“Vous ne portez plus de vêtements depuis que vous êtes jeune papa. Vous portez des taches. Avec un peu de tissu autour.”
“Chérie ! Notre enfant a réussi à se chier dans le cou !”
“J’ai 33 ans, je suis un ado.”
“La couche est vide, on dirait même qu’elle est propre. On pourrait la revendre.”
“Un jour, je te quitterai pour un mauvais jeu de mots.”
“Une vague de constipations carabinées a emporté toute ma famille durant le terrible automne 73.”
“Non, non, te sens pas obligé de dire qu’il est trop mignon, on n’en a rien à foutre.”
“112 décibels, c’est l’équivalent d’une vuvuzela lâchée à pleine puissance.”
“Il nous beugle dessus tout le temps ! On l’a pas surnommé Adolf pour rien.”
“Si y’a un souci avec la baby-sitter, on enfonce la porte et on intervient.”
“OK. Par contre, on n’enfonce pas la porte, hein. C’est chez nous.”
“Ses paupières semblent soudain peser autant qu’un semi-remorque. Vite, il faut l’achever avec une histoire !”
“L’enfant se blottit contre vos bourrelets. L’effet sédatif de votre bédaine est ultrapuissant : il dort déjà.”
“Votre sirène a l’air alcoolique et dépressive, elle a peut-être tourné dans un Groland, mais sûrement pas dans un Disney.”
“L’enfant a beau avoir trois ans, il a dans les yeux une détermination d’animal sauvage.”
“Vous retournez dans le salon. Nombre d’enfants : 15. Ressenti : 83.”
“Vous avez finalement opté pour votre spécialité : le gâteau au yahourt raté. Mis à part un départ de feu dans la chevelure d’une petite fille au moment d’allumer les bougies, vous maîtrisez plutôt pas mal cette étape.”
.
.
.
Vous en voulez encore ?
Julien_chavanes, auteur de “Daddy Gaga” et rédacteur en chef de Neon_mag, est l’invité des Rituels d’écriture ce mois-ci.
.
.
.
Voir les réactions à ce billet sur mon Instagram

View this post on Instagram

“Vous ne portez plus de vêtements depuis que vous êtes jeune papa. Vous portez des taches. Avec un peu de tissu autour.” “Chérie ! Notre enfant a réussi à se chier dans le cou !” “J’ai 33 ans, je suis un ado.” “La couche est vide, on dirait même qu’elle est propre. On pourrait la revendre.” “Un jour, je te quitterai pour un mauvais jeu de mots.” “Une vague de constipations carabinées a emporté toute ma famille durant le terrible automne 73.” “Non, non, te sens pas obligé de dire qu’il est trop mignon, on n’en a rien à foutre.” “112 décibels, c’est l’équivalent d’une vuvuzela lâchée à pleine puissance.” “Il nous beugle dessus tout le temps ! On l’a pas surnommé Adolf pour rien.” “Si y’a un souci avec la baby-sitter, on enfonce la porte et on intervient.” “OK. Par contre, on n’enfonce pas la porte, hein. C’est chez nous.” “Ses paupières semblent soudain peser autant qu’un semi-remorque. Vite, il faut l’achever avec une histoire !” “L’enfant se blottit contre vos bourrelets. L’effet sédatif de votre bédaine est ultrapuissant : il dort déjà.” “Votre sirène a l’air alcoolique et dépressive, elle a peut-être tourné dans un Groland, mais sûrement pas dans un Disney.” “L’enfant a beau avoir trois ans, il a dans les yeux une détermination d’animal sauvage.” “Vous retournez dans le salon. Nombre d’enfants : 15. Ressenti : 83.” “Vous avez finalement opté pour votre spécialité : le gâteau au yahourt raté. Mis à part un départ de feu dans la chevelure d’une petite fille au moment d’allumer les bougies, vous maîtrisez plutôt pas mal cette étape.” . . . Vous en voulez encore ? @julien_chavanes, auteur de “Daddy Gaga” et rédacteur en chef de @neon_mag, sera l’invité des Rituels d’écriture ce mois-ci sur le blog. À demain ! #daddygaga #rituelsdecriture

A post shared by Charlotte Moreau (@balibulle) on

Sur les mêmes thèmes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.