sans regrets. Bien sur que j’adorais ce perfecto bleu electrique H&M, mais je n’avait plus le look et la vie pour lui donner la place qu’il mérite. Ca me rendait presque triste de le voir se morfondre dans ma penderie.

J’avoue que ses reflexions sur les cadeaux sont à la fois les plus dures et les plus logiques pour moi. D’aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai été adepte de la wish list (d’abord sobrement intitulée « lettre au père noel »). C’est peut être parce que je suis née en décembre, mais j’ai toujours eu le sentiment que je « jouais ma saison / mon année » sur 8 jours et donc pas le droit au faux pas. Toute ma famille et mes proches sont briefés : je fais une wish list, de toute gamme de prix (c’est pas parce qu’un cadeau n’est pas cher que ce n’est pas un beau cadeau qui me fait plaisir). Certains aventuriers sortent de la wish list… j’ai envie de dire que c’est à leurs risques et périls !

D’ailleurs, ces réflexions m’ont amené à m’interroger sur le sujet des box : je suis inscrite à mylittlebox depuis… que ça existe ou presque. J’aime recevoir la boite, j’aime l’effort mis dans la présentation et la sélection. Mais je m’impose de me « débarrasser » de l’excédent. Souvent je me sers des produits / goodies. mais quand ce n’est pas le cas, je trouve vite quelqu’un à qui le donner. Bref, je m’interroge lourdement sur l’opportunité de résilier :)

Je suis désormais une convertie du tiroir (en même temps, je n’ai pas trop eu le choix quand j’ai installé mon dressing). En revanche contrairement à elle, même si j’ai fait du tri « initial » c’est à l’usage que je me rends compte de ce que j’ai besoin d’évacuer.

Je ne pourrais pas tenir avec 37 pièces comme certaines (déjà parce que je suis pas assez maniaque de la lessive) mais je commence à savoir orienter mes décisions vers l’achat durable / amorti, et au final c’est ça le plus important : avoir une garde robe en cohérence avec ma vie et moi (et peut importe si ça reste un peu foutraque et pas parfait)

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:26

« je « jouais ma saison / mon année » sur 8 jours », MAIS TROP ÇA. Alors oui c’est pas joli joli de penser comme ça mais … toi aussi tu as déjà eu une chaussure à ton anniv et l’autre à Noël ? 😉 😉

Répondre

shoubbs Le 18 juin 2015, 19:33

Ah non, ils n’ont jamais osé !

En revanche le cadeau « et son accessoire » (genre appareil photo + housse de transport). Bizarrement ma soeur qui eu le bon goût de naître début juillet (PILE après le début des soldes) n’a pas ce genre de problématique :)

coralie Le 15 juin 2015, 21:26

Lu il y a qqes mois. et la révélation. oui. pourtant chui pas sensible au coaching joie etc. (j ia passé les 30 premieres pages à dire olalalalalala)

contrairement à toi je suis pas du tout capable de ranger à 20h30. je laisse des choses dérangées partout derriére moi. pas par flemme, pas en me disant « je le ferai plus tard ». juste sans m en rendre compte (je ne ferme pas la porte des placards, je laisse traîner mes chaussures, je ne range pas ma chaise etc). C est en me retournant que je le vois.

j ai été livrée sans l option rangement organisation. c est mon chéri qui joue à Tetris dans le coffre de la voiture.

Et Marie Kondo m a qd mm sacrément changé la vie je dois bien l avouer.

1. le sac, comme toi
2. le rangement par catégorie, l idée du siécle
3. le rangement vertical dans des boîtes á chaussures
4. la diagonale dans la penderie 😀
5. le fait d accepter qu un objet qui ne nous va pas a rendu son service. pas de souci á le donner. une contrainte en moins

bon par contre, j ai pas encore résolu le souci de mes collocataires, surtout ceux de moins d’1m40.
en fait, il faudrait qu on m explique où on range TOUT. voila, je suis une petite fille, à qui on doit apprendre

mais ma maison depuis ce bouquin est rangée. pas d effet rebond.

Appelez moi Bree VdK. chui à 2 doigts de faire des tofs de mes placards pour les mailer à ma mère pour la fête des méres. NE JAMAIS PERDRE L ESPOIR

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:28

ah haha, moi la joie je l’ai eue en te lisant, MDR merci Coralie (et moi aussi j’ai un champion de Tetris à la maison, je le soupçonne d’aimer ça d’ailleurs…)

Répondre

Dr SDB Le 15 juin 2015, 22:42

Laisse tomber, ce bouquin n’a pas du tout arrangé mon cas de psychorigide du rangement, je l’ai même relu plusieurs fois c’est dire !
Je n’ai jamais eu de mal à ranger mais je n’ai aucun mérite car mes parents nous ont fait déménager 7 fois entre mon enfance et mon adolescence (et mon père n’est même pas militaire).

Du coup j’ai appris assez tôt à ne pas me trimballer avec plus qu’il n’en faut et en plus je n’ai pas de « chambre de jeune fille pleine de souvenirs » qui m’attend quelque part donc forcément ça oblige à faire le tri.

Et ma foi, ce n’est pas plus mal, ça m’apporte un peu de légèreté dans ce monde de brute.
Bon je suis une jeune adulte qui vit toute seule donc tout ça risque d’évoluer dans les 10 prochaines années hein, soyons réaliste ;).

Répondre

Dr SDB Le 15 juin 2015, 22:50

Evidement j’ai oublié un truc !
La seule chose qui ne m’a pas parlé dans le bouquin de Marie Kondo c’est le passage sur les livres.
Déjà quand elle a parlé d’arracher les pages de ces livres pour en garder ses passages préférés, je me suis étranglée avec mon café…
Et je suis tout bonnement incapable de me séparer d’un seul de mes livres, ma collection est la seule chose qui m’a suivi dans tous les endroits où j’ai habité (au grand dam de ma mère qui se tapait quasi systématiquement la valise pleine de livres, complètement insoulevable(je ne crois pas que ce mot existe mais c’est pas grave).

Répondre

coralie Le 16 juin 2015, 19:55

oh oui !!! le coup du livre c etait trop 😀

Balibulle Le 18 juin 2015, 17:34

Je soupçonne la « Magie du rangement » d’être exagérément radicale dans certains chapitres, juste pour se singulariser et pour faire parler, du marketing quoi 😉 Le passage sur les livres notamment.
Quel lien aux objets t’ont apporté tes multiples déménagements ? Plus intense (parce qu’ils étaient peu nombreux et donc précieux) ou plus détaché ? (et j’allais justement te poser la question pour le papa militaire !)

Dr SDB Le 18 juin 2015, 20:31

Ah merci les filles je me sens moins seule sur le coup des livres, nanmého quelle taré cette Marie Kondo !

Balibulle pour te répondre, mes multiples déménagements m’ont plutôt apporté un rapport détaché aux objets.
Je n’ai pas encore décidé si c’était bien ou non. Parfois je me dis que c’est super chouette et parfois non ha ha ha.
(et pour la cause de tous ces déménagements, mes parents avaient simplement la bougeotte et ont profité de leurs différentes opportunités de boulot, voilà voilà je raconte ma vie).

