Je furetais dans mes looks de l’été dernier, quand je suis tombée sur elle. La photo qui ne trompe pas.

Oh je sais… Cet hiver, on peut le dire : je me suis fait plaisir. Ben comme chaque hiver en fait. Il y a des filles qui sont au régime 365 jours par an. D’autres 4 jours sur 7 et d’autres six mois sur douze.

Je fais partie de la dernière catégorie depuis presque toujours. Chaque année, je mange environ n’importe quoi de septembre à mars. Et chaque année, pof, six ou sept kilos de couenne sur la balance. Parce qu’il y a toujours une bonne raison, la journée de travail finie, pour s’effondrer dans son home sweet home (et/ou autour d’un dinner sweet dinner) plutôt que d’aller suer ses calories… Parce qu’on se dit toujours qu’on compensera le lendemain. Parce qu’il est si bon d’enrober sa joie comme son stress dans le gras et le sucre.

J’ai essayé de les porter fièrement, ces kilos indésirables. Indésirables pas parce qu’ils sont monstrueux. Juste parce qu’ils ne servent à rien. Aucun diktat esthétique ne vaut de telles privations ? Le problème, c’est qu’aucune douceur ne vaut non plus la sensation de malaise qui vous suit comme votre ombre.

Des étés à rentrer le ventre, à choisir les robes, jupes, shorts qui descendent le plus sur la cuisse. A trier fiévreusement les photos de vacances. A regarder avec honte les autres filles sur la plage. A traverser les évènements comme une ombre pataude. Obsédée par sa silhouette. On pense toujours, prétentieusement, pouvoir prétendre à mieux pour soi-même.

Vous allez me dire tout et son contraire. Qu’il était bien temps, ou alors que je suis grotesque, crétine, voire indécente envers celles dont le surpoids/la maigreur menace(nt) la santé.

Vous aurez toutes raison. Et j’en serai toujours au même point.

Pourtant je ne rejoins pas Kate et son célébrissime « Nothing tastes as good as skinny feels ». Ce n’est pas la minceur (ou la maigreur) qui n’est à nulle autre pareille. C’est la légèreté. A chacune la sienne, question de sensation.

Pour certaines, c’est contractuel. Je lisais il y a quelques jours sous la plume d’un de mes collègues du journal le compte rendu du déjeuner de Jennifer Aniston et Gerard Butler sur leur péniche parisienne. « Une petite salade, du poulet et des framboises ». On n’a rien sans rien.

De toute façon, toutes les célébrités sont potentiellement culpabilisantes. Celles qui confessent une alimentation contrôlée et une discipline sportive stricte, et vous renvoient à votre propre apathie. Ou celles qui engloutissent n’importe quoi, et vous renvoient à votre propre impuissance. Oui, oui, vouloir se comparer à elles est trèèès prétentieux, trèèès narcissique, on sait.

Mais soyons claires : on est là – sur ce blog je veux dire – pour se regarder le nombril et être frivoles. Débarrassées de cette culpabilité que les femmes ressentent, trop souvent, quand elles consacrent du temps à des questions futiles. Comme je le disais à Sarah l’autre jour, pas sûr que les hommes aient autant de scrupules… Ouvrir une parenthèse, le temps d’une pose de vernis à ongles, d’un test dans un magazine, d’un achat ou d’une conversation. Le temps de s’alléger de tout le reste. Performance, crédibilité, polyvalence.

Alors merde, je dis qu’on peut parler régime ici… Même si la question du poids est toujours piégeuse. Il ne faut froisser ni les rondes, ni les minces, ni celles qui pensent qu’il y a bien plus grave dans la vie, donc.

J’ai beaucoup aimé le post de Fonelle il y a deux semaines sur l’ambiance des régimes. Evidemment suivi de réactions contrastées. Mais n’empêche elle a raison. C’est une ambiance, bien au-delà des couvertures de magazines et de l’agenda médiatique. Combien de filles sont en train d’y penser, là, tout de suite, à faire leur mue pour les beaux jours, se débarrasser des scories de l’hiver ? A tort ou à raison, peut-être, mais sans que ce soit un drame… Ces filles ont forcément des choses à (se) dire.

