BeautéCorps

20 avril 2016

Le poids d’une vie

mouton_a_bascule_vilac
Tout est parti d’un de ces « mini-billets » que j’essaie de poster sur mon Instagram ces derniers temps, pour compenser ma rareté ici.
J’évoquais, au départ, une chemise un peu usée que j’aime bien porter le week-end (et que vous connaissez déjà, c’est ma Muji) plutôt qu’un tee-shirt.
Puis je dérivais sur le constat suivant : « je ne suis pas encore entrée dans ma « saison des tee-shirts » et heureusement. Tous datent d’avant ma grossesse et soulignent le chemin pondéral qu’il me reste à parcourir. C’est impitoyable, un tee-shirt. »

En y repensant, j’ai décidément eu un bol monstrueux de vivre une grossesse hivernale (conception début juin, accouchement fin février). Non seulement c’était très pratique sur le moment, mais ça me laissait ensuite quasiment un an et demi pour retrouver de ma superbe.

Car le premier été, personne n’exige rien de vous.

Vous avez un bébé de 5 mois, vous êtes encore dans une bulle d’extase et de fatigue, à essayer de vous traiter le plus doucement possible, à revoir l’ordre de vos priorités (plus précisément, vous ne revoyez rien du tout, les priorités s’imposent d’elles-mêmes).

Puis en hiver, les collants opaques, les manches longues, les bodies, les jeans, les vêtements structurés, les étoffes un peu lourdes, tout cela construit un vide sanitaire bienvenu entre vous et votre couche de couenne. Il y a toujours moyen de tricher un peu, y compris à vos propres yeux.

J’ai savouré tout l’hiver une forme de soulagement, en m’emboîtant dans un body un peu gainant (mon adoré Wolford) et un collant opaque (Wolford aussi).
La sensation d’être protégée, peaufinée (haha) par cette carapace.
Peu importe ce que j’enfilais par-dessus ensuite.
Mon corps opérationnel, il était là, tenu, maintenu, raffermi.

Jusqu’au moment qui arrive droit sur nous là tout de suite, le vrai moment où va se jauger votre bien-être corporel => le dévoilement du deuxième été.

Vous avez repris le boulot depuis un an.
Le stress de devoir assurer sur tous les fronts 24 heures sur 24, et de voir tout votre espace mental – quasiment votre identité – se recomposer, a généralement aidé à vous délester de quelques kilos supplémentaires. Pour certaines femmes, pour la plupart peut-être, ça fait le job.

Moi, j’ai pris vingt-huit kilos pendant ma grossesse.

J’ai fait ma coquette ici, je n’ai pas voulu donner de chiffre, j’ai accepté avec empressement les compliments, le regard globalement bienveillant qu’on a posé sur moi, pendant que j’étais enceinte et depuis.

Je me disais qu’il serait bien temps, une fois qu’ils seraient perdus, de dégainer triomphalement ce nombre choc à deux chiffres, à deux dizaines, en mode guerrière, façon « vous avez vu de quoi je suis revenue, héhé»

Mais franchement, c’est quoi le plus intéressant (je n’ose pas dire utile) ?
Faire la maligne après coup ou vous parler de ce qui se passe maintenant ?

Je peux voir, si on veut, le verre à moitié plein : j’ai perdu vingt kilos.
Il m’en reste encore huit pour rejoindre mon poids d’avant-grossesse.
Un poids après lequel je cours depuis quinze ans, y retournant de temps en temps comme dans un pays exotique, pour un séjour toujours un peu irréel, enchanteur, toujours trop court.

Aujourd’hui je le garde en destination idéale et un peu virtuelle, je ne me fixe pas de date d’arrivée, j’essaie d’être pleinement consciente du voyage, voir comment je me sens, à chaque étape.

S’alléger est moins affaire de méthode que d’état d’esprit.
Trouver à quelles démarches on se sent disponible. Propres à chacun et chacune selon son rythme de vie, ses activités, son temps, ses goûts, sa faculté de s’écouter, ses soupapes de décompression aussi.

Chaque matin, c’est tout un petit théâtre entre ma balance et moi.
Oui, contrairement à la pesée hebdomadaire chère au coeur des médecins, moi j’aime lui donner rendez-vous tous les matins.
Quitte à lui poser un lapin quand j’ai un peu déconné la veille.
Je n’aime pas les mauvaises surprises.
Elle ne doit rien m’apprendre que je ne pressente déjà.

Ensuite, les vêtements.
Vous avez pu le voir sur Instagram ces derniers temps, quasiment rien que vous ne connaissiez déjà. Mais hors champ, pas mal de choses que vous connaissez et que je ne peux pas encore remettre.

« Moi j’ai réglé le problème, j’ai plusieurs garde-robes, dans plusieurs tailles », me confiait Géraldine lors de notre dernier déjeuner. C’était dit avec une telle conviction, une telle simplicité que je ne cesse d’y repenser depuis.
Prendre acte de ces variations, considérer qu’elles font partie de la vie et qu’on ne se définit pas par une taille de vêtements, quelle qu’elle soit, c’était quelque chose que je n’avais jamais envisagé pour moi. De peur, peut-être, que ça ne m’encourage à un certain attentisme.

Ne pas pouvoir porter certains de mes vêtements reste une source de motivation.
Je serais capable de culpabiliser à l’idée de m’offrir une fringue de transition encore aujourd’hui, plus d’un an après mon accouchement.
Vous voyez, j’écris transition, ça veut tout dire. Alors que, vous en avez été témoins, quand il s’agissait d’acheter des vêtements de grossesse, y’avait du monde.

Mais si la réflexion de Géraldine m’a fait un tel effet, c’est qu’elle a touché un point sensible.
L’idée d’accompagner les choses plutôt que de les subir.
Le fait de ne rien regretter, aussi.

Sur le plan médical ce n’est évidemment pas recommandable, mais ce poids, ce n’était pas un accident, pas un truc qui s’est détraqué chez moi ou dont j’ai perdu le contrôle. C’était mon histoire, pour des dizaines de raisons, et quand je regarde ma fille je n’en retirerais pas un gramme. Même si ça ne rend pas la suite des événements plus évidente pour autant.

Huit kilos par rapport à vingt-huit kilos, qu’est-ce que c’est.
Une dernière ligne droite.
Autrement dit le plus facile, et le plus dur.
Les réactions des gens le prouvent d’ailleurs. Ceux qui vous disent que c’est une formalité et ceux qui compatissent d’un air un peu solennel.
Ça vous fait plaisir dans un cas comme dans l’autre, parce que tout le monde a un peu raison.
Ça dépend des jours, du point de vue d’où l’on se place, et c’est dans ce clair-obscur qu’on avance à tâtons. Mais qu’on avance.

Binou Le 20 avril 2016, 19:13

Je suis très sensible à votre écriture, ce qu’elle dit et comment elle le dit. Toutes les mamans ont ressenti un jour ce que vous expliquez avec un si joli style. La plupart des femmes prennent beaucoup de poids au cours de leur grossesse. Peu l’avouent alors que ce n’est pas une faute. Votre confidence va sous doute en rassurer grand nombre. Si je peux me permettre un conseil : fixez vous un objectif raisonnable et vos rdv avec votre balance seront plus agréables.

Répondre

clara Le 20 avril 2016, 19:16

Comme je me retrouve dans ton article! J’ai accouché il y a presque 20 mois et j’ai également pris 30 kilos… J’ai perdu mais pas la totalité. Mais s’il n’y avait qu’une histoire de poids… Non, mon corps a changé! Et j’ai encore l’impression d’être en période de « transition »… Une période pendant laquelle tu n’as pas envie de t’accepter comme telle, car c’est certain que ces derniers kilos vont bien finir par disparaître! Pourquoi racheter des fringues que l’on ne portera que très peu? Bref! Heureusement que nos enfants sont là pour nous rappeler d’où viennent ces kilos.

Répondre

Sarah Le 20 avril 2016, 19:25

Bonjour balibulle. Je me permets un petit mot car le sujet a été particulièrement sensible pour moi lors de ma première grossesse. J’avais pris une vingtaine de kilos. J’étais d’une nature très très fine avant. Au point que ça me caractérisait un peu. Alors les 8 derniers kilos je les ai détesté. Ils m’empêchaient d’être moi à nouveau. Je me suis refusée à faire des régimes alors que cela m’était complètement étranger avant. Je me suis aussi refusée à avoir un 2ème enfant tant que je n’avais pas fait la paix avec mon corps. Finalement il m a fallu deux ans pour retrouver un poids satisfaisant et un corps que j’acceptais. Mon corps ne sera jamais plus le même. Même si je retrouvais mon ancien poids. Il m a fallu deux ans pour accepter cela. Je veux te dire qu’il faut du temps. Et le parcours est plus facile pour le 2ème ☺️. Bonne continuation dans ton chemin vers l’amour de ton nouveau corps.

Répondre

Mimaï Le 20 avril 2016, 19:33

Je ne sais pas par où commencer tellement j’aurais des choses à te dire à ce sujet.
Mais sache qu’après ma deuxième grossesse j’ai essayé de maigrir, pour revenir à « mon poids de forme » (quelle blague), et j’ai suivi un régime très connu disponible sur internet.
Mais cette-fois là ( car évidemment les regimes étaient devenus au fil des années un sport olympique chez moi, regimes d’hiver, régimes d’été ), mon corps a dit STOP.
J’ai été très malade, pendant 1 mois et demi, incapable de retenir aucun aliment, décharnée, cadavérique. Et je ne contrôlais plus rien, j’étais maigre et malheureuse.
Heureusement , après maintes examens, un médecin plein de bon sens m’a fait cessé immédiatement le carnage, et tout est rentré dans l’ordre à grand renfort de riz/pain/pomme .
Mais j’ai appris une bonne leçon : plus de régimes, jamais. Le corps après les grossesses reprend une forme décente, petit à petit, 2 ans plus tard pour mon troisième enfant.
J’ai cessé les régimes, j’écoute ma faim, sans plus. Et la balance a disparu de mon quotidien.
Quel soulagement.

