shopping_planner

>> Résumé des épisodes précédents >>

OCTOBRE 2013 //
Cut the crap ! Votre Balibulle décide de mettre fin à la croissance exponentielle de sa garde-robe pour n’en garder que la crème de la crème.
Ne plus laisser les vraies bonnes pièces se faire éclipser par ce top trop court, cette blouse mal coupée, cette pochette pas pratique ou ce jean pas flatteur.
La révolution du tri est en marche.

MAI 2014 //
La réaction en chaîne est enclenchée. Optimiser sa garde-robe, c’est en premier lieu se comprendre soi, comprendre sa morphologie et ses besoins.
Savoir repérer les bonnes proportions et les pièces qu’on porte vraiment, celles qui ne nous condamnent pas à l’échec. Même et surtout quand ce ne sont pas celles qui nous font fantasmer le plus.

OCTOBRE 2014 //
Nouveau défi sur le chemin de l’optimisation, voir son corps changer.
Pendant neuf mois, l’expérience d’une garde-robe restreinte et la plus flatteuse possible enracine un peu plus l’envie et le besoin de repenser celle d’avant et d’après-grossesse.
Il n’y a plus de retour en arrière possible.

AVRIL 2015 //
Reste à trouver les meilleurs outils pour concrétiser cette ambition.
Après l’appli qui permet d’organiser sa garde-robe et de mémoriser ses looks, la question du shopping reste entière.
Acheter ou ne plus acheter ?
Si oui, quoi et quand ?
Et c’est ce qui nous amène au billet d’aujourd’hui.

Quiconque s’intéresse à la problématique des garde-robes capsules (= réduites aux bons essentiels) s’en rend vite compte.
Si on veut tenir la barre, le shopping doit devenir une activité plus cadrée qu’à l’ordinaire.

• Il y a les partisans de la diète au long cours.
• Ceux ou celles qui font le plein tous les 3 mois pour la saison à venir et font ceinture entre chaque session.
• Ou encore les assidus du one in / one out, qui achètent pour remplacer, pas pour ajouter.

Au milieu de toutes ces méthodes, je cherche la mienne.

Je sais, pour l’avoir expérimenté depuis quinze ans, que le shopping « à l’instinct » me mène toujours à une addition salée à la fin de l’année.
Avec un enfant maintenant, il faut d’autant plus rééquilibrer les factures du foyer et les factures perso. Impossible de rester en roue libre.  De ne plus savoir combien on dépense exactement, donc de ne plus budgétiser et de ne plus planifier. Voilà comment est né mon shopping planner.

1/ SE FIXER UN BUDGET MENSUEL
_____________________________________

Pour commencer, j’ai observé mon shopping du premier trimestre et remarqué qu’il plafonnait à 500 euros par mois les « gros » mois. J’ai décidé de poursuivre dans cette voie.
=> 500 euros, ce serait le max mensuel.
Si je dépense moins, tant mieux, ce sera de l’argent économisé pour faire autre chose.
Si je dépense plus, le rab sera retranché sur le budget du moins suivant. Et ainsi de suite.

Comme dirait la blogueuse Un-Fancy, qui tient le registre précis de ses achats sur son blog, « je vais parler chiffres et dollars, et j’espère que vous allez honorer cette honnêteté. Tout ce que j’écris ici est basé sur mes expériences personnelles et opinions, et ne s’appliquera pas nécessairement à vous, mais je vous fais confiance pour décliner cette démarche de façon créative et personnelle ».

Idem, 500 euros c’est mon plafond à moi, ce qui est proportionnel pour moi (et ne représente ni mon loyer, ni la moitié…). Ça paraîtra exorbitant à certain(e)s, peu à d’autres. Et c’est circonstanciel, parce que nos charges vont augmenter au second semestre.

L’intérêt, c’est juste cette idée de fixer un plafond, quel qu’il soit.
Ce qui permet en plus de découvrir l’économie psychologique. La sensation d’avoir déjà fait des économies à chaque fois que vous n’atteignez pas votre plafond.
Ce qui est mon cas pour ce début d’année (champagne !!).

2/ TROUVER UN SUPPORT LUDIQUE
____________________________________

Je l’avais commandé pour faire mon année 2015, en le repérant dans un billet de Coline. Sauf qu’entre temps, congé maternité aidant, je me suis mise à Google Agenda, moi, l’irréductible dinosaure du papier/stylo…

Le Design Planner m’est donc resté sur les bras, bien épais et bien lourd avec sa grosse spirale. Le candidat parfait pour accueillir notes et listes shopping.