Voilà. Pour moi, vous savez. Avec les photos de looks, je ne peux pas vous la faire à l’envers de toutes façons, après ce coming out pondéral. Et cherchez pas : je suis une quiche en Photoshop donc triche impossible, même si j’avais des velléités de sournoiserie. Si vous êtes sur la même route, je vous la souhaite bonne (pas trop longue) et courageuse. On se comprend.

[muffin tueur : noelshack.com]

Sur les mêmes thèmes

123 commentaires

  1. sarah babille

    mercredi 14 avril 2010 à 12:19

    Ah ! ma belle…je sors enfin du trou sans fond d’un p.-/*- de bug d’ordi…
    Pour moi, avec 7 10 11, peu importe combien de plus ou de moins tu restes superbe. après je comprends le fait de se sentir engoncée, serrrée aux entournures dans un jeans. Je trouve même que tu as une êm avec cette faiblesse. tu es la preuve incarnée qu’il n’y a point besoin d’entrer dans un 36 pour être belle. Pléthore de filles, blogueuses même, minces n’ont pas ta lumière….
    Merci pour ce lever de voile, cette part de « souffraces » que tu livres…. C’est rare chez toi (et tu as bien raison), je le prends comme uncadeau que tu nous fais 😉 bon courage beauty !

  2. AlexdeLyon

    mercredi 14 avril 2010 à 14:01

    je rejoins pas mal de filles en te disant merci, merci d’être normale et comme nous toutes!!!!!!! et oui, car rares sont celles qui ont la chance de ne pas avoir à faire attention sinon gare aux kilos!!! l’hiver on prend toutes du poids camouflées sous des manteaux, des grands pulls, des tuniques, etc… on ne se rend pas tout de suite compte et puis après c’est trop tard pour rattraper le coup, on en est vite à +3/4kg, surtout quand on est grande.
    j’ai commencé dukan (le Révolutionnaire!!!) il y a 8 jours, et c’est vraiment encourageant bien malgré 2/3 petits écrats (l’apéro du week end! faut pas tout m’enlever sinon je mords!!!). le tout est de se sentir prête, alors ne t’en fais pas car comme le disent les autres filles, tu es plutôt jolie et pleine de personnalité, alors garde confiance en toi jolie demoiselle.

  3. ange

    mercredi 14 avril 2010 à 18:45

    …Moi aussi my slimmest summer fut en 2007… après une periode difficile et une prise de poids de 12kilos en deux mois j’avais reussi dans la foulée a en repedre 23!! ce qui n’est pas rien (je pesais alors 67kilos)…. et question légèreté j’etais vraiment bien. Pourtant toujours avec des petites formes par ci par la mais je me sentais moi, ma tête et mon corps ne faisait plus qu’un… helas je crois que chaque metabolisme fonctionne de manieres differentes..il y en a qui prendront des kilos parcequ’il mange trop ou mal, d’autres des kilos de stress, les kilos aussi de protection (on fait bouée pour se sentir plus fort), il y a les kilos qui vont aussi avec les problemes de santé…
    bref, avec un boulot stressant, et la sensation que tout ce que l’on porte a la bouche entre chaque quart d’heure de stress, nous donne du baume au coeur et la sensation d’apaisement…j’en ai repri 13…et quand on est petite de taille et qu’on pese 80 kilos, ca fait quelque chose, moralement ca va pas et physiquement on porte tout ce qui peut cacher, on s’habille souvent en noir (pour paraitre plus mince) c’est manche longue en été et tout ce qui va avec…
    Alors courage a toutes celles qui sont en plein regime , parceque moi, ma balance, la elle veut plus rien savoir je perds pas un gramme.. trop stressé sans doute…je vais peut etre essayé le regime a base de proteine.

    courage a toute et a toi aussi bali.

  4. Barbara

    mercredi 14 avril 2010 à 22:05

    -11 t’es trop maigre , non ?

