affiliation

 

Hey hey hey, vendredi polémique ! Mais il y a un truc qu’il faut que je vous dise.

Le billet de Garance sur ses sources de revenus m’a vraiment fait cogiter. Parce qu’il aborde avec le sourire un sujet souvent tabou sur la blogosphère (premier exploit), et parce que Garance y évoque notamment le cas des liens affiliés, qu’elle a décidé de mettre en place sur son blog et considère encore avec précaution. C’est une question que je me pose aussi, depuis quelques mois.

C’est quoi, un lien affilié ?

Il y a deux façons de sourcer un produit qu’on montre sur son blog. Une URL simple, sans traçabilité. Et un lien affilié : si vous cliquez dessus, le site marchand sait de quel blog vous venez. A ce stade, rien ne se passe, sauf si dans la foulée vous achetez le produit en question. Dans ce cas, une commission est reversée au blogueur, pour avoir joué les intermédiaires. De quelques centimes à quelques euros selon le prix du produit (et évidemment beaucoup plus si c’est un truc à what mille, genre un sac Céline).

Pourquoi j’y réfléchis ?

Quand on entreprend de monétiser son blog, décision que j’ai prise il y a cinq ans en démarchant une régie publicitaire (et depuis, j’en suis à ma quatrième !), chaque nouvel outil pose question.

Il y a mille et une manières de monétiser. La mienne, ce sont les bannières publicitaires, des encarts identifiés, séparés du contenu rédactionnel. Et c’est tout. Je l’explique dans mon A propos, mais c’est peut-être l’occasion de vous raconter quel a été mon cheminement.

Je n’ai pas décrété tout cela depuis la nuit des temps, juchée sur un beau cheval blanc de blogueuse incorruptible. Comme de nombreuses filles qui ont débuté en même temps que moi (2006), j’ai observé les premiers pas des partenariats entre marques et blogs. J’ai fait deux ou trois concours (qui ne sont même plus tous en ligne, en voilà un), testé un produit et jamais écrit dessus parce que pas concluant, été rétribuée (monétairement ou en dotation) pour faire des photos avec des pièces prêtées (ou offertes), et cela deux fois : avec Comptoir des Cotonniers (juillet 2009) et La Redoute (septembre 2009). Et j’en suis revenue.

Pourquoi j’ai arrêté les partenariats

J’entends par « partenariat » tout contenu rédactionnel répondant à la sollicitation d’une marque : du concours au test produit, du billet sponsorisé aux vêtements offerts, en passant par les événements auxquels on me convie pour que j’en fasse écho sur mon blog et/ou les réseaux sociaux.

J’ai arrêté les concours et les tests produits, parce que la pratique s’est rapidement popularisée sur les blogs et que, un peu égoïstement voire prétentieusement, j’avais envie d’autre chose. Je ne les lisais plus ailleurs, alors pourquoi continuer à en proposer…

Pour les photos rétribuées, je n’ai jamais su trouver ma place dans l’exercice. Je ne regrette pas ces collaborations avec la Redoute et Comptoir, je trouve que le résultat se tient, mais elles m’ont suffi à faire le tour de la question. Quand on entreprend quelque chose, il faut y aller à fond, ne pas se cacher derrière son petit doigt en cherchant le mot juste qui permettra d’esquiver les critiques… Bref, assumer. Je n’ai pas assumé. D’autres le font bien mieux que moi, alors autant chercher mon équilibre ailleurs.

Et j’ai décidé de tout stopper. C’était il y a quatre ans.

Ce que j’ai fait depuis

Depuis, il y a eu la collection pour André, en février 2010. Pourquoi l’avoir fait ? Parce que c’était un partenariat créatif. Je pouvais créer une paire de chaussures. Toucher un pourcentage des ventes et écrire ce que je voulais dessus. Tout dans ce projet me mettait à l’aise, la marque, les copines, la façon dont Walinette m’a embarquée dans l’aventure. Je sentais bien qu’une occasion pareille dans des conditions pareilles ne se présenterait qu’une fois, et que je ne le ferais qu’une fois.