J’ai repris toutes mes factures depuis le 1er janvier et replacé les dépenses dedans (en remarquant au passage que j’avais une propension aux achats en ligne le mercredi ?!).

A chaque fin de mois, la page de notes vierge me sert au récap des dépenses et de leur catégorie (vêtements, chaussures, accessoires ou lingerie/homewear) en indiquant le delta en + ou en – par rapport au budget global.

3/ PLANIFIER
____________________________

Une fois remises au carré les dépenses passées, quid de celles à venir ?
Un-Fancy se sert de Pinterest pour préparer son shopping saisonnier. J’ai décidé de faire de même.
J’ai épinglé une wishlist, repéré quels achats je pouvais planifier en tenant compte de mes kilos de grossesse à perdre, et de ma capacité à essayer correctement les items concernés (pour une fois que des kilos en trop aident à s’organiser, hein…) et tout placé dans mon agenda.
Où chaque mois s’ouvre par une page de notes / to do list.

balibulle_wishlist

Ce qui nous donne :

• une veste et une ceinture en avril (déjà commandées)
• une nuisette et des nu-pieds en mai (oui, enfin le nu-pied immémorial, le voilà !)
• une blouse et une robe marinière en juin
• un maillot de bain (oui toujours noir) en juillet
• rien en août pour l’instant
• un flare blanc en septembre
• un cachemire à col V en octobre

4/ CADRE & FLEXIBILITÉ
_______________________________

Ce que je gagne dans tout ça ?
Le cadre dont j’ai besoin (et qui contente ma passion coupable pour la sur-organisation, laquelle n’est plus un secret pour vous) mais aussi de la flexibilité avec :
• de séduisantes perspectives, mariant à la fois temps de la réflexion et plaisir de la nouveauté. Je ne suis pas partie en guerre contre le shopping, loin de là.
• la place aux improvisations, soldes, coups de coeur, tant qu’ils ou elles épousent les limites que je me suis fixées. C’est une hygiène de vie, comme un gros repas ne posant pas de problème si vous faites attention les jours qui suivent. Là, ce sera simplement une affaire de mois.
• la place aussi aux déceptions si mes repérages préalables n’étaient pas concluants le moment venu. Mais avec au passage la gratification de l’économie psychologique, ou bien de l’argent qu’on dégage pour un achat qui, lui, en vaudra la peine.
• cette possibilité d’avancer un achat planifié si jamais il se trouve en promo, comme la ceinture BCBG Max Azria que j’avais initialement prévu de commander plus tard.

Tac, chaque item qui saute, chaque fin de mois bouclée sans atteindre le plafond => de l’argent psychologiquement « économisé ».

Chaque pièce revendue sur mon vide-dressing (que je vais mettre à jour ce week-end avec quelques paires de chaussures)
=> de l’argent économisé aussi, parce que je ne destine pas ces rentrées à venir augmenter mon budget shopping mensuel déjà alloué de toute façon. Et vu le tri estival massif qui m’attend, ça promet quoi qu’il arrive, revente ou don, une belle bouffée d’oxygène…

Alors, vous en dites quoi ?
Racontez-moi vos astuces si vous aussi vous plafonnez/planifiez vos dépenses (et vous aussi, vous faites des achats le mercredi ou pas ? Nan mais ça me travaille cette affaire, c’est quoi ce mood du mercredi chez moi ?!)

Liens simples en anthracite, liens affiliés en bordeaux

Sur les mêmes thèmes

154 commentaires

  1. Dali

    mercredi 29 avril 2015 à 23:30

    Delicieuse Balibulle, profite de ta petite princesse EVE, ca grandit si vite 🙂

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:16

      compte sur moi <3 merci Dali

  2. Jane B. Root

    jeudi 30 avril 2015 à 9:02

    Totalitarisme du vêtement ( suite ) : à chaque période on s’attaque aux femmes à travers son vêtement. J’ai cité les lois anti juives en premier, je poursuis avec l’actualité. J’ai lu Chekeba Hachemi, première femme diplomate afghane. Ce qu’elle en dit est éclairant.

    « Je viens d’un pays où la première étape est de COUVRIR les femmes. Puis de les lapider et de les tuer.  » Nier le corps en le mettant sous une horrible houppelande !

