ModeGarde-robe capsule et tri

30 novembre 2017

Basiques universels vs. basiques personnels

Partir à la rencontre de ses basiques personnels.

J’insiste sur l’adjectif, tant les listes de basiques (pseudo-)universels me semblent désormais une perte de temps.

Pourtant j’ai été leur première cliente pendant très longtemps.
Il y avait quelque chose qui me rassurait dans la démarche, j’ai d’ailleurs gardé pendant plus de dix ans un article de ELLE sur les 50 essentiels (vêtements + accessoires) à avoir dans sa garde-robe. En me replongeant dedans régulièrement pour voir « où j’en étais ».

Je pensais à l’époque que c’était une forme d’éducation, un socle commun, à quoi on pouvait ensuite ajouter des éléments plus personnels.

Il m’a fallu du temps pour désapprendre tout ça. En prendre (un peu) et en laisser (beaucoup).

Le blouson en jean, le t-shirt blanc, le pantalon « noir bien coupé », les ballerines, la chemise d’homme blanche, le pull col V en cachemire gris ou bleu marine… autant de « basiques universels » qui n’appartiennent pas à ma garde-robe.

Lire l’excellent blog l’Armoire Essentielle de Jeanne-Aurore Colleuille et Laure Gontier (hélas fermé aujourd’hui) m’a beaucoup éclairée.
Les échanges avec vous, ici, ont été très instructifs aussi.
Voir à quel point certain(e)s d’entre vous ont cerné très tôt, bien plus tôt que moi, leurs propres essentiels, sans se laisser perturber ou dévier par des « must-have » clefs en main qui ne leur correspondent pas et ne serviraient qu’à encombrer leur penderie et leur style.

Alors même si mes essentiels à moi ne sont pas les vôtres (souvent, c’est comme ça que ça marche), le cheminement que j’ai eu vers tel basique personnel sera peut-être éclairant, qui sait ?

Pour vous ce sera peut-être un manteau ou des chaussures de telle couleur. Pour moi là aujourd’hui, c’est une ceinture turquoise.

Un modèle BCBG Max Azria, bien soldé, dont je n’avais à vrai dire pas saisi le potentiel quand je l’ai acheté il y a deux ans.

Même si j’adore le contraste génial qu’il forme avec le bordeaux ou le rouge, le turquoise ne fait pas vraiment partie de ma garde-robe, hormis un débardeur en lin Zara que je mets uniquement quand je suis bronzée (celui-ci, vous vous en souvenez ?)

J’ai donc acquis cette ceinture un peu sur un coup de tête, dans l’idée que je pouvais sortir de mes autres modèles (noir, caramel, et en toile rayée façon sangle).
Je l’ai longtemps cantonnée à l’idée que je me faisais de ses capacités. Être portée en été, avec des teintes claires. Autrement dit, 10% de ma garde-robe.
Il a fallu plusieurs années – et un matin où je l’avais laissée sur un jean, par flemme de la sortir des passants – pour me rendre compte qu’elle allait tout aussi bien avec des teintes sombres, des couleurs vives et des silhouettes plus automnales, voire hivernales.

Ci-dessus :
=> tunique bleu marine en viscose imprimée H&M
=> débardeur en maille noire GAP
=> tee-shirt façon marinière en viscose H&M
=> blouse rouge « Vasco » en viscose imprimée CAROLL
=> jean brut bootcut GAP

Elle mériterait quasiment un CV de la fringue, tellement elle sait tout faire.

Alors, prochain basique personnel dans mon scope ?

En guise de sac à main idéal, pour tous les jours et notamment pour le travail, peut-être un sac polochon en toile kaki, trouvé au rayon hommes, comme ce modèle APC.
Oui, là où la liste « universelle » aurait plutôt préconisé un beau sac en cuir rigide, type cabas noir ou camel.
C’est tout moi.

 

Cécile Le 30 novembre 2017, 14:55

Les coloris les plus improbables sont parfois ceux qui deviennent les meilleurs basiques et s’imposent sans qu’on les aient vu venir!