Puis ma vitrine de chaussures aux Galeries Lafayette, en septembre 2010. C’était un échange de visibilité. Je n’ai rien touché, ni pour le tournage de la vidéo, ni pour la vitrine. Pour être honnête, j’ai d’ailleurs un peu regretté cette opé. Tout le monde était adorable, mais il y avait tellement d’interlocuteurs en jeu que je n’avais pas mon mot à dire sur le résultat final, ni pu m’impliquer autant que je l’aurais voulu.

Ca a été le déclic ultime pour moi. Je suis trop habituée à pouvoir faire les choses avec les coudées franches dans mon travail, et je n’aime pas me sentir à l’étroit.

Un rappel biographique (et logistique)

Vous le savez si vous me suivez un peu, mon blog n’est pas mon activité professionnelle. Je suis journaliste au Parisien – Aujourd’hui en France, où je suis entrée en 2004, deux ans avant d’ouvrir mon blog, et où je travaille à plein temps.

Si j’ai refusé beaucoup d’opportunités me permettant de gagner de l’argent grâce à mon blog, c’est à la fois parce que je le « peux » : matériellement, oui, je peux m’en passer, contrairement à beaucoup de blogueuses pro. Les tarifs publicitaires des bannières payées à l’affichage chutent d’année en année, et à un moment donné, l’économie de la blogosphère ne leur laisse plus trop le choix, les encarts ne suffisent plus.

Mais aussi parce que je le « dois ». Pour éviter bien entendu tout conflit d’intérêts avec mon boulot (j’y écris aussi sur la mode et la beauté). Et par dessus le marché par manque total de temps. Quand bien même je voudrais aller à des présentations produits ou soirées/RP pour mon blog, je n’ai pas le temps, je suis généralement en mode -age : reportage/visionnage/bouclage/(ou embouteillage, aussi) et occupée par toute autre chose (80% de mes articles sont destinés aux pages médias ou culture). Et quand j’ai ouvert 400 mails dans la journée, je n’imagine même pas devoir continuer le soir en rentrant chez moi pour des partenariats. Réfléchir à ce qui serait bon pour mon blog ou mauvais, chronophage, raisonnable/déraisonnable… Quand d’un coup vous décidez que c’est non à tout et pour tout, quelle libération…

Mettre un terme à tout cela m’a acheté une double tranquillité. Celle d’une ligne éditoriale claire et nette, pour vous comme pour moi, et celle d’un gain de temps précieux.

Alors pourquoi monétiser mon blog, au fait ?

J’ai toujours trouvé cette démarche saine. Tant qu’on sait clairement quel contenu est spontané et lequel ne l’est pas, personne n’est floué.

Par ailleurs, il m’arrive fréquemment de refuser des collaborations journalistiques extérieures au Parisien, justement pour garder du temps pour mon blog. A un moment donné, c’est un manque à gagner qu’il ne me paraît pas insensé de compenser. En plus avec un canal d’expression qui m’appartient à 100% : bonheur.

Bien entendu, c’est aussi avec l’argent de la monétisation qu’on peut (justement quand on ne vous les offre pas) s’acheter de nouveaux vêtements, produits de beauté ou de maquillage. Avec l’argent de la monétisation, qu’on peut financer un nouvel habillage régulièrement (et pour celles qui en passent par là, elles le savent, ça coûte un bras, même quand on vous fait un prix d’ami). En résumé, la monétisation a clairement son utilité sur un blog qui espère durer. Mine de rien, continuer à bloguer plusieurs fois par semaine depuis sept ans quand on enquille des journées de dix ou douze heures, et que le temps manque en permanence, ça demande aussi plus que de l’addiction (réelle), mais aussi, soyons francs, un certain retour sur investissement.

Et voilà comment j’en viens aux liens affiliés (ouf !) (vous êtes toujours là ?)

Et du coup, ces liens affiliés ?

Je n’en ai jamais utilisé jusqu’à aujourd’hui dans mes billets. Mais je me pose des questions. La pratique est très répandue chez les « vieux » blogs (dont on dira, allez, que je fais partie). En tant que lectrice, elle ne me gêne nullement. Je préfère qu’une blogueuse mette un lien affilié et pouvoir moi retrouver facilement le produit, plutôt qu’elle ne mette pas de lien du tout, de peur qu’on la soupçonne à tort de faire de l’affiliation / un appel du pied à la marque / ou de s’être carrément fait offrir le produit.