    Je la cite encore :  » À chaque changement de régime c’est aux femmes qu’on s’attaque en premier. On les interdit à la télé, on légalise le viol comme on l’a fait dans mon pays, on les couvre pour qu’elles disparaissent du paysage. Elle deviennent des ombres…  »

    « À la fin de l’invasion soviétique, LA PREMIÈRE question posée dans mon pays détruit était : les speakerines de la tele vont elles porter le voile ? »

    Prédominance de la symbolique du vêtement féminin. Les femmes ne s’y trompent pas, partout dans le monde.

  3. Jane B. Root

    jeudi 30 avril 2015 à 9:31

    Apostille budget : je n’éprouve aujourd’hui AUCUNE honte à porter un sac à 4000 euros et posséder du Ghesquiere dans ma penderie. J’ai travaillé dur pour en arriver où je suis. Et dans un univers essentiellement masculin.

    Mes seules limites sont :
    – la fourrure (impossible quand on sait comment c’est produit)
    – l’origine de certaines productions issues de l’esclavagisme (se tenir informé!)
    Deux limites que j’impose aussi à mes filles. Non négociable !

    A l’âge pré pubère de Renardeau je bouffais des conserves en me demandant de quoi demain serait fait. Je comprends donc presque son exaspération. Même si je pense qu’il devrait bûcher son bac au lieu de hanter des forums féminins, car c’est bientôt 😉

    1. renardeau

      jeudi 30 avril 2015 à 11:13

      Heu mollo les escargots ma puberté est terminée depuis bien longtemps (merci pour elle!)

    2. maarie

      vendredi 1 mai 2015 à 14:06

      Commentaires passionnants ! Livre  » Une garde robe…. » acheté.Est il possible d’avoir plus de précisions sur « les origine de certaines productions issues de l’esclavagisme  » ? Merci d’avance.

      1. Jane B. Root

        lundi 4 mai 2015 à 10:04

        Maarie, la presse relate très fréquemment ce sujet. Tu trouveras des dossiers complets et très documentés dans Courrier International par exemple. Des instances internationales comme Amnesty International ou encore l’OIT (Organisation Internationale du travail) publient régulièrement des dossiers sur le sujet. Si on tape travail forcé, travail des enfants, conditions de travail textile etc. dans un moteur de recherche on tombe sur des dossiers bien étayés.
        Le dernier scandale en date à aussi été beaucoup relayé par la presse. Entre deux scandales on peut continuer à s’informer, car ça ne cesse pas miraculeusement.

        http://multinationales.org/Industrie-textile

        http://www.liberation.fr/economie/2014/10/16/moi-chantan-ouvriere-textile-au-cambodge-12-heures-par-jour-6-jours-sur-7-sans-conges-payes_1122334

        http://terredeshommes.fr/inde-conditions-travail-epouvantables-lindustrie-textile/

      2. Jane B. Root

        mercredi 6 mai 2015 à 10:37

        Marie, j’ai tenté de répondre concrètement à certaines de vos questions sur l’esclavagisme dans l’industrie textile, mais quelque chose …. bloque mes messages.

        Il y avait des liens vers des articles de presse également.

        Si c’est dérangeant sur ce site, Charlotte peut vous les envoyer en privé sur votre boîte Mail je pense.

      3. Balibulle

        mercredi 6 mai 2015 à 17:01

        @maarie @jane b. root : voilà les filles, c’est en ligne. Effectivement Jane les commentaires avec une abondance de liens déclenchent automatiquement le filtre antispam. Du coup je suis allée à la pêche

  4. Amélie31

    jeudi 30 avril 2015 à 10:47

    Dans ton budget prévoit une ligne « enfant » car tu vas vite découvrir que ton plaisir va légèrement dévier vers la garde-robe de ta fille !

    Merci pour tout tes articles sur ce sujet, ils m’ont inspiré et vraiment accompagné dans ma démarche à faire du vide ! « Mal coupé » > viré, « Jamais mis » > vide-dressing avec mes collègues, « Matière difficile à entretenir » > seconde chance…
    Mon homme te remercie 🙂

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:02

      Bravo ! Et moi je désespère que mon homme s’y mette, il ne trie rien et porte toujours les 3 mêmes teeshirts ! 😉

  5. Justine

    jeudi 30 avril 2015 à 12:51

    Hello!! J’ai décidé de remettre mon nez dans Hellocoton et je retrouve avec plaisir le chemin de ton blog! Cet article tombe pile poil car je déménage en Juin pour emménager, enfin, avec mon homme et mon armoire à 3 portes qui me sert à moi toute seule va devoir faire de la place à monsieur…. J’ai donc un gros gros tri à faire et cela fait déjà plusieurs mois que j’ai envie de m’y mettre mais sans grande motivation car difficile pour moi de trancher entre garde et garde pas…
    Mais grâce à toi je crois que je vais enfin m’y mettre dès ce weekend!
    Bises!!