L’été dernier, j’ai acheté un sac à dos (moi qui n’en avait pas porté depuis 15 ans) en cuit grainé beige. Beige!!! La couleur que je ne porte jamais et qui me donne un teint cadavérique! Eh bien le plus triste dans l’histoire, c’est que non seulement il va avec toute ma collection de manteaux multicolores (rose, turquoise, jaune, camel, marine, noir et blanc, etc), mais en plus je n’ai pas porté un seul de mes sacs à main chéris depuis ce jour… J’ai vécu la même chose il y a longtemps avec des converses grises à fleurs roses… Comme quoi, il ne faut jurer de rien 😉

Répondre

Balibulle Le 30 novembre 2017, 15:12

J’adore cette histoire, exemple parfait et parfaitement inattendu. Moi non plus je n’aurais jamais parié sur le sac à dos beige, quel pif.
Là tu es obligée d’en dire plus sur les Converse grises à fleurs roses…

Répondre

Cécile Le 30 novembre 2017, 23:40

Dans la boutique, le jour où j’ai acheté le sac à dos, il n’y avait que gris et beige. J’avais besoin d’un sac, le gris était trop triste, j’ai tenté ma chance, et c’est sans regrets! 🙂

Les converses, c’était une édition spéciale il y a pffff… 15 ans? Hibiscus roses pâles sur fond de têtes de mort grises 😀 En choisissant le motif, je me disais que je les porterai peu mais que je les trouvaient trop jolies. Et finalement, j’ai pu les assortir avec tout pendant 3 ans. Puis elles sont mortes et je n’ai pas porté de converses depuis. Il y a 3 ou 4 ans ils ont ressorti le modèle mais le temps a passé, elles ne sont plus exactement « moi » – surtout que je ne suis plus une jeune étudiante!!! J’attends encore de les remplacer…

Surtout, j’ai pris conscience avec le temps que mon instinct coup de cœur pour une couleur ou un motif ne me trompait pas, et j’ai arrêté d’essayer de choisir l’option « raisonnable ». Cela rejoint ce que tu dis sur les basiques des autres qui ne sont pas les tiens. Ma démarche n’est pas toujours aussi consciente mais si je n’aime pas *vraiment* une pièce, alors je ne la porterai jamais autant ni aussi bien! En fait, ce que tu as « théorisé » sur les coupes et les longueurs, moi je le vis surtout pour la couleur – c’est mon métier en même temps… Et à un demi ton d’écart, tout peut changer! 😉

jicky Le 30 novembre 2017, 15:27

belle histoire, moi c’est sur un manteau jaune trench & coat que s’est jeté mon dévolu le plus improbable (moi? porter du jaune?) dernièrement..
J’en profite pour te remercier, au passage du tuyau de l’appli de smartphone « Yourcloset » (je suis sous Android, donc Yourcloset est le plus proche de ton application). deux jours que je l’ai mise en place, et je m’amuse comme une folle! (et très instructif, le cost per wear en temps réel! en plus ça permet de ne pas « oublier » de ressortir certains looks qu’on réussit (mais qu’on oublie, qui sait pourquoi)… j’ai découvert aussi (ça oblige à compter ce qu’on ne compte jamais vraiment) que je n’avais pas moins de … 12 manteaux, quand même!

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 09:32

Oh oui un manteau jaune !! Ça me fait penser à ce look Boden que j’adore dans leur collection de cet hiver, :
http://www.bodenimages.com/productimages/productlarge/17wxms_t0045_yel_w01.jpg
C’est plutôt quel type de jaune le tien ?
J’ai eu longtemps un manteau d’été jaune pâle Zara, que j’adorais, mais je ne savais le porter qu’avec des couleurs claires. Un jaune plus soutenu, peut-être, m’aurait permis de le garder…
Pour l’appli Yourcloset, je n’ai qu’une chose à dire (et tu ne m’as pas attendue) : éclate-toi. Ça ne me surprend pas que ce genre d’outil t’amuse, le CPW en temps réel est jubilatoire, j’ai le même syndrome que toi pour les looks réussis (« mince, j’avais mis quelle paire de chaussures avec, déjà ?? ») et oui, on a toujours plus de manteaux que ce qu’on croit !

