biographie_olfactive

Les parfums que je porte ces derniers temps, je vous en ai déjà causé (et mes erreurs de casting aussi). Mais avant de vous faire un petit up to date avec les deux derniers arrivés, je me suis dit que ce serait peut-être fun de vous raconter ceux qui ont traversé mes « jeunes années », comme un portrait chinois en forme d’odeurs… Parfois fraîches et végétales, souvent douces et sucrées.

Loulou de Cacharel : Incontournable, en tout cas dans ma famille. Où c’était un rituel de faire son initiation au parfum avec « Anaïs, Anaïs », puis « Loulou ». On y passées toutes les trois, avec mes soeurs. Et après chacune s’élançait sur sa propre trajectoire… Qui parfois se rejoignent, vous allez le voir.

CK One de Calvin Klein : quelle ado des années 90 ne l’a pas porté ?

Sun Moon Star de Karl Lagerfeld : une vraie friandise, achetée avec ma meilleure amie au lycée. Je n’y ai repensé que récemment, avec une certaine émotion, surtout en découvrant qu’il était toujours commercialisé.

Parfum d’été de Kenzo et Classique de Jean-Paul Gaultier : tous les deux copiés sur ma soeur cadette, deux incarnations du raffinement pour moi et d’une certaine période de ma vie, où nous vivions encore sous le même toit. Je n’ai jamais racheté « Parfum d’été » (qui en plus a changé de flacon depuis), comme s’il fallait laisser le souvenir intact…

Kenzo Amour et Ambre gris de Balmain : deux doudou sucrés, innombrables incarnations du syndrome « ça y est, j’ai trouvé MON parfum ! » Et qui ont duré, comme toujours dans ce cas de figure, trois flacons…

Fantasme de Ted Lapidus : Un nom qui se murmure sous le manteau, pas à cause de son « intitulé » mais parce que les filles qui le portent aiment en garder le mystère. J’ai fini par l’abandonner, faute de le sentir sur moi comme je l’aime sur les autres… Pourtant c’est le parfum qui, de ma vie, m’a valu le plus de compliments. Et il y a à peu près un an, j’en ai cassé un flacon, où il me restait juste un fond que je n’avais pas voulu finir. Quand l’Homme est rentré en mon absence, il était tout ému. Il me l’a avoué plus tard : « dans tout l’appartement, ça sentait comme quand on s’est rencontrés »

Bois Farine de l’Artisan Parfumeur : copié il y a des années sur ma copine Marina. Sur moi, idem, l’alchimie n’a jamais marché, il sentait davantage la noisette que cette odeur de quasi « pâtisserie » que j’avais repérée sur elle. J’ai fini par l’abandonner lorsqu’un de mes collègues m’a demandé si j’avais acheté le parfum de Céline Dion (sic). Autant sur les fringues je peux accepter n’importe quelle raillerie (en mode, « vous pouvez pas comprendre »), autant sur les odeurs, il y a ce côté « animal » qui ne pardonne pas et qui me rend très vulnérable aux critiques.

Le Premier Parfum de Lolita Lempicka : idem, quelle jeune fille des années 2000 ne l’a pas acheté ?

L’Heure Bleue de Guerlain : copié sur ma soeur aînée, celui-là… Et finalement il est resté toujours le sien, je n’ai jamais réussi à me l’approprier. Aujourd’hui, je le sens quotidiennement : c’est ma boss qui le porte. A croire que pour moi, cette Heure Bleue c’est décidément celle de la patronne.

Hypnotic Poison de Dior : début de ma période femme-femme, vers 18 ans. Et vestiges de très mauvais souvenirs personnels. Depuis, comme par hasard, quand je le sens, il m’écoeure…


Et vous, c’est quoi votre biographie olfactive ?

Sur les mêmes thèmes

94 commentaires

  1. montaine

    mardi 12 juillet 2011 à 19:27

    Anaïs Anaïs :1er souvenir
    Amazone Hermès /Parfum d’été Kenzo quand j’accompagnais ma mère dans les parfumeries vers 12 ans
    Tocade, Champagne d’YSL (avt de devenir Yvresse)/ L’eau d’Issey
    Angel et Kenzo Jungle : ado, ma periode parfums capiteux
    Gaultier classique / Ô oui Lancôme : années lycée
    Very irresistible de Givenchy / Eau de magnolia L’Occitane : mes années fac.
    amor amor sunshine / burberry london : mon 1er job
    Fendi / Ricci ricci : des cadeaux agréables
    Musc alizé de Comptoir sud pacifique : mon parfum de l’été 2007
    Alien de Mugler : le parfum choisi par mon amoureux qui me colle à la peau
    Dior Addict eau fraiche : un cadeau parfait comme parfum d’été – une édition limitée que j’espère retrouver

  2. Margaux

    mardi 12 juillet 2011 à 19:31

    Moi aussi j’ai commencé par Anaïs, puis Peace for Love de Kenzo que j’ai regretté rapidement d’avoir acheté… Ensuite Flower by Kenzo pendant mes années lycée, j’adorai cette odeur sur mes pulls pendant l’hiver! Puis White Musc de The Body Shop et maintenant j’ai enfin trouvé: Ange ou Démon de Givenchy, chaud et fatal mais pas lourd, exactement ce que je recherchais!

