Première défaite au Memory ce matin, 9 à 7. 
En général je double Ève dans la dernière ligne droite, quand il y a moins de paires à mémoriser, là ça ne m’a suffi qu’à réduire l’écart, à sauver l’honneur.
Je sais que les enfants sont redoutables à ce jeu, mais je deviens redoutablement mauvaise. 
Les débuts de partie sont les pires, quand on ne tombe que sur des cartes désassorties.
Au-delà de trois tours, il me faut un effort de concentration surhumain pour assimiler les emplacements, engranger la moindre paire. Jusqu’ici je mettais ça sur le dos d’Anouk, mais ce matin, elle faisait la sieste. J’ai franchi un cap, même sans aucune distraction dans la pièce je suis capable de perdre. 

La mémoire n’a jamais été mon fort, j’ai une nature distraite, j’égare sans arrêt mon smartphone ou mes lunettes de soleil. Quant aux chiffres et aux prénoms, ils filent comme dans une passoire. 

Maintenant ce sont les images.
Et parfois des trucs impensables, un nom de célébrité (« mais je ne connais qu’elle, putain !« ) ou d’un confrère avec qui j’ai longuement travaillé. Les souvenirs partagés sont là, des détails vestimentaires, des instants de complicité, mais le nom se refuse à moi, parfois pendant des semaines. L’information est engrangée dans un recoin de mon cerveau devenu inaccessible.

À « Koh-Lanta », je serais capable de retourner trois fois sans succès à la table d’orientation (en admettant que je ne me perde pas au retour). Les astuces mnémotechniques déployées par les candidats me bluffent. Heureusement que je n’ai pas la fibre d’une aventurière. 

La récente newsletter de Géraldine sur la prosopagnosie m’a rassurée. Je la côtoie depuis des années sans jamais m’être doutée de rien. On pouvait donc faire illusion.

Moi j’ai commis un nombre incalculable de gaffes, les pires étant les excès de zèle quand pour une fois je me persuade d’avoir reconnu un visage, mémorisé un prénom… et que je me plante.
Je n’ai encore élaboré aucune stratégie d’évitement fiable.
Alors en attendant, vive le Memory.

Sur les mêmes thèmes

12 commentaires

  1. Anonyme

    mercredi 26 juin 2019 à 14:20

    Don’t worry. Surtout n’essaie pas de forcer, de faire trop d’effort pour te souvenir de tout, même des détails inutiles. La mémorisation est un processus complexe qui dépend de ton environnement, de tes habitudes, et lorsqu’il y a du changement (par ex en changeant de vie professionnelle ou même juste de poste) on perd ses repères et on a l’impression de ne plus rien retenir (c’est du vécu). Si tu te laisses guider par tes centres d’intérêt et par objectifs du moment, tu verras qu’ après un certain temps d’adaptation tu vas de nouveau mémoriser une quantité incroyable d’infos sans même t’en rendre compte.
    C’est comme ça par ex qu’il m’est déjà arrivé d’oublier mon code de carte bleue (datant de plusieurs années) du jour au lendemain, mais une fois adapté à mon nouveau quotidien je retiens des choses qui a priori devraient être anodines pour moi (comme les anniversaires de tes filles par ex ;))

    1. Balibulle

      mardi 9 juillet 2019 à 10:44

      Ah haha, alors c’est quand ? À quel moment peut-on décider de retenir un truc pareil ?
      Le code de carte bleue, ça m’est déjà arrivé. Une information oblitérée de mon cerveau définitivement, en un claquement de doigts comme toi (mais je ne me souviens plus du contexte).
      J’ai aussi un mal de chien avec les digicodes. Comme quoi, la mémoire immédiate n’est pas la seule à me faire défaut !

  2. Agnes

    mercredi 26 juin 2019 à 15:27

    Pour éviter que ça ne se dégrade en avançant en âge, 1 cuillère à café d’huile de caméline par jour, vraiment.

  3. brunette

    mercredi 26 juin 2019 à 16:02

    C’est vachement intéressant dis donc. Je suis archi nulle pour reconnaître les visages aussi. Vendredi soir fête de la musique –> avec des copains –> des copains à eux arrivent et se présentent –> la nana me dit on se voit souvent à la salle de sport –> moi: ?????
    Ce midi au sport une dame me dit bonjour, et je suis incapable de savoir si c’était elle vendredi. Je suis d’une nullité absolue pour reconnaître les acteurs, retenir leurs noms est un exploit (je parle pourtant de gens ‘achement connus…)
    Comme toi j’égare mon téléphone, mes clefs. Je les pose quelque part et POF! j’oublie.