CMAB Le 23 juin 2015, 17:09

Je me retrouve carrément dans ce que tu dis!
Papa militaire et douze déménagements en trente ans de vie!
J’y ai aussi gagné un rapport assez détaché aux objets, et même pire, quand je sens que je m’attache, je me force à m’en détacher pour ne pas m’attacher…Vous me suivez? :)
A part mes centaines de livres dont je ne peux me séparer je déteste les bibelots, les vide-poches, les habits inutiles, et aller à la borne du Relais juste à côté de chez moi me donne un vrai sentiment de plaisir…Limite jouissif. Bref je suis peut-être un peu folle!

Bracelet de jade Le 15 juin 2015, 23:07

Je me retrouve vraiment dans tes derniers posts.

D’une part pour les fringues, envie de structurer les tenues par les formes, couleurs pour les porter sans se prendre la tête même si ma penderie regorge de formes et couleurs variées … je sais en général ce qui me va.

D’autre part dans la maison. Moi aussi un déménagement, l’arrivée d’un bébé, le tout la même année, ça donne envie de restructurer son intérieur et donc soi je pense.

J’ai toujours apprécié l’aspect épuré des objets, des espaces mais pas toujours facile de se prendre en main. Un article donne souvent de bonnes idées de départ pour se motiver.

J’ai réalisé un tri énorme lors de mon gros déménagement, et cela à différents niveaux : fringues, objets, meubles, make up … bref, c’était varié et même si des milliards de choses me font envies, je n’ai pas acheté depuis 2 ans plus que je n’ai pu ranger. Il me reste encore des cartons à vider (que j’avais déjà trié mais je sens que je vais encore donner ou jeter) mais c’est vrai que ça me fait mal au cœur de me séparer de certaines choses.

Là où c’est compliqué, c’est quand la famille ne comprend pas ce besoin de faire le vide « tu ne vas quand même pas te séparer de ça de ça de ça » ou t’encourage à faire des placards pour ranger tout le bordel. Mais moi je ne veux pas de placards, je veux des rangements certes mais pas 50 et ne pas entasser pour faire plaisir aux autres.

Car une fois lancée, c’est vrai que c’est l’engrenage : on tri les vêtements, les livres, magazines, chaussures, la déco qu’on aime plus, la voiture, pour faire place nette et ça c’est chouette quand même car le peu donne envie d’être plus valorisé.

Je suis d’accord avec toi, le sac à main devient vite sac à bordel si on ne fait pas attention, ne pas toucher aux objets neufs pour ne pas les abimer (stupide de chez stupide), gérer les cadeaux (1/2 surprise et 1/2 whislist), ce qu’il faut de rangements, limiter ses vêtements pour l’intérieur … autant de petites choses qui servent à mieux vivre. Surtout quand on est plusieurs !

A quand la même chose pour la salle de bains, ou mon gros problème : les chaussures dans l’entrée ?

Répondre

Balibulle Le 21 juin 2015, 19:23

merci Bracelet de Jade, ravie que les derniers billets puissent te servir de boîte à outils un de ces 4 😉
Et oui, il faut vraiment faire les choses à son idée quand il s’agit de rangement, si tu écoutes les gens autour de toi, tu es foutue 😉
Pour les chaussures dans l’entrée, moi je me sers de ces meubles Ikea, et j’en suis très contente :
http://www.ikea.com/fr/fr/images/products/hemnes-range-chaussures-casiers-blanc__0181719_PE246259_S4.JPG
Pour la salle de bain, ça dépend en plus tellement de la configuration dont tu hérites, tant que tu n’es pas propriétaire. Moi je range les produits par taille, parce que c’est tout ce que me permettent les mini-placards de ma salle de bain, et c’est un peu relou 😉

Répondre

Anonyme Le 15 juin 2015, 23:40

Trop d’organisation tue le vivant. Où préférerais-tu habiter, dans une tour en béton de 80 étages bien fonctionnelle ou bien dans une bâtisse ancienne du vieux Paris avec ses murs pas tout à fait droits, son escalier en colimaçon et ses dépendances ajoutées au fil des siècles et au gré des besoins ??
Pour moi la réponse est aussi évidente que contraire au bon sens : un agencement bordélique, du fait-main approximatif, une construction sans autre plan que la nécessité matérielle mais aussi esthétique, avec leur cortège de contraintes et d’imperfections, véhiculent infiniment plus de vie, d’humanité et de sérénité que ce qui a été prémédité pour t’indiquer comment tu dois vivre, faisant fi de toute subjectivité (cf les cités HML des années 60 qu’on dynamite à tour de bras aujourd’hui – Le Corbusier faisant office d’exception qui confirme la règle) !
Pour le rangement c’est pareil de mon point de vue : suivre trop de règles imaginées par des gens sans aucun point commun avec toi peut déshumaniser ton rapport à ton habitat et aux objets qui t’entourent. Pire, cela peut perturber tes proches (et même ta chienne^^). Je ne dis pas pour autant qu’il faudrait vivre dans un bordel permanent en mode hippie, mais plutôt avoir ses propres principes de rangement, issus de ses propres contraintes, objectifs et priorités, que l’on n’hésitera pas à redéfinir aussi souvent que nécessaire et même à bafouer dès qu’ils entravent le bien-être et le besoin de liberté !

Répondre

Balibulle Le 21 juin 2015, 19:30

tout cela me semble assez évident, j’ajouterai tout de même que certaines excellentes techniques de rangement ne sont pas innées, et que je suis bien contente de pouvoir m’en inspirer quand je touche les limites de ma créativité 😉

Répondre

Minky Gigi Le 16 juin 2015, 10:51

Ce livre… je l’ai lu mais je ne l’ai pas du tout aimé…
Sûrement le manque de modestie et le côté « moi je sais » impératif qui sont venu se fracasser à mon esprit rebelle à toute autorité (ou presque, j’ai un côté rigide par contre concernant les « règles/lois/… »)
Raison pour laquelle je n’aime pas non plus l’écriture de Dominique Loreau.
Et du coup, s’il y a de bonnes idées dans ces livres, elles me passent au-dessus…
J’ai beaucoup plus apprécié « The Joy of Less » du coup… (ou alors le fait de l’avoir lu en anglais m’offre plus de distance?! aucune idée…)

Bon en même temps, mon côté artiste a besoin de son bordel organisé… Ces derniers temps, j’essaye plutôt de mieux cerner mes besoins et envies. Je vide beaucoup/remplis moins mes placards en fonction et surtout à mon rythme… Et j’essaye de définir/trouver « une place pour chaque chose » (« et chaque chose à sa place »… hérité de ma mère… je n’aime pas planquer un objet en attendant de lui trouver une place, généralement, il reste en vue jusqu’à trouver sa place)
Mes séances de rangement sont plus rapides mais il y a encore du boulot 😉

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:13

C’est presque étonnant que tu te sois quand même lancée dans cette lecture 😉
Concernant la « place pour chaque chose », ça transforme la corvée en plaisir, limite…

Répondre

Minky Gigi Le 22 juin 2015, 11:57

Quand je me lance dans un livre, je le termine (à deux exceptions près, des Tolkiens arrêtés en cours de lecture, assez rapidement, j’ai pas accroché du tout et vu que pour l’un c’était le début des célèbres trois gros tomes…. heu…bref…)
Et j’aime à « étudier mon contemporain » on va dire.
Ce livre m’intriguait de part l’engouement qu’il suscitait mais je suis contente de l’avoir emprunté plutôt qu’acheté 😉

Céline Le 16 juin 2015, 10:54

Le rangement vertical ? Mouais… des t-shirt empilés sur une étagère et on voit tout autant la tranche de ces derniers…
Par contre ton raisonnement avant chaque achat, ton organisation et ton armoire « capsule » me passionnent !
Vivement le post sur THE valise à préparée pour les vacances !