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:15

      Oh mais félicitations pour cette nouvelle vie ! Alors, qu’a donné le premier weekend de tri ?

  6. Jane B. Root

    vendredi 1 mai 2015 à 9:11

    Ce matin à cinq heures quand je suis allée nourrir les chevaux j’ai vu deux renardeaux batifoler dans les prés. Carrément deux !

    Optimiser suite :
    Classez votre armoire par couleurs, on voit tout de suite mieux ce qu’on a 😉

    Puis à l’intérieur des couleurs, classez par formes.

    Savoir exactement ce qui vous va et ce qui ne vous va pas. Et le noter. Ça évitera d’acheter un slim ou une jupe cloche sur un coup de tête alors que notre postérieur ne le supporte pas. Si on classe par couleurs et par formes on voit tout de suite mieux.

    Avoir une icône stylistique 😉 A votre âge je m’égarais du côté de Carrie Bradshaw, aujourd’hui je suis absolument fan de l’épure de Claire Underwood 😉
    http://www.garancedore.fr/2015/04/27/claire-underwood-style-story/

    1. Murielle

      vendredi 1 mai 2015 à 11:00

      Je vais reclasser mes vêtements par couleur, pour l’instant je mettais toutes les jupes ensemble, jeans ensemble etc…

      Pour le style Claire Underwood, Balibulle lui avait déjà consacrée un article ici 🙂
      http://www.balibulle.com/post/2013/08/27/queen-of-minimalism/

      1. Jane B. Root

        lundi 4 mai 2015 à 10:22

        Cool ! Je vais aller lire ça ! Claire Underwood vs Anna Piaggi 🙂

      2. Balibulle

        mercredi 6 mai 2015 à 17:11

        merci Murielle c’est adorable 😉 L’interview de la costumière sur le blog de Garance est passionnante « Claire est toujours dans la retenue, le contrôle, elle ne révèle que ce qu’elle veut bien montrer, ce qui est reflété dans sa garde-robe. »

  7. Co

    dimanche 3 mai 2015 à 23:56

    Grande malade travaillomane encore une fois mais ça me plait tellement que tu es le 2ème site que je check après 2 mois de voyage sans internet (après avoir googlisé « royal baby » tout de même, desolée !)

    De mon côté étant dans une période un peu ado rebelle à tendance anarchiste vegan je suis convaincue qu' »on a assez produit de vêtements sur cette Terre pour tous s’habiller 2nd hand jusqu’à la fin de nos jours » du coup je ne m’astreins pas à des camemberts budgétaires aussi sévères que pour certains domaines plus passionnels (voyages, graines de lin etc.)
    Mais je dois avouer que cela ne m’empêche pas d’être complétement rigide du dressing quand même ; en escale 24h à NY je viens par exemple de dépenser une folle somme en culottes (1st hand elles, n’étant de toute façon pas à une contradiction près). Repérées sur le net il y a des mois et des mois j’en ai pris 15, déclinées en 3 tons mais seulement parce qu’elles sont parfaites (jolies sexy, confortables, invisibles sous les vêtements serrés) et parce que je compte jeter toutes les autres.

    Bref, ma psychorigidité trouve souvent un écho positif dans tes posts alors merci pour ça.
    Et j’en profite pour te féliciter pour la naissance d’Eve, profite profite profite et n’oublie pas de lui inculquer quelques règles de maniaquerie dès son plus jeune âge (doudous rangés par taille/couleur/préférence ou liste des gens rencontrés depuis son arrivée sur Terre qu’importe du moment qu’elle puisse un jour marcher sur les traces de sa mère et que ça nous assure un avenir de lecteur ravi…)

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:14

      ah haha, merci Co, you made my day ! On est en bonne voie, je phosphore déjà sur nos photos d’elle et sur sa garde-robe 😉
      Pour tes culottes, j’applaudis. Quand on a trouvé THE fournisseur, il ne faut pas hésiter à être exclusif. Les miennes. Moi c’est American Apparel pour les boxers que je porte la nuit, Muji pour les chaussettes et Wolford pour les collants. Et plus rien d’autre.