  3. PINASSOTTE

    mardi 12 juillet 2011 à 19:54

    Beau parcours 🙂 Je reste fidèle à Jicky et feu Liu dispo que chez Guerlain à Paris snif snif !! Et impossible de la trouver sur la toile…. A croire que l’on est loin de tout en province gnak !! Bizz

  4. Lo

    mardi 12 juillet 2011 à 21:12

    En hiver, je tourne en Dior addict eau de parfum et Yvresse de YSL( ancien Champagne)
    Eté : Dior addict eau fraîche 😉
    La biz

  5. Marina

    mardi 12 juillet 2011 à 21:22

    Qu’est-ce que ce serait long de faire ma parfumographie (?), mais sûr de sûr, Bois Farine est à ce jour ma plus belle « histoire de parfum ». Et elle dure toujours… D’ailleurs ça fait tout drôle de nous lire, lui et moi, ici…. 🙂 🙂 🙂

  6. Roberta

    mardi 12 juillet 2011 à 22:05

    Pour peu qu’on y soit sensible -et c’est souvent le cas-, nos parfums rythment les grandes étapes, les moments importants de notre vie.
    Le premier parfum que j’ai voulu était Arpèges, mais à la place on m’a offert Anaïs Anaïs, dont je n’ai jamais terminé le flacon. J’ai adopté un temps Calèche (Hermès).
    J’ai découvert ensuite Silences, de Jacomo, qui m’ a accompagné jusqu’au début de ma vraie vie adulte. Puis j’ai vagabondé : Organza indécence (Givenchy), Chant d’Aromes (Guerlain), l’Eau de Kenzo, Youth Dew -le grand écart permanent … une pause auprès d’Angel, adopté dès sa sortie, puis j’ai découvert les Salons du Palais royal : Serge Lutens encore totalement confidentiel. La Myrrhe fut le premier, puis Fleur d’oranger, et enfin Ambre Sultan qui fut mon compagnon pendant pas mal d’années.
    C’est après que ça se complique : ma passion pour les parfums s’est soudainement enflammée et depuis, je vis avec un harem qui s’enrichit réguièrement.
    Cet été je navigue entre Habanita, Ninfeo Mio (Goutal), Fumerie Turque (Lutens), Bois des Iles (Chanel) et quelques autres copains de jeu. C’est l’extase tous les jours :-)))

  7. Melle M

    mardi 12 juillet 2011 à 22:45

    J’aime bien cette idée de réfléchir aux parfums qui nous ont et qui continuent de nous refléter…
    15 ans Anais Anais…
    Le jour de mes 20 ans (14 décembre 😉 ) on m’a offert l’Heure Bleu. Je l’ai porté jusqu’au jour où j’ai rencontré mon mec . Il n’aime pas les parfums de Guerlain (ce sont mes préférés…. ) et puis sa mère le porte. Pourtant l’Heure Bleue reste mon parfum d’AMOUR.
    Aujourd’hui je porte N°5 de Chanel.
    Trois parfums en trente trois ans !

  8. Aline

    mardi 12 juillet 2011 à 23:35

    Coucou. Ca fait plus d’un an maintenant que je suis ton blog et je trouve que c’est ton plus bel article! Il est à la fois personnel et poétique, il m’a beaucoup touché. Je ne mets presque jamais de parfum mais tu m’as vraiment convaincue que l’on pouvait raconter de jolies histoires avec, alors merci! Et bravo pour ton blog!

  9. Popgd

    mardi 12 juillet 2011 à 23:43

    C est drôle, je suis très très guerlain ( l heure bleue d ailleurs) et en voyant la photo je pensais que le tien c était « mitsouko  »
    Pour moi ce parfum est tout a fait ton genre, comme une évidence.
    Merci pour cet article très sympa!

  10. mei

    mercredi 13 juillet 2011 à 0:37

    J’adore tes post sur les parfums, j’aime les parfums et je ne compte plus les flacons. Ce n’est pas de la compulsion, c’est juste viscéral. Comme toi j’ai eu Anaïs , un cadeau-une déception. Comme toi j’ai eu CK one, la période Kate quoi …déjà….
    Depuis j’ai mon officiel ( Iris Silver Mist de Lutens), mes réguliers
    ( l’heure bleue et Bois d’Arménie de Guerlain, Lily & Spice de Penhaligon’s, Encens Flamboyant de Goutal, Fleur d’oranger, Ambre Sultan, et Serge Noire de Lutens, Acqua di Cuba de Santa Maria Novella, Magnolia Pourpre de l’Artisan)…Et puis il y a les amants , les éphémères (Ambre Gris de Balmain, Néroli et Mandragore de Goutal, Private Collection d’E.Lauder, Teint de Neige de Villoresi, à la nuit de Lutens …..)mais comme je suis jalouse je ne vais pas te donner tout mon carnet de bal….