A côté de ça, j’entends bien les limites de l’exercice. Si je me mets aux liens affiliés dans mes billets, est-ce qu’on ne me soupçonnera pas de faire mon shopping en fonction de sa « trackabilité » ? Forcément. Mais honnêtement, j’ai la conscience tranquille là-dessus. Si l’argument de ma droiture morale absolue ne vous convainc pas (comment ça ?), j’en ai un encore meilleur : financièrement, je ne sais pas si je m’y retrouverais. Les produits qui apparaissent sur le blog, dans la majeure partie des cas, je les ai soit déjà achetés (et je vous les montre portés), soit tout juste commandés. Si, prenons un exemple, j’avais sourcé mes robes Topshop par des liens affiliés. Il aurait fallu que soixante lectrices achètent mes robes pour me les « rembourser » : vingt pour la robe jacquard, vingt autres pour la robe cachemire, et encore vingt autres pour la robe baroque (ou alors la même lectrice à soixante exemplaires (haha), ou vingt lectrices à trois exemplaires chacune, bref, vous m’avez comprise. Ca en fait du monde pour arriver à 0 €, ni perte, ni profit.

Franchement, j’adorerais avoir cette force de frappe, mais j’en doute fort ! (d’autant que, j’ouvre une parenthèse, à réception je n’en ai gardé qu’une, la quatrième, celle qui n’était pas en photo !) (un comble, hein) (Je vous en reparlerai)

Idem pour le maquillage. Vous voyez la « beauty box » que j’ai mise en place depuis le début de l’année dans ma colonne droite, où j’ai linké mes produits préférés ? Ca fonctionne exactement comme les liens d’affiliation rédactionnels. Si l’une d’entre vous achète la palette Naked d’Urban Decay en passant par mon lien dans la box, je touche environ 2 €. C’est arrivé trois fois. Sur le mois de janvier, j’ai donc touché 6,23 € (là s’il y a des blogueuses beauté qui me lisent, elles doivent se rouler par terre).

Quand bien même je perdrais la boule et me mettrais à acheter avec des arrières-pensées crapoteuses, l’affiliation n’est donc pas prête de dicter le contenu de mes billets.

J’ai reçu suffisamment de commentaires adorables me félicitant pour mon indépendance, pour ne pas savoir à quel point c’est cher à vos yeux autant qu’aux miens.

Je pense que l’affiliation ne menace rien de tout cela (et gênerait même moins que certaines de mes bannières publicitaires, ahem) et qu’il faut dédiaboliser le truc, le ramener à sa juste valeur. Celle d’une rémunération complémentaire pour mon blog, dont j’ignore pour l’instant le potentiel, et qui m’aiderait à en prendre soin et à le prioriser par rapport à d’autres collaborations professionnelles, si ça marche mieux que prévu.

J’ai bien envie de m’y mettre pour voir, par curiosité aussi, mais pas question de sauter le pas sans vous en parler.

Vous, vous en dites quoi ?

Donc voilà, j’aimerais savoir si vous tous, qui avez l’habitude de commenter ou non, seriez gênés par des liens affiliés. Le verdict sera simple, si le « oui » l’emporte dans les commentaires, je n’en ferai pas. Si le « non » l’emporte, j’en ferai, quand ça s’y prêtera (pour vous donner un ordre d’idée, si je prends les sujets abordés ici ces deux derniers mois, ça aurait représenté un billet sur cinq environ).

Je compte sur votre mobilisation à tous, les pour et les contre, pour faire ce choix de manière quasi… démocratique ! (non mais quelle démogagie sur ce blog…). Alors allez-y, dites-moi tout. Et si vous avez des questions, profitez-en, j’y répondrai au fil du week-end. Merci de m’avoir lue jusqu’au bout ! (gaffe hein, je ne laisserai passer aucune faute d’inattention dans les commentaires, haha !)

