Vous êtes chou quand même. La semaine dernière, Marie et Mahé m’ont félicitée pour ma longueur de cheveux laborieusement acquise, et peut-être un peu plus flagrante sur ce post-là que sur les précédents. Ce que vous avez aimablement omis de remarquer les filles, c’est que, telle Virginie de « Koh-Lanta », j’avais une tête bicolore ! Même plus des racines à ce stade-là, des branchages entiers.

Joies de la (dé)coloration, j’ai découvert ces derniers mois son deuxième effet kiss cool. Même quand tu veux retourner à ta couleur naturelle, le cheveu, lui, se venge. « Tu m’as décoloré, pétasse ? Eh ben maintenant TU PAIES ». Et mes longueurs rebrunies au printemps dernier n’ont eu de cesse de vouloir ré-éclaircir. Comme un rappel du roux arboré tout l’hiver dernier.

Quand je suis retournée voir Thomas P., mon magicien capillaire depuis les tournages de « 7 jours avec elles », j’ai juste eu besoin de détacher mes cheveux pour voir à sa tête qu’il était urgent d’intervenir. Et d’élaguer la paillasse.

Pendant ce temps-là à la maison, l’Homme m’interdisait formellement de couper quoi que ce soit. « Ou alors tu te teins en blonde ». Bien sûr mon amour ! Je te rappelle que c’est pas la meilleure idée du monde.

Bon qu’est-ce qu’on a fait du coup ? Un truc qui donne un coup de frais et de naturel, sans crier « hého c’est du chiqué là-dessous ! » L’équivalent capillaire d’un maquillage nude réussi. En langage technique, un « bain de lumière ».

Et côté paillasse, j’ai vérifié une fois de plus ce bon vieil adage de salon : « des cheveux qu’on fait pousser, c’est des cheveux qu’on coupe ».  Sans perdre de longueur pour autant, alors que Thomas avait joué du ciseau pendant 20 minutes.

Je suis sortie en secouant ma crinière nette et clean comme dans une pub Elsève, et en m’apercevant que ça y est, j’y étais. Je tournais vraiment le dos à mon pétard capillaire. Je m’em(néo)bourgeoise quoi.

Et vous, ça vous dit de vous em(néo)bourgeoiser ? Ca tomberait bien parce que si vous allez de ma part chez Timeless, le tout  beau tout neuf « centre de beauté globale » où exerce Thomas près des Champs*, il vous fera jusqu’à fin décembre une réduc de 40% sur les prestations coiffure. Ouais il est comme ça Thomas, il est fou j’te dis ! Et puis comme l’adresse est nouvelle, et a besoin de se lancer, c’est gagnant-gagnant.

Sachant qu’un forfait shampooing-coupe-coiffage y démarre à 105 € pour les femmes et 70 € pour les hommes, ça nous ramène respectivement à une addition de 63 € et 42 €, pour une presta vraiment luxe (à commencer par les fauteuils massants quand on passe au bac, un bonheur…) Plutôt cool non ? Allez profitez-en parce que je ne fais ça qu’avec les amis, et que je n’en ai pas 12000 dans le genre de Thomas !

Timeless

57 avenue Franklin D. Roosevelt,
75008 PARIS
Tél : 01 45 61 08 09
Fax : 01 45 61 08 50
métro Saint Philippe du Roule
LUN-MAR-MER-SAM : 9h30-19h
JEU-VEN : 10h-20h30


Sur les mêmes thèmes

104 commentaires

  1. Après coup – Balibulle – Etats d'âme vestimentaires et stylistiques

    mercredi 27 avril 2011 à 15:37

    […] une aisselle. J’en suis revenue à un stade de désespoir capillaire total… Faut que je retourne chez Thomas ! Et vous aussi hein, si vous voulez : nos -40%, c’est jusqu’au […]

  2. Marlotte

    jeudi 20 septembre 2012 à 9:24

    Bonjour,
    J ai besoin de votre aide, depuis quelques années, (seulement une fois par an), je vais me faire couper les cheuveux par Thomas. Hier j’ appelle pour prendre RDv chez timeless, et la, stupeur, c est fermé! Savez vous où se sont volatilisé Thomas et Alain divert! Ou alors avez vous un nouveau coiffeur à me conseiller! Merci d avance

  3. Balibulle

    jeudi 20 septembre 2012 à 11:17

    @ marlotte : Bonjour Marlotte, Thomas dirige désormais le flagship Lucie St Clair qui est au 4 avenue Pierre Ier de Serbie dans le VIIIe 🙂
    Bonne journée !

  4. Marlotte

    jeudi 20 septembre 2012 à 17:37

    Merci beaucoup! Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.