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:14

Héhé, j’y travaille !
Pour le rangement vertical, c’est d’une part la tranche, mais pas seulement, il s’agit aussi de ne pas avoir de « dessous de pile » difficilement accessible, et de poids des fringues les unes sur les autres 😉

Répondre

Brunette Le 16 juin 2015, 11:05

Héhé le coup du bureau rangé à 20h30 :) L’Homme me traite de bordélique, parce que comme toi je sème…Lui n’aime rien que l’appart nickel chrome avec rien qui traîne. Moi aussi, mais la différence entre lui et moi est de taille: ma vraie passion c’est, comme tu l’écris, une place pour chaque chose. Je me fiche que certains trucs trainent deci, delà…car je sais où les ranger, ils ont une boite/étagère/tiroir….accessible facilement.
En fait, je suis une fausse bordélique, et lui un faux maniaque…son idée du rangement se limite à bazarder le truc dans le 1er placard venu. D’ailleurs il ne se passe pas une journée sans qu’il demande où se trouve tel ou tel truc. Agaçant…mais jouissif aussis, car je suis la vraie Gardienne des Placards 😀 (par définition, si je sais où se trouve tel ou tel truc, c’est parce que je l’ai rangé. Et toc.)

Ce qui me parle aussi c’est le coup du sac à main, que je pratique. Et la wish list!!!! Je crois que tous les natifs de décembre devraient faire une wishlist. Comme écrit dans un autre commentaire j’y mets tous les prix, tous les genres de cadeaux, livres, vêtement, cours de cuisine…et malheur à celui qui en sort! Il tapera forcément à côté…

En fait ma révolution, je l’ai faite quand l’Homme est parti au Japon pour 2 semaines pour son travail. J’ai littéralement pété mon fusible du rangement. J’ai vidé les placards, les étagères, dans tout mon appart. J’ai trié factures, photos et livres. J’ai fait une razzia de boites en plastiques chez l’ami suédois, pas jolies, mais pratiques (il en faut un peu quand même). J’ai du rab, certaines sont vides, attendent d’autres choses à ranger. J’ai trié câbles, piles et livres. Elles sont passées vite, les 2 semaines! La seule boite ayant eu grâce c’est celle dans laquelle je jette en vrac les souvenirs de vacances (billets d’entrée, cartes de villes étrangères, etc…) Celle-là, c’est chasse gardée anti-MK :)

Répondre

alex Le 16 juin 2015, 13:20

Ah, je me sens moins seule avec ma wishlist de cadeaux! Ma mère passe son temps à me dire que ça tue toute spontanéité et que ça n’a plus beaucoup de charme de me faire des cadeaux si c’est moi qui contrôle tout… Je comprends son point de vue, mais d’un autre côté, j’ai toujours un pincement au coeur quand on m’offre quelque chose qui tombe (quasi systématiquement) à côté de la plaque et qui finit donc au fond d’un placard. Ca reste une somme qui aurait pu être beaucoup mieux dépensée 😀
Mon amoureux a trouvé la solution, il m’offre des billets d’avion!

Répondre

Minky Gigi Le 16 juin 2015, 13:28

Dans ma famille, c’est la norme la liste. Avec plus de choix pour garder un peu la surprise (mais classée par ordre de priorité aussi)

Et même réaction au début du côté de mon mari et sa famille : ça casse le charme etc…

Mais vu le gain de temps à ne pas se prendre la tête à chercher l’idée de cadeau parfait et à se demander si ça plaira ou pas et autres tracas… Ils sont désormais convertis 😉

Bon, ce qui n’empêche pas de rajouter une petite surprise hors liste à côté, mais généralement c’est un petit bonus pas le budget principal…

shoubbs Le 16 juin 2015, 18:02

J’ai tellement converti ma mère à la wish list qu’elle s’énerve contre ma soeur qui à chaque anniversaire ne sait pas ce qu’elle veut !

Brunette Le 19 juin 2015, 09:20

Hé, merci, moi aussi je me sens moins seule! Je fais toujours une liste assez grande pour garder la surprise, et pas forcément hyper précise (genre je veux CE pull de CETTE marque) pour avoir un peu de suspense…je suis née le 26 décembre, alors oui, ça aide tout le monde…ma belle-famille se borne à ne pas la suivre, mais de mon côté au moins, je suis comblée (et je vous dis à quel point je soulage l’Homme, ou pas ?)

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:15

« Je suis la vraie Gardienne des Placards » = mythique. Et oui, différence fondamentale entre faire disparaître qqch et le ranger !
Pour la wishlist, tout le monde y gagne, celui qui offre comme celui qui reçoit.
Même en adorant faire des cadeaux surprises, patiemment et amoureusement dénichés, quand tu as 23 personnes différentes à satisfaire à Noël (mon horizon chaque année) au bout d’un moment tu es bien content d’avoir, de temps en temps, des suggestions !

Répondre

MissYou Le 16 juin 2015, 11:26

Veyrier ponton mon amour…

Le rangement… Tu as beau matraquer avec cela et le tri aussi et le laché prise et .. Mais pourquoi donc j’ai pas le déclic ???? Je veux avoir le déclic !!!! Je suis tellement certaine que je gagnerais ce temps si précieux qui nous manque !!!!

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:21

Ah haha, ce n’est pas encore ton moment 😉
Et si ça doit arriver, ce sera sûrement provoqué par un événement de ta vie qui n’aura rien à voir ^^
Magnifique, Veyrier, hein ? Tu es de là-bas ?

Répondre

Coline Le 16 juin 2015, 11:33

Bonjour!

Rien avoir avec le sujet de l’article mais je me demandais d’où venait les sandales de le première photo? :)

C’est pile poile ce que je recherche (et ça ne m’aidera pas vraiment à ranger et à trier mais bon)!