Répondre

Thiad Le 20 avril 2016, 19:58

Comme ce billet est touchant… Non pas que les autres me laissent indifférente, au contraire tu es ma blogueuse préférée (pour preuve les commentaires que je laisse ici après chaque article alors que chez les dernières que je suis, je suis juste une lectrice anonyme). Mais là je lis et je ressens. Aussi parce que je suis dans cette aventure à mon tour… Depuis 4 mois. Parce que je n’ai jamais été ni mince ni ronde (jurisprudence Kate Winslet, en moins glam hein ! Je suis objective quand même…) et que la prise de poids liée à la grossesse m’a toujours angoissée. Alors te lire, toi que j’étais toujours trouvée si jolie, si proportionnellement parfaite (non non je suis pas amoureuse… ) voir ton parcours me touche, égoïstement me rassure un peu et surtout me donne du courage pour ce qui m’attend ! Bali, tu écris juste comme personne et merci d’être là et de partager…

Répondre

bobette Le 20 avril 2016, 20:00

Ton écriture est juste et fine, j’ai beaucoup aimé lire ce billet et les commentaires.
Le corps a besoin de temps, c’est ce que j’ai appris aussi. Je suis mince mais je ne pèse plus depuis elle lurette mon poids de jeune fille qui n’était d’ailleurs pas mon poids de forme.
Je sais aujourd’hui que ce qui m’importe le plus, c’est la santé, quel que soit mon poids. Je suis sûre que tu retrouveras ton poids idéal, celui qui a vécu cette grossesse, celui qui a besoin de retrouver le juste milieu. Et parfois le juste milieu , on le découvre avec le temps. Bon ce n’est peut être pas aussi clair que ce que tu écris mais quel plaisir de lire tes mots ciselés.

Répondre

Mariegabrielle Le 20 avril 2016, 20:11

Je te suis depuis de nombreuses années, et je suis de celles qui lisent, qui aiment mais ne commente jamais. Alors là c’est une première mais cela me fait tellement écho. J’ai vécu la grossesse en parallèle de la tienne, ma fille est née en juillet 2015. Et whaou, je ne suis pas toute seule à voir pris 25 kg pour ma part et bientot un an apres en garder encore 6… Juste merci, tes mots résonnent et me font sentir mieux. Merci !!!

Répondre

caro Le 20 avril 2016, 20:18

Coucou Madame!

PPPFFFFFF le poids, la morpho qui change tu sais on y passe toutes! Et tu peux même retrouver ton poids et avoir changé de morpho, crois moi!

Après si tu veux que je te dise le fond de ma pensée, le principe est que malgré les kgs gênants l’essentiel est de se mettre en valeur dans ce qui nous va et qui nous sied et qui nous rend belle!

Mon virage professionnel fait que je suis passée du transport routier à la mode et actuellement je n’ai de cesse de dire à « mes » clientes qu’il vaut mieux se sentir belle dans une tenue qui nous va et qui va nous motiver plutôt que de sortir en nipes informes qui font que tu te sens moche, tu es moche et tu n’as aucune motivation car ça te parait tellement insurmontable !

Bref, ne pas désespérer et tu sais quoi, je leur propose même de couper l’étiquette taille quelque fois comme ça au moins tu te sens jolie et bien dans tes pompes!

J’écris beaucoup moins bien que toi, j’en suis désolée, mais je suis sure que tu vois où je veux en venir :)

Ah, autre chose, FUCK la balance ce qui compte c’est ton ressenti, mon unique balance est à aiguille et j’ai dû l’acheter pendant ma grossesse car mon gynéco hurlait (mdr) mais je ne l’ai jamais ressorti depuis (8 ans) j’enfile une fringue et je vois si ça passe… ou pas…

Bonne soirée Bali!

Répondre

Brunette Le 20 avril 2016, 20:33

Je…je…arf, le poids des mots parfois hein! Pas de grossesse ici mais une thyroïde qui déconne. La violence qu’on s’impose parce que son corps change et qu’on a rien demandé. Et puis, quelques semaines/mois/années plus tard, on comprend que, oui, accepter est salutaire, subir te bouffe. Perso la balance a valsé, ciao, et pas merci.
Alors, les fringues de « transition », je les ai. Chez moi ce sont les fringues post – hypothyroïdie, synonyme de prise de poids, mais aussi de déprime, de fatigue et souvent, de larmes (ah, les hormones!!!) Et récemment j’ai compris que ces fringues sont aussi des doudous, leggings et tuniques, qui réconfortent. Parce que porter un slim dans ces moments là c’est juste impensable ! C’est douloureux, ça enfonce…Et donc forcément elles ne sont plus de « transition » elles font partie de ma garde – robe, et c’est quand j’ai accepté de leur faire une vraie place (et que j’ai viré les T-shirt, en passant…) que je me suis vraiment sentie mieux.
Peace dans votre dressing à toutes !

Répondre

Christelle Le 20 avril 2016, 20:44

Première fois que je commente car ce billet me touche particulièrement! Merci de l’avoir écrit aussi bien! Ça fait 16 mois que j’ai accouché, pris 16 kg et encore 3 à perdre, mais je rentre à nouveau dans mes jeans d’avant grossesse et c’est déjà bien! Je n’ai pas fait de régime car assez de choses nouvelles à gérer! Quand j’ai trouvé un moment, j’ai repris un peu de Pilates afin de retonifier tout ça, ça été le plus difficile pour moi tout ce relâchement et le mal de dos qui va avec! Et la fatigue! Enfin bref… J’ai aussi limité les pesées à une fois par mois car moins je me pèse et mieux je me sens!

Plein de courage pour la suite et merci de trouver encore le temps de venir poster sur ton blog, j’attends toujours tes posts avec impatience!

Répondre

Anonyme Le 20 avril 2016, 20:45

+28kg !? Je savais même pas que c’était possible… :-O
Si tu comptes en avoir un(e) 2ème, mieux vaut peut-être l’enchaîner tout de suite plutôt que d’avoir à grimper l’Himalaya une seconde fois.
Mais t’en fais pas, Walinette nous a prouvé l’année dernière que même plusieurs années après l’accouchement on peut remincir durablement grâce à un effort tout à fait gérable. 😉

Répondre

HeLN Le 22 avril 2016, 11:22

Et si tu allais voir ailleurs si tu y es Anonyme ?
M’est avis que chez Walinette tu t’appelles Gaspard et qu’avec un pseudo pareil, t’es pas prêt de vivre les joies d’une grossesse ; ne serais-tu pas un peu jaloux ? 😉
Et quelle belle vie tu dois avoir pour prendre le temps, à 20h45 un jeudi soir, de laisser des commentaires si hautement instructifs sur des blogs au demeurant plutôt féminins :-)

Répondre

Anonyme Le 22 avril 2016, 13:54

Moi jaloux d’une grossesse, ça c’est la meilleure ! MDR

N'sow Le 20 avril 2016, 21:15

Je peux comprendre mais si ça peut vous rassurer…
J’ai pris 10 kilos depuis 3 ans à cause des injections et divers traitements que j’enchaîne afin de pouvoir un jour serrer mon bébé dans mes bras.
Les 10 kilos sont bien là mais bébé toujours pas …

Répondre

lyyvia Le 21 avril 2016, 11:55

Je vous souhaite beaucoup de courage et de belles choses à venir.
Je connais ce chemin, trop de femmes l’empruntent et trop peu en parlent, on se sent seules alors qu’on est très loin de l’être.
J’ai l’immense chance d’avoir eu une merveilleuse petite poupée après 4 longues années et une bonne quinzaine de kilos. Et j’en reprendrai 15 volontiers quand il sera question de lancer un petit 2eme 😉

Répondre

lilidesacy Le 20 avril 2016, 21:22

Ma première envie c’est de te dire <3. Ma deuxième, de raconter ma vie : j'ai pris environ 25 kilos pendant ma grossesse. Je suis tombée enceinte un peut après toi et j'ai accouché le 28 juin 2015 d'un parfait petit garçon de 3kg7. En fait je dis 25 mais je ne sais pas exactement car à + 20 kg j'ai arrêté de me peser. Je mesure 1m65 alors 20 kilos de plus déjà ça se voit. J'étais absolument énorme et j'ai passé pas mal de temps à me demander comment j'allais faire après, pour tout reperdre. Cette obsession constante que ça ne DOIT qu'être passager. Et puis moi on me l'a un peu fait senti que j'étais obèse et objectivement je n'ai rien fait pour ni contre, ça c'est passé comme ça, c'est tout, et je n'ai pas voulu être au régime enceinte. J'ai reperdu assez vite de manière limite inquiétante : il faisait chaud en juillet 2015, je ne trouvais plus le temps et plus la force de manger…avec le recul je me demande d'ailleurs si je n'ai pas fait un petit baby blues ! Alors j'ai perdu perdu perdu et j'avoue que j'en ai été "malsainement" fière. Mais kilos ou pas il reste ce corps : ces hanches, ces seins (les miens ont pris un sacré coup), ce ventre et cette peau qui n'est plus vraiment la même. Je ne parle même pas de l'esprit et de la difficulté de concilier boulot et bébé et crèche et mec and co. L'acceptation du corps d'après, c'est un sacré défi. Bon moi je n'ai pas complètement accepté parce que j'essaie désespérément de caser un peu de sport dans mon emploi du temps serré. Parce que désormais quand mon mec me dit que je suis belle, je n'y crois plus vraiment. C'est triste quand même ! ( il va sans dire en revanche que je ne changerais rien non plus à la grossesse qui m'a permis d'avoir ce beau bébé). Désolée pour le pavé ! Bises

Répondre

Régine Le 20 avril 2016, 21:25

Pas grand chose à ajouter. Juste une grande compréhension et envie de t’envoyer des ❤❤❤.
Pour ma part, j’apprends à aimer qui je suis et je crois vivre mieux comme ça même si je replonge de temps à autre dans le mépris de mon corps.
Merci pour tes mots toujours justes Balibulle et encore des ❤

Répondre

Caroline Le 20 avril 2016, 21:27

Superbe article (comme toujours) qui me touche particulièrement car nous avons vécu ces moments de grossesses quasi en même temps (15j près).
Avant grossesse j’étais une adepte du contrôle du poids, de la nourritue, du sport etc, à culpabiliser pour tous les écarts que je pouvais faire.
Depuis l’arrivée de Simon mes priorités sont ailleurs et le lâcher prise m’a fait beaucoup de bien : je fais beaucoup moins attention à ce que je mange mais je prends beaucoup plus de plaisir et ça me va plutôt bien.
J’ai eu la chance de perdre mes kilos de grossesse superflus à la reprise du boulot en septembre dernier mais mon corps n’est plus le même qu’avant et j’apprends petit à petit a l’accepter et en voyant mon fils je me dis que ça valait le coup :)
Merci encore de partager ça avec nous en tout transparence (on se sent moins seul) 😉
Bisous

Répondre

Mentalo Le 20 avril 2016, 21:31

Merci pour ce message salutaire.
Je suis la « connasse » qui est sortie de la maternité dans son jean d’avant grossesse après mon premier enfant.
Et donc la « connasse » qui pensait que ce serait pareil pour le deuxième, et qui s’est retrouvée à poil pour sortir de la maternité après le deuxième enfant…

Au-delà des kilos il faut surtout admettre que le corps change et que malgré le sport qu’on n’a plus vraiment le temps de faire, on garde des marques de ces vies portées… parfois ce sera des kilos, parfois ce sera 5cm de tour de taille, parfois une taille de bonnet en plus ou en moins… sans parler des cicatrices éventuelles.