  11. doodeedoo

    mercredi 13 juillet 2011 à 5:44

    un seul, lolita lempicka depuis 97 je crois?
    jamais changé 🙂

  12. Aurore

    mercredi 13 juillet 2011 à 9:33

    J’ai commancé par Anais Anais offert par mon papi… je ne l’ai jamais ressenti depuis, je suis sûre que j’en aurais les larmes aux yeux (et t’as l’air con, quand même, de pleurer chez sephora)
    Après j’ai eu CK One (ado 90′!!) , puis Lolita lempicka (jeune fille 2000 représent’) qui un beau jour m’a donné envie de vomir à force de le sentir partout, et on m’a offert Coco Mademoiselle, coup de foudre, je n’ai vécu qu’avec lui des années jusqu’à ce qu’on m’offre Chloé, et là, je suis avec celui-ci depuis sa sortie. En fait, je n’ai jamais pris l’initiative d’acheter un parfum, j’ai fait ces découvertes via des cadeaux de mes parents ou grands parents, sans doute pour cela aussi que j’y suis fidèle maintenant!

    J’aime quand c’est discret, pas trop sucré, pas piquant, pas enivrant, qu’il sente un peu « le propre » lol (parfume toi avec ta lessive ma vieille…)

    J’en ai eu d’autres, que j’ai complètement zappé de ma mémoire…

    Bisous!!

  13. Emmajap

    mercredi 13 juillet 2011 à 9:33

    Sympathique post et jolie coupe de cheveu j’approuve !!
    Jicky de Guerlain à 13 ans ,Kenzo ça sent beau à 15
    Années lycées partagées entre Jardins de bagatelle et la révélation Féminité du bois de Shiseido , Iris silver mist ,Ambre sultan, Datura noir de Serge Lutens se sont alternés avec Féminité durant une décénie.
    Parfum de Comme des garçon pour ses épices enivrantes.
    Enfin Shalimar de Guerlain depuis un an avec son délicieux côté années folles.

  14. Perrine

    mercredi 13 juillet 2011 à 9:59

    Oohhh! Sun Moon Star! J’avais complètement oublié ce parfum! Quand j’étais petite, j’étais allée avec mon papa l’acheter à ma maman pour la fête des mères! J’étais petite mais je crois m’en rappeler l’odeur quand même. J’aimerais bien le retrouver, sais-tu ou peut-on encore le trouver? Je n’ai pas l’impression de l’avoir vu récemment des les parfumeries… Merci d’avance!

  15. cissou11

    mercredi 13 juillet 2011 à 10:16

    moi je portais Amarige de Givenchy, j’avais euh … 16 ans, et je l’ai mis longtemps !
    CK ONE me rappelle les préparations de BOUM lol ! on se parfumait à fond !!!

  16. NOAM

    mercredi 13 juillet 2011 à 10:27

    Mon premier parfum c’était un Chanel je crois que j’ai eu pour Noel, le même que ma maman, vers 14 ans, je portais du Coco Chanel (QUOI???!! Qu ia dit que ça puait la vieille??!) Ben ouais.. mais finalement non, Les Chanel c’est pour ma mère, j’adore cette odeur mais pas pour moi, simple copiage maternel, que j’aime sentir uniquement sur elle.
    Après je suis passée par les parfums de grande surface style Eau jeune, et Clin d’oeil, et les Yves Rocher bien écoeurant genre coco, vanille, ou framboise!! 😉 Euuuh, maintenant, ça m’écoeure aussi mais ça me rappelle mon adolescence! 🙂
    Ensuite j’ai eu les parfums que toutes mes copines de lycée avaient a l’époque, le Nina Ricci et le Lolita Lempicka,.. Grraaaaande mode ces deux là!!!
    J’en ai eu marre de sentir comme tout le monde, et puis ça me correspondait pas. Je trouve encore qu’ils sentent bon mais j’ai fini par trouver « MES » parfums.. (enfin, pour le moment) : Euphoria de Calvin Klein, et Flowerbomb de Victor&Rolf que je porte par alternance.
    Aujourd’hui… j’ai bien envie de tester des parfums de chez Serge Lutens, pour voir… 😉

  17. Fanny

    mercredi 13 juillet 2011 à 12:52

    Loulou et CK One, indétronables. Et puis y’a eu pas mal d’Eau Jeune, budget d’ado oblige.
    Je suis désormais abonnée aux odeurs capiteuses de Mugler. J’aime aussi Lolita Lempika et Kenzo à mes heures. Je me suis fait offrir Miracle de Lancôme mais je le trouve trop fade