Répondre

Balibulle Le 16 juin 2015, 11:49

Salut Coline, c’est le modèle Épicure de K. Jacques :
http://www.kjacques.fr/fr/epicure-pul-naturel
(couleur plus fidèle sur ma photo)

Répondre

lesfoliesdemelanie Le 16 juin 2015, 12:09

Bonjour, un peu bizarre de vous lire comme un insidieux sentiment de culpabilité quand on lève les yeux de son écran et que l’on voit……comment dire un joyeux foutoir ou un bordel organisé ! Bah, le plus simple étant peut-être de lire le livre ou de suivre un peu comme vous quelques pistes de réflexions…….Belle et folle journée à vous

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:22

Et que ça infuse… ou non ! 😉

Répondre

Clao Le 16 juin 2015, 12:26

Le rangement vertical me donne mal à la tête ! Et je n’en perçois pas bien l’intérêt, il faut dire que contrairement à la logique (je suis la +petite…) dans notre mini armoire, j’ai la partie haute donc même en piles je vois tout et le switch hiver/été me permet déja de faire du tri à chaque saison, n’accumulant pas des masses, ça me suffit.
Quand aux fringues rebuts, c’est pas possible elle en doit pas avoir d’enfants qui débarquent en réclamant une vieille chaussette/collant/teeshirt/chemise pour le lendemain et l’activité à l’école et ne doit pas avoir de jardin non plus :-) sinon voila le moment de solitude quand il te faut une « tenue de combat » pour faire de la peinture, soit il y a des combis jetables super seyantes :-p, ou aller apporter à la déchetterie les résidus du jardin. Ce n’est surement pas à cela qu’elle faisait allusion, mais plutôt à une tenue cocooning et là je valide, mais je n’ai pas pu m’empêcher 😉

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:24

Alors comme je disais plus haut à Céline concernant le rangement vertical, il ne s’agit pas simplement de « voir », mais aussi de ne pas avoir à soulever une pile pour se servir. Comme dans une bibliothèque en fait, dont tu peux retirer n’importe quel livre sans devoir soulever les autres 😉

Répondre

siricat Le 16 juin 2015, 13:14

J’en parle, j’en parle, mais je ne l’ai toujours pas entamé ce foutu livre qui traîne sur mon bureau depuis sa sortie. C’est que j’ai tellement l’impression de déjà connaître le contenu avec tous les articles/vidéos sur le sujet que du coup j’ai du mal à m’y plonger!

Je viens justement de regarder la dernière vidéo de Lavendaire qui montre l’étendue de son tri personnel. Qu’est ce qu’elle est reposante cette fille ! <3

Répondre

Rita Le 17 juin 2015, 04:37

Si le livre fait désordre et ne te fournit pas de la joie, il faut s’en débarasser presto, dixit le livre.

Répondre

HeLN Le 17 juin 2015, 10:19

HA HA HA excellent :-)

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:26

une jolie découverte cette fille ! Et puis même ses sacs poubelle sont violets = perfection 😉

Répondre

renardeau Le 16 juin 2015, 14:28

Mouais les conseils prodigués par ce livre me paraissent tout a fait nigauds (et pas seulement parce que j’apprécie trainer en survetement Adadas a la maison et que je me sens offensé par la phrase: « ne pas transformer ses rebuts en vêtements d’intérieur »).
Par ailleurs, QUI achete des vetements pour ne pas les porter et laisser l’étiquette dessus? (hormis les femmes oisives et pleines aux as du 16e?)

Sur ce je vous souhaite un bon mardi, jour de la joie et de la tolérance.

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:27

effectivement, l’histoire des étiquettes n’est probablement pas un comportement très masculin 😉

Répondre

Polly Perkins Le 16 juin 2015, 15:02

je n’aime pas critiquer sans connaître, donc je l’avoue, je n’ai pas lu Marie Kondo parce que justement je suis agacée d’avance par l’aspect culpabilisant. Je suis une bordélique qui s’assume et je ne me sentirai jamais bien dans un cube blanc (sinon je vivrai dans un hôtel design). Ce sont tous ces petits détails qui font que chez moi, c’est chez moi. Maintenant j’aime bien tes considérations. Chacun en retirera ce qu’il veut!

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:28

En effet, je ne crois pas non plus à la dimension « universelle » du livre de MK 😉

Répondre

tilde Le 16 juin 2015, 15:28

Je note, je reviendrai sûrement à cet article régulièrement (et pas seulement au nettoyage de printemps) même s’il y a des numéros que je préfère à d’autres (2,3, je ne comprends toujours pas le 8… J’adore les boîtes !! Et même si elles sont vides humhum)

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:29

bienvenue au club ! ^^ Et puis ça peut toujours servir de compartiment dans un tiroir donc vive les boîtes…

Répondre

matchingpoints Le 16 juin 2015, 17:20

Il y a de très bonnes idées à retenir comme

1) ce qui fait automatiquement un tri comme de bouts de papiers
6) parce que c’est le début du laisser aller,
4) parce que les cours de fac prennent la place et parce que nous, les matchingpoints, nous avons de grandes caves et que nos grands enfants nous ont laissé plein de souvenirs…

Mais à force de trier, ne manquera-t-il pas quelque chose, quelque chose qui ne se discute pas, qui nous différencie, qui fait partie de nous, parce que à force de trier, n’arrivons-nous pas dans un monde parfaitement rangé, limite stérile ?

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:31

justement, le fait de trier pointe ce qui fait vraiment partie de nous, c’est la question que l’on se pose devant chaque objet au moment de décider de le garder ou non. Cette interrogation qui sous-tend l’ensemble de la démarche me paraît un voyage passionnant à la rencontre de soi-même…

Répondre

Thiad Le 16 juin 2015, 17:42

Tu vois c’est pour ça que je lis pas ces livres, trop radicaux à mon goût (enfin je le dis sans les lire hein… :-D) et pourtant c’est une démarche qui me parle beaucoup et pas que dans l’idée d’être mieux chez soi, mais aussi dans une certaine mesure, d’être un peu plus écolo, en triant (enfin donnant) et ne gardant que l’essentiel (mais sans retomber dans les travers de sur-consommation derrière…)
Alors je te remercie de ta démarche, parce que sur ces sujets là c’est les autres qui me font personnellement avancer, à mon rythme et en prenant ce qui me parle, mais je sais que ce qui ne me parle pas aujourd’hui n’est pas perdu…

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:32

exactement ! Tout cela peut résonner et infuser de manière très différente selon notre « horloge personnelle », c’est ce qu’il y a de plus chouette, quand les idées se font leur propre chemin en nous…

Répondre

Valguki Le 16 juin 2015, 19:41

Concernant le rangement vertical, je l’ai aussitôt adopté : pour moi (commodes suédoises aidant) et pour mon homme (vieille armoire de grand-père dotée pour l’occasion de nombreuses boîtes à chaussure dans lesquelles T-shirts, sweats et pulls tiennent désormais debout) ainsi que pour ma fille (armoire premier prix). Tu sors la bonne boîte, tu choisis et tu remets la boîte (fini les piles qui s’écroulent quand l’homme prend le T-shirt du bas).

Le mieux, c’est quand même le rangement des chaussettes qui, miracle, se perdent beaucoup moins depuis que je les plie délicatement au lieu de les rouler en boule informe. Et mes enfants ne font plus semblant de ne plus avoir de vêtements propres, on voit tout d’un coup d’oeil, et toc !