On est tellement apaisées une fois qu’on l’a accepté plutôt que de le subir ou de chercher à (se) le cacher !
(J’avoue que je ne serai pas sereine en maillot de bain quand même, le chemin n’est pas fini)

Répondre

Rachel Le 27 avril 2016, 15:15

Bonjour,
moi aussi, j’ai été la « connasse » qui sort en slim de la maternité (grossesse 1 +8kg). Puis un genre de « connasse » qui a tout perdu (et un peu plus) à accouchement + 5 mois (grossesse 2). Qui prend 28 kg pour la grossesse 3 !!! Les kilos, ça se perd, ou pas , le corps change, c’est vrai, c’est surtout la vie qui est vécue « en vrai » par nos corps. Mes deux premières grossesses n’ont pas été heureuses, j’étais malade et déprimée, mais la troisième a été radieuse, je lie véritablement ma prise de poids à cet état de paix que j’ai vécu, sans stress pour me grignoter de l’intérieur.

Répondre

Chanelle Le 20 avril 2016, 21:36

Je suis le blog depuis longtemps mais n’ai jamais commenté, il faut bien une première fois. Simplement pour dire « merci ».

Répondre

C. Le 20 avril 2016, 22:24

Un billet qui tombe à pic pour me donner envie dis donc… Je viens de découvrir que je suis enceinte 😀 Et il y a deux jours en regardant une robe d’été, je me suis dis que je ne pourrais sans doute pas la porter cet été, donc même pas la peine de penser à l’acheter (quand à l’été d’après, je ne m’y projette pas encore héhé). Et la pensée d’après : je vais relire les posts de début de grossesse de Balibulle 😀 Bon courage pour le chemin pondéral, en tout cas ton sourire sur IG ne laisse aucun doute sur le fait que tu es bien dans ta peau !

Répondre

april Le 20 avril 2016, 22:24

comme j’aime le contenant et le contenu de tes articles.
J’arrive à déculpabiliser un tant soi peu en me disant que je fais mon travail d’infirmière peut être à la hauteur de ta plume.
je t’ai suivi pendant ta grossesse car moi même je l’ai été.
une deuxième.
dix ans après le premier.
Première fois que j’ose t’écrire.
Pas de peur que tu me manges juste parce qu’a chaque fois tu me fouettes de mots justes.
3 mois après la naissance j’ai connu un déménagement et puis le cancer de mon amoureux.
Pas pour faire étal des malheurs.
Chacun à son lot de merdes.
C’est ainsi.
Juste qu’en tentant le maillot une pièce ce soit ben ca l’a pas fait.
J’habite le sud alors ça vient vite les beaux jours.
Et arriver à rire en se disant que même le stress de la maladie n’a pas dégommé les restes de kilos.
les 37 ballets ça doit pas aider.
les apéros et la vraie vie non plus.
merci du coup.
Parce que voila.
Rien n’est trop grave et tout reviendra à sa place.
Au bon moment.
Tu vois, tu as été un petit grain de soie qui sans le savoir continue à me faire sourire.Et tenter de moins acheter de vetements.Du moins dans la même taille :)

Répondre

Jane B. Root Le 23 avril 2016, 20:59

Dans mes bras April !

Répondre

April Le 24 avril 2016, 22:29

Je suis tellement bécassine que je découvre maintenant ce doux mot.
Idem miss.
Je reste persuadée que les mots meme par le biais de la « blogosphère  » permettent de riches échanges loin de toute vacuité.
Et cette chère balibulle et ses lectrices en sont la preuve.
Une bonne soirée madame Jane;)

KaMaïa Le 20 avril 2016, 23:04

Je fais vielle routarde des prises de poids de grossesse puisque j’ai eu 4 enfants.

Pour les 3 premiers, quel que soit mon poids de départ, j’ai atteint le même poids à l’arrivée : 86 kg. Donc une prise de 29 kg pour ma première grossesse par exemple. Et une perte qui s’est étalée sur une période entre 6 mois (grossesse n°3) à 8 mois (grossesse n° 2) à pas du tout repris mon poids de départ (entre grossesse n°1 et grossesse n°2, je me suis aperçue que j’étais enceinte 1 mois après avoir commencé à concrètement faire quelque chose pour perdre les 10 kilos qui me restaient).

Pour ma 4e grossesse, je suis partie de plus que mon poids de fin de grossesse (eh oui…) et j’ai largement atteint 3 chiffres sur la balance au milieu de ma grossesse (eh oui… aussi)
De façon complètement inconsciente et pas même réfléchie, j’ai cessé de me peser à 7 mois et 23 kilos de plus, je suis donc incapable de savoir combien de kilos j’avais pris. Et même maintenant, je trouve ça dommage, j’aurais bien aimé savoir finalement.
Mais crois-le ou pas, évidemment, pour ce bébé-là aussi, la première chose que j’ai fait en revenant de la maternité, ça a été de me peser et il me restait… 1,5 kg à perdre, si !
Et donc, 2 semaines après mon accouchement, j’avais retrouvé mon (sur)poids d’avant grossesse sans rien faire alors qu’à mon âge canonique (41 ans) et vu mes prises de poids impressionnantes, je n’aurais pas parié dessus.
J’en suis arrivée à la conclusion que plus on partait d’une silhouette mince et plus retrouver son poids était difficile et long.

La seule chose dont je suis convaincue, c’est qu’il faut y aller doucement et ne pas brutaliser son corps.
Bon courage et belle route dans cet entre-deux.

Répondre

Murielle Le 21 avril 2016, 07:07

Continue de voir le verre à moitié plein, 20 kg de perdu c’est une très belle victoire.
Tu ne devrais pas t’imposer cette pesée journalière, pourquoi te mimer le moral tous les jours. Sois cool, si tu prenais plus de distance avec ces 8 kg à perdre, ne pas en faire une obscession, si tu ne les a pas tous perdus pour cet été, ca sera pour les fêtes…

Tu étais déjà canon avant, je te trouve encore plus magnifique aujourd’hui, tu es de plus en plus belle.

Répondre

Anouck Le 21 avril 2016, 09:08

Merci pour ce billet qui me pousse à commenter ton blog pour la première fois.
Et bien sur, ça me donne envie de partager mon expérience, mes angoisses, mes espoirs.
Je suis enceinte depuis bientôt 4 mois, un merveilleux petit garçon qui a l’air de se porter à merveille et qui commence à faire du pédalo dans mon bidon. Les trois premiers mois sont passés presque inaperçu : zéro nausée, zéro prise de poids… ah si : une immense fatigue et une sensibilité à fleur de peau.
Et depuis 1 mois, je vois mon corps changer doucement. Mon ventre s’arrondit tant et plus, ma poitrine déborde de mes soutiens-gorges…
Alors tout ces changements c’est dur, je vois mon corps changer et j’ai besoin de m’y habituer. Et il y a toutes ces interrogations, ces peurs :
– vais-je accepter mon corps de grossesse et l’aimer ?
– quid des kilos post grossesse ?
– est-ce que je vais y arriver, à faire de mon enfant quelqu’un de bien ?
– quid de la vie de couple post grossesse ?
– quid de la vie professionnelle post grossesse ?
Autant de questions et si peu de réponses à court terme.
Encore une fois merci pour ce billet qui me fait dire : tu fais du mieux et ça ira.

Répondre

Jane B. Root Le 23 avril 2016, 20:54

Anouck, acceptez la réponse d’une « vieille » maman de deux adolescentes de 18 et 16 ans.
Vous aller accepter votre corps et l’aimer car il va donner la vie. C’est une super machine super performante. La plus super performante de tout l’univers universel, si non on ne serait pas là pour en parler. Alors vous aller l’aimer car c’est une putain de belle machine et qui carbure à l’amour que vous aller lui porter. Aujourd’hui 18 ans après, il m’arrive de le regretter ce corps de baleine échouée sur sa plage. J’y pense avec gratitude et douceur. Cette pesanteur, cette lourdeur, cette difformité. J’aimerais pouvoir parfois la retrouver. Alors oui vous aller l’aimer.

Faire de mon enfant quelqu’un de bien : si VOUS êtes quelqu’un de bien, ce dont je ne doute pas, il n’y a aucune, mais vraiment aucune raison que votre enfant ne le soit pas.
Mais il a aussi son libre arbitre et vous ne contrôlerez pas tout. Ça il va falloir l’apprendre. Et lâcher prise à un moment. Mais dans longtemps pour vous. Moi c’est fait.

Vie de couple : ça revient quand ça revient. Faire passer un être vivant de 3 kg et d’un diamètre de 35 cm par un petit orifice de quelques centimètres nécessite une … petite phase de récupération. Le papa étant lui aussi quelqu’un de bien le comprendra aisément.

Vie professionnelle : elle peut attendre le temps nécessaire. Vous n’êtes pas ministre et ne vous appelez pas Dati.

Je vous envie d’être à la veille de cette fantastique aventure. Prenez soin de vous.

