J’ai longtemps été une traumatisée de la Saint Valentin. Élevée dans l’idée qu’un couple digne de ce nom la fêtait religieusement. Pas de bol pour moi, je suis souvent tombée sur des réfractaires. En me traînant un persistant sentiment d’échec. Lequel a connu plusieurs paliers : être seule le jour de la Saint Valentin. Ne pas être seule, mais être la seule à vouloir la fêter. Mettre l’autre mal à l’aise avec mes attentes. Mettre l’autre mal à l’aise avec mes cadeaux, que je tenais à faire mordicus. Quitte à ce que ce soit unilatéral.

Refuser cette mascarade mercantile ? Je laissais ça aux autres. Ils avaient raison bien sûr, mais moi, le 14 février, je prouvais mon amour, point final.

En 2019, j’ai eu un sursaut de lucidité. Je n’ai rien offert mais, pour qu’il n’y ait pas de malaise, j’ai prévenu. Il m’a fallu un an de plus pour comprendre ce que ça disait de moi. Depuis l’adolescence, la Saint Valentin n’était pour moi pas plus une tradition sincère qu’une célébration mercantile. C’était une charge mentale.

Une date sur laquelle il fallait avoir une opinion, une position, une décision. Et le jour où j’ai cessé d’en faire le marqueur de mon épanouissement sentimental, surprise : je n’ai pas pour autant rejoint le camp de ses détracteurs. J’ai juste laissé le 14 février passer sous mon radar. Je l’ai retirée de la to do list, de la to think list. 

L’année dernière j’ai laissé les spots publicitaires et la perspective d’une soirée lambda glisser sur moi, sans rien ressentir. Ce jour-là, l’Homme est rentré du travail avec trois roses. Une pour moi, une pour Ève, une pour Anouk. Je l’ai remercié, embrassé, j’ai pensé à la moto qu’il avait garée devant un fleuriste parisien pris d’assaut, aux fleurs qui avaient pris l’autoroute dans le topcase. À son sourire quand il est arrivé avec. Et j’ai remis ce texte, que je m’apprêtais à publier, dans un tiroir.

Un an plus tard, j’ai repensé à ces quelques lignes, les ai retrouvées. Et j’ai eu envie de les transmettre. Aux traumatisé.e.s de la Saint Valentin. Aux 14 février foirés et aux coeurs froissés. Aux frustrations silencieuses. Car qui, en 2021, avoue encore tout ça ? Moi je sais, et je vous vois.

Sur les mêmes thèmes

6 commentaires

  1. Audrey

    dimanche 14 février 2021 à 17:52

    Merci.
    Moi, ce n’est pas la saint Valentin, mais toutes les autres fêtes que je voudrais voir fêter de façon ultra-romantique avec un maximum (écrasant pour l’autre…) d’attentes.
    Et comme toi, depuis que j’ai lâché prise, cela va mieux…

  2. Juliette

    dimanche 14 février 2021 à 19:04

    Jamais fêté car jamais été avec quelqu’un 🙁

    1. claire

      jeudi 18 février 2021 à 19:35

      j’ai lu un très beau récit d’une jeune femme qui racontait son 14 février : elle a tout fait ! musique romantique, petit-déj au lit, jolie robe, film romantique, une coupe de champ’, des fleurs… et tout ça pour elle toute seule ! Elle s’est auto-célébrée et elle a passé une super journée ! C’est tellement formidable, à imiter et pas que le 14 février 🙂

  3. jicky

    lundi 15 février 2021 à 9:56

    cette fête a toujours glissé sur moi comme de l’eau sur un trench Burberry 🙂
    Ranafout.
    Mais je suis une réfractaire aux injonctions collectives. Viscéralement.
    Et en plus, je ne suis ni fleur bleue ni romantique… ça fait beaucoup, donc, si je devais en avoir quelque chose à faire de la Saint Valentin.
    Mais je conçois tout à fait ton analyse! et je la comprends.

  4. BENEDICTE

    mardi 16 février 2021 à 22:08

    La Saint Valentin m’a toujours laissé de marbre. Aussi loin que je me souvienne, elle laissait aussi mes amoureux de marbre. Pire : la fête des mères me laisse de marbre. Je me souviens de ma mère qui faisait semblant d’être ravie des colliers de nouilles de l’école, puis quand nous avons grandi a fini par nous lâcher « mais on s’en fout de la fête des mères ». Elle a réussi son éducation, en quelque sorte, puisque à mon tour je m’en contre-fous. Evidemment j’accepte le bouquet de fleurs offert avec amour par mes enfants mais je trouve ces fêtes mercantiles ridicules (enfin tout autant que « la journée de… » (la femme, la gentillesse, du yoga etc..) qui parsèment le calendrier. Pardon de plomber l’ambiance

  5. Audrey_tbvl

    mercredi 17 février 2021 à 12:11

    5 ans que je fais la Saint Valentin seule, et 5 ans que je passe une meilleure soirée que quand j’étais en couple. Il doit aussi y avoir un lien avec mes attentes vis à vis de l’être aimé.
    Maintenant je n’attends rien, mais j’en profite tout de même pour me faire un bon dîner, un verre de vin, un bon film, et je me rappelle que mon amoureux(se) ça doit avant tout être moi même, et quand quand on attends des autres qu’ils comblent nos vides on est souvent déçu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.