Des boîtes à chaussures suffisent et ne demandent pas un centime d’investissement, hormis les chaussures mais ça peut d’ailleurs servir à argumenter : j’ai acheté les chaussures pour la boîte de rangement 😉

Concernant les vêtements rebuts, une ou deux tenue à conserver dans un endroit à part suffisent largement il me semble. J’ai mon vieux jean déglingué qui sert au jardin, au rangement, ménage et aux travaux.

Mais je suis 100% d’accord avec tous les commentaires qui disent de ne pas prendre à la lettre les conseils de Marie Kondo, il faut savoir adapter et faire preuve de bon sens en fonction des besoins et désirs de chacun.

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:44

Voilà un argumentaire définitif en faveur du rangement vertical. Du coup tu as surmonté le hic des étagères vs. tiroirs.
Pour ce qui est de ne pas prendre les choses au pied de la lettre, on est évidemment d’accord 😉

Répondre

Lor Le 16 juin 2015, 22:37

Merci de cette analyse car je cogite beaucoup là-dessus et TU ES LA PREMIERE dont je lis la réflexion sur ce sujet : la mode du désencombrement, c’est too much ou quoi ? Et la question corollaire que je me pose : quand ça sera de nouveau à la mode de montrer qu’on a une vie intense/remplie/riche/variée en montrant des choses, comme on le fait depuis XXXX décennies en Occident, comment la tendance s’inversera-t-elle ? Est-ce qu’on verra des blogs (ou ce qui leur succédera) vanter l’encombrement et l’accumulation ?
Quoiqu’il en soit, tu as défini à merveille ma position personnelle sur le sujet : la fausse maniaque, comme je le dis parfois… Je suis maniaque mais c’est souvent le bordel chez moi et je suis stressée dès que ça l’est. Pire : ma libido est presque corrélée avec le degré de b…el dans ma chambre. Rien n’éteint moins mon désir et mon humeur, rien ne me rend plus impatiente face à mes filles, qu’un tas de désordre qui me toise d’un air désapprobateur. C’est pathétique.
Mais personnellement, j’ai décidé de faire l’impasse sur Marie Kondo. J’ai lu et relu Dominique Loreau, j’ai lu qqs blogs sur la simplification, j’ai lu Pierre Rabhi (sur la sobriété heureuse), j’ai passé des années à y aller par petites touches… et cette année je suis assez efficace. Et j’ai trouvé mon équilibre et ma méthode. Je ne dis pas au-revoir aux objets, mais la plupart du temps je les donne, je les jette seulement s’ils sont cassés. Idem pour les vêtements : borne à recycler ou don à quelqu’un que je connais. Je n’ai pas besoin d’attribuer des sentiments à ces vêtements, mais je sais qu’ils seront plus utilisés ailleurs et le gain de place me procure de la joie.
Et ce qui a un peu déclenché les choses, c’est que ma femme de ménage est partie. Avant, je déplaçais les affaires, je faisais pas mal de tas, et elle faisait le ménage. Maintenant qu’elle est partie, je le fais moi-même (c’est un choix) et peu à peu j’ai éliminé la plupart des « tas » que je déplaçais auparavant.
Car même s’il faut parfois enjamber des Playmobils chez moi, si parfois j’ai une semaine de linge à ranger, s’il peut m’arriver d’y passer un demi week-end, même, je vois que moins j’en ai, moins c’est le souk, QUAND MEME. Et pour ce qui est des affaires chez les parents… tout n’est pas encore réglé !

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:53

Dis donc j’ai le privilège de l’initiatrice alors ? 😉 😉
L’ère des blogs vantant l’accumulation me semble toujours vivace (cf les vidéos de « hauls » qui continuent de faire florès), les deux sont vouées à co-exister et à s’inter-pénétrer :)
C’est drôle ce que tu dis sur la femme de ménage, en avoir une peut modifier aussi notre degré d’implication perso, moi je ne range jamais autant que la veille de sa venue, pour qu’elle ait les coudées franches pour nettoyer, et c’est encore un truc qui échappe à l’Homme (qui assimile nettoyer (= son job) et ranger (= mon job)) ^^

Répondre

Lor Le 23 juin 2015, 12:20

Wow, c’est dingue, mais alors je suis tellement dans le mouvement de la simplicité volontaire/simple living/désencombrement and co, que je ne connaissais même pas le phénomène du haul !! Merci de m’avoir appris un truc ! Et je vois qu’il existe des gamines super jeunes qui font ça, c’est dingue.

Pour la femme de ménage, je rangeais aussi à fond pour qu’elle nettoie, mais je déplaçais beaucoup de choses qu’aujourd’hui j’arrive à ELIMINER. Et c’est le jour et la nuit !

Ally Le 17 juin 2015, 04:54

Évidamment à chacune son système et ses priorités, mais j’adore ton côte analytique dans l’écriture. Qu’on achète ou qu’on se débarasse, ce qu’il y a en commun c’est que c’est quand même amusant de penser aux fringues, niveau sujet léger.

J’achète moins depuis plusieurs années, mais je remarque encore davantage à quel point cela m’amène une baisse de la pression artérielle (surtout maintenant qu’il y a moins de passages à la caisse et donc de pics) de couper à travers un beau grand magasin ou de passer une heure ou deux sur les blogs/e-shops. C’est marrant de penser intelligamment un truc sans grandes conséquences, quoi. Merci de faire aussi bien.

Dans le même style, j’ai aimé ce post de Hey Natalie Jean (en English), qui va aussi dans un délire hyperanalytique super amusant (et déclenche comme toi l’évaluation d’idées nouvelles à appliquer pour alléger son quotidien):
http://www.heynataliejean.com/2015/06/on-capsules-uniforms-and-20.html#more

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:32

Merci Ally ! Pour tes remarques et pour le lien vers Hey Natalie Jean. Déjà j’aime beaucoup son ton, à la fois pétillant et mordant (le « AFFILIATE LINK WARNING BEEP BEEP » m’a fait hurler de rire).
Et puis c’est passionnant et très pertinent son analyse comparée entre garde-robe capsule (beaucoup de variété, 1 seul exemplaire) et uniforme (peu de variété, beaucoup d’exemplaires).
Ceci dit elle a de la chance que ses fantasmes sur Pinterest correspondent à ce qui lui va vraiment, c’est souvent l’inverse. Elle est plutôt bien connectée avec son moi profond :)

Répondre

mariannehéhé Le 17 juin 2015, 09:05

hello,
Oui enfin pour moi le bon sens c’est suffisant.
Mais l’ego qui vient se greffer à mauvais escient à transformer une consommation adaptée en une consommation idéale notamment au travers d’une « quête du dressing parfait ».
Déjà le parfait à la base c’est suspect. Bref tu l’auras compris je vous observe en étant un peu effarée, je trouve dommage que l’erreur ne soit plus le chemin qui permet d’évoluer tranquillement.
Il n’y a plus de jeu, de tentative, d’expérimentation.
Que l’obsession d’accumuler se transforme en obsession du parfait m’angoisse.
Honnêtement je trouvais ta plume désopilante et cette approche de contrôle laisse peu de place à l’humour dommage.
Après que ton blog évolue avec toi et ta vision c’est normal mais tu comprendras qu’un article comme celui de l’achat de basket grise me laisse sur le carreau.
J’ai été interloqué par tous les comms qui avaient l’air d’abonder dans ton approche.
Après l’ultra contrôle sur la bouffe, c’est peut être normal que l’approche control freaks s’étende comme ça. Je vois juste une grande détresse, un mal être existentiel, d’un ego en quête de l’approbation générale. C’est pas très aimant pour soi tout cela. Bon ben écoute, j’ai vidé mon sac, sorry j’espère ne pas avoir été blessante, je vais juste vous laisser échanger sur la bonne taille du tee shirt blanc dont l’encolure est parfaite… J’aime me dire que j’ai une vraie chance de m’autoriser encore autant de conneries, ahhhhh c’est si bon un être humain imparfait !!!!!

