ModeTri

10 avril 2017

Garde-robe et estime de soi

robe_fleurie_tara_jarmon
Robe / TARA JARMON (soldes hiver 2016-2017)
Perfecto / MAJE modèle Edouard (2014)

Vous l’avez compris, notamment via la rareté de mes apparitions ici : la grande affaire de ma vie depuis que je suis maman (d’un seul enfant pourtant, nom de Dieu comment font les autres ?) c’est d’être débordée.

DÉ-BOR-DÉE stade 1 « je subis ma vie jour après jour tellement je suis débordée »
mais aussi DÉ-BOR-DÉE stade 2 « je suis imbattablement débordée, d’ailleurs je vais vous faire le détail de mes journées et vous verrez, héhé, à quel point je suis héroïque, applaudissez-moi ».

Je n’ai même pas l’excuse d’une vie sociale débordante d’une vie sociale tout court pour justifier ce manque de temps permanent.

Même quand je suis en vacances (et j’en ai beaucoup, pour compenser mes journées de 12h, mes week-ends et jours fériés travaillés) je suis repliée sur moi-même et sur ma fille, avec qui le temps est toujours trop court.

Et là encore, les heures filent entre mes doigts, comme par une sorte de sorcellerie qui voudrait que je sois passée de l’autre côté de quelque chose.

Du côté d’un après, d’où il faudrait faire le deuil de tout ce qui rythmait ma vie d’avant, par une sorte de fatalité tacite dont tous les parents connaîtraient l’existence, en en taisant le nom, façon Voldemort.

Pourtant je les vois sur Instagram les mamans qui postent à tour de bras leurs looks ou leurs observations hilarantes sur la vie.

Elles sont toutes aussi occupées, avec un ou deux enfants de plus, souvent.

Et il n’y a pas de magie là-dedans, juste une façon un peu plus habile de gérer leur temps.

Et sans doute cette habileté s’affine t-elle aussi avec l’expérience, pour modeler et adapter année après année l’organisation – ou le semblant d’organisation – qui nous convient le mieux.

Moi quand j’essaie de prendre un peu de recul sur ma vie, et de contrôle sur la situation, j’arrive inévitablement à la même conclusion : il me faut des solutions clefs en main.

Bien sûr, ça manque de créativité, de spontanéité, mais je laisse ça à celles et ceux qui ont le don (et ils existent et je les bénis d’exister) de transformer chaque journée en aventure.

Je commence à me connaître depuis 36 ans, je suis quelqu’un de routinier, casanier et solitaire, donc un de mes grands plaisirs dans la vie, c’est de pouvoir caser mes petits rituels personnels ni vu ni connu, de prendre mes petits rendez-vous avec moi-même. 

Et j’en viens au titre de ce billet.

Quand on a en permanence la tête dans le guidon, on a beau pavoiser (“applaudissez-moi, etc.”), la vérité c’est que l’estime de soi en prend un coup aussi.

Et après deux ans à me cacher derrière mon petit doigt, à me dire que j’avais désormais plus urgent à faire que de me préoccuper d’être correctement habillée, j’ai été obligée de rétropédaler. Oui ça joue sur mon moral, et pas qu’un peu.

J’ai commencé par me doter d’un uniforme, à la rentrée dernière. Mais cette initiative est loin de résumer – ou de résoudre – mon rapport devenu très compliqué à ma garde-robe.
Parce que je ne vois pas que des chemises et des jeans en ouvrant mon placard.
Je vois d’autres vêtements et… mon ego dans tous ses états. Des looks qui sont loin d’être homogènes dans leur degré de sophistication et d’assurance, bien au contraire.

J’y vois un véritable baromètre de l’estime de soi.

Et le mien a trois échelons :

1 / UNIFORME
Minimum syndical à dégainer en cas de manque de temps et d’inspiration, quand la confiance n’est pas au zénith et qu’on a envie de passer relativement inaperçu(e).

2 / ATTENTION JE SORS DE MA ZONE DE CONFORT
Pour moi par exemple, c’est aller vers plus de féminité, porter de (petits) talons ou une robe au lieu d’un jean, juste pour être dans un niveau supérieur de maintenance.

3 / SHOW DEVANT, JE PÈTE LE LOOK STYLÉ
Silhouettes-clefs que je n’ai pas la foi de porter au quotidien mais qu’oser une fois de temps en temps me fait du bien (je ne sais pas si cette phrase est grammaticalement correcte).
Par exemple, pour moi, une robe fleurie + un perfecto.
Ça n’a pas besoin d’être inconfortable.
C’est juste un parti pris un peu moins passe-partout que d’habitude, et qui me « porte ».

Prendre conscience de ces trois degrés devant ma penderie.
Les pratiquer sciemment même.
Je m’aperçois qu’à la fois ça me rassure et ça me stimule. Comme si, face à une mission à accomplir, je choisissais le bon outil.


Depuis un bon moment, vous l’avez compris, tout ce qui concourt à faire de mon placard quelque chose d’assigné et d’immédiatement lisible m’aide.