  18. amandine

    mercredi 13 juillet 2011 à 13:25

    J adore quand tu fais ce genre de post !!!
    J ai ete initiee aussi a Anais Anais (10 ans), a l adolescence, ce fut le Classique de Gaultier aussi et Nina Ricci (Les belles et le bonbon de ci de la) – rien d extraordinaire jusqu ici ! mais je l ai porte super longtemps jusqu a la decouverte des japonais, et surtout l Eau D issey Miake, que je n ai abandonne qu a force de le sentir sur les autres… Puis vint la periode Guerlain et Dior, avec le fameux In love Again qui a malheureusement cesse d etre produit puis ont suivi 3 ans de Chance de Chance (decline dans toute sa gamme tellement j en etait dingue).
    Curieusement (ou pas) je n arrive plus a porter les parfums qui ont marque des periodes importantes de ma vie, comme le Diesel femme offert a la naissance de ma fille, de meme que j ai horreur de les senir sur une autre fille, un peu comme de la jalousie, comme on s etait approprie un truc a moi.
    Aujourd hui je jongle avec 3/4 parfums selon l humeur et surtout selon les vetements que je porte :
    – si je m habbile en blanc/dentelle ou nude ca sera Anais Anais (j y suis revenue 20 ans apres !!!)
    – les jour de sexiness, en jupe ou en robe noire ca sera Fille en aiguille de Lutens
    – les jours casual ca sera Flower de Kenzo, que je ne trouve pas fameux mais que l on couvre de compliments des que je le porte…
    Bisous !!!

  19. amandine

    mercredi 13 juillet 2011 à 13:30

    j ai oublie de te dire aussi que j ai achete pour son anniv a mere le parfum qu elle portait quand j etais plus jeune, Rive Gauche d YSL, qu elle a abandonne depuis bien 20 ans… Elle a ete super surprise de ma demarche, mais j avais tellement envie de la « ressentir » avec ca que je crois qu elle ne porte que lorsque je vais la voir, histoire peut etre que je la regarde comme une gosse en admiration et que je m attarde dans son cou en l ambrassant <3

  20. isabelle

    mercredi 13 juillet 2011 à 14:34

    Très belle idée ce parcours du parfum!!
    J’ai commencé aussi par Anaïs Anaïs… Et à 15 ans, ma grand-mère m’a offert solennellement l’Heure Bleue de Guerlain.
    C’est vrai que le pouvoir du parfum est extraordinaire. Rien de tel pour faire surgir des souvenirs. Trop mignon le remarque de ton homme. J’ai perdu ma mère à l’âge de cinq ans et n’ai donc que peu de souvenirs d’elle. Un jour, adolescente, je découvre dans les affaires de mon père un petit flacon avec un fond de liquide jaune. Je le débouche et sens. C’était le parfum de ma mère. Immédiatement j’ai pensé à elle, comme si elle était à mes cotés.

  21. audressing

    mercredi 13 juillet 2011 à 15:09

    Ahah j’adore les biographie olfactive (il faudra d’ailleurs que je fasse la mienne un jour sur mon blog, c’est dans ma liste d’articles 😉 !)
    Moi j’ai commencé avec Tartine et chocolat, j’avais 8 ou 9 ans (précoce !) puis tout comme toi, j’ai mis Anaïs Anaïs, puis Loulou, puis CK one (tu as raison, so 90’s) puis Kenzo parfum d’été (et oui, ça fait quand même 4 en commun !) ensuite j’ai porté Eau belle d’Azzaro et Coco Mademoiselle de Chanel.
    Par contre, je n’ai jamais adhéré aux Angel et Lolita Lempicka :S
    Aujourd’hui, je jongle entre Clinique Happy, Chloé, Narcisso Rodriguez For Her et Do Son de Dyptique.

  22. Chunkye

    mercredi 13 juillet 2011 à 15:22

    Le classique Anais Anais quand j’avais 10 ans, puis Amor Amor, pendant longtemps, l’incontournable Miss Dior chérie, et puis j’ai trouvé mon parfum, que je porte depuis plus d’un an, La roue de la fortune de D&G. J’ai aimé beaucoup de parfums, mais c’est celui qui me correspond le mieux, et je l’enmène partout, je sors jamais sans être parfumée !
    Et c’est vrai que c’est intéressant cette biographie en fragrances 😀

  23. Balibulle

    mercredi 13 juillet 2011 à 16:27

    Un milliard de mercis pour toutes vos « biographies olfactives » ! Et pour m’avoir rappelé que oui, moi aussi, j’ai porté Oui-Non de Kookaï, Chantal Thomass et les Belles de Ricci ! J’avais oublié, j’en ai eu tellement… En tout cas c’était passionnant de voir à quel point, effectivement, les odeurs que nous nous choisissons résonnent avec notre existence et sont aptes à nous faire voyager dans le temps… Certaines d’entre vous m’ont donné envie d’essayer plein de choses, d’autres comme Isabelle, m’ont mis les larmes aux yeux ! Et j’ai beaucoup aimé aussi Montrésor, quand tu dis qu’il « faut avancer »… Un seul parfum, deux mélangés, une collection de quelques bouteilles ou une myriade, ou même pas de parfum du tout, chacune écrit son histoire olfactive avec une grande liberté, plus grande peut-être que celle qui nous lie au vêtement.
    Ah, et dernières précisions
    1/ pour Menina: non je n’ai jamais porté de parfum d’homme (même si j’ai souvent été tenté pour le Mâle de JPG mais je préfère définitivement le sentir sur un mec)
    2/ pour Sandrine : je n’ai pas mis « Musc » de Réminiscence parce qu’il est, lui, toujours d’actu ! Et sera évoqué dans mon update à venir… 🙂