Edit, lundi à 00h15 : eh bien voilà, la majorité a tranché, en avant Guingamp ! Je fais court parce que je me suis déjà étalée dans les commentaires tel le Nutella sur une crêpe… Merci pour votre mobilisation, dans un sens comme dans l’autre, ces commentaires qui m’ont tellement appris sur vous et sur l’image que vous avez de moi, aussi ! Je crois que, la phrase qui s’impose, c’est… je vais essayer d’en être digne ! 🙂 Ce bordeaux sera la couleur des liens affiliés quand il y en aura, et je renverrai à chaque fois vers ce billet, pour plus d’info (et parce que la Terre entière ne l’aura pas forcément lu en arrivant sur ce blog). Rendez-vous début avril pour faire un bilan, je vous dirai comment ça se passe pour moi et vous me direz comment ça se passe pour vous, que vous les utilisiez ou non.  

Sur les mêmes thèmes

232 commentaires

  1. Lor

    dimanche 3 février 2013 à 21:52

    Merci pour ces infos très intéressantes… En tant que lectrice, on se sent parfois un peu baladées mais on ne sait pas bien en réalité… J’apprécie ta franchise (que je retrouve aussi chez Pensées de ronde, qui a une position très saine sur les billets sponsorisés ou les concours) et je pense que tout travail mérite salaire… Si nous n’avions jamais entendu parler de tel ou tel produit sans toi, pourquoi est-ce que quelques écus ne devraient pas tomber dans ta besace pour nous avoir donné envie… Aucune raison que cela soit « gratuit » pour les marques :).
    En revanche, il y a un an ou deux, j’ai lu 4 blogueuses qui le même jour faisaient un compte-rendu pour du maquillage de je-ne-sais-plus-qui (certaines en le présentant comme un coup de coeur) et cela m’avait INSUPPORTEE. Mais un lien… Après tout, qui nous oblige à cliquer, en plus 🙂 ?

  2. Balibulle

    dimanche 3 février 2013 à 23:45

    201 commentaires… Et le temps qui me manque pour répondre en détail à toutes ! Encore une fois merci.

    A celles d’entre vous qui me donnent leur bénédiction, merci de votre confiance, de votre soutien. Merci aussi pour tout ce que vous m’avez raconté de vous. Imaginer certaines d’entre vous là depuis siiiii longtemps, je ne vais pas vous mentir, ça me rend toute chose !

    A celles d’entre vous qui regrettent l’idée de cette démarche, merci pour la bienveillance à chaque ligne et les nombreux compliments que vous me faites par ailleurs, sur la qualité du blog. Qualité que vous craignez d’autant plus, du coup, de voir régresser en cas d’introduction des liens affiliés. Je pense sincèrement que l’outil lui-même est intéressant, mais qu’il a effectivement été beaucoup dévoyé sur la blogosphère, et pâtit du coup d’une image assez négative. Et je suis hyper flattée de voir que mon blog à moi bénéficie d’une si bonne image à vos yeux.

    @ Leslie / Garance / Blue Straggler : effectivement, la majorité a tranché, et je vais me lancer… Mais j’entends vos messages. Et j’entends aussi que vous me faites suffisamment confiance pour revenir. J’ai bon espoir que sur la durée, vous puissiez constater que le blog tel que vous l’aimez est toujours là, intact. 🙂

    @ anonyme : je te l’accorde, je suis d’une consensualité crasse 🙂

    @ bibou : oui promis, ce mois-ci !

    @ laura : c’est exactement ce que je vais faire 🙂

    @ lilly23 : excellente idée, et je ne manquerai pas de l’appliquer 🙂

    @ sanstae : ici, rien qu’en frais techniques (nom de domaine / hébergement / maintenance des serveurs… bref, juste ce qu’il faut pour que le blog s’affiche vite et bien) il y en a pour 2000 euros par an. Sans même parler de refaire le design, comme on l’a fait récemment.
    Seuls les blogs hébergés sur des plateformes gratuites type Canalblog ou Blogspot ne coûtent rien. Un blog comme le mien, sur le plan technique, ça coûte de l’argent, vraiment. Si j’avais fait le choix de ne pas le monétiser, il ne ressemblerait pas à ce qu’il est aujourd’hui, tout simplement. La vision que vous avez de moi ou de ce qui me « ressemble » ne peut pas ignorer cette réalité-là.