    Barbara

  5. lolo

    vendredi 16 avril 2010 à 1:13

    J’arrive un peu après la tempête, pas trop le temps de passer ces jours-ci. Bon j’vais la faire courte :

    – tu es tout aussi ravissante sur toutes les photos, même à +7
    – je te comprends pour l’été 2007, je pense qu’on est nombreuses à avoir connu une phase du genre qu’on n’a pas forcément maintenue très longtemps et qui continue de nous fasciner. Je t’avoue que je te trouve vraiment canon sur cette photo, mais tu es LOIN d’être grosse sur les autres, et même si tu nous en avais trouvée une à +15 d’ailleurs !
    – la notion de légèreté : t’as tapé dans le mille
    – l’harmonie des formes qu’une autre fille a citée aussi, dans le mille
    – j’essaie d’arrêter de fumer depuis 1 semaine (enfin j’en suis à J+6 sans clopes exactement), et je dois aussi en plus me délester des kilos d’hiver (et pas que d’ailleurs vu que je ne suis pas partie en vacances depuis des années, j’avais un peu pris la confiance sous mes robes d’été à Paris), alors je comprends tout à fait ce manque de motivation. Bon courage Bali, et n’oublie pas que tu es ravissante de toutes façons 🙂

    Bises.

  6. Balibulle

    vendredi 16 avril 2010 à 12:47

    ouah vous êtes encore là, merci merci merci vraiment pour tous vos témoignages, et leur douceur, c’est un vrai cadeau ! Et à chaque fois que j’ai envie de faire n’importe quoi dans le frigo je repense à vous…

  7. mamandine

    vendredi 16 avril 2010 à 14:04

    Moi mes kilos en trop je sais d’où ils viennent…apèro, soirée entre copines, barbecues l’été…alors je les garde parce que sans ça , je crois que ça serait la grosse déprime!!!!

  8. marlène

    samedi 17 avril 2010 à 11:02

    @ Balibulle, perso, j’ai trouvé la solution, je n’achète plus rien de ce qui est trop tentant et je bourre frigo de nourriture saine….et tu sais quoi ? Un kilo en moins chacune ce matin, pour ma puce et moi !
    Et je voulais ajouter quelque chose : les récents discours sur l’acceptation de soit, ben paradoxalement, moi, ça m’a perturbé. Du coup, dès qu’on se met un peu au régime, on a l’impression (en tout cas moi,) de trahir on ne sait quelle cause probablement bidon…et en fait, c’est encore plus perturbant que l’habituelle semonce sur les régimes quand l’été approche. Alors, à coups de messages contradictoires du trio magique dukan-cohen-zermatti, eh ben, on ne sait plus. Enfin, moi, je ne sais plus et j’ai décidé de m’écouter. Je me sens mal, pesante, boudinée, je me mets au régime. Mais sérieusement et pas en suivant le régime d’ont ne sait quelle star.
    Je ne saurais trop vous conseiller les filles, de vous mettre en rapport avec un nutritionniste compétent. COMPETENT est le mot clé, dans ce domaine, ça rengorge de charlatans.

  9. Kylanita

    dimanche 18 avril 2010 à 11:54

    J’aurai pu laisser mon message en anonyme, histoire qu’on ne se dise pas « Ah! C’est parce que la petite est grosse qu’elle pense comme ça ». Mais en fait oui, c’est parce que je suis grosse, qu’effectivement je pense comme suit :

    Pour ma part, je suis pour la diversité des corps. Je suis pour un paysage pluriel, où se rencontre une multitude de physiques, acceptés, valorisés, et beaux à l’occasion (je suis jeune, donc utopique).
    Donc, mon postulat est que je n’ai aucun problème avec aucun physiques.
    S’il y a bien une chose qui nous appartient c’est notre corps.
    Demain votre mari s’en va avec la voisine et s’en est finit de votre mariage.
    Demain votre entreprise va mal, et s’en est finit de votre boulot.
    Demain vos enfants sont grands et ils s’en vont, et la maison cesse de grouiller de mômes.
    Demain pour X raison (trop de fashion dépenses ??! :P) vous hypothéquez votre maison, ou bagniole, et là non plus, il ne reste plus rien.
    Ah, si peut être… Il reste quelque chose. Vous, votre âme et votre enveloppe corporelle.
    Alors, de son corps on en fait ce que l’on veut. C’est mon parti. Et on n’impose rien à personne sauf à soi même.