Je sais par exemple que la distinction été/hiver, ou même été/hiver/demi-saison, n’est ni suffisante ni pertinente pour moi.
Mon rapport à mon corps interfère beaucoup trop, surtout dans un placard qui contient symboliquement plusieurs de “mes corps”. Mon corps d’été, mon corps d’hiver, mon corps d’hier, mon corps d’aujourd’hui… 
D’ailleurs je n’ai plus une garde-robe, j’en ai quatre, depuis que j’ai séparé mes :

1/ VÊTEMENTS POUR SORTIR (de chez moi, pas en boîte)
QUOI : vêtements structurés, jeans moulants, chemises en soie, robes, blazers…
OÙ : les plus accessibles et visibles de ma penderie
BAROMÈTRE : les plus gratifiants sur le plan narcissique

2/ VÊTEMENTS POUR LA MAISON
QUOI : du très casual type leggings, hoodies, marcels XL en coton, ou ex-fringues pour sortir devenues un peu avachies mais encore mettables, type chemise à carreaux en flanelle un peu feutrée… (pas fondamentalement une bonne idée, mais ce purgatoire avant la poubelle ne dure pas éternellement).
OÙ : dans une autre penderie, dans le couloir.
BAROMÈTRE : n’envoient pas un signal top top à l’ego, et peuvent me torpiller encore plus, les jours de petit moral. Donc à consommer avec modération.

3/ VÊTEMENTS DEVENUS TROP PETITS
OÙ : dans une boîte, stockée dans la penderie de mon couloir, pour ne plus les avoir sous les yeux quotidiennement.
BAROMÈTRE : on sous-estime parfois la toxicité des fringues trop petites. Pour certaines femmes, c’est une source de motivation, pour moi c’est juste l’aller-simple pour l’auto-dépréciation. Même rangées sur une étagère plus haute de mon dressing, c’était encore trop présent. Ces vêtements-là ne doivent littéralement plus croiser ma route jusqu’à nouvel ordre.
Je ne dis pas que rassembler et bannir tous ces vêtements dans lesquels je me sentais jolie et pouvoir remplir deux ÉNORMES caisses avec a été une partie de plaisir. Mais c’était nécessaire.

4/ FRINGUES DE GROSSESSE
OÙ : dans une boîte, stockée au grenier.
BAROMÈTRE : j’ai consacré un nombre de posts incalculables à ma garde-robe de grossesse (les joies d’avoir été arrêtée précocement…) et je me félicite d’y avoir consacré autant d’espace mental. Ces vêtements, ce sont des souvenirs géniaux, et qui convoquent une nostalgie irrépressible. Celle d’un temps où j’étais en paix avec mes formes.
Donc je les garde précieusement, mais désormais loin de mon regard. Ça fait deux ans et demi. Il est temps d’aller de l’avant.

SAndrine Le 10 avril 2017, 17:35

J’a

Répondre

Brunette Le 10 avril 2017, 17:37

Youhouh t’es reviendue! Tu viens pas souvent mais dis quand tu écris est toujours aussi inspirant #instantgroupie
Bon ce qui m’interroge en vrac, c’est le mélange entre l’estime de toi rapport à tes 2 premières garde robes et leurs utilités *achtung psy de comptoir* les vêtements pour rester dedans, façon dimanche avachi dans le canapé, oué c’est pas flatteur, c’est pas fait pour…qq’un dans la salle qui s’est déjà senti mis en valeur en yogapant et birk ?! Le yogapant, les leggings et les hoodies (avec les birk!) c’est ce que je porte quand je vadrouille, souvent en Asie, et ces fringues la sont grave remplies de nostalgie pour moi (pourtant dieu sait que le valeur est banni du vestiaire stylistique depuis…depuis toujours?)
Donc là où je veux en venir c’est (ne te méprends pas, la paix avec mon corps je la cherche toujours, je rappelle que j’ai gagné 10 kilos ya 4 ans juste comme ça tiens-cadeau-ça me fait plaiz) c’est disais-je, ne pas être flattée quand on a les fesses raplapla sans son legging c’est bien normal. De même que, dans tes fringues de « dehors »tu y inclus un uniforme, le mot est choisi avec soin…t’aurais pu écrire « tenue standard pour sortir » ça n’aurait pas eu le même impact
Je suis par contre nettement plus « down » quand il s’agit des fringues trop petites tu vois. J’ai l’impression de ne faire que ça a chaque mi saison, vider les cartons de fringues été comme récemment et faire le tri de ce dans quoi je ne rentre plus. Avoir acheté un jeans taille +1 l’hiver dernier, ça aussi ça m’a bien affectée. Je le fais, je vide, par nécessité physique (=penderie pas bien grande) que mentale (=ne pas les avoir sous le pif), mais, beuh, c’est rude parfois (RIP robe saharienne Ralph Lauren…)
Message bien trop long. Ravie de t’avoir lue!

Répondre

Watsonaire Le 10 avril 2017, 17:38

Merci pour ce billet très personnel et tellement universel (oui, j’y vais fort!).
Je partage ton point de vue sur cette idée de garde-robe/baromètre.
Ca marche aussi, je trouve, pour les soins et cosmétiques. A croire qu’il faut parfois actionner un levier de manière un peu artificielle pour réactiver le cercle vertueux.
D’ailleurs, puisque j’y pense, ces derniers temps, chez moi, c’est relâche, alors faudrait peut-être que je ne tarde pas trop à l’actionner, ce levier 😉

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:06

Je suis complètement d’accord avec cette idée de levier artificiel. C’est une question de tempérament bien sûr, mais quand on est sensible au côté ludique de la chose, ça peut vraiment être utile.

Répondre

Brunette Le 10 avril 2017, 17:41

C’est le mot « pantacourt » (hé ouais!) qui a ete remplacé dans ma phrase incompréhensible plus haut (

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:08

Oh oui le choix des mots ! Toi tu les appellerais comment les fringues avachies / doudou / nostalgie ??
Géraldine Dormoy a systématisé le fait d’avoir une garde-robe en plusieurs tailles. Et du coup plusieurs garde-robes. Je trouve ça génial.