Répondre

MrsT Le 30 novembre 2017, 16:06

Cela fait bien longtemps que je vous lis sans prendre le temps de commenter (merci le boulot, les déménagements à l’étranger et les enfants en bas âge) : à vrai dire, j’ai commencé à lire votre blog par hasard, un jour où je me demandais si j’étais la seule personne au monde à entretenir une passion (coûteuse, dévorante, ridicule, au choix) pour les chemises Equipment.
À force de ne mettre que ça, j’ai fini par accepter que mes basiques à moi, c’étaient les imprimés au-secours-explosion-au-zoo (perroquets, python vert, python bleu, léopard kaki improbable, flamands roses, faons gris, palmiers, j’en passe et des meilleurs), qui font dire à mon fils de trois ans « Maman, on va regarder tes chemises » comme on lirait un livre d’images (je suis une mère exemplaire).
Parce qu’en fait, c’est comme ça que je me sens le mieux pour affronter à peu près tout, avec un jean, des baskets/ bottes de pluie (je vis en Suède, on relativise assez vite le pouvoir magique du talon quand il pleut 9 jours sur 10) et un gilet (le cardigan mérinos COS, un ami qui vous veut du bien). Ce qui rejoint un peu la notion d’uniforme que vous développiez si justement dans un billet ancien, je crois.
Mine de rien, je me rends compte au fil du temps, des grossesses et des changements de mon corps (et de mon emploi du temps) que j’ai tendance à acheter toujours les mêmes choses (mes basiques à moi, donc), qui me vont et dans lesquelles je me sens bien : la chemise Equipment, donc, et le pull en V mérinos Acne Studios (merci la Suède pour les vraies soldes Acne), absolument parfait sur moi, ce qui n’est pas le cas de tous les cols V.
Bon, c’est vrai que du coup, je suis un peu victime du syndrome « Mon Petit Poney » : j’ai 6 pulls en V Acne (la folle) dans des couleurs différentes, du bleu marine au vert qui pète, mais je les mets tous (uniforme d’hiver!) et un nombre obscène de chemises imprimées (merci Vestiaire Co, ebay et les soldes!), que je mets toutes aussi.
Du coup, je ne culpabilise pas d’avoir tant de pièces à la fois chères et redondantes, parce qu’en fait, c’est ça qui me plaît, me va, et me fait me sentir bien (et me repose du minimalisme un — gros — tantinet ennuyeux qui règne en Suède). Et j’ai arrêté de me demander ce que tout le monde (enfin, la presse féminine) trouvait d’indispensable aux ballerines (qui me donnent l’air d’une jeune oie blanche qui va au mariage de sa cousine), aux petites robes noires et à tout ce qui est Audrey Hepburn-esque (j’ai toujours préféré Katharine à Audrey!), aux trenchs beiges and co.
Quant à la valeur ajoutée de cette ravissante ceinture turquoise, elle me rappelle une paire de boots Valentine Gauthier rouge pétant dont je suis l’heureuse propriétaire : elles ont l’air « dur à mettre », comme on disait de tout ce qui n’était pas noir dans les années 90, mais en fait elles vont avec tout et elles « savent aussi tout faire », comme vous dites, surtout les jours où on n’a ni le temps ni l’énergie de passer des heures à réfléchir mais qu’on a quand même besoin de se sentir bien dans ses vêtements / ses pompes.
Bon, premier commentaire-fleuve, mais en tout cas cela fait toujours plaisir de retrouver votre plume!

Répondre

Mrs T Le 1 décembre 2017, 10:12

Je me rends compte avec effroi que mes boots ne sont pas accordées! Elles ont l’air « dures à mettre » au féminin pluriel (vas-y l’orthographe ni inclusive ni correcte!). Quant à mes 675 chemises imprimées, aucune avec des Flamands roses (l’inénarrable Jan Jambon déguisé en Barbie?), mais bien des flamants roses. Cela dit, je pourrais peut-être suggérer à Equipment un imprimé Eddy Merckx, ça en jetterait!

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 09:43

Mrs T, l’intégralité de votre commentaire est un éblouissement (explosion au zoo, imprimé Eddy Merckx, haha), avec en point d’orgue le « Maman, on va regarder tes chemises ». Quelle merveilleuse passerelle entre la magie de l’enfance et le vêtement.
Et en plus vous vivez en Suède (fantasme total), donc bref, vous cochez toutes les cases et je suis super touchée et ravie de vous lire !
Votre démarche et votre « uniforme » à vous illustrent si bien cette idée de basiques personnels et le bien-être total que l’on peut en tirer… En plus vous avez l’air d’avoir trouvé votre route assez tôt, quelle chance !! Et question subsidiaire du coup : quel est le dernier achat « hors uniforme » que vous ayiez fait, avez-vous hésité, et était-il finalement pertinent ??