    @ malvi : c’est une idée géniale… Mais je vois déjà les blogueurs qui la proposeraient accusés d’être vénaux… 🙂 Il n’y a rien à faire, la gratuité sur le Net est considérée comme un dû…

    @ damita : pas de risque, l’affiliation est à l’initiative du blogueur et géré par un organisme intermédiaire. Les marques ne savent pas concrètement qui leur fait de la pub 🙂

    @ violette : « je suis la sagesse » 🙂

    @ tasha : dans quel sens ? Tu préfères qu’un lien affilié ne soit pas signalé comme tel… ou l’inverse ? 🙂

    @ marie (une chic fille) : et je n’en apprécie que d’autant plus cette bénédiction pleine de tendresse 🙂

    @ victoria : hello Victoria / Alexinou, je sais que tu n’as pas attendu l’affaire des liens affiliés pour avoir un avis, disons, acide, sur ce qui se dit et s’écrit ici. Pas de surprise, donc, je t’ai déjà déçue à de très nombreuses reprises. Disons que j’apporte une fois de plus de l’eau à ton moulin ? A bientôt.

    @ jicky : oui tu as raison, d’autant que la démonstration va être assez édifiante. Alors le lien affilié vers le Smoky Lash a été utilisé 115 fois ces deux derniers jours, et il n’y a eu aucune transaction à la suite. Donc il m’a rapporté… zéro euro.

  3. Lor

    dimanche 3 février 2013 à 23:51

    Ah ah, moi aussi je me souviens des photos sans tête ! Et d’une jupe transformée en écharpe, si je n’ai pas rêvé…

  4. Malvi

    lundi 4 février 2013 à 10:42

    Je rebondis sur ta réponse à mon commentaire: le système Flattr n’implique pas un payement « passif » du lecteur comme c’est le cas d’un lien affilié (si j’achète via le lien, le bloggeur touchera une commission que je n’ai pas moi-même investi), alors que personne ne m’oblige à cliquer sur le bouton Flattr d’un article qui me plait. Je décide moi-même activement, sans y être forcé dune manière ou d’une autre, de rétribuer le bloggeur, et c’est MON argent qui arrive dans sa poche. Hormis en maintenant une bonne qualité rédactionnelle, le bloggeur n’a aucun moyen de provoquer ce payement (sauf en le demandant, mais je ne pense pas que je serai tentée de payer quelqu’un qui me supplie pour que je le fasse).
    Alors oui, il y aura toujours des mauvaises langues pour qualifier les personnes qui utilisent les outils de rétribution de « vénaux », mais dans le cas de Flattr (ou autres systèmes de ce genre, malheureusement il n’y a pas encore beaucoup d’options), ils ne pourront pas être accusé « d’enrichissement pas omission », et c’est à mon sens la grande force de ce système.

    En conclusion, je pense comme tu le dis assez bien que nous sommes encore trop dans une mentalité de « web gratuit » (nous sommes la « génération internet », celle qui a découvert les joies du partage ultrarapide de fichiers, là où avant il fallait graver l’info sur un support physique, qu’il soit disquette, CD ou papier, celle qui a découvert les prémisses du téléchargement de films ou de musique, avant que les multinationales ne rendent ça illégal).
    Néanmoins, les choses changes… Je constate d’ailleurs qu’autour de moi (et moi-même), les comportements évoluent. Je suis beaucoup plus encline à acheter (et même parfois plus cher qu’en magasin!) une œuvre d’un artiste qui me plait, et qui la met en téléchargement « payant selon son envie » (généralement, celle-ci est téléchargeable à partir de 1€, voir même parfois gratuit, mais on donne ce qu’on veut, si on veut), qu’acheter parfois bien trop cher une œuvre qui sera bridée (DRM, utilisation sur un seul support, nombre de lecture/écoute restreinte, etc).