Répondre

SAndrine Le 10 avril 2017, 17:42

J’ai 4 enfants et franchement le plus dur ça a été la première à cause de tout ce temps qu’on ne s’imagine même pas que prend un enfant, mais aussi de toute ce temps qu’on veut lui accorder parce qu’un enfant il faut le dire même si les nuits sont difficiles, même si on aime pas forcément le changement de couches, les porter à bout de bras pendant des heures pour qu’ils cessent enfin de pleurer…. bref un enfant c’est quand même la plus incroyable des aventures.
J’ai mis au moins 15 ans à me détacher (et encore c’est un bien grand mot) des miens…. peut-être parce que j’en ai eu 4, peut-être parce que c’est dans ma nature….. j’ai adoré ces 15 années mais il est vrai que quand j’ai enfin pris conscience que je mettais oublié ça a été un choc.
Courage, je pense que quand on a déjà conscience de ce qu’on a été et de ce qu’on est, il est plus facile de devenir….

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:11

SAndrine, je ne crois pas avoir déjà lu un si beau résumé de ce que représente la maternité pour moi. Tout ce temps qu’on VEUT accorder.
Merci pour tes mots.
Et bonne route vers notre devenir !!

Répondre

SanZetikeT Le 10 avril 2017, 17:59

Perso je suis trop balaise pour créer l’organisation des autres. Je te la fais quand tu veux….
J’en suis au même point que toi devant ma penderie. Une fois de plus, ce que tu dis me touche très justement… On fait quoi maintenant?

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:13

Ah haha !!! Chapeau, moi j’en serais incapable, beaucoup trop égocentrée !!

Répondre

Steph75 Le 10 avril 2017, 18:05

Bonjour,
Mon premier commentaire ici, je témoigne ! ….J’ai 3 enfants/ados et je travaille à plein temps. Je suis en vacances ….
Après 3 grossesses (le « petit » dernier a 11 ans!!), je suis passée du 38 au 42 pour 1 mètre 79. Ce n’est pas forcément visible pour les autres, je suis très grande, mais Moi, je ne suis plus la même « vestimentairement » parlant, depuis toutes ces années. J’ai donc simplifié à l’extrême les possibilités vestimentaires !!. Que des vêtements « pour sortir » (pas en boite !). Des robes, des slims, des pantalons à pinces larges et cigarettes, des blouses et T shorts et des vestes. Même chose pour les chaussures. Je sais ce qui me va, me met en valeur et est confortable. Je ne cherche rien d’autre (sauf dans mes rêves !). Je gagne de la place, du temps et de l’argent !. J’ai abandonné l’idée de revenir au 38. Mais je trouve aussi que je n’ai plus l’âge (+ de 40 ans) et je n’aime pas porter du « cool », du sportif ou des leggings (sauf pour courir !). Bref, j’ai définitivement choisi une seule catégorie de vêtements ….. pour mon plus grand confort.
Excellente soirée !
Steph

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:17

Je trouve ton témoignage super inspirant, Steph Combien de temps as-tu mis pour trouver des vêtements
pour « sortir » qui soient tout de même confortables ? Ou pour te sentir « à l’aise » dedans ? Est-ce qqch de naturel pour toi ou t’a t-il fallu un apprentissage ?

Répondre

agatano Le 10 avril 2017, 18:28

Ahlala c’est tellement bien dit
Moi ce qui me parle le plus cest ta facon d’analyser le up and downque peuvent provoquer certaines tenues…
C’est fou comme certains agencements de vêtements peuvent nous sembler réussis / nous donner le peps / nous faire sentir jolie et surtout exactement qui l’on a envie d’être… et au contraire certaines fringues dont on continue d’abuser nous renvoient une image triste / avachie de nous mêmes… le controle et le laisser aller…
j’admire ton organisation et la fragmentation en différentes penderies
Moi je nai pas encore réussi a faire. Je me force juste depuis quelques mois a restreindre tjs plus mon dressing et je t’avoue que l’aventure est intéressante… prochaine expatriation possible, ca remet les pendules a l’heure car pour moi fini d’acheter sans réfléchir : il va falloir que mes valises ne soient pleines que de choses que j’aime qui me vont ET dans lesquelles je me sens bien… ben c’est pas gagné :-)

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:20

Il n’y a pas meilleure mise à l’épreuve que le voyage, et l’expatriation est le plus grand de tous ! Où en es-tu ?

Répondre

Iris Le 10 avril 2017, 19:12

En te lisant, je me suis dit : et si ton show devant devenait ton uniforme ? histoire d’avoir le baromètre au max tous les jours…
C’est en tout cas ce que je tente de faire, arriver à une dizaine de tenues show devant par saison, pour me sentir portée tous les jours, quitte à être habillée pareil relativement souvent.
Ce que je dois améliorer de mon côté, c’est mon penchant pour les fringues stylées qui ne mettent pas en valeur, par exemple jean mom, fringues oversize, baskets alors que je ne suis pas très grande : l’assurance d’être stylée que j’ai en sortant de chez moi ces jours là s’estompe progressivement pour laisser place au sentiment de ressembler à une fashion victim qui a raté son coup !
J’ai donc constitué un fichier dans lequel je classe mes tenues par ordre d’assurance qu’elles me donnent. Il y a parfois des remontées dans le classement, si on m’a complimentée sur une tenue, si je prends ou perds 3 kilos…
J’en suis venue à la conclusion que je ne devrais sortir de chez moi qu’avec une tenue dans laquelle je pourrais aller à un premier RV ou un vernissage. C’est la définition parfaite de ce que je veux pour tous les jours : être mise en valeur sans trop en faire, avec la touche arty en plus. Au final, je n’arrive qu’à une toute petite dizaine de tenues qui font l’affaire, et encore, et beaucoup sont constituées de fringues anciennes indétrônables, pas vraiment de la dernière tendance du moment.
J’utilise aussi des couleurs de police différentes selon l’âge de la fringue (une couleur pour ce qui a plus de 2 ans en gros, et une couleur pour ce qui est achat récent). J’ai ainsi une bonne visibilité sur mes achats récents réussis (= qui ont intégré les tenues successful) : majoritairement des accessoires (chaussures, sacs, bijoux), le reste étant encore à un ratio d’un achat sur 2 de réussi. Ainsi quand j’ai une crise de dressing, je m’autorise davantage un nouvel accessoire qu’autre chose. Et une paire de chaussures stylées, des chaussettes originales, une bague vintage chinée, un sac qui fait créateur alors qu’il m’a coûté 30 euros upgradent instantanément une tenue sans jamais mettre l’ego en péril.
Au final, je dirais que ma garde-robe idéale c’est 10 tenues et des accessoires changés toutes les saisons. Je suis sûre que ça pourrait être ta solution…