  24. sarah

    mercredi 13 juillet 2011 à 18:40

    j’ai du retard dans ma lecture! J’ai eu beaucoup de parfums mais je ne parlerai que de 4 qui je pense m’ont marque et me marque encore actuellement.
    Chevrefeuille de yves rocher le premier parfum qu’on m’a offert j’avais 12/13 ans, et je le porte encore des l’arrivee des beaux jours.
    Addict de dior : j’en suis tombee amoureuse au college lorsqu’avec des copines on sechait les cours pr aller au centre commercial et on s’arretait au sephora pour sniffer les nouveautes lol et la celui ci il m’a marquee! Une odeur, mais quel odeur! Celle de la femme adulte, femme fatale… A 20 ans mon mari me l’a offert et il ne me quitte plus je le porte pour le boulot et j’en abuse en soiree 😉 surtout quand je les passe avec mon cher et tendre
    code d’armani pour homme : le parfum de mon homme que je mets sur mes foulards… Et quand l’envie m’en prends je snife mes foulards ce parfum m’envoute carrement quand mon homme le porte je lui boufferai le cou lol
    le dernier et le plus recent : l’eau de bebe de klorane, le parfum de notre fils, une odeur qui me parle LE parfum pour un bebe, je le mets quand je donne le bain a eliott le matin avant le boulot, apres l’avoir habille je le prends dans les bras je le pshitte de son parfum quit un « allez maman aussi elle en met » il eclate de rires (bon je fais le clown aussi quand je m’en mets) et dans la journee l’odeur reeapparait, elle me fait penser a mon bebe (un ptit moment de douceur dans ce monde de brutes)

  25. Lison

    mercredi 13 juillet 2011 à 21:09

    J’adore! Pour moi un parfum, c’est un petit bout d’âme!
    Alors bébé: tartine et chocolat (évidemment! j’en met parfois quand je n’ai pas le moral…)
    A 11 ans, mon fiancé du moment m’a offert l’Eau de Rochas! Mon premier parfum de grande, j’habitais dans un pays chaud, c’était rafraichissant…
    Ensuite Lascote woman à14 ans.
    Eau future d’Eau jeune à 15 ans
    Dior Addict de 16 à 18 ans (Première vraie relation amoureuse!!)
    Cinéma d’YSL à 19-20 ans
    Comme des garçons à 21 ans
    Vanille & Miel de l’Occitane en ce moment, mais je viens de fondre pour Vanille & Anis de Jo Malone… J’ai 24 ans!
    Moi qui rêvais d’un seul et unique parfum pour toute une vie…

  26. LaFouine

    mercredi 13 juillet 2011 à 21:41

    Sans doute Anaïs Anaîs au début, puis Vu de Ted Lapidus
    Coco de Chanel, puis
    Parfum de Peau de Montana, parfois
    féminité du bois de Shiseido … cela fait peu en 30 ans 😉

  27. émilie j....

    jeudi 14 juillet 2011 à 10:45

    Premier parfum au collège était Cacharel.. pour homme ; je ne supportais pas les odeurs trop fifille sucrée.
    je me suis bien rattrappée après avec Loulou (que je porte encore 20 ans apres..) puis Montana , Angel.. que du lourd et capiteux !! ensuite JPG le classique, et « méchant loup » de l’artisan parfumeur donc j’aime autant le nom que l’odeur !!!!
    Puis grande Découverte avec Ryckiel Woman; un parfum sensuel et à l’odeur troublante pour la gente masculine !!! (dont la production est arretée, horreur malheur et dont il me reste un fond de flacon..bouhhhhhhh….)
    Ensuite printemps 2006, ajaccio, je découvre sous le soleil Jamin de réminiscence qui devient MON odeur !!! on ne m’a jamais autant dit que je sentais bon…!! un parfum mixte mais donc la marque vient de tout modifier; le flacon, la composition , l’odeur !!!! mais pourquoi..? je suis inconsolable….

