Il y a vingt ans paraissait mon tout premier article, ce portrait d’Anna Kournikova pour France-Soir.
Il y a trois semaines paraissait mon 3ème livre, Il était une fois les pompiers.

Cette année, je ne fête pas que mes 40 ans, je fête aussi mes 20 ans d’écriture. J’ai officiellement passé la moitié de ma vie à exercer ce métier, à en tirer des enseignements. Et pour moi qui suis si peu attachée aux dates, ce cap résonne puissamment.

J’en ai ressenti les premiers effets l’an dernier, après un rendez-vous manqué avec une école de journalisme, dans laquelle je me préparais à enseigner. Je n’avais finalement pas donné suite, ce n’était pas le bon endroit pour moi. Mais l’envie de transmettre, celle qui m’avait incitée à pousser leurs portes, est restée.

En repensant aux jeunes croisés là-bas, à leurs visages, leurs attitudes dans les couloirs, je me suis revue au même âge, dans ma propre école. Si différente de mes congénères. Si inhibée.

Médiocre en actu, j’avais dû m’y reprendre à deux fois pour réussir le concours d’entrée. Je n’étais pas dégourdie, mais j’avais une plume. Et quelques années de piges derrière moi. L’écriture, c’était mon réacteur, la part de moi qui me chuchotait « je suis là, ça va aller ». J’ai fini major de ma promo. 

Ça n’a pas signé la fin de mes angoisses, bien sûr. Toutes les années qui ont suivi, j’ai rarement fait un micro-trottoir ou posé une question gênante sans avoir le trac. Mais je n’ai jamais envoyé un texte dont j’étais mécontente. Trouver les mots justes. Je manquais d’ambition sur tout le reste, mais pas là-dessus. 

C’est cette quête-là qui m’a toujours armée, qui précède et transcende chacun de mes projets. Et c’est elle qui m’a fait réaliser, au bout du compte, que le bon endroit, je n’avais pas à le chercher dans un autre bureau que le mien. Le bon endroit pour transmettre, c’est ici, en ligne. Et depuis que je l’ai compris, toute la pédagogie que j’avais commencé à élaborer a pris une autre envergure, bien au-delà des futurs journalistes.

Demain, “Trouver les mots justes” ne sera plus seulement mon moteur personnel. Ce sera aussi le nom d’une Masterclass et d’un Atelier d’écriture, que je lancerai début 2021.
Demain, je ferai les présentations officielles, mais si vous voulez en savoir plus dès maintenant, vous pouvez aller jeter un oeil ici.

Sur les mêmes thèmes

1 commentaire

  1. Trouver les mots justes | Balibulle

    mardi 8 décembre 2020 à 13:47

    […] une intarissable fontaine créative. Mais pour la technique, laissez-moi vous aider.De mon premier article jusqu’à mon dernier livre, j’ai toujours été payée pour écrire, avec une obligation de […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.