Une de mes amies très chères s’est lancée dans une PMA cette semaine. On est une bande de quatre, formée sur ce blog il y a huit ans, et on suit chaque étape en temps réel, connectées à Messenger comme des dingues, à parler de tout et de rien, de ça et du reste.

C’est sûrement un peu tôt pour dédier ce billet à mon amie, mais je me dis que ça lui portera peut-être chance.

La grossesse est, comme dirait Bilbo, “un voyage inattendu”. Dans sa balance entre le personnel et l’universel.
Les intersections entre ces deux pôles sont différentes pour chaque mère, ce qu’on croit universel ne l’est pas, ce qu’on croit personnel est universel… Voyage inattendu et, au fond, solitaire. Il y a beaucoup de gens au bord du chemin qui vous encouragent à avancer, mais chaque pas, on le fait seule.

Avec ce billet je voudrais être, pour mon amie, une de ces personnes au bord du chemin.

Ma balance entre le personnel et l’universel, la voilà.

• Si tu es arrêtée assez tôt pour des complications, tu te lanceras dans des projets complètement inutiles et chronophages (genre tableau Excel de la garde-robe de ton bébé).
Laisse parler ceux que ça fait doucement rigoler et qui te rappellent que tu n’auras plus le temps après (ils ont raison) (mais ça aide à affronter l’Inconnu et l’Attente).

• Parfois tu seras incapable d’ouvrir un livre pendant deux mois, ou de continuer telle saison de telle série alors que tu as une pile qui t’attend, et des journées entières à tuer.
C’est comme ça. Ça reviendra.

• Prévois un budget “pertes et profits” pour tes vêtements pendant les deux prochaines années.
=> Parce que tu dépenseras beaucoup d’argent dans une garde-robe de grossesse juste pour kiffer l’instant.
=> Ou parce qu’au contraire tu seras mal à l’aise avec l’idée de dépenser beaucoup d’argent dans une garde-robe de grossesse, donc tu n’achèteras que des vêtements qui te serviront aussi après. Mais qu’après, tu n’en voudras plus.
=> Ou parce que tu achèteras (sans pouvoir les essayer) des vêtements pour après, mais que tes goûts et ton corps d’après, tu ne les connais pas encore.
Ne pas chercher de rationalité et d’efficacité dans ton rapport au vêtement pendant ta grossesse et l’année qui suit. C’est impossible (et ça aussi, ça permet d’affronter l’Attente et l’Inconnu).
D’autant qu’un jour, un vêtement prévu pour après te servira vraiment.
Ou que tu la chériras toute ta vie, cette photo de toi dans cette géniale robe de grossesse.

• D’ailleurs prends des photos, souvent. Sinon tu regretteras, après (même si la séance photo avec le papa, c’est pas obligé).

• Ne pas couper les étiquettes des peluches, ne pas acheter de trousseau en taille naissance si tu vas à terme… Ce sont de vrais bons conseils, mais tu ne les suivras pas parce que c’est en ne les suivant pas que tu comprendras que ce sont de vrais bons conseils. Être (future) mère c’est ne jamais croire sur parole, c’est ressentir.

• Même si tu as galéré pour tomber enceinte, tu te plaindras de plein de trucs pendant ta grossesse. Ce n’est pas de l’ingratitude. C’est être enceinte.

• A un moment donné, tu auras un pépin plus ou moins glamour. Nausées, hémorroïdes, sciatique, constipation, brûlures d’estomac, insomnies… C’est pas le même pour tout le monde mais tu en auras au moins un (même si certaines chanceuses les cumulent).

• Tu croiseras beaucoup de Mamans MJJE, les Moi J’ai Jamais Eu… (de fringues de grossesse / coussin d’allaitement / table à langer / Mytosil). Elles sont capables de survivre avec rien. Et pas toujours parce qu’elles n’ont pas le choix. Oui, il y a des gens comme ça (comment on ferait Koh-Lanta sinon ?)

• Il y a des punks, aussi. Qui font tout ce que les pédiatres déconseillent (faire dormir leur bébé sur le ventre, lui mettre un collier d’ambre, chauffer les biberons au micro-ondes). Être punk, c’est une vocation. Tu n’en seras peut-être pas une, mais tu aimeras qu’elles existent.

• Tu as un faible pour la déco scandinave et les jouets pastel en bois ? Persiste et signe. Ça rééquilibrera avec tous les bidules multicolores en plastique que tu achèteras ensuite (oui, tu en achèteras).

• L’expression “cours de préparation à l’accouchement” est à prendre au pied de la lettre. Ça te sert uniquement à te préparer, pas à accoucher. Sinon on dirait “cours d’accouchement”.

• Verbe que tu entendras le plus avant la naissance : « profite ». Tu te jureras de ne jamais le répéter à ta prochaine copine enceinte. Mais tu le répéteras aussi.

• Verbe que tu entendras le plus après la naissance : « profite (ça grandit si vite) ». Tu te jureras de ne jamais le répéter à ta prochaine copine jeune maman. Mais tu le répéteras aussi.

• Tu trouveras ça too much quand, dans ton dernier mois de grossesse, on te souhaitera “bonne rencontre” avec ton bébé. Ca fait un peu alien, non ? Pourtant c’est exactement ça, ton bébé est un alien, un être venu d’ailleurs, puisque de nulle part, de ton big bang intérieur (et tu verras, tu n’utiliseras plus le mot « mini-moi » ensuite, ça te paraîtra hors sujet).

• Tu recevras à peu près 2307 conseils non sollicités, en revanche tu vivras des détresses solitaires dont personne ne te sortira. C’est dans ces moments-là qu’on est le plus Maman. Ouais, avec un grand M.

Illustration Cigogne : Stilartenshop

Sur les mêmes thèmes

99 commentaires

  1. Philo

    vendredi 11 mars 2016 à 1:35

    Bonjour,
    J’aime beaucoup ton blog, voici mon site de vente en ligne que je viens de lancer en attendant le site final si tu es intéressé par un éventuel partenariat n’hésite pas à me contacter!

    https://www.etsy.com/ca-fr/shop/Houseofphilippine?ref=hdr

    Bises
    Philippine

  2. Miloo

    samedi 3 novembre 2018 à 17:29

    Merci. Je suis maman passée par une première PMA et une seconde en cours. Ça fait plaisir à lire.

  3. Juliette

    samedi 3 novembre 2018 à 21:17

    Je viens de relire cet article et je suis très émue, vos mots sont si justes…
    Merci pour avoir su exprimer ce qui est pourtant si difficile à dire sur la grossesse.
    Amitiés, Juliette

  4. Les arbitrages | Balibulle

    mercredi 7 août 2019 à 16:08

    […] faire pour aimer Anouk autant qu’Ève. Lors de ma première grossesse, je parlais ici du mystère et de la solitude de la maternité. De ce qu’elle peut aller réveiller de sauvage, d’absolu, d’indicible en nous. […]

Répondre à Miloo Annuler

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.