  28. Luxe & Vintage

    jeudi 14 juillet 2011 à 22:37

    Je n’ai jamais eu de vrais parfums jusqu’à ce que je craque pour Very Irrésistible de Givenchy. Depuis il me suit à chaque saison, dans son déclinaison de saison ou version originale. Mais j’ai senti récemment Idylle de Guerlain et celui de chez Swarovski, et je risque bien de lui faire des infidélités 😉

  29. HappyLilly

    jeudi 14 juillet 2011 à 22:59

    Quel joli post! Je ne dirai pas « rien de plus important que le parfum » mais presque.
    J’ai porté « oui-non » aussi. Je l’avais oublié. Et « Loulou », je me sentais grande! J’en aime toujours les effluves.
    Puis j’ai porté, « Arpège » de Lanvin, « Obsession » de CK. J’ai toujours veillé à éviter les Lancôme dont je me disais que c’étaient ceux « de toutes les femmes ». J’envisage le parfum comme l’arme de séduction fatale! J’ai littéralement adoré « Angel » et pourtant, c’était celui « de toutes les femmes »!!!!
    Mon parfum-parfait, il a été arrêté parce qu’il coûtait parait-il trop cher et qu’aucun composant synthétique entrait en sa composition (va savoir si c’est vrai): c’est « Ungaro », il a disparu au début des années 90. Il me reste un flacon, que je n’utilise jamais (sauf là, à l’instant, pour mémoire). Je thésaurise en espérant avoir un jour assez d’argent pour aller voir un parfumeur et lui demander de me refaire ça!
    Je me suis tournée vers « Coco » parce que je m’y retrouve et un jour, j’ai compris que « Shalimar » était mon parfum! Je le mélange avec un autre parfum (et c’est mon secret-beauté, le que je refuse de partager! Seul mon amoureux sait.). Il faut que je me sente « puissante en le portant »). Presque une identité. Complètement une identité!
    J’ai lui ai fait quelques infidélités avec « Black orchid » de Tom Ford et « Le baiser du dragon » de Cartier (dont même le nom m’enchantait).
    Actuellement, je craque sur la nouvelle collection hors de prix de Tom Ford (notamment « tobacco vanille »). Je suis toujours à la recherche DU parfum over-sexy, je ne sais pas pourquoi.
    Sur un homme, « Héritage » me tourne la tête!!! Mais, je n’en connais aucun qui le porte! Au fond de moi, je crois que je me dis que je reconnaîtrai l’homme de ma vie à ça. Ce qui est complètement imbécile! J’aime aussi « Habit rouge » et beaucoup « The one gentlemen » de D&G.
    merci pour ton article, te répondre m’a rappelé des tas d’émotions. Vive le parfum!!!

  30. fraise des bois

    vendredi 15 juillet 2011 à 9:56

    « walk down memory lane »!

    Comme beaucoup, j’ai commencé mon parcours avec Anaïs Anaïs de Cacharel, offert lors d’un anniversaire.
    Mon premier parfum choisi, mon premier coup de coeur olfactif, a été Trésor de Lancôme au lycée. La vendeuse ne voulait pas le vendre à une si jeune fille … je l’ai gardé 7 ans!
    S’en est suivi une période d’expérimentations : 1881 de Cerruti (que j’ai longtemps porté l’été), CK one (un peu pour faire comme tout le monde, mais je n’ai pas fini la bouteille), J’Adore de Dior (une catastrophe sur moi, je l’ai donné) …

    Et au détour d’un « vous voulez que je vous parfume? » un jour où par hasard j’avais oublié de me parfumer, au comptoir YSL à feu La Samaritaine, LA rencontre avec Paris <3 <3 <3
    Je lui suis fidèle depuis 8 ans, dans ses déclinaisons eau de toilette, eau fraîche (pour l'été) et eau de parfum (pour l'hiver).
    Je suis toujours étonnée de peu le sentir dans la rue et qu'il revienne très rarement dans les biographies olfactives. Ma plus grande peur est qu'ils l'arrêtent faute de ventes pour le remplacer par cette horrible chose qu'est Parisienne. Je compte un peu sur les touristes qui décident de se ramener un cadeau de Paris et optent pour un parfum avec un nom explicite …

  31. Lu

    vendredi 15 juillet 2011 à 13:41

    Bonjour! Je vous lis depuis peu, et je voulais simplement vous dire que votre blog est une vraie bulle de fraîcheur sur le net… Je lis très peu de « blogs de fille » ou, encore pire, de « blogs de mode » parce que mes vêtements c’est avant tout une histoire de feeling, de confort sensuel et visuel à la fois: si je m’y sens bien, je prends. Peu importe ce que dicte la mode. Bien sûr, je me plie à cette fashion plus ou moins consciemment, mais je ne la recherche pas à tout prix. Néanmoins, quand je suis tombée sur votre blog, j’ai beaucoup apprécié votre façon de présenter vos coups de coeurs, vos petits voups de folie, vos envies dévorantes… C’est cette simplicité juste et « nature » que j’aime dans votre écriture et dans chacun de vos articles. Pour ce joli bol d’air frais sur la toile, un grand merci!
    Quant au sujet de cet article, il m’inspire beaucoup. Je porte assez peu de parfum: j’en mets par périodes, ou juste pour marquer une grande occasion… J’en ai quelques-uns en commun avec vous, d’ailleurs: CK One, évidemment mais aussi Parfum d’Eté (je finissais par penser être la seule à l’avoir porté et aimé, celui-là…)^^ Dans ma biographie olfactive, il y a aussi Tartine et Chocolat (mon tout premier parfum qui n’en n’était pas vraiment un, mais plus une eau parfumée pour les enfants), Noa (mon premier parfum de jeune fille) et un Sonia Rykiel dont j’ai oublié le nom mais épicé et entêtant, si bien que j’avais l’impression de m’effacer derrière le parfum. Aujourd’hui, c’est Hypnôse de Lancôme qui fait mon bonheur… Jusqu’au prochain^^!
    Mon parfum favori, cependant, n’est pas le mien: c’est celui de ma mère, Coriandre de Couturier. Elle qui ne se maquille jamais porte son parfum comme une signature, comme une revendication discrète mais efficace de sa force et de sa féminité. Lorsque je respire ce parfum, je me sens à la maison, en sécurité, et un millier de souvenirs remonte à la surface. Malheureusement il a cessé d’être commercialisé, et ma mère si fidèle à son parfum se retrouve « sans odeur fixe », ce qui l’a vraiment chagrinée (et moi avec) lorsqu’elle a terminé le dernier flacon. Toutes les bonnes choses ont une fin, dit-on…

