Cette année ce n’est pas moi qui ai fait le sapin.
Ève et Matthieu s’en sont chargés et ce n’est pas du tout anecdotique pour moi. 

Dans ma famille on pratique “l’art du sapin”, un savoir-faire qui ne s’acquiert – comme le tarot – qu’au fil de longues années d’observation et d’apprentissage. C’est en regardant ma mère, hiver après hiver, que j’ai hérité sa quasi “science de la boule”. Cette façon de décorer l’arbre en 3D, les boules les plus profondes à l’intérieur des branches, les plus petites aux extrémités. 
Cette variation des gabarits, couleurs, textures et reflets dans une symétrie quasi parfaite, à 360 degrés. 
Ça prenait des heures et il n’était pas question de s’en charger avant d’avoir l’âge requis (une majorité bien tassée).
Comme ce cérémonial mobilisait beaucoup d’énergie, le sapin arrivait souvent tard courant décembre, rarement avant mon anniversaire (le 14). En 37 ans, ma mère n’a que très peu failli à ce rituel, et quand ça arrivait, Noël n’avait pas tout à fait le même goût.

Autant vous dire qu’avec un tel legs, j’ai pris la chose à coeur en fondant mon propre foyer. J’étais enfin “maître-sapin”, et fière de l’être.


mon millésime 2011

Bizarrement, mon énergie a commencé à décroître depuis que j’ai des enfants en bas âge. 
Au point que cette année, la paresse a eu raison de moi et j’ai passé la main. 
Résultat : au bout de 20 minutes Matthieu et Ève en ont eu leur dose, les boules se battent en duel et à la mauvaise profondeur de branches. 
Depuis, regarder ce sapin dissident me fait réfléchir à l’ambivalence des traditions, leur côté à la fois attachant et absurde, les émotions qu’elles charrient. 
Le sentiment du devoir accompli et de l’enfance retrouvée quand on les perpétue. 
L’inévitable flemme qui surgit certaines hivers. 
Le plaisir transgressif de faire une entorse pour mieux y revenir l’année suivante. 
Aussitôt rattrapé par l’angoisse de ne pas savoir de quoi l’année suivante sera faite, et si tout le monde sera là.

Oui, autant de vérités réunies dans quelques boules mal accrochées. 
Alors en 2019 j’annonce, maître sapin will be back. Ève commencera son apprentissage passif, Matthieu me charriera gentiment et l’esprit de Noël sera intact.

Sur les mêmes thèmes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.