Répondre

Iris Le 11 avril 2017, 16:43

Je rajoute qu’en cette période de mi-saison, je repense à quelques unes de tes tenues signature d’il y a quelques années (et qui sont devenues, grâce à toi, les miennes) : pantalon sarouel chic avec sandales kaki, chino kaki et chino rayé et compensées…à mes yeux, ces tenues étaient des tenues show devant tant elles te flattaient tout en te donnant un style bien à toi. Je suis persuadée que ces tenues t’iraient encore très très bien…

Répondre

HeLN Le 19 avril 2017, 12:28

J’aime bien ton commentaire Iris, je m’y retrouve aussi.

Balibulle Le 17 août 2017, 17:46

Iris, j’ADORE !!! Et l’esprit d’analyse, l’investissement personnel que tu mets dans ton outil de gestion vestimentaire me plaisent encore plus.
Je pense que tu as en effet trouvé la solution plus que parfaite pour toi.
Le critère du « premier RV » me semble universellement parfait (et me fait penser, par ricochet, à un truc délirant que j’ai vu sur Pinterest, « comment s’habiller pour un deuxième RV », j’avoue n’y avoir jamais songé !! A part, euh, « comme au premier ??? »)
Et avec un tel appétit pour les tendances, c’est du très beau boulot d’avoir réussi à isoler ces dix tenues.
La question des accessoires est cruciale à plusieurs titres. Je vois que chez toi, ils sont les pièces maîtresses du look. Moi hélas, je l’ai compris depuis quelques années, je ne suis pas (ou plus ?) une fille à accessoires.
Du coup il faudrait que je trouve ma variable d’ajustements ailleurs parce que j’ai trop envie de reprendre ton idée de classement !!
Enfin pour ce que tu dis sur mes tenues signature d’été devenues les tiennes : j’en suis super nostalgique. Époque à laquelle je portais encore des talons (c’est devenu très rare) et SURTOUT, époque où je rentrais dans ce merveilleux sarouel, et où mon chino kaki adoré était encore de ce monde… Tu as raison. Dans un avenir proche, il me faudra recreuser cette piste.

PtitMog Le 10 avril 2017, 19:19

C’est toujours un plaisir de te lire.
Je me retrouve totalement dans ta description de tes différentes garde-robe, même si mes fluctuations de poids sont plus dues à ma gourmandise qu’à un joyeux évènement. 😉
Il faut vraiment que je me décide à stocker ailleurs toutes mes fringues dans lesquelles je ne rentre pas et qui me mettent le blues dès que j’ouvre le placard.
En tout cas, même si tu te fais rare ici, merci de venir nous faire un coucou, tu nous as manqué! :-)

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:48

merci Ptitmog, c’est super gentil :) Et déstocker les fringues démotivantes, au fond, c’est comme voyager. Changer d’horizon, ça fait du bien !

Répondre

Vixen Le 10 avril 2017, 20:05

C’est toujours avec grand plaisir que je te lis.
Aujourd’hui c’est à mon tour de passer par l’étape grossesse et relire tes articles sur le sujet et lire les nouveau sur l’après c’est vraiment un plaisir.

Vivement le prochain article (et les posts sur Instagram entre temps).

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 17:49

merci Vixen et félicitations ! Où en es-tu ? (désolée si je ne fais pas toujours le lien entre les pseudo ici et comptes IG !!)

Répondre

tongsetpanama Le 10 avril 2017, 22:09

coucou belle bali !! quelle joie de te relire enfin !!! Haaaa les affres de la vie de maman ou d’un coup nous ne sommes plus une priorité et notre garde-robe en témoigne. Je me reconnais bien là dans tes textes. On attrape ce que l’on peut attraper le matin pour aller bosser….. La route est longue est tumultueuse. Mais il y a une autre vie après pas mal non plus, le jour où ta fille te piquera tes fringues et te les rendra trouées, déchirées (allez on se remémore le film LOL) et ensuite pour toi c’est le sketch de Florence Foresti la quarantaine avec la ménaupose ou on s’éclate enfin on revis pour soi !!!

Mais je vois loin là !! garde tes souvenirs de futur maman c’est important comme de garder ses premiers chaussons, et essaye si tu peux de t’octroyer de moments pour toi rien qu’à toi pas d’amis, pas de soirée, juste toi ! bizz belle Bali et au plaisir de te relire prochainement

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:03

oh que oui, les moments rien qu’à soi, c’est encore rare (et culpabilisant !!)