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 12:04

Salut Marianne,
J’aime bien ta formule sur « l’erreur qui est le chemin permettant d’évoluer tranquillement ». Et je te remercie pour les compliments sur feue ma plume désopilante 😉
La spontanéité et l’imperfection sont la colonne vertébrale de nos existences à tous, et effectivement, un sujet bien plus fédérateur et rassurant que l’organisation et la quête d’un certain idéal.
Ce qui est ludique pour moi et certaines lectrices ne l’est pas pour toi et c’est bien naturel, la vie serait bien triste si on était toutes faites du même bois. Quant à la question de l’ego, c’est inextricable. Chaque camp sera toujours persuadé de battre l’autre au grand concours de l’humilité et du bon sens ! 😉
Donc ne t’inquiète pas d’être blessante, j’ai appris depuis 8 ans à discerner les propos visant réellement à blesser, de ceux plaquant simplement sur moi les angoisses personnelles de leur auteur. Tu en as révélé beaucoup sur toi en quelques lignes, merci de cette confiance 😉

Répondre

Iris Le 21 juin 2015, 21:48

Je crois qu’il y aura toujours de l’erreur et de l’expérimentation chez Balibulle, comme chez tout le monde. Mais essayer de les limiter, ces erreurs, c’est plutôt du bon sens, non ? Après des années à lire/regarder des blogueuses défiler toutes les semaines avec une nouvelle sape qui filait au vide-dressing trois mois plus tard, ça fait du bien de voir ces mêmes blogueuses ou d’autres arrêter d’acheter de façon impulsive/compulsive (ce que toi, t’appelles un cheminement tranquille…) et essayer à l’inverse d’acheter un vêtement dans une visée « développement durable »…
Oui, si se prendre la tête un mois sur la couleur d’une paire de chaussures évite d’en acheter trois autres qui se seraient révélées décevantes, je trouve la démarche louable.
J’en ai marre, pour ma part, de me louper sur des achats, et de me retrouver avec plein de fringues que je ne porte pas… du coup, j’essaie de réfléchir un peu plus stratégiquement, j’attends, je laisse mûrir mes coups de coeur, et malgré ça, rassure-toi, beaucoup de mes achats réfléchis sont loupés…
Et au contraire de toi, je pense que la démarche de Balibulle va vers justement plus d’amour vers elle, au lieu d’acheter spontanément/pour suivre la mode/pour avoir le truc que tout le monde a/ sans tenir compte de sa morphologie/pour ensuite pleurer parce que ça nous va pas et qu’on est mal foutue… là, on part d’une démarche hors fashion, plus centrée sur la singularité de chacune. Balibulle aurait pu acheter les converse blanches, plus universellement aimées et plus bankable sur instagram/pinterest, et bien nan, elle est allée vers SA couleur, plutôt que LA couleur.

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:38

Merci Iris.
Et « elle est allée vers SA couleur, plutôt que LA couleur », nom d’une pipe j’aurais pas mieux dit :)

Jane un problème Le 17 juin 2015, 10:45

Ben ouai Marianne … Parfois c’est la vie qui t’oblige à trier. Quand comme moi t’as le dos complètement bousillé et les cervicales aussi (Merci mon boulot !) tu vires TOUT CE QUE TU NE PEUX PLUS METTRE tout simplement. Quand t’arrives plus à lever les bras pour enfiler un T shirt ou un pul,l tu les jettes ou tu les donnes, et tu mets des trucs qui s’enfilent. Parfois la vie est simple comme un bon shot rhum/cranberry/pasteque :)

Répondre

l'armoire essentielle Le 17 juin 2015, 12:09

Que de controverse. Qui eût cru que Marie Kondo avait écrit là un brûlot polémique ? Pour ma part, avec le recul des six mois écoulés depuis sa lecture, je retiens surtout une incitation à écouter ses tripes (le fameux critère de la joie apportée par un objet), dont découlera, au choix, l’envie de tout épurer, de garder 300 paires de chaussures, de chérir sa collection d’objets transmis de génération en génération ou au contraire de se libérer du fardeau des héritages non désirés. A charge ensuite au libre arbitre de chacun de choisir, ou non, de rouler ses t-shirts façon sushi. Petit à côté, je m’étonne de voir le ton de reproche employé ici et là pour décrier une « futilité » supposée des réflexions menées ici. J’ai toujours trouvé que le futile était très utile (d’ailleurs, dans « futile », il y a « utile »). Il y a une jolie citation de Sofia Coppola remarquant qu’on se fait facilement taxer de légèreté dès lors que l’on porte de l’intérêt au vêtement. Or cet intérêt n’exclut en rien la profondeur, par ailleurs. Pour conclure, sur une note futile, donc, très joli choix de sandale. JAC

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:43

Totalement en phase avec toi. Utiliser ce « couperet émotionnel » plutôt que des critères « objectifs » pour faire le point sur ce qu’on possède, c’est ce qu’il y a, me semble t-il, de plus juste et modulable, c’est à la fois universel et très personnel.
Sur la futilité, j’aime bien cette réflexion de Sagan : « Je suis futile, mais la futilité consiste à s’occuper de choses intéressantes »

Répondre

Murielle Le 17 juin 2015, 13:17

J’aurais bien besoin de lire ce livre…si tu voyais l’encombrement chez moi…faut vraiment que je prenne le taureau par les cornes, je suis sure qu’il y a au moins 50 % à éliminer…et pas que dans les vêtements.
Cette notion de joie est une bonne idée de depart.
Mais bon faudra que je fasse pièce par pièce, petit à petit.
Et ce rangement vertical a étudier de prés et surtout retenir l’idée pour l’achat de la future garde robe.

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:45

Tu es en pleine mue, Murielle, j’adore :)
Pourquoi pas te dégager un week-end de libre cet été, pour commencer ? Tu pourrais ?