Répondre

Anouck Le 25 avril 2016, 10:40

Merci pour cette réponse si bienveillante !
Et depuis quelques jours, il suffit que je sente mon bébé garçon faire du pédalo (j’aime bien cette image) pour que toutes mes inquiétudes s’envolent :)
Merci encore pour ce gentil mot

coralie Le 21 avril 2016, 09:12

-20kg. respect.

j avais beaucoup pris pour ma 1ére aussi. et j avais eu cette bouée autour de moi. longtemps longtemps. alors que ca faisait partie des trucs que j aimais chez moi, mon ventre plat. et la pof. le pneu.

le pneu part. petit à petit. sans efforts, ne t inquiète pas.ca prend des années, mais d un seul coup il est plus lá.

avoir un enfant, c est faire du sport au quotidien. on se muscle les bras perpétuellement, on porte, on fait trois pas. on recule de trois pas. on avance de un. on fait un tour sur soi-même.on attend, ah on ravance d un pas (la notion de temps et de vitesse pour aller faire une course genre a la pharmacie ont une autre préhension de l espace-temps avec un tout petit, c est flippant)

oui un corps de maman, c est différent. y a des marques, les reliefs bougent
mais je vois ca comme des tatouages. ca c est le tatouage de ma fille. si j avais pas ce pli, lá, cette vergeture la, ce serait sans ma fille. ca, c est une marque merveilleuse de la rencontre la plus importante de ma vie

alors ces kilos et ces traces, au départ à la plage, on se sent pas au top de la plénitude, c est sûr.

mais y a eu déplacement du centre de la vie. et haut les coeurs, haut les nénés. on est des mamans qui déchirent.

et vraiment, 20kg de perdus, res-pect

Répondre

coralie Le 27 avril 2016, 07:56

je réponds à un autre comm ici parce que j ai pas envide polémiquer

j ai lu qqe part  » je pars de celles qui restent féminines ».

par définition, on l est toutEs. féminin vient de femme. ca veut juste dire ca. la rangers en en militaire, la campagnarde, la parisienne, la girly, la gothique. on est toutes féminines, on est femmes.

que nos filles entendent bien ca. prendre soin de soi, c est se faire du bien à soi en prenant soin de sa santé physique et morale. si ca passe pour ma fille ou d autres filles par se laisser pousser les poils assumer de ne pas être bronzée et se faire une queue de cheval a l arrache le matin, et ben be proud, tu seras féminine quand même !

Répondre

Minky Gigi Le 21 avril 2016, 10:20

J’ai pas eu la possibilité de prendre autant… Ma gyneco m’a direct freinée via un diabète gestationnel (à cause d’une prise de sang limite au-dessus… pas d’autre vérification… c’est le nouveau truc à la mode, on devait être 90% à en avoir à la maternité quand j’ai accouché <_<) et soit disant un gros bébé donc prise de 10kg… et à l'arrivée un grand bébé plutôt fin mais se portant bien :-)

Par contre moi et mon poids… Ca a commencé avant la grossesse… Petit à petit des kilos se sont installés + ceux restés/repris après la grossesse (bientôt 3 ans)… ce qui fait une douzaine en 10 ans

Les régimes, c'est pas pour moi… Je "stocke" dès que j'essaye de me restreindre… Je suis plutôt parti sur une révision de mon alimentation… Trop de sucre, c'est que je retiens de cette phase diabète gestationnel où j'avais radicalement changé mes habitudes et perdu à certains niveaux de ma silhouette (mais trop radical, ça n'a pas tenu après :-p)

Depuis le début de l'année, je pioche dans le régime IG et j'y vais à mon rythme. Les kilos/le gras ont mis du temps à s'installer, ils ne partiront pas comme ça (mais déjà qq résultas encourageants au niveau du ventre :-)) Reste à mettre en place une petite routine sportive pour continuer à sculpter la silhouette.
Je ne cherche plus forcément à perdre tous ces kilos… le muscle étant plus dense que le gras… mais plutôt à retrouver un corps qui me plait.

Répondre

g Le 21 avril 2016, 10:23

premier commentaire sur ton blog, que pourtant je suis depuis des années :)
Mon fils a 21 mois maintenant et ma vie de femme vient à peine de recommencer…même si j’ai repris le travail il y 1 an et demi, j’avais mis de coté toute une partie de moi-même.
il faut s’accorder du temps pour se retrouver, il faut s’accorder du temps pour accepter que le « avant » la grossesse, n’existe plus, pas plus que le « avant le bac » ou le « avant la rencontre avec l’homme de ma vie ».
Est-ce que vraiment tu sais encore comment c’était avant Eve? Tu n’as pas plutôt l’impression qu’elle a toujours été là?
Est-ce que nous fantasmons de retrouver notre corps d’enfant? Et pourtant nous étions toujours nous-même à cette époque là :)

L’idée que notre vrai corps est celui qu’on vécu entre 25 et 35 ans est très réductive par rapport à toute notre vie, que, j’espère, sera très longue.
Tout ça pour te proposer une solution alternative à celle de t’acheter des vêtements de transition: Achète-toi des nouveaux vêtements pour ton corps d’aujourd’hui, des choses que te mettent en valeur comme tu es maintenant, sois belle avec tes kilos, et ne te pèse pas tous les jours.
Moi j’ai retrouvé petit à petit mon poids depuis peu, mais ça n’empêche pas que je ne rentre pas dans mes vêtements d’avant parce que mon bassin a changé, j’ai tout donné et racheté dans des nouvelles tailles.
Le sport m’a beaucoup aidé a tonifier tout ça (et pourtant je suis une anti-sportive…) et à me sentir mieux dans mon corps

Courage Balibulle, tu vas encore changer mille fois, et tu seras toujours belle.

Répondre

Armelle Le 21 avril 2016, 12:33

Parfois après la grossesse il reste quelques kilos, mais bizarrement la forme du corps ayant changé, on paraît plus mince. ça ne te le fait pas à toi ?
J’ai accouché en septembre. Je n’ai pas pris beaucoup de kilos mais j’ai mis du temps à les perdre. Mais visuellement je paraîs beaucoup plus maigre qu’avant ma grossesse. Peut-être la perte de muscle ?
En tout cas si tu as pris une 20aine de kilos, dis-toi que c’est normal que tu mettes si longtemps à les perdre. C’est même bon signe. Je suis sûre que tu retrouveras ton poids « idéal ».

Répondre

Aurélie Le 21 avril 2016, 13:11

Coucou Bali, 10 ans que je lis chacun de tes billets et rares ont été mes commentaires… Mais là impossible de ne pas commenter ! Merci de parler du « revers » de la médaille de super Maman !!
La détresse qui a résonné pendant 1 an et demi en moi a trouvé un écho dans chacune de tes phrases… Moi je n’ai pris « que » 10 kg pendant ma grossesse mais je n’arrivais pas à les perdre et de surcroît, j’ai été gratifiée d’une hyper pilosité au menton, so glamour… 1 an et demi à me trimballer avec mon mal-être, à fuir le regard accusateur des autres et à ne pas pouvoir me regarder dans la glace… jusqu’à ce qu’une amie me parle d’un programme de gestion de silhouette il y a 3 mois. J’en suis à 2.5 mois là et j’ai déjà dépassé mon objectif qui était de perdre ces fameux 10 kg !! Je n’en reviens pas et je revis !! Le chemin de la réconciliation avec mon corps est en marche et maintenant que j’ai repris (un peu) confiance en moi, je vais pouvoir m’attaquer à mon 2ème chantier !! Si jamais tu veux des infos, n’hésite pas !! Pas question que je garde ce « secret » pour moi !! Et bravo, pour tes 20 kg, c’est un super résultat !! tu peux être TRÈS fière de toi !! Bises de consolation

Répondre

Betty Le 22 avril 2016, 21:28

Moi je veux savoir! Je suis curieuse!

Répondre

Aurélie Le 22 avril 2016, 22:22

Hello Betty! Tu as raison c est un joli défaut le programme en question c est le tr90 de chez nu skin… c est très facile à intégrer dans la vie de ts les jours et comme il y a zéro frustration, tu n’as pas l’impression de faire un régime et pourtant les résultats st bien la !!! Si tu as besoin de plus d’informations n’hésite pas !

Somebod Le 21 avril 2016, 13:13

Ne soyez pas grosses. La grossesse ne doit pas servir de prétexte à la grosseur !

Répondre

melo Le 22 avril 2016, 10:51

voilà,

encore un sujet sur lequel les femmes reçoivent une invective.
Soyez ceci, ne soyez pas cela.

C’est déjà assez fort de vivre une grossesse comme ça, pas besoin des objecteurs de conscience.

J’ai envie de dire ne soyez pas stupide, mais vous risqueriez de mal le le prendre. Pourtant donner un conseil ne doit pas servir à être méchant(e)

Répondre

Somebod Le 22 avril 2016, 12:12

😀

caro Le 21 avril 2016, 14:14

Bonjour Balibulle, quel bon billet encore une fois! Quelle justesse de ton et d’observation! Merci de nous livrer tes états d’âme et de coeur aussi justement et simplement, ça fait du bien. L’important me semble-t-il réside dans le regard bienveillant que l’on a sur son corps après de tels évènements! Pour ma part j’ai l’impression de m’être délestée de tous mes kilos d’adolescente, un peu comme perdre ses grosses joues d’enfant, pour me révéler plus féminine, moins enfantine, et dans un cas c’est peut être qq kilos de trop qui feront cet effet là et dans d’autres cas ça sera qq kilos en moins… j’ai l’impression d’avoir quitté une vieille chrysalide et de découvrir un autre aspect de moi… mais regardons nous avec bienveillance, comme lorsqu’on avait un joli ventre rond!

Répondre

juju Le 21 avril 2016, 14:29

Merci pour ce billet très beau et très juste.
Bravo pour tout ce chemin parcouru.
Ce qui est fou, c’est ce que les gens se permettent de dire après la grossesse, chacun se réserve le droit de commenter, de donner son avis sur ta silhouette, ton visage, etc. (comme pendant la grossesse d’ailleurs).
Ce qui m’a beaucoup frappée c’est qu’au retour au boulot (quand mon petit avait 4 mois), tout le monde m’a félicitée d’avoir retrouvé mon poids d’avant la grossesse… ce qui était un compliment selon eux, mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que j’ai passé la deuxième moitié de ma grossesse sans bouger, allongée, à avoir des contractions tout le temps et plusieurs menaces d’accouchement prématuré, et que j’aurais préférée avoir quelques kilos à perdre plutôt qu’une grossesse compliquée !
Bref, chacun son histoire mais c’est dur de faire face au regard des autres et de soi-même aussi, de l’image que la société nous renvoie, et le miroir…
Alors ça fait du bien de vous lire, de voir l’indulgence et la bienveillance que vous avez pour vous, je pense que c’est une belle leçon (hé oui, nos enfants nous font avancer…)

Répondre

intelligently-fashionable Le 21 avril 2016, 15:18

very nice lesson !! nicely written !!http://intelligently-fashionable.blogspot.com

Répondre

Géraldine aussi Le 21 avril 2016, 22:12

Bonjour Bali,
Très touchée par ce post et cette plume sensible et juste… Moi, pour faire écho à ce que tu racontes et puisque tu reparles de ta grossesse, j’ai envie d’en profiter pour te remercier. Tout ce que tu as montré de toi ici pendant cette période, ta bonne humeur, ton optimisme, ta façon d’envisager et de penser ton nouveau corps et le dressing qui va avec, tes bonnes idées, conseils, inspirations… ben ça m’a énormément aidé à vivre une superbe deuxième grossesse alors que la première est un souvenir flippant et douloureux psychologiquement… tu m’as donné envie d’en profiter, d’être bien dans mes pompes, de me centrer sur l’essentiel à savoir ma petite puce… au lieu de m’affoler en me voyant m’arrondir j’ai réussi à réfléchir moi aussi à la plus jolie façon de couvrir et de mettre en valeur ce corps en plein changement… et ça a tout changé. Vraiment. Et c’était fabuleux. On ne se connaît pas, et pourtant, tu n’imagines pas à quel point je te suis reconnaissante pour ça. Penser son dressing en fonction du corps dont on dispose au lieu de paniquer parce qu’on change ou d’essayer à tout prix de se transformer, ou de regretter le passé. Révélation totale :) tu le faisais à la perfection enceinte, pourquoi ne pas continuer maintenant ?