Répondre

Muriel Le 10 avril 2017, 22:35

Bonsoir,

Quel plaisir de lire ce billet, qui n’a peut-être pas été facile à rédiger pour toi. Plaisir parce que dans le monde des apparences auquel nous contribuons tous, il y a de ces sujets douloureux dont on parle peu ou mal. Aujourd’hui encore, on nous renvoie l’impression qu’après la naissance d’un enfant une femme devrait naturellement et facilement retrouver son corps pré-grossesse et gérer les multiples facettes de sa vie de mains de maître. Beaucoup de femmes ont honte de ne pas y arriver et cachent ce sentiment d’échec qui nourrit un mal être.

1) Toutes les femmes n’ont pas la même métabolisme et encore moins les mêmes gênes. On ne met pas la même temps à retrouver la silhouette d’antan et parfois on ne la retrouve jamais vraiment. Et puis, il y a les folles de sport qui s’y remettront avec plaisir et fonderont plus vite que les peu ou pas sportives qui le vivront comme un labeur, voire une contrainte ou qui en feront trop et s’épuiseront vite. Sans parler des régimes restrictifs déprimants, des troubles alimentaires, etc…

2) Toutes les femmes n’ont pas les mêmes priorités et vivent leur maternité très différemment. Quand certaines vont avoir envie de rester dans leur bulle familiale d’autres préféreront sortir et voyager avec ou sans leur bébé dès les premiers mois. Tandis que certaines s’évertueront à être ce qu’elles pensent des « mères modèles », d’autres vivront une maternité plus détendue loin des injonctions de la perfection. Certaines voudront TOUT bien faire, d’autres réaliseront vite qu’il faut faire des choix, d’autres encore se moquent de bien faire, elles font, c’est tout.

3) Autre facteur crucial: l’estime de soi justement. Selon mes observations, celles qui avaient une estime de soi « solide » avant ce changement de vie ont tendance à mieux vivre l’après, à laisser le temps au temps, à accepter la nouvelle réalité que celles dont l’estime de soi dépendait (in)consciemment de l’image qu’on leur renvoyait d’elles. Je fais partie du deuxième groupe malheureusement mais en évoluant auprès de personnes de la première catégorie, je change lentement mais sûrement.

Quand je vois ces femmes au quotidien ou sur Internet qui ma paraissent avoir été touchées par la grâce car elles semblent avoir perdu leurs kilos de grossesse en un tour de main, avoir une vie sociale très active et une vie très équilibrée, je me remémore le pouvoir des apparences et les réalités pas si simples qui se cachent derrière.

Aime-toi et mets-toi en valeur, accepte-toi sans te résigner, fais des choix sans culpabilité mais surtout, quelles que soient les circonstances, octroie-toi du temps pour être toi.

Au plaisir de lire tes futurs articles!

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:06

Muriel, un grand merci pour ton commentaire d’une justesse et d’une sensibilité totales <3 Et je te souhaite un beau chemin auprès de ces personnes qui te font avancer. Je me souhaite la même chose !

Répondre

Carole Le 11 avril 2017, 01:58

Bingo! Encore une fois t’as tapé dans le mille !!!
L’acceptation de soi… Ça fait 41 ans que je la cherche!!! Il y a des hauts et bas…des moments où on la sent là toute proche et où elle se dérobe parfois au dernier moment…sans qu’on ai rien vu venir, dans un moment pendant lequel on était à peu près en paix.
Ce fût par exemple le cas dimanche en me croisant dans la glace de la piscine municipale… patatras!
Le bon petit soldat que je suis à pris ses baskets et son leggings le lendemain et à été se prouver qu’il était certes un peu grassouillet mais tonique… et il est là mon petit remède: le sport.
Et puisque le sujet c’est avant tout la penderie, je me suis constitué un dessing classe, décalé avec pour dénominateur commun les belles matières. Celles qui « tombent bien » evitant ainsi le côté « cheep » impardonnable avec quelques kilos en trop.
Voilà, voilà… ah et puis surtout, le meilleur des remèdes, c’est de voir dans les yeux de mes filles et notamment dans ceux de ma grande de 17 ans, la pointe d’admiration dans le regard qu’elle porte sur moi! Et ça ça vaut tout! Je me dis là que je suis encore « dans le coup »( ah ben non pas temps que ça… la dernière fois que cette expression à été employée ça devait être en 1985)
Gageons qu’Eve aura le même sur toi dans quelques années…
.

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:08

Ah hahahaha, vive les expressions des années 80 !!! Ici tu as le droit, alors ne te gêne pas.
En te lisant ainsi que Steph75 un peu plus haut, je me dis que j’ai hâte d’arriver à cette « transition classe » en espérant qu’elle me ressemble !!

Répondre

Jane B. Root Le 11 avril 2017, 08:21

Bali est reviendue ! Cool !!

56 balais, mère de deux grandes ados qui sont toujours à la maison (et qui ne trouveraient certainement la phrase au dessus ni grammaticalement correcte, ni swag).

Bref, j’ai mis tout ce temps pour être bien dans mon âge, bien dans mes fringues et bien dans mon corps déformé.

Faut dire que ma vie est facilitée par l’uniforme. Y’a rien de tel que l’uniforme pour rendre ton quotidien supportable. Mais c’est paspour autant que je vais voter Fillon, faut pas déconner non plus.

Mon échelon 1 se résume donc à un pantalon, mes bottes, un polo et une casquette ou un bonnet selon les températures (fournisseur officiel Horse Equipement). Mes seuls dilemmes cornéliens et quotidiens sont donc « Bleu, marron ou noir ? » seules couleurs qui résistent à la poussière et au crottin ; et doudoune ou polaire (va-t-y faire froid ou chaud ?)