    Mais ayant une très lonnnnngue expérience du régime.
    Sans donner le détail, et pour avoir été suivi par les « meilleurs ».
    Attention. Un régime n’a pas de sens. Une (ré)éducation alimentaire au quotidien oui.
    C’est une attitude alimentaire au jour le jour.
    Ce n’est pas… 6 mois sur 12.
    Et c’est là que ça se gatte, et c’est là que c’est dur.

    Il n’est donc pas anodin qu’après le régime, qu’après ces 6 mois d’une forme de restriction, les kilos reviennent.
    Puisque la discipline n’est plus.
    Le corps est rancunier et puni.
    Le corps est un enfant capricieux, avec qui il est difficile de lâcher du lest pendant…. 6 mois.
    Du coup, forcément, inévitablement, il y a 2, 3 ou 7 kilos qui reviennent.

  10. Max. et Edith

    dimanche 18 avril 2010 à 21:48

    oh perso je suis au régime aussi… j’essaie d’enlever toutes ces cochonneries alimentaires… qui sont pourtant tellement bonnes!!! saucisson, nutella, kebab, fast-food, chips, bonbons, chocolat… (et la liste est infinie!) Dans mon entourage, on teste le régime hyper protéiné et je dois dire que cela a l’air de plutôt bien fonctionné… 3kg en une semaine. Mais cela reste un régime beaucoup trop contraignant (jambon et fromage blanc à tous les repas c’est pas jojo!!)

    Max. et Edith.

  11. marlène

    dimanche 18 avril 2010 à 23:34

    Enfin, une chose est sûre, un hiver entier de mal bouffe et on attaque le printemps mort de fatigue. Et ça, je le teste en ce moment.
    La RA, oui, on en parle beaucoup, je sais…..mais désolée, malgré les commentaires élogieux partout, j’ai le sentiment que c’est un peu trop beau pour être vrai.
    Quand sur un site on me sort qu’un régime développe obligatoirement des TCA, je trouve ça exagéré…non ? D’autant que la RA s’accompagne souvent d’une thérapie et alors là, non, je ne me lancerai pas dans une thérapie pour quelques kilos en trop. Si je n’arrive pas à les perdre, je ferai avec d’autant que ça fait deux ans que mon poids est stable. Alors…
    C’est super de faire de blogs pour que toutes les femmes s’acceptent mais quand c’est PHYSIQUEMENT qu’on se sent mal, je pense que perdre du poids devient obligatoire.

  12. alex

    lundi 19 avril 2010 à 12:17

    ah, merci beaucoup pour cet EXCELLENT article !
    et la photo en robe bleue qui a fait tant parlé est juste … magnifique.
    J’ai une photo comme ça aussi, une photo « témoin », j’ai 17 ans et je suis à la plage… mon bikini ça doit être du 36… maintenant je porte du 40
    En fait c’est un peu comme le levi’s 501 en taille 27 de tes années lycée, il est conservé précieusement au fond d’une malle chez tes parents au cas ou ?!…
    Donc pareil, exactement 7kg d’hiver à perdre ….faut que je me remette au sport et que j’arrête la pizza et les apéro !!!!