Répondre

girlinduplex Le 17 juin 2015, 19:21

Pleine de motivations suite à la lecture du livre. Je ne pouvais pas faire tout d un coup alors les placards y sont passes en premier avec l arrivee du bébé en septembre cette rationalisation nous convenait après l achat de 3 commodes une chacun et après un tri monstre, nous nous y retrouvons. J attends le congés mat pour m attaquer au reste de l appart.
Il est vrai que j’ai eu un peu pitié de cette
petite marie qui dans sa jeunesse n avait vraiment pas l air d être heureuse toute seule mais sa méthode est géniale et baser cela sur le feeling c est tellement naturel, cette fringue que j adorais sur d autres mais qui ne m allait pas hop au tri le plus dur ca a été la bibliothèque mon copain a halluciné de me voir me séparer de livres que j avais depuis longtemps. Ils feront plaisir à la biblio de la ville. J essai de rationaliser les achats pour le bébé de ce fait aussi mais ça c est pas évident

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:46

Voilà, le « feeling », quel meilleur guide, hein ?
Pour le bébé on tâtonne beaucoup, on veut le meilleur et on fait des erreurs, ça vient avec le temps (et il faut peut-être toute la vie sûrement !)

Répondre

Colette Du Net Le 17 juin 2015, 20:25

Je n’ai pas lu ce livre, me contentant des commentaires et de quelques vidéos. Du coup, j’ai adopté le rangement par pliage pour les affaires de mon Kid Loki et pour le linge de lit et de bain. Pour ce qui concerne mon rejeton, il était ravi et finalement, il voit tout ce qu’il a et rien ne se retrouve en boule au fond de son armoire. Pour mon linge je trouve ça parfait aussi.
La preuve en images : http://www.niftyfifty-and-the-city.com/origami-et-kondomania-plierranger-le-linge/
A part ça je ne partage pas l’avis de D. Loreau (et apparemment celui de M. Kondo) sur les livres, ces dames nous feraient tout jeter!

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:47

ah haha BRAVO ! Et j’adore ton « Depuis que je n’ai pas lu le livre de Marie Kondo… » 😉

Répondre

Sunny Side Le 18 juin 2015, 09:40

Plus je lis ces directives plus j’ai envie d’un coin « foutoir » !!! L’alliance Japon/américain optimise sacrément l’histoire ! j’aimerais lui présenter une amie qui doit être en syndrome d’entassement niveau 3 voire 4 ! Même dans la cuisine … c’est très impressionnant, cette angoisse là ! J’ai arrêté de vouloir l’aider à éclaircir, elle oppose une résistance terrible. j’ai investi l’an dernier dans ces housses marin!ères, c’est plus gai ! Bon je vais aller vider la cave !

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:48

et d’ailleurs elles sont vendues moins cher chez Casto, j’ai vu ça ce week-end !
http://www.castorama.fr/store/Housse-longue-mariniere-prod15330006.html

Répondre

Sunny Side Le 1 juillet 2015, 11:38

Elles viennent de chez Casto et ils les suivent ! c’est génial pour renouveler car le chat les adore et scratche à mort dessus (il sait ouvrir les portes et les tiroirs !!!)

ema Le 18 juin 2015, 11:24

Il y a tant à dire.
Préambule : j’espère que personne ne fera ça dans sa maison de campagne sinon… ça sera plus une maison de campagne. Une maison de campagne est faite pour être très encombrée.

2/ désacraliser le neuf : Ines le disait. Si on n’a pas envie de porter le truc tout de suite, c’est mort. Mon dernier achat, je l’ai porté 3 jours de suite (crade) et j’ai su que c’était donc un bon achat.

4/ « La maison de vos parents n’est pas un refuge pour vos souvenirs »
ouais bah moi c’est ma maison qui est un refuge pour mes souvenirs. Avant Internet, le numérique, FB, je gardais tout dans des boites. Et le plaisir c’est de laisser ces boites dormir et les regarder tous les 5 ans. Parce que le risque c’est de ne plus avoir de Madeleine de Proust du tout. Donc de plus se souvenir.
Les asiatiques sont pas des dingues de la conservation du patrimoine, à part les temples.

7/ un cadeau est fait pour être reçu, pas pour être gardé
A fond !!! Enfin le truc qui déculpabilise parce que moi, quand on me fait des surprises, ça marche pas très bien…

Après, c’est drôle, on est une civilisation qui a besoin de se désencombrer parce que acheter est si facile : pas cher, accessible, etc… Ce qui nous rend un peu ridicules.

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 11:51

Ou quand être ridicules est un luxe :)
C’est assez romantique, l’image d’Epinal de la maison de campagne encombrée. Mais rien à faire, pour moi ça n’ajoute aucun charme supplémentaire 😉

Répondre

ema Le 23 juin 2015, 11:52

On pourrait en faire une maxime « Le ridicule est un luxe ».
Tu n’as jamais rêvé de découvrir un secret dans un grenier ? Incroyable. L’humanité se partage donc en deux.

Balibulle Le 25 juin 2015, 11:35

Même pas. Une jolie sélection bien conservée et hop, le voilà mon secret du grenier 😉

Valérie Le 18 juin 2015, 16:20

Moi aussi, je vais écrire un bouquin philosophique et existentiel sur le rangement. J’ai déjà trouvé le titre. Ce sera « LE SAC POUBELLE (DE 100 LITRES). Ou encore, « Voyage au bout de la déchetterie ».
Ce sera un livre très court et tu en viendras à bout entre deux sorties au square, Balibulle…Il y aura des phrases courtes avec quelques répétitions du genre « j’aime pas/plus, je jette » ou « ça traîne, je jette ». Un rythme nerveux et soutenu comme son auteur dans sa folie de tout dézinguer. Un passage un poil plus long pour rééduquer le conjoint qui lui, veut tout garder…À ce propos, mon astuce: camoufler le vide par un soupçon de bordel…Ça marche.

Répondre

Balibulle Le 18 juin 2015, 23:21

J’ACHÈTE !

Répondre

Caroline Le 19 juin 2015, 10:11

Sujet à la mode en ce moment, le rangement… J’ajouterai donc ma petite pierre à l’édifice en indiquant que
1/ le bordel est bien plus joyeux que le vide (et la quête d’absolu et de perfection est angoissante) – cf. le commentaire de je ne sais pas qui sur les vieilles maisons pleines de bric-à-brac vs. les tours « fonctionnelles ».
2/ que, justement, il faut appliquer le principe de joie et, personnellement, cela passe plus par « ce vêtement me va-t-il? Me rend-il heureuse les 2 fois dans l’année où je le porte? » que par « ce t-shirt gris est-il 100% parfait et a-t-il le droit de côtoyer mes 5 autres t-shirts gris parfaits? » (faut croire que, tel M. Jourdain, je faisais de la prose sans le savoir…) et
3/, le plus important, j’aime mes livres! Ils me font du bien! Leur présence est rassurante! Du coup, je ne les jetterai jamais et ne lirai jamais MK (de toute manière, c’est louche de jeter des livres, ça fait un peu « Fahrenheit 451″…).

