chemise_equipment_slim_aspen_ltb_sandales_leopard_zara

Là, telle que vous me voyez, je suis to the max de ce que j’accepte de dévoiler en slim. Ca n’arrivait pas souvent ici (ni ailleurs), et ce n’est pas un hasard, mais c’est en train de changer ! Car entre ma dernière tentative du genre, où je me contorsionnais tellement j’étais mal à l’aise, et aujourd’hui (bon je ne me contorsionne plus mais je tire un poil la gueule, ça va venir) j’ai entrepris LA QUÊTE DU SLIM.

Dans ma grande résolution 2013 du « pantalon juste », le slim arrive tout en haut de la liste. Marre d’acheter des modèles stretch au plus offrant (Gap, Uniqlo) ou bariolés à prix d’or (Current/Elliott, J Brand) et de me retrouver systématiquement avec des trucs qui pochent (au genou, au cul, au moral).

Comment font toutes ces filles qui portent des slims semblant cousus sur elles ? Elles les jettent après les avoir portés deux fois ?

Ca m’a pris du temps, mais à force d’essayer des choses, de regarder des photos (de moi et d’autres filles) et de prendre le taureau par les cornes en magasins, j’ai fini par intégrer deux-trois trucs.

1/ JE N’AI PAS LE CORPS DE KARLA NI CELUI DE KARLIE

Donc les modèles moulants jusqu’à la cheville, qu’ils soient longs ou 7/8e, j’oublie. Ce qui me va, avec des chaussures ouvertes ou basses, c’est quand il y a un peu de volume sur le bas de la jambe, et que la ligne est raccourcie. Autrement dit : un slim retroussé. Un peu comme ici :

manteau_zara_jean_avant_premiere_compensees_asos_LD

Vous vous souvenez ? Voilà, ça j’aime. Mais Avant-Première ne fait plus ce modèle, acheté il y a cinq ou six ans.

2/ Y’A PAS DE HONTE A SE FAIRE AIDER

Car c’est là que j’ai appelé Isabelle, la personal shoppeuse des Galeries Lafayette, dont j’avais sollicité les services avec succès il y a quatre ans déjà. Gros avantage du système : finie l’obligation de se désaper 50 fois aux quatre coins du magasin, la personal shoppeuse embarque tous les jeans sur tous les stands, avec les vendeurs qui filent droit et essaient vraiment de comprendre ce que vous cherchez, et vous essayez tout en une fois dans votre mini-salon privatif. Et vous ne payez que ce que vous achetez. Franchement, quand on a la possibilité de recourir près de chez soi à ce genre de service pour rechercher un basique, il ne faut vraiment pas hésiter. C’est un vrai gain de temps et de sérénité.

3/ LE PRIX NE VEUT RIEN DIRE…

Il y a des trucs géniaux qui coûtent un oeil, des trucs tous pourris à petit prix, et inversement. Il n’y a pas de règle. Oui je sais que vous savez, mais il faut le redire. Après une vingtaine d’essayages dans autant de marques différentes, du plus petit au plus gros budget, je vous le donne en mille, c’est chez un fabricant plutôt abordable et dont j’avais déjà entendu le plus grand bien – notamment chez Mimnor – que j’ai trouvé le bon modèle pour moi : l’Aspen de LTB. Et plus précisément, l’Aspen 50045 (car visiblement, il y en a plusieurs). Il ne se détend presque pas, est super confortable, et reconduit chaque année. Son hic : il n’existe pas (encore ?) dans toutes les couleurs que je cherche, à commencer par du gris clair et du blanc.  J’ai tenté le bleu ciel à la place du gris clair, mais je n’arrive pas à m’y faire (et d’ailleurs, je le revends). Du coup pour l’instant, je me suis limitée au bleu brut et au noir.

4/ … ET LA TAILLE NON PLUS

Là non plus personne ne m’a attendue pour le savoir mais il faut vraiment le répéter. La taille ne veut rien dire et il faut TOUJOURS essayer, et ne jamais préjuger ni dans un sens ni dans l’autre. Je fais du 27 chez Uniqlo, du 28 chez LTB… et du 30 chez Salsa. Car oui la deuxième trouvaille de ma virée aux Galeries c’était chez Salsa, connus pour leurs jeans remonte-cul. JE JURE QUE CE N’EST PAS LA RAISON PREMIERE DE MON ACHAT même si c’est toujours bon à prendre (concrètement, la sensation est assez bizarre, toujours l’impression d’avoir oublié un vieux mouchoir dans la poche arrière, vous voyez ce que je veux dire ?) C’est surtout en bonne fan de jeans verts, comme vous l’avez remarqué plus haut que j’ai craqué sur leur modèle émeraude (qui se trouve soldé ici, tiens). La couleur est assez dingue, un vrai vert profond tirant légèrement sur le bleu. Et pas du tout turquoise comme le laisse penser l’aperçu ci-dessous mais bon, certaines couleurs sortent mal en photo, c’est comme ça, il me faudrait Photoshop pour rééquilibrer juste la couleur du jean et j’ai pas.