  13. Aurélie

    lundi 19 avril 2010 à 22:46

    Ancienne anorexique et boulimique, je peux parler. J’ai juste failli mourir pour des idéaux de minceur et perfection physique. Si aujourd’hui, on essayait juste d’être heureux, avec ce que l’on a. Demain, on peut avoir un accident de voiture et être paralysée ou avoir un cancer et perdre ses cheveux, on va se dire  » dire que je me prenais la tête avec rien « . Quand on a la santé, vivre dans un pays sans guerre, dans lequel on ne connaît pas la faim… on peut être futile mais franchement, il faut être adulte et mature.
    Etre heureux, sourire, se sentir libre, se décomplexer, oser,ne pas vivre pour les autres, ne pas se punir ni se contraindre (on est déjà assez stressé avec le manque d’argent, le travail, le quotidien, les enfants…) jouer avec la mode selon sa morphologie, franchement, vous devriez toutes en faire autant. Bon courage Balibulle et essaye d’être en harmonie avec toi même (avec + ou – 7 kg), je crois que c’est le secret pour être belle. Carpe diem vivre en saisissant l’instant comme si c’était le dernier.

  14. Balibulle

    lundi 19 avril 2010 à 23:01

    @ aurélie : tu as absolument et totalement raison. Tenter d’être au mieux de moi-même est un luxe que je m’accorde, je le sais. Mais j’essaie d’aborder cette démarche avec le sourire, plutôt que dans la contrainte. Pour être dans le bien-être et pas la souffrance. Mais je comprends totalement tes mots et y souscris à 100% 🙂

  15. Balibulle

    lundi 19 avril 2010 à 23:05

    @ toutes : et merci encore pour ces témoignages, je me répète, mais je suis hyper touchée par tout ce que je lis !!

  16. Elena

    mardi 20 avril 2010 à 21:14

    Coucou Balibulle ! Bon j’ai pas encore laissé de commentaire, et je suis tombée sur cet article … Bah oui, on a tous les mêmes problèmes ! J’ai seulement 18 ans donc pas du tout la même façon de me percevoir que toi (oui, forcément, et heureusement !) Je suis un poids plume mais je suis passée par une période de maigreur (quasi toute mon enfance) et une période où j’ai été ronde (l’année de mes 15 ans, la pire de ma vie !) finalement après avoir un peu mieux surveillé mon alimentation (je dis ça parce que c’était même pas un régime) j’ai perdu 3 kg, trouvé mon poids de forme, et je me suis enfin senti bien dans ma tête et dans mon corps ! 3 kg c’est pas grand chose mais quand on est vraiment petite comme moi, ça se voit énormément … ^^

    Tout ça (houlala, ce blablatage) pour dire que l’important, c’est de se sentir biiien et d’avoir confiance en soi ! T’as un sourire magnifique, exploite-le à fond et continue à faire de chouettes photos comme ça. 😀 Bonne continuation. ^^

  17. Loupiotte

    jeudi 22 avril 2010 à 15:47

    bon en voulant zieuter un peu ton blog je suis tombée sur ce post.

    j’ai cru comprendre que comme pour l a quasi totalité des femmes, ce fichu besoin de se sentir légère , ce contrôle du poids etc faisait partie des petits démons qui rongent…

    Je suis placée d’une façon un peu spéciale pour répondre, mais j’aurais déjà voulu te dire que sur la photo à – 11kg, j’ai eu des frissons, la maigreur ne te flatte pas, surtout au niveau du visage, ça le marque tout de suite et ça te fait perdre ta douceur et ta joie de vivre de façon assez terrible. je ne peux pas nier que pour moi la maigreur c’est l’attirance suprême, mais mon problème à moi il est bien plus complexe.

    si je me permets de donner mon avis bien que ton post date un peu c’est pour te faire part de ma vision des choses en ce qui concerne la vision du corps et sa perception.

    je suis anorexique-boulimique ( deux symptôme qui sont liés chez moi à une maladie bipolaire que je dois soigner par médicament thymorégulateurs ) aujourd’hui j’ai un poids plutôt « normal » qui oscille entre 55 et 58 kilos pour 1m77 quoique beaucoup dirons que c’est un peu trop juste.
    pour moi le corps, la légèreté, c’est un conflit interne qui ronge énormément , et je ne peux que conseiller d’apprendre à s’aimer et à se considérer sans chercher à modifier son apparence.