Répondre

matchingpoints Le 21 avril 2016, 22:50

Mais pourquoi ne pas accepter qu’il y a eu un avant cet heureux événement et un après ? Soyez indulgente avec vous-même … Nous ne parlons évidemment pas des femmes qui se laisser aller !

Répondre

Z comme Zorro Le 22 avril 2016, 11:48

Les  » femmes qui se laissent aller  » te disent d’aller te faire voir Matchingpoints ! Du laisser aller par rapport à quoi ? Aux images des magazines, aux dikats de la société patriarcale, aux tailles de vêtements minuscules de Zara et co. ? Il faut être indulgente avec soi-même mais attention, pas trop bienveillante avec les autres ? J’imagine que tu ne pensais pas à mal en écrivant ton commentaire, mais ce genre d’injonction est à force très pesant.

Répondre

Somebod Le 22 avril 2016, 12:17

Si tu suis le blog depuis assez longtemps tu devrais savoir que Matchingpoints ce sont plusieurs personnes et plutôt du genre grand mères, alors du coup c’est ton com à toi Zorro qui est déplacé…

matchingpoints Le 22 avril 2016, 14:36

Non, ce genre d’injonction met en garde les femmes qui perdent toute notion de féminité pour ne rester que « maman ». Ce n’est par rapport aux diktats des magazines qui mettent en avant la taille 36 ! Ceux qui nous connaissent savent que nous sommes contre tout ce cirque autour de la minceur etc.
Donc, restons indulgentes envers nous et les autres

matchingpoints Le 22 avril 2016, 14:43

@Somebod
Merci pour votre indulgence :)
Oui, les matchingpoints sont deux amies et c’est vrai, deux grand-mères, mais pas mémés…

Daphné Le 21 avril 2016, 23:14

J’aime beaucoup ton blog, toujours très inspirant ! Pour ce qui est du poids, moi qui pensais avoir beaucoup pris, je suis contente de voir que je ne suis pas la seule ! 22 kgs à la 1ère grossesse et 25 à la 2ème. Je n’avais jamais fait de régime plus de 2 jours, aucune volonté et trop gourmande ! Mais là vraiment plus le choix j’arrivais pas à me résoudre à rester dans cet état là. Ma mère avait fait weight Watchers des années plus tôt, j’ai pas cherché plus loin. Ça a marché après le 1er accouchement, et c’est en cours pour le 2ème il me reste 2 kgs. C’est pas pour faire l’apologie de weight Watchers, car ça ne marche pas pour tout le monde. Il faut avant tout être prête dans sa tête. C’est comme arrêter de fumer je trouve… courage !

Répondre

Nath Le 22 avril 2016, 10:06

Merci pour ce bel article, si finement écrit. Merci aussi pour la plupart des commentaires qui sont bienveillants et qui permettent de mesurer le bouleversement corporel de la grossesse. Ce qui me frappe dans ce que tu écris, c’est que tu dis courir après ce poids depuis 15 ans , donc on parle bien de tendre vers un objectif qui est au delà de retrouver son poids d’avant grossesse…le fameux poids idéal. Idéal propre à chacun(e). Je te souhaite, au delà de se chiffre, de trouver la sérénité envers ce nouveau corps, chiffre idéal ou pas qui s’affiche sur la balance.

De mon côté , après 2 grossesses, j’ai retrouvé mon poids à quelques centaines de grammes près, était ce un but ? Pas consciemment en tout cas, car personnellement, ce qui a été le plus compliqué à accepter c’est la « mollesse » post grossesse. Aujourd’hui le temps passe, et j’ai accepté que même plus ferme et aussi mince et bien non, je n’aurai plus le corps de mes 25 ans. Une évidence pour certaines, un chemin pour d’autres…

Répondre

Ema Le 22 avril 2016, 10:38

J’avais pris 10 kilos à cause de médicaments. Je me suis donné 2 ans pour les perdre. Du coup ça a marché puisque je ne m’étais pas mis de pression !
En réalité d’ailleurs j’étais trop maigre donc j’avais moins à perdre. Je voulais rentrer dans du 38 disons. Est-ce que c’est pas disons 5 kilos en fait que tu dois perdre ?

Surtout, ce sont des kilos gagnés pour la bonne cause : j’étais guérie, toi tu as fait un bébé, une autre aura arrêté de fumer. Ce sont des victoires !

Je dirais qu’il ne faut pas se demander de perdre plus d’un kilo par mois, pour les kilos difficiles à perdre.

Qui va piano va sano

Répondre

Ema Le 22 avril 2016, 10:52

et aussi : bien sûr que de même qu’il y a dans le dressing les vêtement hiver et été. Il y a les vêtements plus minces et plus grosses. Il faut les garder, ils ont été bien choisis pour les moments où on a plus de kilos (ou moins).

Toi si forte en dressing je pensais que tu savais cela ! Hygiène élémentaire…

Répondre

Caroline Le 27 avril 2016, 12:16

Je suis complètement d’accord avec Ema!
Personnellement, pas de grossesse passée ni en vue, mais une prise de poids saisonnière liée à des problèmes inflammatoires très pénibles (et cela fait 30 ans que cela dure, mais ça n’empêche pas les gens de me complimenter sur ma ligne post-été, comme si mon poids du mois de juin était plus « naturel » que celui de septembre…).
Bref, il fait accepter d’avoir des vêtements en taille et en confort différents…

Répondre

melo Le 22 avril 2016, 11:01

Un sujet hautement intéressant,

J’entame mon sixième mois de grossesse avec + 4 kilos sur la balance et pourtant je commence à redouter le moment de la pesée un peu plus chaque jour. Il faut se rendre à l’évidence, moins de sports, plus de fatigue et donc de moment allongée, on se dépense moins et même sans trop le chercher, ça grimpe, ça grimpe.

Et c’est pourtant pour la meilleure des causes.

Ça me rappelle ton article sur Kate Winslet. Nous t’avons vue en photo avec ses kilos en plus et pourtant jamais je ne me suis dit « OMG, elle est énorme », pourtant quand je vois mon propre visage s’arrondir dans le miroir, j’ai beaucoup moins de bienveillance…

Je crois que c’est juste un trèsdur de se voir changer, et que l’on reste dans l’idéal de ce que l’on a été. Quand bien même nous ne nous témoignions pas plus d’amour auparavant, dans cet espèce d’eden, de période révolue.

Dans ces moments là, ça m’aide beaucoup d’avoir le regard bienveillant de mon copain, de ma famille, de mes amis.
On relativise…

Bon, c’est autre chose, une fois seule devant le miroir.
Mais on y travaille.

Répondre

Twinkle Le 22 avril 2016, 11:07

Ah! Je dirais que c’est le theme d’après-grossesse pour un grand nombre entre nous.

J’ai plutôt appliqué la solution « Géraldine ». J’ai passé les premiers mois après l’acouchement avec quelques pièces d’urgence, melangés aux vetements grossese les moins évidents. Pas terrible niveau style…

Lassé de cet « entre-deux », un jour j’ai décidé que je voulais être belle aussi avec ma nouvelle taille. Et je me suis construite un nouveuau garderobe que j’aimais et qui flatait ma silhouette du moment (tailles empire, slim + blouse ou chemise ample, robes marcant les formes mais pas collantes, …), sans pour autant jeter les plus belles pièces de l’avant grossesse.

De quoi choisir en fonction dus aléas de la vie! 😉

Tu est très belle dans les photos que tu laisses voir sur Instagram. Profites-en!!

Répondre

HeLN Le 22 avril 2016, 11:39

Hello Bali,
De nouveau, je viens te remercier pour la justesse, la finesse et la sensibilité de ton billet. Il fait écho en moi comme en beaucoup d’autres ! Dans la vraie vie, je crois vraiment que la grande majorité des femmes prennent plus que les 9 kg « réglementaires » – du moins ça a été le cas de toutes mes copines/soeurs/cousines/connaissances.
C’est bon de lire qu’il faut du temps pour que le corps reprenne un contour que notre tête accepte ! Beaucoup de tes commentatrices l’ont écrit avant moi, et ma gynéco me l’avait dit aussi : tout n’est pas question de poids, le corps évolue avec une grossesse, les hanches s’élargissent, la peau s’étire, des courbes se forment là où il n’y en avait pas. (Et que dire du temps qui passe ! Je n’ai pas encore 40 ans, mais au-delà de 30/35, on voit clairement que le corps continue à évoluer…)
Mes grossesses datent maintenant, et mon poids évolue toujours, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. En tout cas après chacune de mes deux grossesses, il a fallu environ 2 ans pour que globalement ma silhouette d’avant revienne. Là encore, on est loin des « 9 mois pour faire, 9 mois pour défaire » réglementaires !
La clé est je crois l’acceptation de soi-même, indépendamment du regard des autres. Mais c’est peut être le plus difficile dans notre société où on doit être parfaitEs, sur tous les plans.
Bises !

Répondre

ziloa Le 22 avril 2016, 13:15

J’ai 25 ans, pas d’enfant.
Plus le temps passe et plus je me rends compte de toutes les bêtises que l’on m’a racontée à l’adolescence.
En premier lieu, tous ces âges « plafond » à partir desquels telle ou telle partie du corps est sensée cesser de grandir…
Alors oui c’est vrai, je culmine depuis longtemps à 1m68 (altitude agréable, précipitations modérées), mais mes seins, mes hanches et autres endroits ont bien bougés après mes 20 ans. En terminale je pesais 58 kg, mais jamais je ne pourrai re-peser ça car entre temps je suis devenue véritablement femme, mon ossature a bougé et mes seins aussi.
Pour revenir au sujet de la grossesse, jamais on ne nous explique que nos seins peuvent grossir après et maintenir cette taille (j’ai plein plein d’amies qui veulent se les faire refaire car trop petits et moi je leurs dit qu’il vaut mieux attendre qu’elles soient enceintes avant de passer sous un bistouri car ça pourrait tout aussi bien faire le job [ou pas, mais c’est une possibilité non négligeable].