  32. sandrine

    vendredi 15 juillet 2011 à 19:00

    1) Eau folle – Guy Laroche
    2) Anaïs Anais – Cacharel
    3) N° 19 – Chanel
    4) Samsara – Guerlain
    5) Coco – Chanel
    6) Allure – Chanel
    7) Égoïste – Chanel
    8) Melle Coco – Chanel
    9) Dior Homme sport
    7)

  33. la fille normale

    samedi 16 juillet 2011 à 11:55

    moi dans les tiens, je n’ai eu que le JPG… mais ça me tente bien de partir à travers le net pour tenter de me remémorer ce que j’ai eu…

  34. loulou

    samedi 16 juillet 2011 à 12:07

    oui vraiment un très joli poste… et qui moi aussi a ravivé ma mémoire olfactive.
    le tout premier c’était celui chipé a ma maman « chèvrefeuille » d’yves rocher, je ne sais pas s’il existe encore mais j’aurais plaisir à le sentir à nouveau pour me rappeller mes 10 ans …
    depuis je reste fidèle et pour moi un parfum c’est aussi a porter selon la situation, et je déteste être en « rupture » des ces parfums là :
    PATCHOULI REMINISCENCE – ma base
    GUERLAIN et ses AQUA ALLEGORIA : herbafreska, mentafolia (qui n’existe plus malheureusement)
    AROMATICS ELIXIR DE CLINIQUE
    SERGE LUTENS DATURA NOIR
    MARC JACOBS BISCOTTI
    NARCISO RODRIGUEZ FOR
    et le dernier découvert en début d’année :
    JO MALONE iris and white musk cologne intense

  35. Anne

    samedi 16 juillet 2011 à 21:45

    Ah le parfum !!!
    Pour moi il doit être « sexuel », déclencher le désir, ou ne pas être…
    Tous mes préférés sont ici :
    http://journaldunenaturopathe.wordpress.com/2011/06/20/le-parfum/

  36. la fille normale

    dimanche 17 juillet 2011 à 23:00

    et voila! réponse en image!!! =)
    http://lafillenormale.blogspot.com/2011/07/reponse-balibulle-mes-parfums.html
    finalement, on en a qu’un seul en commun! Le JPG (mais qui ne l’a pas eu celui là???)

  37. stai mine

    lundi 18 juillet 2011 à 16:49

    JOY de Jean Patou (jean?) mon amour de toujours. Un des seuls que je porte , avec un parfum ramené d’Égypte par ma soeur au notes de jasmin et bergamote que j’adorais l’été… Et enfin l’odeur de mon enfance, un mélange d’Habit rouge que portait mon père et de l’air du temps que portait ma mère, Haa ces souvenirs de ma chambre d’enfant et des gouters du dimanche….
    J’en ai oublié un : Sables d’Annick Goutal. Celui ci est magique !
    Feminin ou Masculin, il est très discret mais a une odeur qui ne fait qu’un avec le corps (le mien en tout ca). Il sent l’immortelle, la plage au crépuscule… Je viens du bord de mer ou les immortelles jonchent les plages alors pour moi ce parfum, c’est un peu mon anti mal du pays/ mal de la ville, il fait du bien quand on a un coup de blues. Merci pour ces souvenirs balibulle !