    ma pathologie va chercher sa source au delà d’un simple soucis de diktat des apparences, cependant elle en revêt les formes et je peux te dire que depuis 5 ans j’ai fais des montagnes Russes passant de 75 à 45 kg pour remonter à 65 pour redescendre à 50 pour remonter à 55 puis 60 puis redescendre et jamais jamais jamais, je n’ai pu donner une once d’amour à mon image, jamais je ne me suis sentie légère, mince, belle, au top, jamais je n’ai trouvé le moment où je me disais , ce que je vois dans le miroir c’est pile ce que je voulais.

    je ne pense pas que la quête du bien être corporel passe par un chiffre, c’est vraiment une histoire de confiance en soi, pour toi tu as ce truc de savoir bien harmoniser tes tenues, tu te mets en valeur, tu es jolie et tu en joue beaucoup désolée de te le dire mais tes photos hivernales qui sont censées transcrire ce trop plein de kilos, elles ne font que dégager que de la beauté et de la féminité.

    aujourd’hui les femmes ont une perception totalement erronée de leur corps, de ce que représente la norme, de toute façon tous les étés on recommence à nous baratiner avec les crèmes et les produits de régime, le tout tartiné d’images photoshopées à la limite du surnaturel.
    les magasins de vêtements s’alignent sur les tailles américaines de plus en plus small, et on se doit de faire les gros yeux quand on ne rentre pas dans un 36 alors que la moyenne des femme taille plutôt du 40 et plus.

    je ne sais pas trop si tu tortures pour les reperdre ces kilos où si c’est juste un truc qui trotte dans ta tête que tu arrives quand même à contenir un peu , mais une perte de poids provisoire ne mérite pas qu’on se prenne la tête. le cercle vicieux des régimes c’est un enfer .

    mon exemple est extrême, malgré ma thérapie j’ai un sérieux doute quand à ma capacité à un jour savoir remanger totalement correctement même si j’imagine que les choses évoluerons encore( , je connais la valeur calorique du moindre aliment, je compte continuellement tout ce que je mange, j’oscille entre restriction, journées alimentaires tout à fait normales et crises boulimiques qui déstructurent totalement la confiance en soi qui plongent dans la honte et le dégout , je ne peux plus me regarder dans un miroir, me peser non plus. et je ne parle pas des 2h minimum de sport cardio par jour. je sais que je ne représente pas la majorité des gens et que c’est une version hard des souffrances que la femme endure aujourd’hui surtout en ces périodes estivales.

    moi ça me rend malheureuse de voir toutes ces personnes qui se ruent sur les régimes qui se complexent d’un rien alors que des tas de filles maigrichonnes ne dégagent rien par rapport à certaines jolies rondes qui ont vraiment du chien ( le tout est de ne pas cumulé le slim taille basse le t-shirt trop court et les cuissardes en similicuir blanc :p )

    bref le message c’est d’apprendre à s’accepter.aussi difficile que ca puisse paraitre. tu as beaucoup de choses pour toi visiblement. tu es influente sur la blogosphère, beaucoup de monde te suis, et les compliments pleuvent à tout va . il faut toujours apprendre à exploiter la moindre petite parcelle de ses qualités pour pouvoir mettre de côté tout ce qui déplais chez soi. tu n’imagines même pas comme j’aimerais être capable de me prendre en photo comme tu le fais, même pour moi même sans soumettre l’image aux yeux d’un publique, j’en suis strictement incapable tellement l’image que j’ai de moi est dégradée

    au delà de ça , je dirais également qu’au lieu de chercher à atteindre un espèce d’idéal, il faut profiter de ce que l’on a ., on est loin d’être les plus mal lotis et chaque jour devrais être placé sous un autre signe que celui du contrôle de son image , je ne suis pas sure que ça vaille le coup de gâcher son temps, son énergie alors qu’on fait partie d’une population privilégiée qui bénéficie d’un mode de vie plutôt agréable pour la majorité des gens.

    enfin bref ,j’imagine qu’au fond tu le sais déjà tout ça. mais si ça peut rajouter une petite pierre à l’édifice 🙂