Sinon ces dernières années j’ai en revanche pris du gras* car j’ai arrêté toute activité physique (mine de rien les deux heures d’EPS au lycée c’était pas mal!). Là je m’y remet et je suis un petit programme de fitness (30 days shred de jillians michael), je trouve que c’est sympa, je me sens bien après et je vois que je suis plus forte qu’avant pour porter des trucs ainsi que plus souple. Tu peux regarder si ça t’intéresse, ça a l’avantage d’être vite callé dans la journée (30 min) et ne nécessite pas tout un arsenal de matériel. Note bien que si tu fais déjà pas mal de sport ça ne te parlera p-e pas du tout :p

* un peu, je ne suis pas en surpoids

Autre astuce: se couper les cheveux! ça pèse vite 500g non? (je blague XD )

Répondre

Caroline Le 27 avril 2016, 12:18

Ziloa,

Ce qui tu dis sur les faux âges plafond est très vrai! Non, le corps ne se fixe pas à 20 ans (ni à 25), les choses continuent (heureusement? malheureusement?) à bouger… personnellement, j’ai pris 2 bonnets de poitrine depuis mes 20 ans, ça me déprime parfois (j’aimerais bien pouvoir mettre des dos nus…), mais comme ce n’est pas lié à mon poids, je ne peux qu’accepter cette situation.

Répondre

sophie Le 22 avril 2016, 17:30

Je te lis et ce que je retiens c’est « C’était mon histoire, pour des dizaines de raisons, et quand je regarde ma fille je n’en retirerais pas un gramme » –
Et je souris.
J’ai une petite de 15 mois, je n’ai pris que 9 kilos pendant ma grossesse et vite reperdu sans vraiment d’efforts. Néanmoins, mon corps a mis 9 mois à se replacer comme avant ma fille mais ma peau est restée différente. Moins ferme. J’ai repris le rythme de ma vie, jonglant avec ma tribu recomposée, mon bébé qui grandit, mon amoureux et parfois je me regardais à la dérobée dans le miroir sans comprendre pourquoi je ne parvenais pas à me raffermir. Mais c’était parce que je n’en avais pas le temps, ni l’envie de le prendre ce temps, pas l’énergie et parce qu’au fond, je regardais ma fille et j’oubliais que j’avais la peau molle. J’en ai même oublié les vergetures que j’ai sur le ventre. Je vais même dire quelque chose que je n’aurais pas osé dire un jour (surtout le fameux jour où j’ai les ai aperçues!): je les aime ces vergetures. Parce qu’elles sont parties intégrantes de l’histoire de ma fille.
Alors oui, on se met beaucoup la pression, on nous la met parfois en tant que mère mais je pense qu’il faut juste savoir accepter que pour certaines choses, il faut du temps. Tout simplement. Se sentir prête à affronter la denrière ligne droite. Moi j’ai repris le sport il y a quelques jours, je m’en sens prête et motivée. Chose que je n’aurais jamais pu avant, trop préoccupée par mille autres points de ma vie.
28kg, c’est à la fois beaucoup et pas énorme non plus.
Avec le temps, les kilos en trop finiront par partir.
C’est un peu confus, j’en suis désolée, je me suis laissée emportée je crois :)
Merci pour tes mots. Tu es toujours juste dans tes propos et cela fait bien de venir te lire.
Belle journée!

Répondre

Aurore Le 22 avril 2016, 17:54

Je suis en général l’une de ces lectrices anonymes qui ne commente pas mais revienne pour chaque nouvel article mais pour une fois j’ai eu envie de laisser un petit mot pour dire que j’aime beaucoup ta manière de décrire, écrire cette transition entre la silhouette d’avant grossesse et celle vers laquelle on tend après. Ton questionnement, ta bienveillance, ta sensibilité font du bien. Merci

Répondre

rébecca Le 22 avril 2016, 17:58

Salut Balibulle, mon mini moi à presque 2 ans et demi et je suis encore à courir derrière mon corps d’avant. j’avais pris 12kg lors de ma grossesse mais je pense être au-dessus de mon poids de forme d’avant. Car déjà je n’ai plus de balance (elle ne marchait pas bien , on l’a bazardé lors de notre déménagement il y plus d’un an). Mais oui je sens mes hanches plus larges et ma peau du ventre détendue. alors je fais du sport et j’essaie de faire attention à ce que je mange sans faire de régime. Mais je rejoins de nombreux commentaires car je pense qu’en vrai on ne retrouvera jamais le corps d’avant (à moins d’arrêter de bosser et de se payer un coach et un cuisinier diététicien à domicile, mais on ne vit pas dans TRHOBV (the real housewives of beverly hills). Le chemin de l’acceptation n’est pas facile.
bon courage et pensons à tout ce que l’on a gagné dans cette aventure de la maternité (en plus des vergetures….)

Répondre

Yza Le 22 avril 2016, 18:26

J’ai mis 2 ans à retrouver mon poids d’avant grossesse en faisant un régime draconnien car mon parcours poids pst grossesse a été particulier. un an après la naissance de ma fille il me restait 5 kg à perdre sur 15 pris ! pas la fin du monde. Je me suis dit pas grave le gyneco m’avait dit 9 mois pour faire un BB 9 mois pour retrouver son corps et en cas de césarienne c’est plus long. Donc j’ai assumé mes 5 kg. Mais dans mon cas la chose que je n’ai pas vu arriver a été la modification de mon métabolisme. J’avais gardé la même façon de manger d’avant BB lorsque je ne prenais pas un gramme : résultat 2 ans et qq mois plus tard j’avais pris 7 kg en plus des 5 non perdus.. Je n’ai rien vu venir car j’avais commencé à prendre des vêtements dans d’autres tailles sauf que j’ai fermé les yeux quand je suis passée d’un 40 (+5 kg) à un 42/44 + 12 kg (poids avant BB). L’electrochoc a été une visite chez le médecin, je me sentais pas bien déprimée, mal dans ma peau, grosse etc.. Il m’a demandé pourquoi en un an j’avais pris 7 kg. j’avais conscience que j’avais grossi mais je n’avais pas mis un nombre sur mon poids – j’étais à 3 kg de mon poids de fin de grossesse sauf que je n’allais pas accoucher. La j’ai eu un déclic : REGIME pendant 5 mois et on en parle plus (+un léger accompagnement médical car j’étais déprimée). J’ai retrouvé en 5 mois mon poids d’avant BB et donné tous mes vêtements trop grands ne gardant que le 38.. Et aujourd’hui 20 ans plus tard mon poids j’en parle encore car depuis ma fille je stocke donc c’est plus ou moins 5kg. Je ne me pèse pas ma balance perso : mes vêtements dès qu’il me « boudinent » je me mets au régime. je n’achète aucun vêtement en dehors de ma taille : si c’est trop serré j attends (en ce moment d’ailleurs je fais des économies 😉 – C’est mon truc à moi mais simplement parce que je suis pas disciplinée du tout du tout : me peser chaque jour je sais que je ne le ferais pas et avoir des vêtements en plusieurs tailles c’est le début de la dérive pour moi – c’est peut être aussi une forme de lâcheté de ne pas me peser car au final c’est plus facile d’agir sur 1kg que sur 5.

Répondre

MB Le 22 avril 2016, 19:24

Hello, et bien en ce qui me concerne j’ai retrouvé mon corps grâce à une seule motivation: pouvoir renter à nouveau dans ma garde robe constituée au fil de tant d’années! Je sais que c’est assez futile, mais l’idée de recommencer à zéro me paraissait impossible. Bon courage Bali :)

Répondre

Jane B. Root Le 23 avril 2016, 08:03

Ce que je peux te dire par expérience : 18 ans après, les kilos grossesses n’existent plus. En fait c’est des kilos-gâteaux 😉

Ce que tu peux faire : un deuxième bébé tout de suite. Comme ça tu te débarrasses des kg de la deuxième grossesse en même temps que ceux de la première. Tu deviens la « Franck Provost des kilos », tu fais du deux en un.

Jette ta balance et prends un « vêtement témoin ». (En fait, fais ce que tu veux, pour certains la balance est importante.)
Mais pour moi aucune balance ne pénètre ma maison. Le « vêtement témoin » est une des règles transmise à mes deux filles (la règle n° 23).
Perso c’est un vieux pantalon d’équitation que je mettais à 20 ans. Aujourd’hui je rentre toujours dedans. Et aujourd’hui c’est super vachement longtemps après mes 20 ans (rappelle toi Bob Marley)
Et quand je ne rentre plus dedans, je bouffe moins quelques jours.
De toutes façon je n’ai souvent pas le temps de manger. Alors j’oublie juste encore plus de manger.

Tu es belle, alors te bile pas. Ok je sais ça sert à rien ce genre de conseilàlacon, mais c’est vrai quand même.

Fais du sport. ça aussi c’est con comme conseil, mais ça marche. Si tu rentres des calories, faut les ressortir quelques part d’où la règle n° 30 : « Bouge ton corps harmonieux mon enfant ! Reste pas vautrée sur le canapé avec ton smartmachin sinon je le passe par la fenêtre » (le smartmachin, pas le canapé).

Et surtout « Aime toi toi même, sinon personne ne le fera à ta place », règle n° 2 (la règle n° 1 reste « Tu ne feras pas chier tes géniteurs, jamais !)

Bisous

Répondre

HeLN Le 24 avril 2016, 07:52

Hahaha ! Chez moi, la règle numéro 1 transmise à mes 2 filles est : « mettre une culotte propre chaque matin, quelles que soient les circonstances  » !