Je suis donc une adepte inconditionnelle de l’échelon 1 : l’uniforme. Dans une prochaine vie je serai hôtesse de l’air !

Seule variante, le dimanche : le pantalon devient blanc. C’est jour de concours. Le choix se résume
1- au choix de la cravate : je prends celle qui est propre, ça limite le choix.
2- au choix de l’épingle à cravate : je prends celle que je trouve, si j’en trouve une, ou si mes filles m’en laissent une. (« Berdol les filles, qui m’a piqué mes épingles à cravate ? Vous déconnez ») (« C’est pas moi c’est ma soeur ! »)

J’ai pas d’échelon 2, sauf celui de plongée subaquatique acquis en 1980 (vous n’étiez pas nées)

Pour l’échelon 3 je me la pète, version Lyn Slater en moins abouti. Mais j’y travaille.
http://www.accidentalicon.com

Bise à toutes.
Jane

Répondre

Murielle Le 11 avril 2017, 20:18

Je suis aussi l’instagram de Lyn Slater, j’aime son style, sa coupe au carré, ses grandes boucles d’oreilles, sa façon de s’habiller, beaucoup de noir, ses vêtements japonisants…

Répondre

Jane B. Root Le 12 avril 2017, 08:36

Oui. Je me suis déjà acheté des bretelles…

Balibulle Le 17 août 2017, 18:11

Quelle énorme classe cette femme et oùùùùùù que je suis loin du compte dans ma chrysalide actuelle. Tu as raison c’est du travail, c’est un chemin, mais ça vaut le coup !
Et j’aime toujours autant tes topos vestimentaires équestres, continue !!

Minky Gigi Le 11 avril 2017, 12:21

Ne pas oublier que l’on ne montre que le meilleur sur les réseaux sociaux, après ça dépend des caractères, certaines ont besoin d’une sorte de validation… le syndrome mère parfaite aussi peut-être… en opposition à la mère dite « indigne » qui avoue que l’organisation avec un enfant, ce n’est pas inné ou qui ne culpabilise pas de laisser son enfant chez la nounou (oups, c’est moi… et je n’ai jamais eu une séance de pleurs le matin… comme quoi…), etc…

Si ça peut te rassurer et à quelques exceptions près (et encore je me demande si ce n’est pas un masque), on est tous débordés par l’arrivée d’un bébé. On dit que ça dure 2 ans…
Et tu sais quoi… y’a des fous qui, quand ils commencent à sortir la tête du guidon, remettent ça.
Mais avec l’expérience, c’est peut-être plus facile… oui mais y’en a déjà un avant qu’il faut pas oublier non plus…
Bref, je verrai bien dans quelques jours, nous devrions être un de plus…

Et je ne sais pas pour d’autres qui projettent deux enfants (ou plus)… Mais du coup, sachant que j’allais un jour être à nouveau enceinte, je dois dire que n’ai pas fait grand chose sur l’entre-deux (à part sauver les meubles on va dire)
Donc l’uniforme de base, je l’ai… Sweat/tshirt, jean, basket et veste qui camouflent à peu près mes non efforts (qui ne datent pas de la première grossesse aheum…) et me permet de courir après le petiot, après le temps…

Par contre, dans quelques mois, c’est décidé : je me reprends en main >:)
Déjà parce que c’est important pour moi, et ça fera du bien aux enfants d’avoir une maman plus épanouie (et puis, ça fait toujours plaisir un « maman t’es belle », même si on est toujours belle pour ses enfants)

Pour reprendre un peu tes points, ça va commencer par un « je sors de ma zone de confort » , objectif remettre des petit talons dans un premier temps, des vêtements plus ajustés ensuite… Donc associé à une reprise en main de mon corps via le sport et l’alimentation… j’ai repéré un cours de pilates pas loin et aux horaires qui me conviennent (parce que les talons même petits, ça me tue les genoux dû au poids/au manque de tonicité; et pour le dos aussi car le matin/soir ça va rester basket pour enchaîner nounou/maternelle/train en un temps record avec un sac qui risque de s’alourdir aussi)
Je pense que le « show devant » reviendra naturellement pour les occasions si je me sens mieux dans mon corps

Concernant les catégories de vêtements, je dois dire que je ne porte pas gros attachement à mes vêtements de grossesse (ni même à cette période, un mauvais moment à passer pour moi, avec à l’arrivée un gros bonheur 😉 ). Je n’ai donc pas trop investi dedans. Ils ont été fonctionnels point. Ils ont attendu sagement dans une boîte au grenier pendant l’entre-deux, et ils vont y retourner avant un grand tri final dans quelques mois (grosso-modo, garder ceux qui peuvent être détournés à coup de couture/custo, se débarrasser des autres)

Les vêtement trop petits sont aussi stockés dans des boîtes au grenier. Je me donne un peu de temps suivant progression de le reprise en main de mon corps et idem, grand tri/déstockage et deuil définitif de ces autres moi. Et ce sera aussi le tri des autres, ceux qui ne me correspondent plus même si la taille est bonne.

