Il y a un mois pile, j’étais en retraite d’écriture dans cet hôtel du Val d’Oise. Les écoles étaient ouvertes, on parlait encore de « clusters » et globalement une autre langue, celle de l’insouciance. Et pourtant, mon confinement, c’est là que je l’ai commencé.
.
Je ne me suis pas assise une seule fois devant ces cheminées du lobby, prisées par les ultimes clients. Je vivais claquemurée dans ma chambre, à donner des sueurs froides au service d’étage, incapable de frapper à ma porte sans me trouver derrière.
.
Le room service a fini lui aussi par connaître mes lubies. Le coup de fil de 21h. La double dose de roquette et les frites pas trop cuites. Je réceptionnais le plateau en sursautant. Diluée dans ma boucle temporelle, sans autre rendez-vous qu’avec moi-même, la nourriture et le sommeil.
.
J’avais sanctuarisé ces 5 jours pour déclencher une dynamique d’écriture sur mon prochain livre, à paraître à l’automne.
Un élan que le confinement, le vrai, celui avec mes filles et mon foyer à « faire tourner » est venu percuter de plein fouet. Comme un rugbyman vous plaque au sol. .
.
Je devais finir mon texte début avril, heureusement on a de la marge, heureusement il y a la maquette qui avance. Chaque minute volée face à mon manuscrit est une faille spatio-temporelle. Où je redescends dans « le puits », comme dit Duras. Tiraillée entre tous les visages du confinement. Celui de mes enfants, et celui de l’écriture.
.
.
.
Lire les réactions à ce post sur Instagram

View this post on Instagram

Il y a un mois pile, j'étais en retraite d'écriture dans cet hôtel du Val d'Oise. Les écoles étaient ouvertes, on parlait encore de "clusters" et globalement une autre langue, celle de l'insouciance. Et pourtant, mon confinement, c'est là que je l'ai commencé. . Je ne me suis pas assise une seule fois devant ces cheminées du lobby, prisées par les ultimes clients. Je vivais claquemurée dans ma chambre, à donner des sueurs froides au service d'étage, incapable de frapper à ma porte sans me trouver derrière. . Le room service a fini lui aussi par connaître mes lubies. Le coup de fil de 21h. La double dose de roquette et les frites pas trop cuites. Je réceptionnais le plateau en sursautant. Diluée dans ma boucle temporelle, sans autre rendez-vous qu'avec moi-même, la nourriture et le sommeil. . J'avais sanctuarisé ces 5 jours pour déclencher une dynamique d'écriture sur mon prochain livre, à paraître à l'automne. Un élan que le confinement, le vrai, celui avec mes filles et mon foyer à "faire tourner" est venu percuter de plein fouet. Comme un rugbyman vous plaque au sol. . Je devais finir mon texte début avril, heureusement on a de la marge, heureusement il y a la maquette qui avance. Chaque minute volée face à mon manuscrit est une faille spatio-temporelle. Où je redescends dans "le puits", comme dit Duras. Tiraillée entre tous les visages du confinement. Celui de mes enfants, et celui de l'écriture. . . . #retraitedecriture

A post shared by Charlotte Moreau (@balibulle) on

Sur les mêmes thèmes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.