  5. jicky

    lundi 4 février 2013 à 11:11

    MDR, je ne vois pas du tout, mais alors pas du tout notre Balibulle nationale se fendre d’un post pour le coiffant Elnett… (et puis, rien à voir avec les liens affiliés, justement)

  6. Magali

    lundi 4 février 2013 à 12:09

    Oh ma Bali, tu es tellement fraîche, pétillante, franche et naturelle avec nous que je ne vois pas le mal dans ces liens affiliés. Je consulte pas mal de blogs chaque jour et au contraire j aime pouvoir aller directement sur la page du produit si celui ci me plaît.
    Je ne commente plus beaucoup, finie ma vie de mère au foyer, me voilà de retour au boulot mais je ne manque pas de te lire chaque fois que tu publies un nouvel article.

  7. Colombe et Linotte

    lundi 4 février 2013 à 12:17

    Moi ça ne me dérange pas les liens à Phil Yé, si tu lui demandes avant. Bisou.

  8. ladymarlene

    lundi 4 février 2013 à 13:34

    En même temps, vu la durée de vie de la laque en question, elle doit quand même bien marcher. Je l’ai toujours vu dans la salle de bain maternelle, celle là !

  9. Cécile de Brest

    lundi 4 février 2013 à 15:05

    Je te lis depuis très longtemps mais je n’ai jamais commenté. Merci pour cet article, clair, qui remet les choses à leur place.
    Te connaissant (OK, on ne se connaît pas, mais chacun verra ce que je veux dire), je ne pense pas que des liens affilés nuisent à ton blog. Et c’est une pratique qui ne me choque absolument pas !
    Voilà, c’était ma petite contribution, bien légère mais je tenais à le dire…

  10. Robindesbons.com

    mercredi 6 février 2013 à 10:06

    Je n’ai aucun problème avec les liens affiliés sur les blogs mode du moment que la blogueuse est transparente et sincère dans sa démarche, et ça, on peut vite le repérer en tant que lecteur il me semble !

  11. Clao

    mercredi 6 février 2013 à 16:48

    Faudrait pas que ton blog plombe tes finances non plus, si ?
    Il ne donne en rien l’image d’une pompe à fric, tu es très franche, alors je ne vois pas où est le problème. Coline le fait sur son blog, c’est transparent et ça ne me pose pas de souci. De plus je suis très lente à dégainer la CB, plutôt à tourner autour du pot pour des achats internet, je préfère le shopping « en chair et en os », ce n’est pas moi qui te rendrait riche 🙂
    Allez fonce, teste : rien (ou presque) n’est irréversible

  12. tasha

    jeudi 7 février 2013 à 6:47

    coucou Bali
    Oui, bizarrement, je préfère ne pas savoir quel objet est affilié. Peut être parce que sur plein de blog il y a des liens super visible à toutes les lignes, et là, ça fait catalogue.
    ALors je préfère que tu nous dises « oui, je monétise » et tu aurais tord de t’en priver, mais par contre, je préfère éviter le côté « regardez, cliquez là pour Acheter! ».
    Moi, quand je lis un blog, je lis un magazine, pas un e-shop..
    je ne suis pas sure d’être bien clair ;-p

  13. Tu fais quoi dans la vie ? | Eleonore Bridge, blog mode, site féminin, Paris

    mercredi 4 septembre 2013 à 14:42

    […] était que je me plie à l’exercice de la transparence ici (en plus de ma faq). Garance et Balibulle ont fait ça très bien avant moi, lisez les si le sujet vous […]

  14. folla

    samedi 24 mai 2014 à 14:47

    l’affiliation est une méthode gratuite et ne nécessite pas un site ou un blog on peut gagner de l’argent facilement sans avoir un produit pour vendre ou payer pour un e book c’est top :)sur club positif tout est gratuit vous aurez une console d’administration pour controler vos gains et gagner de l’argent sans payer aucun centime http://www.cpositif.com/psp/affiliates/fgo.php?id=53704

  15. Légendes d’automne - Spécial Mode

    vendredi 28 novembre 2014 à 2:16

    […] simples en anthracite, liens affiliés en […]

  16. Voir midi à sa porte - Spécial Mode

    lundi 8 décembre 2014 à 2:17

    […] simples en anthracite, liens affiliés en […]

  17. S’écharper - SPECIAL MODESPECIAL MODE

    vendredi 13 février 2015 à 2:01

    […] simples en anthracite, liens affiliés en […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.