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 12:16

C’est amusant que les partisans du joyeux bordel soient encore plus radicalisés que ceux du rangement, non ? 😉
Totalement d’accord avec Fabignou ci-dessous, rangé n’est pas synonyme d’aseptisé, ni bordel de joyeux. Je préfère réfléchir en terme d’harmonie, d’accord avec soi-même, et ça me semble possible dans les deux cas…

Répondre

Caroline Le 22 juin 2015, 16:13

Personnellement, je ne suis pas radicalisée et mon intérieur est plutôt bien rangé… avec tout un tas d’objets dedans (souvenirs, etc.).
J’aime bien le principe de la joie et je confonds sûrement plusieurs doctrines, mais les vêtements que je porte peu m’amènent de la joie. Pareil pour mes livres. Non, je ne les relirai pas, mais leur présence est rassurante.
Et, pour répondre à Fabignou, je suis belle et intelligente, les combinaisons sont donc possibles!

Fabignou Le 19 juin 2015, 10:27

Je trouve ça dingue cette propension à opposer un bordel joyeux et vivant à un intérieur rangé forcément aseptisé. C’est comme la belle nana forcément idiote opposée à la tronche binoclarde et boutonneuse.
Moi c’est cette façon de penser que je trouve triste. Le monde ne peut-il être que binaire, sérieusement ?

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 12:16

+1000

Répondre

Jane un sac à dos Le 22 juin 2015, 10:11

Un autre « truc » infaillible pour apprendre à élaguer, c’est … marcher et porter son barda. J’ai fait du treck, genre Himalaya, camp de base, Everest. Quand tu portes ton nécéssaire sur le dos pendant 15 jours, que ton nécéssaire c’est surtout la flotte que tu bois (même pas tu songes à te laver si t’as besoin de porter la flotte pour boire !), tu apprends très vite à te contenter de 2 t shirts et 2 paires de chaussettes ! Infaillible. Pas besoin d’écrire des bouquins pour s’enrichir sur le dos de quelques crédules désorganisées. Rien de tel que le terrain, 5300 m de dénivelé, peu d’oxygène à respirer, et quand tu reviens t’es plus la même personne que celle que t’étais quand t’es partie. Tu sais que tu peux vivre sans rien, ou presque. Comme Valérie je vais écrire un bouquin, mais il n’aura qu’une seule page, et sur celle là il y aura écrit : « MARCHEZ ET PORTEZ » :)

Répondre

Balibulle Le 22 juin 2015, 10:47

Ah haha !! Et tu prendras comme pseudo d’auteur : Bernard Lhermite

Répondre

Jane bien ri ! Le 25 juin 2015, 14:49

MDR ! ou Bernardine Lhermette…

V. Le 23 juin 2015, 17:32

Oulaaa, moi tout pareil que toi avec un bonus illustrer en chanson:

« J’veux pas d’visite
Parce que j’ai pas passé l’balai
Parce que j’ai pas d’liqueur au frais
J’veux pas d’visite
J’veux pas leur dire comment je vais
Pis j’ai les cheveux tout défaits »

Et merci Linda Lemay.

Et, j’ai compris, Il me faut ce bouquin « la magie du rangement », RIGHT NOW!!

V.

http://lavsphere.blogspot.fr/

Répondre

Camille Le 25 juin 2015, 14:21

Merci beaucoup de partager tes lectures ! Perso je ne connaissais pas du tout ce livre mais tu m’as donné très envie de m’y plonger cet été. Pour le moment moi je bouquine des classiques comme Georges Orwell ou Hemingay (Le vieil homme et la mer ou comment replonger en enfance :))

Répondre

Jane fait les soldes Le 25 juin 2015, 14:55

… ce qui n’arrange pas les placards.
Mais j’aime la démarche d’Adolfo Dominguez (mon favori) (je cours dès les soldes) et sa ligne VEGANO. Avec une charte « cruelty free ».

http://www.adolfodominguez.com/en-fr/vegano/

Si on enlève de nos armoires tout ce qui à un moment dans son processus de fabrication, a fait souffrir quelqu’un, on va pouvoir s’acheter l’armoire de Barbie. Et même là y’aura plus rien dedans.

Répondre

mounemouette Le 26 juin 2015, 17:40

Salut, je suis nouvelle dans la démarche du tri, du vide, de la vie saine et plus simple…etc etc Mais j’ai bien entamé la procédure !Sinon je voulais te dire que je trouve ton blog très intéressant. Il fait parti de ceux qui m’inspirent!! Bref ravie de l’avoir découvert et de te suivre à présent. Moune
PS: si tu as le temps de faire un tour sur mon blog et de voir mes étapes : http://www.mounemouette.blogspot.fr

Répondre

Jane fait un bond de joie ! Le 27 juin 2015, 10:44

Mounemouette, j’ai vu ta photo au bord du Viaur :) Une de nos poulinières, ex championne du monde d’attelage s’appelle … Viaur du Miol :) Elle est à la base d’une jolie lignée de champions…

Comment y’a pas de lien ? Si y’a un lien ! J’ai fait les soldes chez PADD ! Et j’ai re-rempli mon armoire ! Mais c’est l’armoire de l’écurie, donc CA NE COMPTE PAS ! Et toc !

Répondre

Twinkle Le 29 juin 2015, 14:41

Ah, Balibulle! Comment ça me fait du bien de savoir que la maîtresse du rangement prend entre une demi heure et une heure pour ranger le soir. Je me croyais un être d’un autre planète et voilà, je suis normale! Ou presque…

Par contre j’ai pris l’approche (plutôt flemmarde) de me dire que je suis désordonnée et qu’il faut que je m’accepte ainsi. Conclusion, pas de rangement tous les soirs, je vis entoure de désordre par cycles, même si l’ordre m’apaise énormément.

De quoi réfléchir pendant les vacances (désordonnées???)

Répondre

Twinkle Le 29 juin 2015, 19:48

Maintenant, après lecture de tous les commentaires et contre-commentaires, j’ajoute 2 idées:

– « finir le geste »: cela me parle beaucoup, j’ai même pratiqué aujourd’hui 😉

– trier par l’émotion de la joie, je suis preneusse!

Répondre

Mathilde Le 30 juin 2015, 07:51

Oula, ça fait quand même réfléchir. Je suis très loin (très très loin en fait) de réfléchir comme ça mais j’aime l’idée et tu m’as donné envie de lire ce livre!

Répondre

Carolle Le 30 juin 2015, 18:17

Comme de nombreuses lectrices, une vie à 200 à l’heure entre le travail, les enfants, …. !
Des astuces pour gagner du temps à mettre à l’ordre la maison sont toujours quelques minutes de plaisir pour penser à soi.

Répondre

Fanny Le 3 juillet 2015, 13:04

Je me rappelle d’une marque que tu avais partagé l’hiver dernier et je m’étais dis que je me les offrirai cette année. Il faut que je les retrouver, y’avait ma taille, alléluïa :

Répondre

Shamasha Le 8 septembre 2015, 19:54

maimbourg etienne24 juin 2011this iwenreitw learned me a lot of things about the early days of John s carreer and i appreciated that he paid tribute to the music of the sixties and seventies.Everyone knows that John is a spiritual human beeing and this iwenreitw proved it once again: John is able to resist to the sweet taste of la cuisine frane7aise !!!.So here is my personnal recette :John s music must be served with warmth and may be consumed with absolutely no moderation for our souls and hearts need it so much in our merciless times!!

Répondre

ajouter un commentaire