Répondre

Jane B. Root Le 25 avril 2016, 23:45

Ça chez nous c’est la règle numéro 17 😉
Elle me vient de ma grand mère qui rajoutait « …on ne sait jamais, tu pourrais avoir un accident et on pourrait avoir à te déshabiller à l’hôpital »
J’avoue qu’à 10 ans je ne comprenais pas très bien le rapport entre la culotte, l’accident et l’hôpital…

Jane B. Root Le 23 avril 2016, 08:06

J’oubliais un autre « vêtement témoin » : la robe de mariée. J’ai gardé la mienne. Et de loin en loin, pour rigoler, on la met, tour à tour, avec mes filles, et on se pavane. 😀

Répondre

pitibou Le 23 avril 2016, 13:01

Je surkiffe le comm sur les femmes qui se laissent aller …..comme celui sur les femmes qui ne sont QUE des mamans (ironie). Mes enfants ont 9 et 12 ans. Je fais 1,63m,j’ai pris 28 kg pendant ma première grossesse (et 17 pour la 2), en panique totale, en surveillant tout ce que je mangeais en faisant 20 km de vélo par jour pour aller bosser jusqu’a 7ème mois ! Donc FOUTEZ NOUS LA PAIX. On ne grossit pas QUE parce qu’on bouffe trop ! j’ai perdu mes kilos et 10 de plus sans rien faire : miracle, magie je ne sais pas, pour finir a 47 kilos maigre comme un clou. Aujourd’hui sans rien changer, en faisant encore plus de sport j’en ai pris 4 qui me pèsent beaucoup moralement car habituée a cette image de moi.J’ai 37 ans et je sens bien que je peux rien n’y faire ! je crois que malgré la lutte il y a des kilos contre lesquels on ne peut rien faire et il faut juste essayer de les prendre avec le SOURIRE. Toutes les donneuses de leçons peuvent bien aller se faire voir, chacune a un métabolisme different !

Bonne continuation à toi ! Tu es juste magnifique :)

Répondre

matchingpoints Le 26 avril 2016, 15:14

@pitibou : Vraiment, nous avons du mal nous exprimer – au point que l’on surkiff notre commentaire. :(
Comme c’était bien remarqué nous sommes deux grand-mères, nous avons donc connu aussi la maternité. Nous voulons justement dire qu’il faut accepter son corps qui a changé ! Oui, chacune a un métabolisme différent et nous détestons toute cette course à la minceur !
Lorsque nous parlions des femmes-mamans qui se laissent aller, ce sont les femmes qui ne se complaisent que dans leur rôle de mère et qui ont perdu le sens de féminité, avec ou sans les kilos !

Répondre

mlle Le 23 avril 2016, 21:55

8 kg exactement ceux de ma dernière ligne droite avant le poids idéal (celui d’avant mes deux grossesses ou j’ai pris grosso modo moi aussi une trentaine de kg à chaque fois…) Le grand à presque 7ans, le petit 16 mois et ma balance me dit que j’ai un dernier +8kg en fin de course ^^ Alors j’achète des fringues pas cher le temps de la transition et je me venge sur sacs & chaussures( car on ne maigrit pas des pieds ^^) @ suivre donc mais j’y crois toujours !

Répondre

bobbydick Le 24 avril 2016, 15:53

Pendant ce temps, des migrants crèvent en Grèce, des Inuits ados se suicident en masse et le soleil brille au Panama.

Je ne sais pas, j’aime te lire, et tes posts me manquent, mais là ça m’échappe.

« C’est impitoyable un tee-shirt », non, c’est juste un tee-shirt.

Tu es intelligente, tu sais où se situe la domination, quels sont les mécanismes qui font qu’on arrive à détester son corps parce qu’il n’est pas dans la norme ; ta norme peut supporter ces 8kg, qui ne sont RIEN, rien en comparaison d’une famille, de la chance d’une vie protégée, d’un travail qui n’entre pas en contradiction avec ta propre subjectivité.

Moi aussi je me lime les ongles pendant que d’autres se font violer avec des barres de fer, OK, mais la violence du monde est telle que je ne comprends pas la nécessité de rajouter une couche d’autoflagellation.

Quel système de valeur veux-tu pour ta fille ? Un monde de pesée et de jugement de surface ? Un monde où il faut choisir entre une garde robe ou plusieurs ? Où est la liberté ? où est le jeu ?

Répondre

Anonyme Le 24 avril 2016, 18:39

Et tu as oublié le tremblement de terre en Équateur. Nan paske les personnes en surpoids sont en permanence enveloppées d’une sorte d’airbag qui les protège en cas de séisme : un mal pour un bien en qqsorte ; comme quoi le poids idéal n’est qu’une question de point de vue, de circonstances et d’époque… 😀

Répondre

Judith Le 24 avril 2016, 23:02

c’est beau , ce mépris cuisant quand quelqu’un utilise l’espace public pour se confier tendrement plutôt que pour déblatérer le fameux jugement moral de celui qui pense aux « vraies valeurs humaines » et n’est pas esquicher dans un cocon puant la superficialité. Des migrants crèvent en Grèce et le soleil se lèvera demain, et tes leçons de confesseur d’église ne changeront rien à la situation. La domination comme tu dis, c’est aussi le discours visant à exploiter la parole humaniste pour rabaisser son prochain. Cette façon de faire de l’humain une exception, de reproduire le modèle chrétien de la centralisation de l’Homme est à vomir. Rappelle toi que l’Homme perturbe l’ordre du monde plus qu’il ne le suit, et faire de la vie humaine le combat le plus digne est ton choix et ne doit pas être un billet bleu pour la condescendance . Ah ett il y a des mécanismes qui nous font détester notre corps simplement parce que celui-ci n’est plus dans NOTRE norme, NOTRE zone de confort, venant d’un grand défenseur de la souffrance humaine je suis bien étonnée que tu ne saches comprendre ça .

Répondre

Liberty Riveter Le 25 avril 2016, 02:10

Bien envoyé, Judith ! 😀
Et surtout, avec tes 3 dernières phrases, tu as parfaitement mis en mots ce que je voulais exprimer sans trouver les termes adéquats. Merci :-)

bobbydick Le 25 avril 2016, 09:20

@Judith, je ne défends rien, si ce n’est justement de faire bouger les lignes, les normes, de démonter la domination lorsqu’on en a la latitude, et avant tout de s’inventer (se sentir libre, s’habiller comme on joue avec les surfaces : son corps, la matière, la couleur, le regard de l’autre), de s’aimer.

Loin de mes mots l’idée de rabaisser qui que ce soit.

Répondre

Ema Le 25 avril 2016, 11:52

Pour ma part, beaucoup de commentaires me font peur (4 kilos mal vécus à 6 mois de grossesse, 51 kg considèrés comme trop, le fait d’avoir comme repère de rentrer dans son jean des 20 ans,…)

S’inquiéter pour sa silhouette (pas son poids, ça veut rien dire) oui ! Mais faut rester raisonnable et je lis beaucoup de souffrance autour de cette question. C’est un peu triste. Surtout quand c’est lié à l’enfantement ! Le truc qui fait peur c’est le tablier. Pour le reste…

Vous avez vu Jessa dans Girls ? L’actrice Jemima Kirke. Elle est plus belle dans les premières saisons où elle est plus potelée que dans la dernière où somme toute elle fait plus banale !

Répondre

Cilou Le 25 avril 2016, 21:20

Chère Balibulle. Je te lis depuis 2007. Je n’ai pas encore eu la chance d’être maman mais j’ai pleins de copines autour de moi qui ont pris du poids comme toi pendant leur grossesse. Certaines ont eu de la chance en perdant leur poids rapidement. D’autres moins mais je vais prendre l’exemple de ma cousine qui elle a mis 2 ans pour tout perdre et meme plus sans régime. Et oui courir après son gamin, le taf, les courses… Tout ça pour dire que tu ne dois pas t’inquiéter. Je pense que moi aussi, je passerai par là aussi. Alors d’avance, merci :)

Répondre

Sandrine Le 29 avril 2016, 09:07

Quel texte magnifique et quels mots touchants…
Ah le poids des grossesses… Tout juste en début de sortie des affres de l’anorexie lors de ma 1ère grossesse, j’aime autant te dire que je n’étais pas très sereine niveau balance. Je suis partie d’une base très fine (44 kilos) et je n’ai pourtant pris que 10 kilos… alors même que je m’étais refusée la moindre privation… il n’était plus simplement question de moi. Je suis sortie de la maternité, je n’avais pas même perdu le poids de la petite chose que je venais de mettre au monde. J’ai finalement gardé 2 kilos de cette première grossesse. La seconde, gros diabète gestationnel, j’étais au régime tellement sec que n’ai pris que 8 kilos.. dont pas loin de 7 aux deux premiers trimestres. Et là encore j’ai gardé 2 kilos après être sortie de la maternité dans des conditions identiques à la première fois.
J’ai gagné encore un bon kilo indélogeable l’an passé du fait de l’arrêt du tabac.
Et ma morphologie a considérablement changé…
Bon j’acte. Au final je ne m’en sors pas si mal et je n’ai vraiment pas envie d’arrêter de manger pour un « idéal pondéral » désormais hors de portée (j’ai 40 ans, l’effort n’est plus le même). Et puis à quoi bon ? J’aime autant apprendre à vivre avec ce niveau moi.. aussi plus confiant, plus tendre avec lui-même et ses défauts, ses imperfections… un brin de sport à la limite… mais ce désormais manque de fermeté, ces quelques cellules disgracieuses ancrées sur mon derrière et un peu trop remuantes à la marche.. bah ma foi, c’est pas non plus un drame. C’est probablement anecdotique ces 49 kilos pour la plupart des lectrices… mais je peux vous assurer que compte-tenu de mon lourd passé de TCA, c’est un grand pas de que vivre en paix avec :)
Je serais tentée de te dire de renoncer à penser en termes de transition. De toute façon, c’est une nouvelle toi que tu es aujourd’hui alors accompagne là avec indulgence et ne la vis pas comme une toi encore pondéralement imparfaite. Je te souhaite plein de sérénité car je crois deviner dans tes mots un passé peut-être un peu compliqué avec l’image du corps (mais je me trompe peut-être). Des bises jolie maman.

Répondre

Anne Le 29 avril 2016, 11:12

Je trouve le poste de Balibulle très touchant et très sincère.
Mais comme Ema ci-dessus, certains commentaires me font un peu peur.
Bien sur, ce n’est pas très facile de se retrouver et de se sentir bien après une grossesse
Le commentaire de Sandrine me terrifie ; car elle semble penser que son expérience maladive (anorexie, TCA, 44 puis 49kg) et son ressenti dans ce contexte est quelque chose de partagé ou de susceptible d’être compris par toutes les jeunes mamans.
Quel rapport au corps et quel exemple pour nos filles ?