Brunette Le 4 décembre 2017, 16:05

Et que pensent les Suédois de votre look animalo-tropical? 😀 ça doit les faire décoller de leur fauteuil Ari, non? 🙂

Brunette Le 30 novembre 2017, 16:30

« Alors même si mes essentiels à moi ne sont pas les vôtres (souvent, c’est comme ça que ça marche), le cheminement que j’ai eu vers tel basique personnel sera peut-être éclairant, qui sait ? »
Pardon, mais je ris. Je pense ne pas être la seule ici à pouvoir crier haut et fort « VIVE BALI!!! »
Alors oui, certaines ont peut-être compris avant toi quels étaient leurs basiques personnels, en ce qui me concerne c’est le cas mais je ne les avais pas forcément identifiés comme tels 😀 maintenant c’est fait, et je glousse derrière mon PC…l’exemple qui me vient là de suite: la mini veste en jean’s (accroche toi): achetée 10 balles chez Jennyfer pour une soirée 90’es…je la porte TOUS LES JOURS en été, toujours sur mes robes. Elle a la couleur (bleu foncé), la coupe (courte) et le style (un peu rock) qui twistent toutes mes robes. Un truc de fou. Je vis dans la trouille qu’elle me lâche, mais ouf, j’ai trouvé une couturière super douée, qui m’a fait mon manteau en laine tant rêvé…je suis sauvée!

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 14:14

Qu’y a t-il de plus précieux dans notre garde-robe qu’un basique personnel ? Un basique personnel IMPROBABLE. Tu as scoré de fou, Brunette

Répondre

Tam Le 30 novembre 2017, 16:47

Salut Charlotte !
Quel flaire tu as eu pour cette ceinture ! C’est tellement vrai ce que tu expliques sur les basiques impersonnels, le fait de ressembler à une vitrine ZARA ou H&M ne m’émeut plus (c’est comme ça qu’on dit?) Etant une inconditionnelle de fripes je me tourne davantage sur LA pièce originale. Mais il y a environ 1 an je me suis aperçue que c’était « trop » il a fallu que je m’achète du noir et des basiques car tout était dépareillé, tout partait trop en live. Il y a un donc un réel intérêt à mixer les basiques impersonnels 🙂
Dans le même principe que ta ceinture, il y a les foulards aussi, je les adore surtout en cette période 😉 ils remplacent volontiers les colliers…

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 14:18

Je préciserais d’ailleurs qu’un basique personnel peut tout à fait être un vêtement très « simple » mais pas identifié comme un basique universel. Exemple un manteau bordeaux, un t-shirt marine (et pas blanc ou noir)…
Côté foulard je te suis, je rêve en ce moment d’un grand carré qui aurait la taille et la « rigidité » d’un keffieh mais dans un motif plus passe-partout.

Répondre

Agatano Le 30 novembre 2017, 20:56

ahlala ça me parle ce post!
Mon don’t have absolu qui est un must have absolu ailleurs : le trench camel… a mon grand damn car je trouve magnifique mais sur moi no way ça ne fonctionne jamais…
Et donc un cheminement a faire jusqu’à accepter de se dire a chaque trench qu’on croise et qui nous seduit sur le cintre « non! Pas pour moi! »
Sans pour autant être déçue… c’est le cas pour énormément de must have auxquels jai dû (je dois…) renoncer. Mais pas de déception (enfin on essaie…)
Car en contrepartie je me suis rendue compte d’une chose : en revanche tous les trucs immettables (coupe chelou, motifs, couleurs peps…) qui ne vont a personne en général cartonnent sur moi. Absolument incompréhensible mais quand je fais des essayages a chaque fois c’est la même histoire: le classique est « pas mal » mais « pas mal tristoune » et l’article un peu fou-fou que j’ai attrapé au vol pour l’essayer « juste pour voir » s’avère a chaque fois etre celui qui retient mon attention ou celui de la personne qui m’accompagne et me conseille…
Et souvent devient un basique de ma garde robe…
Alors je comprends!