Les vêtements pour la maison, je n’en avait pas avant. Je commence à en acheter quelques uns car à force de voir sur instagram les tenues « chilling » ça m’a donné envie… Donc des trucs bien doudou, certains avec imprimés que je n’assumerais pas dehors mais qui me donne du peps à la maison. Je pense que ce sera plus agréable de s’occuper des enfants le soir aussi avec une tenue qui ne limite en rien mes mouvements… Enfin je verrai tout ça à la rentrée en Septembre… et comment combiner le tout avec d’autres bonnes résolutions…
C’est un peu comme un super nouvel an pour moi la fin de cette deuxième grossesse qui approche. Mais un nouvel an ne change rien à ta vie. Là, je le vis plutôt comme la fin d’une période transition et le début d’une nouvelle tranche de vie qui fait suite à d’autres (l’enfance, l’indépendance, le couple… liste non exhaustive)
Donc j’ai bon espoir pour mieux tenir ces résolutions que lors d’un simple nouvel an :-)

(Et désolée pour le roman… :-P)

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:16

Ah là là je réponds avec tellement de retard que tu es en plein dans l’oeil du cyclone maintenant !! J’espère que tout s’est passé au mieux sur ta fin de grossesse, et que la rentrée qui approche s’annonce sous les meilleurs auspices. Où en es-tu de cette belle démarche personnelle, cette rencontre vers un nouveau soi, Ô combien exigeante mais motivante ?

Répondre

Claire Le 11 avril 2017, 14:34

Bon, de mon côté j’ai 3 enfants, je travaille, je fais du sport entre 3 et 5 fois par semaine, et par là-dessus je suis doctorante… donc je n’ai pas le temps de m’ennuyer ;-)) (applaudissez-moi aussi !) (ok j’arrête de pavoiser)

Et accessoirement, je prends le temps de traîner sur internet et lire les blogs (haha). Bref, ne t’inquiète pas, tu vas trouver ton rythme de croisière.
Pour les vêtements, c’est une bonne idée de rationaliser. Je pense que tu connais les blogs de unfancy et style bee, qui incitent à porter de façons différentes les vêtements qu’on aime bien, et éviter la sur-consommation (qui est toujours un échappatoire quand on se sent un peu flagada du moral) Après on sait ce qui nous va bien, et on décline, même sur une base avec peu de pièces. Pas de casse-tête les matins.
Bon courage et merci pour ton blog ;-))))

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:18

Claire, JE VEUX TON SECRET (le temps ?) Et oui je suis totalement fan d’Unfancy… même si je n’ai pas sa ligne de sylphide elle reste ultra inspirante, son blog et son compte IG m’apaisent)

Répondre

Thiad Le 11 avril 2017, 17:47

Comme toujours tes mots sont bien choisis et font écho chez moi… Si depuis ma grossesse je suis passée à l’uniforme aussi, j’essaye tant bien que mal de m’en sortir parce que ça me déprime un peu… Si mon corps ne me pose pas de problème (pas de balance mais je remets tous mes anciens vêtements sans problème) j’ai du mal à prendre du temps pour moi et à avoir du plaisir à dépenser pour moi… (alors que je suis comme une dingue devant les petites robes pour bébé de chez Zara… ) Et bizarrement mon petit profil sur IG qui a une époque pouvait m’inciter à la surconsommation et juste devenu mon personnal shopper… Je repère chez les autres et j’achète ! Je gagne du temps et surtout je commence à retrouver le plaisir de m’habiller… Et prendre ma tenue en photo (en 2 secondes entre le bain et le biberon…) me donne l’impression de voler quelques instants pour moi et j’avoue, j’adore ça ! Biz jolie Bali (dis tu crois qu’on reverra ton joli sourire sur ton blog un jour ?! )

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:22

Je comprends complètement ce côté « à double tranchant » de l’uniforme. Depuis le début de l’été, j’ai aussi envie d’en sortir pour la prochaine rentrée, c’était une phase agréable et nécessaire je crois, mais une phase seulement. Passons à la suivante !
Quant à toi, tu as trouvé l’objet du plaisir, si je puis dire, les photos ! Le reste suivra certainement, avec le temps (mais comment ne pas être comme une dingue devant les robes pour bébé Zara ? Pas poss…)

Répondre

Murielle Le 11 avril 2017, 20:28

Quel plaisir de te relire, tu nous manques beaucoup….

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:26

<3

Répondre

Jane B. Root Le 12 avril 2017, 11:06

Apostille : Après l’acquisition de bretelles (cf ma bafouille sur Lyn Slater) j’envisage sérieusement l’achat d’une chapka pour l’hiver prochain.

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/capitaine-marleau-pourquoi-la-gendarme-a-la-chapka-bouscule-le-petit-ecran-7788071773

Répondre

Murielle Le 14 avril 2017, 17:22

J’en ai acheté une chez H&M l’hiver passé, en laine écru lol

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:27

Yeaaaah, j’en ai une !! Mais autant je l’assume au ski, autant j’ai du mal à la ville… Verdict, Jane ?

Tam Le 12 avril 2017, 16:06

Toujours autant de plaisir à te lire !
ben tu vois, ce qui est bizarre, c’est que je vis un peu la même chose, mais avec 10 kgs en mois ! C’est à dire qu’avant je faisais un 42, je me torturais du dressing pour essayer de m’habiller le mieux possible, avec des vêtements taillées selon mes formes pour améliorer ma silhouette, ce qui comprend les talons évidemment, et je prenais soin d’être originale.
Aujourd’hui, je m’habille en 38 et je me trouve tellement mieux dans mon corps que j’ose m’habiller en « standard », je me suis même acheter un boyfriend jeans, (que je porte avec des baskets) chose importable quand tu es petite et que tu fais du 42. Tu vois?
Je me plais à être casual, le jeans/baskets/perfecto c’est toute ma vie en ce moment ! C’est l’homme qui râle par contre, il dit que je perds en féminité du coup et il a raison…
Bisous <3

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:30

évidemment, tu as tellement fondu c’est spectaculaire ! Et le casual sur un corps fin, on dira ce qu’on voudra, mais c’est joli. Et il faut expliquer à ton homme que cette nouveauté, c’est juste une façon de s’approprier ton nouveau corps, de le mettre en valeur et que ça te fait du bien. La « féminité » reviendra !