salsa_push_up_wonder_jean

Robe raccourcie en tunique (oui, c’est un tic) / DOROTHY PERKINS (printemps-été 2011), déjà vue ici ou
Slim « Push Up Wonder » / SALSA, soldé ici
Socques « Mila » / VALERIE SALACROUX, déjà vues ici
Rouge à lèvres « Lady Danger » / MAC
Vernis à ongles « Hip-anema » / 
ESSIE
Parfum du jour / « Miss me » de STELLA CADENTE

5/ IL Y A DES SLIMS DE PRINTEMPS ET DES SLIMS D’HIVER

Si tant est que le concept de saison ait encore un sens, etc. Mais quand même. Les fameux skinny ultra moulax, dont je vous parlais plus haut mais qui ne me vont pas avec la cheville découverte, je peux en revanche les porter l’hiver avec des bottes mi-mollet. Mais oui. C’est ce que j’ai fait tout ce printemps pourri où il faisait dix degrés, avec le skinny « Kissy » de Dr. Denim repéré sur Adenorah, et qui ne coûte pas cher non plus. Flippant quand vous le recevez (« jamais je rentre un avant-bras là-dedans ») mais c’est justement ça le secret. J’ai essayé différents types de chaussures avec et bingo, la bonne hauteur, c’est celle-là. Je vous montrerai ça porté cet automne, laissons-nous encore le temps de fantasmer un ersatz d’été, mais c’était l’occasion de partager ce constat.

6/ IL N’Y A PAS D’EVIDENCE DU SLIM

C’est comme le blazer, c’est comme tous les basiques : un achat faussement simple et pour lequel il faut vraiment étudier sa morphologie, les coupes qui vous vont ou non, dans les moindres détails. Il y a forcément un modèle qui vous va, mais il faut savoir le dénicher. Tout ça prend du temps et c’est normal. Et puis parfois la chance s’en mêle et accélère le processus.

6/ ET SI AVEC TOUT CA…

Vous avez trouvé la forme dans laquelle vous aimez à peu près vos jambes MAIS êtes encore complexées (à tort ou à raison) à l’idée de vous balader avec un top relativement court, rusez avec un petit manteau léger (type trench ou mon Zara jaune ci-dessous) qui planquera au moins votre postérieur et floutera vos hanches. Alors oui, ça limite aux journées où vous n’enlèverez pas beaucoup votre manteau (mais ça existe) et puis de toute façon, quand il fera vraiment chaud, vous serez passée au boyfriend jean, non ?

trench_comptoir_des_cotonniers_equipment_slim_ltb

Trench / COMPTOIR DES COTONNIERS (printemps-été 2010), déjà vu ici ou 
Chemise rayée / EQUIPMENT soldée ici et déjà vue 
Slim « Aspen 50045 » / LTB soldé ici
Nu-pieds léopard / ZARA (printemps-été 2012), déjà vus ici
Bague / FOREVER 21 (printemps-été 2012)
Rouge à lèvres « Lady Danger » / 
MAC
Vernis à ongles « Hip-anema » /
 ESSIE
Parfum du jour / « Miss me » de STELLA CADENTE

Liens simples en anthracite, lien affilié en bordeaux

Sur les mêmes thèmes

53 commentaires

  1. Pillapon

    jeudi 31 octobre 2013 à 20:04

    J’adore tes nus-pieds zara ! Ils sont sublimes 🙂

  2. Ou comment écrire un roman sur le choix d’une paire de Converse | Balibulle - Etats d'âme vestimentaires et stylistiques

    mardi 9 juin 2015 à 14:06

    […] En planchant sur la question du slim, je suis déjà parvenue à la conclusion que la « ligne droite » (moulante de haut en bas) ne me va pas. Sur moi un […]

  3. estelle

    mardi 23 juin 2015 à 1:19

    super article

    j’adore les slims j’en ai 3 mais jamais osé les porté

    ça me donne un effet « jambe de grenouille » impression que ça raccourcit mes jambes

    1m60 pour 45kg, taille fine mais une impression de cuisse + large

    j’aimerai vraiment porté un jour un slim sans tunique !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.