En fait il faudrait que je songe à créer une catégorie spéciale pour Jennifer Aniston sur ce blog, depuis le temps.  Ci-dessus, une nouvelle source de fascination infinie pour moi, la campagne de son « premier parfum » (comprendre : il ne sera donc pas le dernier) que je ne découvre que maintenant.

En plus de rappeler une séance photos restée célèbre (et qui ressurgit régulièrement dans la presse féminine comme si elle était récente) ce visuel cristallise tous les « codes » anistoniens.

Jen au petit matin, à la fois forte et fragile sur un rivage lui-même à la fois apaisant et sauvage.

Il y la peau subtilement dorée, la pédicure discrète, le cheveu libre, blondi par le soleil  californien, le galbe ferme mais jamais show off. Celui d’une femme tonique mais qui n’abandonne pas l’idée de douceur.

Il y a ce « petit rien » bien sûr, cette maille dans laquelle elle s’enveloppe et se dévoile, dont on ne sait au juste si c’est un plaid, une robe… Bref un « doudou », doux et d’une teinte naturelle, si Jennifer Aniston était un textile, elle serait celui-là.

Il y a l’expression de son visage, riche de mille interprétations possibles : vulnérabilité, sensualité, détermination, lâcher prise… D’ailleurs que fait-elle là quasi nue à l’aube (ou est-ce au crépuscule ?) sur une plage enveloppée dans ce qui n’est manifestement pas une serviette de bain ? Coquine, Jen ?

Quand une célébrité contemporaine se construit une esthétique personnelle, elle utilise des marqueurs puissants. Make-up chargé (Gwen Stefani), tatouages (Angelina), garde-robe loufoque (Lady Gaga) ou rétro (Dita), musculature saillante (Madonna), etc. C’est graphique, c’est fort visuellement, c’est direct.

Jennifer Aniston, elle, fait tout l’inverse. Et a réussi à bâtir une imagerie précise et constante en ne misant que sur le naturel sublimé, l’éclat, l’irradiance. Gamme chromatique – avec laquelle je suis assez raccord, vous remarquerez -, étoffes, mise en beauté… Avec elle, on est dans la douceur healthy, mais qui ne doit rien au hasard, car chez Jen, le naturel n’est jamais négligé ou débraillé.

Il y a tout un « art de vivre » anistonesque derrière cette image, un côté cocooning glam, un rêve de publicitaire, qui n’attendait que ce parfum pour être mis en scène.

Ce qui rend le choix de ce visuel beaucoup plus intéressant sur le plan marketing que les autres images, plus sexy, qui ont accompagné le lancement du parfum cet été à Londres.

Superbes mais moins riches de sens et de singularité. Et peut-être, aussi, moins touchantes pour la clientèle féminine.

Autant dire qu’avec tout ça, si un jour j’ai l’occasion de mettre le nez dans « Lolavie » (un jeu de mots frangliche pour dire « Laughing at Life ») je m’attends à être déçue. Dédier un parfum à l’idée de « naturel » (c’était le souhait de Jennifer) sans tomber dans une fragrance fade me paraît un peu voué à l’échec. Surtout que son inspiratrice le définit comme une senteur « florale mais pas trop fleurie ». Pas de quoi sauter au flacon (mouhaha) d’ailleurs tiens le voilà.

Photos : Just Jared, Paris Match.

Sur les mêmes thèmes

55 commentaires

  1. michèle

    samedi 6 novembre 2010 à 20:02

    Ce n’est vraiment pas une femme que je trouve belle, cette mâchoire et ce menton proéminant ne me séduise pas, elle est juste mignonne. Par contre je l’adore dans friends…

  2. La Du Parc

    lundi 8 novembre 2010 à 6:30

    Mais pourquoi certaines sont- elles si hargneuses, j’hallucine en lisant par endroit!
    Jen est très très mignonne, elle fait naturel, saine… Tout n’est pas naturel? A part nous, pauvre mortelle, qui l’est des qu’elle est connue? Tous les hommes ne l’aiment pas? Ha ben heureusement, non? Mon homme préfère la Belluci, Aniston, c’est pas la même catégorie, forcément! Allez, on range les flingues et on regarde une belle photo!

  3. Anistonesque | Fashions Maroc

    jeudi 11 novembre 2010 à 9:51

    […] Voir la source sur Balibulle – Etats d’âme vestimentaires et stylistiques GA_googleFillSlot("Carre336x280px_fashions.ma"); Laissez un Commentaire Cliquez ici pour annuler la réponse. […]

  4. Gaëlle

    vendredi 10 décembre 2010 à 22:02

    J’avoue:je rêve d’ être aussi « ferme » qu’elle mais surtout avoir le temps ( donc l’argent pour ), quand ça fait parti de son boulot, c’est déjà plus facil… Bref!
    Mais le terme « naturel », dans cette histoire, c’est au niveau de la photo elle même qu’il me gêne:
    pas au niveau retouche de la personne, on n’est pas bête c’est bon!
    Non, plus au niveau de l’image qu’elle dégage: inversement, moi, je trouve tout très plat, il n’y a aucun relief; elle a l’air d’avoir été délicatement posée, (r)ajoutée là; on frôle le collage sèrieux!
    Non là vraiment, on dirait un boulot d’élève en graphisme qui veut montrer tout ce qu’il sait faire de sa palette (lisser, paufiner ) et à qui les profs foutent une baffe pour lui apprendre ce que c’est que la profondeur…
    Cette campagne me passe totalement au dessus du ciboulot ( Jen ou pas Jen).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.