    MAIS, je suis imbattable au memory. Je retiens les chiffres, les dates, les N° de téléphone. Je sais quel jour mon frère a rencontré sa copine (je pense que lui-même n’en est pas sûr). Je connais les dates d’anniversaire de toute ma belle-famille. Je me souviens des plaques d’immatriculation des voitures de mes parents (je peux remonter jusqu’à la 309 de mon père). Je peux, avec un peu de concentration, te donner les dates, jours de la semaine, des évènements marquants de mes 10 dernières années…MAIS C’EST COMPLETEMENT INUTILE!!

    1. Francesca

      samedi 29 juin 2019 à 12:39

      Je connais… je sais dans quel cinéma j’ai vu tel film il y a 30 ans, avec qui et où j’étais dans la salle, etc.. Mais à qui ça sert ?!! Et j’ai des problèmes de mémoire immédiate (dont on a besoin au memory) et de de mémoire de travail…

      1. Balibulle

        mardi 9 juillet 2019 à 10:50

        @francesca : tu peux nous donner un exemple pour la mémoire de travail ?

    2. Balibulle

      mardi 9 juillet 2019 à 10:46

      @ brunette : une mémoire des chiffres ahurissante !! C’est de la science fiction pour moi. Tu m’étonnes qu’il ne reste plus beaucoup de place pour les visages avec tous ces numéros dans ta tête, hihi (ou alors tu es en transe dans ta salle de sport, possible aussi)

  4. Agatha

    mercredi 26 juin 2019 à 19:51

    Haha t’inquiète, c’est tout à fait normal et nous ne sommes pas tous égaux face à la mémoire… ou plutôt les mémoires ! Je suis moi-même neuropsychologue, c’est-à-dire que mon travail consiste notamment à passer 2 heures avec certaines personnes, justement pour évaluer leur(s) mémoire(s). Figure-toi que la semaine derniè, dans la salle d’attente,, je n’ai même pas reconnu un patient avec qui j’avais passé 2 heures la semaine précédente. ! L’hôpital…la charité…tout ça…

    1. Balibulle

      mardi 9 juillet 2019 à 10:47

      Alors là, Agatha, tu as tué le match. C’est génial !! Ça t’arrive régulièrement ? Quel est, justement, le « diagnostic » concernant la difficulté à se remémorer les visages ? Ton patient s’en est rendu compte ?

  5. Carole

    jeudi 4 juillet 2019 à 21:00

    Hello Charlotte, décidément il faudrait que je me crée un compte Insta, au moins pour pouvoir commenter !
    Les cadeaux de la maîtresse…… Je ne suis pas forcément pour : nos maîtresses n’ont jamais eu de cadeau et n’en sont pas mortes, je crois. Et puis quand on voit les 12 fleurs, les 68 crayons et 23 carnets qu’elles reçoivent et j’en passe, dont certains trucs d’un goût douteux, je pense qu’elles ne sautent pas toujours au plafond…!
    Quoiqu’il en soit, moi aussi, à la petite section de ma fille, je me suis dit OK, la mascarade est ridicule, derrière certains cadeaux on voit clairement les mamans zelées…. Mais si la mienne ne se radine pas avec un cadeau, ses petits camarades vont la regarder bizarrement….
    Donc la 1ère année j’ai fait un joli cadeau de ouf, comme dit la jeunesse, j’ai craqué 30 balles par personne dans une jolie trousse personnalisée Les Griottes… Et après je me suis calmée.
    Cette année je séchais, quand je suis tombée sur une collab de Margaux Motin et l’atelier du Chocolat pour le merci à la maîtresse : les crayons de couleur au chocolat, hyper originaux et pas chers (parce que j’ai auss ma 2ème fille dans la boucle, maintenant).
    Du coup j’ai converti 2 copines à ce cadeau.
    Dommage que tu n’aies pas posté avant à ce sujet, j’aurais pu te donner l’idée, mais je vois que tu t’en es bien tiré !

    1. Balibulle

      mardi 9 juillet 2019 à 10:49

      Ah mais « la Nantaise » c’est toi alors ! 🙂 Voilà je percute ^^
      Alors, qu’ont donné les crayons au chocolat, les maîtresses ont apprécié ? Moi j’évite la nourriture, par principe, si je ne connais pas assez la personne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.