  18. Balibulle

    jeudi 22 avril 2010 à 16:17

    @ loupiotte : woaah, record de longévité de commentaire battu ! 🙂 Courage à toi pour trouver le bien-être, tu as déjà une lucidité inouïe, alors tous les espoirs sont permis. Merci mille fois pour tous tes mots, de nous en confier autant et d’être si bienveillante à mon égard. Quant à cette quête d’un idéal, ma réponse serait plutôt… « oui mais », lol. Je pense qu’apprécier ce qu’on a n’empêche pas de se fixer des objectifs plus ambitieux, c’est un moteur, une dynamique positive tant qu’on n’en devient pas obsédé. Et à l’inverse, poursuivre un idéal n’implique pas toujours le rejet de notre état actuel. C’est juste être en mouvement, quoi. Et vachement une question de dosage, mais j’y crois 🙂 Mais bon c’est après avoir passé six mois à végéter que je te dis ça, donc preuve que pour moi, l’idéal est un moteur mais uniquement par intermittence, je ne tiens pas la pression toute l’année, lol.

  19. Balibulle

    jeudi 22 avril 2010 à 16:21

    @ elena : t’es un coeur ! Merci !!! 🙂 Et ah, tu me fais repenser à mes 18 ans, où le poids n’était pas un problème… 🙂 Profites-en bien !

  20. Jusqu’à l’impossible – Balibulle – Etats d'âme vestimentaires et stylistiques

    vendredi 23 avril 2010 à 0:05

    […] digression philosophique hier avec Loupiotte, du côté du muffin tueur, et qui avait déjà affleuré dans les commentaires précédents : est-ce qu’avoir un idéal […]

  21. Eléa

    samedi 1 mai 2010 à 23:41

    Je réponds très tardivement à ce billet que j’avais vu il y a quelques temps, mais je n’avais pas osé répondre. Je viens de lire dans les grandes lignes les débats que ce post a suscité.
    Tout d’abord, je trouve ton message d’une grande sincérité et d’un courage dont je ne serais pas capable. Donc merci de mettre le doigt là où le bât blesse, sur ces questions futiles que l’on occulte justement pour leur futilité. Ton honnêteté est touchante.
    Deuxièmement, j’ai été très touchée par le message de Loupiotte car nous partageons la même pathologie, mais aussi le même point de vue. Si souvent, je suis irritée par les blogs mode qui font fureur, parce qu’ils transmettent un message implicite beauté = minceur, ton post, au contraire, avoue ouvertement que le poids fait partie des préoccupations de nombreuses femmes. L’important, et c’est là que je rejoins Loupiotte, c’est de retrouver un rapport de soi à soi. En étant malade, ce rapport disparaît, et même quand j’étais au plus bas, je ne pouvais pas me regarder dans la glace, je ne pouvais pas me toucher, me doucher était un supplice. C’est là qu’on comprend que la minceur, voire la maigreur, ne permettent pas de se sentir bien, mais l’acceptation de soi, cette intuition non pas physique mais intime de se sentir soi.
    Pour finir … très bonne soirée. J’ouvrirai l’œil lorsque j’arpenterai les rues messines 🙂

  22. Balibulle

    mardi 4 mai 2010 à 15:03

    @ eléa : « cette intuition non pas physique mais intime de se sentir soi », ce sont parmi les plus belles lignes que j’ai lues sur ce sujet, merci de ton message qui me va droit au coeur. Je te souhaite la vie la plus douce et la plus apaisée possible, si les fantômes viennent encore te hanter. Je lisais l’autre jour une itw géniale de Noëlle Châtelet, pour qui « tout ce qui touche au paraître touche à l’être », ça fait du bien de voir une éminence grise le dire tout haut !

  23. définition de mutuelle

    mardi 9 avril 2013 à 20:22

    le blog est vraiment bien , merci beaucoup. Je dois dire que je ne regrette en rien de m’être abonné à votre weblog. Amicalement,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.