  8. Anonyme

    lundi 4 mai 2015 à 16:58

    Tu es contente que la royal baby s’appelle comme toi ? 😉

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:04

      j’avoue ! Et Charlotte de Monaco aussi, ça m’a toujours fait plaisir ^^

  9. Jane B. Root

    mardi 5 mai 2015 à 9:07

    Réponse à Maarie :

    Maarie, la presse relate très fréquemment le sujet de l’esclavagisme dans la production textile. Tu trouveras des dossiers complets et très documentés dans Courrier International par exemple. Des instances internationales comme Amnesty International ou encore l’OIT (Organisation Internationale du travail) publient régulièrement des dossiers sur le sujet. Si on tape travail forcé, travail des enfants, conditions de travail textile etc. dans un moteur de recherche on tombe sur des dossiers bien étayés.
    Le dernier scandale en date a aussi été beaucoup relayé par la presse. Entre deux scandales on peut continuer à s’informer, car ça ne cesse pas miraculeusement.

    http://multinationales.org/Industrie-textile

    http://www.liberation.fr/economie/2014/10/16/moi-chantan-ouvriere-textile-au-cambodge-12-heures-par-jour-6-jours-sur-7-sans-conges-payes_1122334

    http://terredeshommes.fr/inde-conditions-travail-epouvantables-lindustrie-textile/

    1. maarie

      jeudi 7 mai 2015 à 19:42

      Bonsoir Jane,
      Effectivement, hormis le dernier sandale repris par les médias, des marques citées qui tentent de retrouver une crédibilité ébréchée, peu d’information dans la presse nationale. Merci pour ces liens qui vont m’apporter un éclairage plus précis, aussi et surtout, d’éduquer mes enfants. Sincèrement j’aurais pu faire ces recherches par moi même : mais tu sembles si bien informée que j’ai préféré profiter de tes connaissances…. Le sujet de discussion du prochain repas de famille est déjà trouvé ! Bonne soirée

  10. Lila

    mardi 5 mai 2015 à 17:17

    Tout le monde est libre de faire ce qu’il veut et fort heureusement!

    Néanmoins quelle prise de tête autour des dépenses shopping! On parle de problématique, de méthode, de planification…pourquoi se torturer l’esprit et agir de façon militaire pour juste…ça! Rien qu’en lisant ce billet, j’ai commencé à avoir un mal de tête. …je suis un peu dépassée mais rassurée de savoir prendre du recul par rapport à ces choses qui me paraissent pour le coup insignifiantes.

    1. Balibulle

      mercredi 6 mai 2015 à 17:00

      parce que ce qui peut sembler une torture pour l’une est un plaisir pour l’autre 😉 J’ai peut-être raté une vocation dans l’armée d’ailleurs ^^

  11. Jane B. Root

    mercredi 6 mai 2015 à 10:40

    Je réessaie ma réponse à Maarie.

    Maarie, la presse relate très fréquemment ce sujet. Tu trouveras des dossiers complets et très documentés dans Courrier International par exemple. Des instances internationales comme Amnesty International ou encore l’OIT (Organisation Internationale du travail) publient régulièrement des dossiers sur le sujet. Si on tape travail forcé, travail des enfants, conditions de travail textile etc. dans un moteur de recherche on tombe sur des dossiers bien étayés.
    Le dernier scandale en date à aussi été beaucoup relayé par la presse. Entre deux scandales on peut continuer à s’informer, car ça ne cesse pas miraculeusement.

    http://multinationales.org/Industrie-textile

    http://www.liberation.fr/economie/2014/10/16/moi-chantan-ouvriere-textile-au-cambodge-12-heures-par-jour-6-jours-sur-7-sans-conges-payes_1122334

    http://terredeshommes.fr/inde-conditions-travail-epouvantables-lindustrie-textile/

  12. maarie

    mercredi 6 mai 2015 à 14:49

    @Jane B. Root : Merci Jane d’avoir pris le temps de me répondre. Effectivement si Charlotte peut m’adresser par mail ces articles, j’en serai ravie. Livre « Une garde robe… » reçu et feuilleté avec plaisir; certainement aussi parce que l’année de parution est l’année de naissance de ma fille, après deux garçons !