Le pendant negatif de la chose etant que je me retrouve avec une garde robe composée de classiques personnels bariolés, imprimés, colorés… et parfois difficiles à mixer ! enfin quand on n’est pas une pro du mix et match comme toi!
Des conseils?

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 15:05

Question qui te paraîtra peut-être totalement absurde mais… quelle coupe de cheveux as-tu ? Plutôt classique ? Déjà eu envie d’en changer ? Ça pourrait faire beaucoup bouger les lignes…
Méthode imbattable pour moi quand je ne sais pas comment associer une pièce : je fais un board sur Pinterest. C’est long (il faut parfois plusieurs mois pour avoir une illumination), mais au bout d’un moment ça fait tilt !
Même méthode quand j’ai envie d’une pièce un peu classique mais que je ne sais pas comment la porter. Typiquement, des baskets blanches. À force d’épingler des silhouettes, je me suis rendu compte que j’avais en fait tout ce qu’il fallait dans ma garde-robe. Donc je benchmarke une paire en ce moment 😉 😉

Répondre

Anonyme Le 30 novembre 2017, 23:45

Je comprends pourquoi tu l’aimes tant cette ceinture, c’est parce qu’elle a pas de trous et quand tu as grossi elle va pas te le rappeler ! 😀

Répondre

Balibulle Le 3 décembre 2017, 15:06

ÉVIDEMMENT

Répondre

Jane B. Root Le 5 décembre 2017, 06:29

Ma bible : https://www.decitre.fr/livres/une-garde-robe-pour-l-elegance-9782830705720.html

Celle qui m’a fait comprendre (en 2000) qu’une armoire ça pouvait être simple.

Depuis je garde ces basiques, comme une toile de fond sur laquelle ensuite je peins avec des accessoires beaucoup plus fun.

biz

Répondre

Shoubbbs Le 5 décembre 2017, 23:07

Ouuuuuula! Vaste débat

J’ai été aussi une très grande consommatrice de ce genre de liste, allant jusqu’à l’acquisition du livre The One Hundred (par Nuna Garcia, que je ne regrette absolument pas, les illustrations etant trop lignonnes)

Et ce que ces listes m’auront appris, c’est qu’elles sont indicatives. C’est toujours interessant à feuilleter parce qu’il y a de bonnes idées, que ça peut pousser à aller au dela de sa zone de confort

Mais on tombe souvent sur ses basiques de maniere improbable. Le meilleur exemple pour moi est une paire de derbies asos achetées une misère. Particularité: mélanger de l’argenté et du bronze permettant de facto de les associer avec toutes les couleurs. J’etais au bord du desespoir quand elles m’ont laché. J’ai fini par retrouver une paire quasi identique chez Georgia rose (sur sarenza) qui valent mieux que les Zizi que toutes les listes désignent comme must have

Répondre

Iris Le 6 décembre 2017, 08:48

Mes basiques personnels :

-les « godillots » (comme toi, il me semble) : jamais porté les fameuses ballerines ou mieux les escarpins noirs pointus qui vont avec tout, que toutes les filles des Reines du shopping semblent avoir comme basiques personnels. J’aime et porte les semelles épaisses, les chelsea boots, les creepers, les docs, les vans, les boots balenciaga, les flatform-shoes, bref du pas féminin !

-le style 70 : je porte depuis des années, sans me lasser, des pattes d’eph, des flares, des sandales à plateau, des bottines, des vestes de ski type Jean-Claude Dus, des vestes de sport vintage, mais aussi des mini-jupes ou robes avec de grandes bottes et une cape, des pulls jacquard en laine, des mitaines, de la fausse fourrure, des foulards vintage dans les cheveux, sur un sac, au poignet, de grosses bagues, des chaussettes dans les sandales…

-l’inspiration asiatique : je porte aussi depuis des années des kimonos, des imprimés fleuris (pivoines), de gros buns bien hauts, je cultive mon teint clair…

-des silhouettes type qui ne changent pas : pantalon dégaine large (taille haute, boyfriend, mom, chino) + haut sobre près du corps + boots à talon / minirobe ou minijupe avec boots à talon ou grandes bottes (vintage, cuissardes larges…)

Répondre

ajouter un commentaire