Répondre

Aglaé Le 14 avril 2017, 10:51

Ça fait plaisir de te relire !
Ton post fait un peu peur (du moins pour moi qui n’ai pas d’enfants, mais qui en voudrais, sans vouloir pour autant renoncer à ma vie) mais j’espère que tu vas trouver un moyen d’avoir un peu de temps pour toi et retrouver le plaisir de te composer des jolies tenues qui te plaisent.
Bonne journée !

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:35

Plutôt que renoncer j’ai envie de dire changer de vie. Ca n’en reste pas moins extrêmement déstabilisant (et j’ai longtemps eu peur de me lancer pour les mêmes raisons que toi), surtout quand la source de ce changement est une source d’amour. Ca t’aspire irrésistiblement. Je galère sur le plan perso, mais j’ai été très agréablement surprise par la maternité. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi chouette, et ceci explique cela, aussi.
Mais il y a autant de cheminements que de jeunes mamans, et ce n’est pas dit que ton expérience ressemble un jour à la mienne. Et si jamais c’est le cas… eh bien au moins tu ne seras pas toute seule hihi :)

Répondre

matchingpoints Le 18 avril 2017, 09:19

Les vêtements devenus trop petits – il faut les éliminer, les donner, parce que c’est catastrophique pour l’équilibre mental ! Votre corps a changé, et alors ?
Pour le reste, vous arriverez à retrouver votre vitesse de croisière…

Répondre

HeLN Le 19 avril 2017, 12:38

Mais exactement ! c’est ce que je voulais écrire : c’est un leurre de croire qu’on pourra remettre un jour les vêtements devenus trop petits –> direction bonnes oeuvres

Répondre

HeLN Le 19 avril 2017, 14:24

Hello Charlotte !
C’est toujours un grand plaisir de te lire, particulièrement sur ce thème éminamment complexe et intime, et aussi « secret ». Je me rappelle très bien la difficulté, pour l’estime de soi, de passer du statut de « femme enceinte » sur son piédestal, à celui de jeune maman fatiguée au corps changé et un peu difficile à accepter.
Je dois dire que du haut de mon statut de presque quarantenaire mère heureuse de 2 filles de 13 et 9 ans, je peux partager les points suivants :
– se débarrasser des habits devenus trop petits est salutaire
– prendre du temps pour soi l est tout autant (depuis 3 ans je fais des cures de cellu M6, et je dois bien reconnaître que c’est bon pour mon moral, tout autant pour le temps passé chez l’esthéticienne que pour le résultat visuel qui m’aide bien pour l’été; onéreux donc, mais salutaire pour moi, alors je freine sur d’autres dépenses pendant ce temps)
– je suis d’accord avec les commentaires qui incitent à porter du show devant à l’année : avec l’âge (mais aussi grâce à toi, cf là longueur des blazers : plus jamais un blazer dont le bas n’arrive pas au moins à la longueur des manches pour moi !), je sais ce qui me va (ou non). Je privilégie les matières de qualité et les coupes flatteuses. J’ai aussi reçu en cadeau de ma sœur le livre « comment je m’habille aujourd’hui » dInes de la Fressange –> il m’est très cher désormais !
– personnellement je n’ai pas trop de difficultés à laisser mes filles pour une soirée ou une semaine de vacances, ça ne me pose pas de problèmes de conscience ! Et là encore c’est bon pour mon moral (mais je comprends que ce ne soit pas le cas pour tout le monde)
– un enfant ou deux, ce n’est pas très différent en terme d’organisation : le plus difficile est de passer de 0 à 1 !
– je bosse à temps plein, avec de bons gros horaires, Chéri aussi –> on a une Nounou hyper dispo (mais qui nous a coûté deux bras pendant des années et encore un bras aujourd’hui) et une femme de menage (idem : c’est mon plus gros poste de dépenses mais je préfère mettre mes sous ici, c’est un choix, onéreux là encore et que je peux me permettre, mais un choix malgré tout, que je ne regrette pas même si j’aligne les chiffres les uns à côté des autres) –> pas de mystère chez moi côté organisation : je reverse une bonne partie de ma rémunération pour ma tranquillité…
Bon courage à toi, tu vas trouver à la fois ton rythme et ton contentement vestimentaire j’en suis persuadée !
Bises

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:45

« je reverse une bonne partie de ma rémunération pour ma tranquillité… » je suis tellement d’accord avec ça !! Et je prends des notes sur tout le reste, tellement ça me paraît sage… le temps pour soi est encore un sujet sensible dans mon couple, mais je ne désespère pas qu’on arrive à déminer le terrain un jour !
(et je suis totalement passée à côté de ce bouquin d’Inès de la Fress, incroyable !!!)

Répondre

Anonyme Le 24 avril 2017, 21:58

Lorsque je lis tout ça, je ne m’inquiète ni pour ton look ni pour ta ligne, mais plutôt pour ton équilibre personnel^^…
J’aurais voulu te donner LE bon conseil, mais je crois que je n’arriverais pas à trouver mieux que te dire d’être un peu moins exigeante avec toi-même.

Répondre

Balibulle Le 17 août 2017, 18:48

Merci de ta bienveillance. Parfois on a besoin d’astuces très concrètes et j’ai été bien dotée avec toutes les contributions ci-dessus… À moi de tricoter mon propre système.

Répondre

ajouter un commentaire