  13. dr SDB(qui s'appelle aussi Charlotte en vrai)

    mercredi 6 mai 2015 à 22:10

    Salut Balibulle !

    Quelle plaisir de te lire à nouveau !

    C’est amusant parce que je te lis depuis plusieurs années et quand tu avais démarré ton projet capsule, ça ne m’avait pas du tout parlé et je skippais systématiquement tous tes billets à ce sujet (ne me jetez pas des pierres).

    Et puis il y a un an ça m’a pris moi aussi ce besoin de m’alléger au sens matériel du terme, ras-le-bol du trop plein.

    J’ai commencé par les cosmétiques c’était plus simple bizarrement et j’y suis allé par étapes pour les fringues :
    – les vêtements donnés à des asso en 4 fois étalés sur 6mois (il y a certaines fringues invendables dont c’est « difficile » de se séparer psychologiquement, moi c’était surtout parce qu’elles étaient liés à des périodes importantes de ma vie)
    – les vêtements vendus sur les sites de vide dressing : bon c’est le passage obligé quand t’es encore étudiante comme moi parce que si tu veux réinvestir dans du beau, il te faut quand même un peu de trésorerie (mais mon Dieu que c’était chiant !)

    – le réinvestissement: je suis en plein dans cette phase et sincèrement j’ai du mal. J’ose pas trop acheter, j’ai peur de me planter (oui je sais ce ne sont que des vêtements c’est pas grave!), j’ai d’autres projets à côté qui réclament des sous, etc. Bon ça va me passer, je suis pas trop une rapide, il me faut du temps pour assimiler les trucs.

    Bon je reviendrai sans doute partager mes réflexions, parce que c’est un peu le bazar là !

    Ps: Comment je suis trop fière que le royal baby s’appelle Charlotte! (ouais tout le monde s’en fout je sais)

  14. Jane B. Root

    vendredi 8 mai 2015 à 10:26

    Merci Charlotte d’avoir été à la pêche 🙂 Vous permettrez que je vous appelle Charlotte. Non seulement je pourrais être votre mère, mais de plus vous êtes historiquement princière à présent 🙂

    Stratégie ( suite ) : avoir 2 armoires.

    Et transférer à chaque saison les vêtements de l’une dans l’autre. On s’aperçoit immédiatement quelles pièces on n’a pas porté la saison finie et on peut donner ou vendre, après s’être demandé POURQUOI on ne les a pas portées. Forme qui ne convient plus (avec l’âge, les grossesses, le corps change ), couleur mal choisie ou qui ne va avec rien ( cf ranger par couleurs, on s’aperçoit des intrus), marque qui ne nous convient plus (on prend de l’âge…) etc … Permet de noter les faux pas et de ne pas les reproduire.

    C’est un plaisir de trier avec vous 🙂

    1. Murielle

      vendredi 8 mai 2015 à 11:59

      Merci Jane B. Root pour tout vos conseils

    2. jicky

      vendredi 8 mai 2015 à 15:21

      ma soeur fait ça aussi, elle appelle ça « le purgatoire des fringues » 🙂

  15. MorganeCheers

    samedi 23 mai 2015 à 17:50

    Alors vraiment MERCI!

    Je te suis depuis des années sans jamais laissé de commentaires. Mais aujourd’hui je tiens vraiment à te remercier parce que ta manière de voir les choses me fait beaucoup de bien, ça fait plaisir de voir une bloggeuse qui parle des problèmes de « la vraie vie ».
    Il y a quelques mois j’ai perdu mon emploi et par conséquent j’ai réduit mes dépenses, et bien franchement je me sens beaucoup mieux depuis. J’apprécie plus lorsque je m’offre quelque chose et je le fais de manière plus raisonnable ce qui me permet de mieux en profiter.
    Au final ce qui me semblait insurmontable est devenu un plaisir.

    Du coup, j’en profite pour te féliciter pour ton bébé!

  16. Vanessa

    mardi 2 juin 2015 à 16:20

    Ta démarche est super intéressante, et très inspirante… à quand un agenda Balibulle avec des tips et des reminders dedans ? : )

  17. Le problème avec le bullet journal… | Balibulle

    mardi 18 juin 2019 à 14:44

    […] de tracker toutes mes dépenses a instantanément fait pschitt, j’actualise assez bien mon agenda shopping et mon journal d’épargne. Dans les deux cas, je visualise mieux ce que j’économise et […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.