Bon on n’est pas partis avec Tartine, mais heureusement sur place on a retrouvé Elmo. Brillamment remporté sur un stand de tir à Coney Island…

Yep les friends, on va avoir un souci. J’avais promis de vous épargner le compte-rendu touristique, et de vous parler uniquement de fashion en rentrant de New York. Or : fashion, y’a pas eu.

A part deux vernis (un rouge-noir, un prune) chez Essie et un gilet à capuche chez Gap, nada.

Je suis rentrée chez Anthropologie : trop cher. Et je me suis interdit d’acheter des b.o. juste pour avoir le mini-pola qui allait avec.

Je suis rentrée chez Abercrombie & Fitch : trop bruyant. Et puis trop sombre aussi, et trop de torse nu à l’entrée. Le concept de la boutique-nightclub, je comprendrai jamais. Je dois être déjà trop tapée.

Et donc je suis rentrée chez Gap, sans parvenir à trouver le Saint Gaap (mouhaha) : les nu-pieds fleuris (toujours). Mawouine, je crois que je vais accepter ton offre…

Et voilà tout… Rien d’autre à déclarer à la douane. Ah si : LA tendance lourde du moment chez les New-Yorkaises (pas branchées, hein, lambda) : la robe foulard. Longue, dos-nu, et portée avec des tongs. Une épidémie.

Faudra que je demande à Walinette si on a croisé les mêmes… Moi j’étais pas trop robe tout ça, là-bas, j’avoue. Le perroquet, qui était pourtant bien dans mes bagages, ayant fait sur place l’objet d’un fashion ban conjugal au motif que « ça va pas ou quoi ça fait hippie ». Ah, l’Amour… Heureusement que l’Amour a daigné valider mon nouveau sac Zara, acheté spécialement pour le voyage (besoin d’un fourre-tout en toile quoi, merde) et porté tous les jours, sinon on aurait été mal.

Juré craché je vous en montrerai plus dans mon debrief valise. Suis assez fière de ne pas avoir sacrifié le style au confort, là-bas, même sans perroquet. Enfin bon vous jugerez sur pièce. Pour le reste, voilà quand même quelques photos de là-bas. Je sais, je n’ai aucune parole, mais je me dis pour me rassurer que ça vous changera toujours du mur de ma chambre…

Coney Island, où on a croisé les cousins flower power de l’Agence tous risques…

Et où j’ai frôlé la crise cardiaque dans le train fantôme (tout pourri mais dans le noir quasi total, du coup ça fait son effet. Bon ok je suis une flippette.)

Le premier jour on a commencé très fort en tombant par hasard devant chez Joe Allen, institution de l’american food, où le serveur a prétendu que c’était pas John Goodman au comptoir alors que SI PARFAITEMENT c’était John Goodman on l’a trop reconnu (mais je l’ai pas pris en photo quand même faut pas déconner avec la privacy)

Table romantique chez Joe Allen (mais pas celle où on a mangé, malheureusement)

Bien sûr on a également assisté à la déculottée des Bleus face au Mexique (avant tout ce qui a suivi), dans un bar truffé… de Mexicains. Au moins c’était bonne ambiance.

Bien sûr on s’est essentiellement nourris de gras pendant ces quatre jours. Le moindre dîner « équilibré » étant contractuellement facturé 100 dollars minimum (et je blague à peine).

Tarte beurre de cacahuète – mousse au chocolat (sic)

Je ne vous recommanderai pas l’hôtel qu’avait choisi le CE pour notre séjour, parfait dans le genre défraîchi t’ose pas marcher pieds nus sur la moquette (ni penser à ce qu’a enduré le couvre-lit en vingt ans). Sûr qu’après avoir volé sur Air France, il fallait faire des économies quelque part. L’avantage : on était à deux pas de Times Square, rendu aux piétons.

… et juste à côté du siège de l’église de Scientologie, ce qui nous a valu d’assister à une petite manif marrante à l’américaine (des gens parqués derrière une barrière sur le trottoir d’en face et qui brandissent des pancartes en faisant « hou »). Allez, je vous laisse, j’ai une valise à immortaliser !

Sur les mêmes thèmes

56 commentaires

  1. Balibulle

    vendredi 25 juin 2010 à 17:06

    La solitude des nu-pieds Gap, merci les filles ! Avec tous vos tuyaux on va finir par y arriver… Alors l’hôtel à éviter c’est donc l’hôtel Edison, voilà, comme ça c’est dit 🙂 Quant à l’iPad, pas besoin d’en mettre un dans la valise du retour, il était déjà dans la valise du départ 🙂 Et pour les photos, ce n’est ni Photoshop, ni prise de vue divine (lol Chess), c’est… l’iPhone ! Et la wonderful application Hipstamatic, que j’ai découverte chez Walinette. Un peu chiante pour cadrer, puisqu’on ne voit pas ce qu’on cadre, mais ce côté « au petit bonheur la chance » fait aussi son charme ! Et puis sinon… Elmo power !

  2. Mawouine

    vendredi 25 juin 2010 à 18:22

    Ahah, merci =)
    J’irai faire un tour demain chez Gap et je te dirai les modèles qu’il reste. J’ai vu le modèle imprimé marin, et les fleuris rouges (il me semble). Y’a plus qu’à espérer pour la pointure !

  3. Balibulle

    dimanche 27 juin 2010 à 22:45

    @ clemence M : flûte pardon j’ai oublié de te répondre, c’est à Times Square ! 🙂

  4. Londoncam

    lundi 28 juin 2010 à 15:37

    Merci Bali ! J’éviterai donc 😀

  5. babet

    mercredi 30 juin 2010 à 23:32

    Je te redécouvre grace à ANNIE BATTALA violonniste à O N des pays de Loire;aussi parce que j’étais la voisine de Thérèse qui habitait à ST Sébastien ,j’ai assisté à un vernissage à la mairie de BOUGUENAIS tes créations sont superbes et ton esprit me fait le plus grand bien .MERCI DE CLEMENTINE

  6. Fashion

    jeudi 1 juillet 2010 à 14:55

    Yes, Elmo dans la place ^^^j’espère que Tartine est pas trop jalouse.. ! Sympa tes photos, ça devait être génial ! Bisous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.