  38. Biographie parfumée « De Styles en Aiguilles

    mardi 26 juillet 2011 à 9:11

    […] le sillage parfumé de Balibulle, je me suis amusée à faire ma biographie olfactive: grosso modo chronologique, avec en rouge les […]

  39. Sophie p

    samedi 6 août 2011 à 8:55

    Comme plein de babas, le parcours a commencé par un bon vieux Anaïs Anaïs, et a continué par Loulou Blue, de Cacharel. Ensuite, j’ai moi aussi eu une période CK One, au lycée. J’ai presque fini par m’en dégouter. Et puis il y a eu la révélation : Parfum d’Été, de Kenzo. Alors celui-là, malgré l’appauvrissement esthétique du flacon, j’y reviens toujours. Ça me rend limite euphorique. Et puis celui-là, l’homme l’aime aussi. Ce qui est moins le cas de mon autre coup de cœur olfactif, qui date lui aussi d’une dizaine d’années : Boudoir, de Vivienne Westwood. Plus costaud et poudré, je le réserve plutôt pour l’hiver. Moi j’adore, j’ai l’impression d’être une vraie femme quand je le porte, moi qui ai tant de mal avec la féminité et la séduction…

  40. Mon odeur à moi – Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques

    vendredi 21 octobre 2011 à 16:43

    […] « Tu sens bon », il m’a dit tout de suite quand je suis rentrée à la maison. Ca faisait longtemps. […]

  41. Murielle

    jeudi 12 juillet 2012 à 9:08

    Loulou de Cacharel, Magie Noire Lancome, Shalimar de Guerlain, Poison de Dior, Opium de YSL, Angel de Thierry Mugler, Innocent de Mugler, Alien de Mugler, Womanity de Mugler, Lolita Lempicka, et des parfums hommes aussi car j’aime ce qui est fort, A-Men et B-Men de Mugler, et il y a trés longtemps un parfum Alain Delon.
    Mais mes trés grands coup de foudre ont été Poison, Opium, Angel

  42. meilleure mutuelle

    jeudi 9 mai 2013 à 1:44

    Bonjour, On en veut davantage traité de cette manière. Vous avez une très belle plume, bravo ! Continuez !

  43. mlab

    jeudi 8 août 2013 à 18:06

    J’arrive un peu après la bataille mais bon tant pis! Ton post est super et c’est très drôle de lire les commentaires et de voir les noms de parfums qui reviennent. Ça marche vraiment par générations!
    Alors moi aussi j’ai une biographie olfactive longue comme le bras et je cherche encore LA fragance qui serait celle que j’aurai pour la vie. Mais sans doute faut-il me rendre à l’évidence qu’il ne peut y en avoir qu’une, probablement parce que la vie évolue tellement qu’il faut presque un parfum pour chaque saison ou période de la vie. En tout cas j’admire celles qui restent fidèles à un parfum. En tout cas, moi aussi j’ai commencé vers 11 ans avec Anaïs Anaïs! Peut-être y en a-t-il eu un quand j’étais enfant, je ne m’en souviens pas. Et puis plus ou moins en même temps il y a eu vers 14/15 ans CK One et Parfum d’été de Kenzo que j’ai gardé assez longtemps. Puis Flower de Kenzo en alternance avec Happy de Clinique. Après j’ai porté quelques années Gucci Eau de Parfum II en alternance avec Forever and Ever de Dior. Puis je m’en suis lassée et j’ai trouvé une eau de toilette à la pivoine de chez Melvita qui fait partie de ma routine quotidienne. Je la porte depuis au moins 5 ans je crois! C’est frais et fleuri, j’adore. Mais comme j’aime bien changer un peu et avoir quelque chose de plus marqué pour les soirées ou selon l’envie tout simplement, j’ai acheté Ofresia de Diptyque. Au bout d’un flacon je m’en suis lassée et j’ai jeté mon dévolu sur L’Ombre dans l’eau toujours de chez Diptyque que j’adore, ça m’évoque tellement de choses! Et j’ai souvent des compliments quand je le porte. Donc bon finalement j’ai quand même depuis trois ans une base qui me plaît, mais évidemment j’ai envie de la modifier un peu alors je cherche maintenant une eau de toilette fraîche style Lily Dior qui était une fragrance éphémère dont j’avais eu un échantillon et dont je cherche un ersatz désespérément! J’aime bien les Aqua Allegoria de Guerlain ou les Escales de Dior, à voir… En tout cas c’est assez stimulant comme exercice de se remémorer tous les parfums qu’on a porté, j’en ai d’ailleurs peut-être oublié! 😉

  44. Jakotte 86

    jeudi 28 novembre 2013 à 0:16

    Notre mère portait avant guerre toutes les eaux de toilette de Guerlain et a conseillé à ses 3 filles d’en porter les mêmes. Elle avait bien raison car nous avons eu le coup de foudre pour ces sublimes fragrances. Ma soeur ainée porte encore Mitsouko à 70 ans,, ma plus jeune soeur a choisi l’Heure Bleue pour toute sa vie. Quant à moi, ma préférence allait à Shalimar. Mon premier parfum était cependant CRESCENDO de Lanvin, un parfum de tonnerre. Tous mes amis me reconnaissaient les yeux fermés grâce à cette lenteur légère.
    Ce parfum semblait avoir disparu de la circulation car je je l’ai jamais retrouvé.
    Maintenant, je me parfume avec Samsara de Guerlain car Shalimar est trop porté !!!!
    Maintenant, je reviens à mes premiers amours de ma pré-adolescence : l’eau de Cologne d’Orsay (Etiquette Bleue).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.