Répondre

Sandrine Le 29 avril 2016, 17:12

Anne, je pense que tu as compris mon message à totalement à l’envers. Je pense tout au contraire que mon expérience et mon ressenti doivent sembler totalement improbables pour les autres mamans et absolument pas partagé. C’est d’ailleurs bien pour ça que je souligne le caractère probablement anecdotique de mon expérience au regard d’autrui. Je n’ai aucunement la prétention de généraliser mon vécu à d’autres. J’essaie simplement d’expliquer, vraisemblablement très maladroitement, que quelques malheureux kilos peuvent être difficiles dans un contexte déjà miné.
En revanche, il me semble que l’indulgence préconisée n’a pas besoin d’un quelconque passé maladif pour trouver son fondement. C’est au contraire, à mon sens, plutôt pacificateur comme rapport au corps… je ne comprends donc pas ta phrase de conclusion…

Anonyme Le 29 avril 2016, 18:27

Dans ce genre de discussions – et ça date pas d’aujourd’hui – il est frappant de constater que l’indulgence est toujours dirigée unilatéralement vers les plus rondes et il y a un véritable bashing en règle contre les maigres / anorexiques, qui n’ont que le droit de se taire… alors que ces dernières sont très souvent autant en souffrance que les autres, voire bien davantage !

Patanoc Le 30 avril 2016, 21:42

Je me retrouve assez, Sandrine, dans ce que tu racontes, (après ….quatre enfants et une grossesse gémellaire! )….passés 40 ans, j’ai le sentiment que » le poids d’une vie » -quel titre de post!- n’est plus sur la balance, mais dans les ressources que l’on a à offrir à nos enfants (et plus on est maigre,au demeurant, plus on prend cher question élasticité de la peau, rides and co.). Je n’ai pas envie que mes filles, comme mes garçons d’ailleurs, aient, comme moi, à en découdre avec des TCA….exit les pèse-personnes. La vie est faite d’impondérable.

Répondre

Patanoc Le 1 mai 2016, 09:36

(Ps: Quand je dis « Quel titre », je fais bien sûr l’éloge de l’élégance et de la concision de ta plume, Balibulle! )

Anonyme Le 1 mai 2016, 09:48

Ta phrase de conclusion n’est pas mal non plus ! 😉

Caroline Le 1 mai 2016, 19:12

Eh bien, je ne serai pas très originale dans mon commentaire, mais lire ton billet, et les réactions de solidarité qu’il suscite, m’a fait un bien fou.
J’ai eu une grossesse compliquée, qui m’a fait prendre 23 kg (à peu près, car comme beaucoup j’ai arrêté de compter au-delà de 20…).
Aujourd’hui, à 6 mois de mon accouchement, et avec toujours +7kg, je ne sais pas trop quoi faire de ce corps que je ne reconnais pas, de ces seins qui tombent alors que je n’ai que 26 ans, de ce ventre proéminent… Je n’étais pas très bien dans ma peau avant ma grossesse, je me suis sentie bien, enceinte, malgré les commentaires désobligeants (« Oula c’est pour bientôt! » « Non encore 3 mois :p »). Et là vraiment je ne sais pas trop quoi penser.
J’ai perdu 15 kg dans les 2 mois qui ont suivi mon accouchement. Puis j’ai arrêté d’allaiter et depuis plus rien.
Je me retrouve beaucoup dans les commentaires qui parlent de la difficulté à acheter de nouveaux vêtements. Lorsqu’il ne m’a plus resté qu’un pantalon mettable, j’ai bien été obligé d’en racheter un autre, et le simple fait de rentrer dans quelque chose m’a fait beaucoup de bien, même si ça fait bizarre de devoir prendre un vêtement 2 tailles plus grand que « d’habitude ».
Là, l’été arrive et je ne me vois pas me mettre en maillot, mais bon, on fera avec!

Répondre

Athéna Le 2 mai 2016, 18:01

Mais quel adorable petit mouton ! (acheter des jouets pour bébé a été l’une des grandes joies de ma vie de mère de famille; c’est quand même plus drôle que les disques de Muse ou d’Offspring !)
il vaut mieux que tu perdes tes kilos à ton rythme. déménagement + bébé + travail c’est beaucoup, tu ne peux pas t’affamer en plus !

Répondre

Olivia Hagimont Le 3 mai 2016, 14:05

Quel SUPERBE billet! Moi je suis maman depuis pff 13 ans, et pour tout vous dire à toutes, c’est que j’en ai encore à perdre. C’est que la nature, à ce moment là, a été impitoyable avec mon ventre. Que en quelques heures, à trois jours de l’accouchement, mon ventre a craqué, vergetures rouges affreuses. Aujourd’hui, elles sont couleur peau mais bizarrement, je n’ai pas envie de les enlever, si je le pouvais. C’est ma vie, mon histoire, mes filles.
Alors oui, j’aimerais perdre ces maudits 5 kilos bien décidés à rester là, je ne vais pas vous mentir. Mais franchement, c’est dur.
Ce que je puis te dire, jolie Charlotte, c’est que l’essentiel, dans toute cette histoire de grossesse, c’est avoir un enfant en pleine santé, heureux de vivre. Et de s’aimer malgré ces imperfections qui font de toi une maman.

Répondre

Athéna Le 3 mai 2016, 18:24

Je viens de te voir dans une émission télévisée le 18 janvier et tu me parais très bien

Répondre

Anne Le 7 mai 2016, 13:12

Il y a là un changement quasi universel, on dirait…
Je n’avais pris que 8 kg (régime pour cause de diabète de grossesse). Après l’allaitement, j’en avais perdu 14. Que j’ai bien sûr repris, mais la fatigue a été longue à surmonter. 7 ans après, j’ai retrouvé à 2 kg près (oui, ça fluctue) mon poids d’avant. Mais pas ma morphologie.
Comme Olivia, j’ai craqué une semaine avant l’accouchement, et ces marbrures sur mon ventre resteront là. J’ai longtemps évité de les regarder, et ça ne m’emplit ni de joie ni de fierté aujourd’hui, je vis avec, c’est tout. J’ai viré tous mes Tshirts Petit Bateau pour des tuniques plus amples. Je mets de l’anticernes sous mes yeux fatigués, et je souris quand même…

Répondre

christel Le 12 mai 2016, 20:30

Courage, courage, courage, c’est déjà ultra bien d’en avoir autant perdu… Faut des fois savoir regarder les étapes qu’on a franchi avec succès… Bravo, bravo, bravo !

Répondre

Fiamma Le 13 mai 2016, 11:27

Ton écriture est juste et fine! Bien que ces choses est loin de moi. mais un jour sera très utile pour moi ~ je vous remercie ~^o^~

Répondre

viobulle Le 16 mai 2016, 11:32

Merci Balibulle pour tes articles toujours si instructifs et bienveillant.

Moi j entame le 8 eme mois de grossesse dans une semaine, j ai pris 10 kilos mais je fais que 1.55 metres. Ben sur ca ne parait pas enorme aux gens, mais moi je vois bien le changement surtotu au niveau des cuisses.

je me demande combien je vais perdre le jour de l accouchement et surtout combien je vais encore prendre pendant les deux derniers mois.

J’ai du mal a marcher deja..

En tout cas au vue des photos que tu as postées sur la fin de ta grosesse, ca se voit pas pour les 28 kilos ! J’ai halluciné de lire ca!

Je te souhaite de reussir a arriver au poids dont tu reves, meme si tu es tres belle maintenant.

Répondre

miaparis Le 19 mai 2016, 08:40

hello, this is Grace from Miaparis (www.miaparis.fr). i am very interested in your blog and would like to collaborate with you. could you pls provide an valid email address so that we can send you the details? thanks and have a nice day.

Répondre

Aude Le 27 mai 2016, 19:22

Je découvre ton blog aujourd’hui et au premier article je suis certaine de continuer à te suivre. Le sujet est si bien abordé, ton écriture très agréable. Les kilos en trop de la grossesse, je connais aussi comme beaucoup de jeunes mamans. Il y a des jours où ça ne me pose pas de problème. Et puis d’autres, comme aujourd’hui, où le miroir de la cabine d’essayage me renvoie l’image d’un petit ventre que je n’ai pas envie de voir (et qui m’oblige à prendre un maillot de bain une pièce !). Alors dans cette situation il faut relativiser, mon fils est en bonne santé, mon mari est toujours amoureux. Finalement tout va bien ! C’est ce que je me dis souvent.

Répondre

Fashionland Le 8 juin 2016, 00:17

oh la la j’adore cet article il est vraiment intéressent personnellement je suis toujours sur ton blog mais j’ai jamais commenté je vous simplement te dire merci

Répondre

Allychachoo - Famille en chantier Le 17 juin 2016, 14:56

Tu mets des mots sur ce que je ressens, ce deuxième été… je n’avais pas cette temporalité en tête, mais c’est bien ça. Ce corps désormais, c’est + loin que la « transition », et pour autant, dans ma tête, c’est toujours cette idée !

Répondre

veneta31 Le 3 juillet 2016, 21:04

oh ça me rappelle tant de souvenirs, ici 4 grossesses au compteur et 4 fois entre 25 et 30 kg de pris…que j’ai reperdu à chaque fois , la perte a été différente après chacune des grossesses, des fois ça prenait plus d’un an des fois ça prenait à peine 5 mois..et malgré de beaux bébés qui sont toute ma vie, cette réelle souffrance quoiqu’on puisse dire de se corps déformé , on a envie d’être mère mais de rester femme et séduisante…je voulais que mes enfants aient la plus jolie maman de mamans à la sortie de l’école.
Je te souhaite plein de courage pour ses fichus kg tu va y arriver lentement mais surement..

Répondre

Anonyme Le 19 juillet 2016, 23:00

Alors où en es-tu finalement avec ces 8kg ? Peut-on espérer te revoir un jour par ici ? :)

Répondre

Balibulle Le 3 août 2016, 11:33

Je sais, c’est absurde de venir réagir ici après tout ce temps.
Je crois que je me suis délivrée de cet article comme d’un poids (ah haha) et que ça m’a un peu coupé la chique après. D’où, d’ailleurs, le temps que j’ai mis à revenir sur le blog, j’étais arrivée au bout de quelque chose.
Pendant ce temps vous avez mené une interaction géniale, avec des témoignages qui m’ont énormément touchée, d’autres fait sourire… Je n’aurai peut-être plus ce privilège de vous lire aussi nombreux dans les commentaires, tellement j’ai du mal à alimenter le blog régulièrement, alors c’était peut-être la dernière fois qui sait. MERCI

Répondre

Anger Le 6 décembre 2016, 17:08

Ce billet me met très, très mal à l’aise. Ca n’est d’ailleurs pas spécifique à toi, Balibulle, mais c’est récurrent dans de très nombreux billets post grossesse que j’ai pu lire. Un titre alternatif aurait pu être « le poids d’une injonction ». Cette glorification (assenée partout, notamment dans la plupart des magazines féminins et people) du retour du corps féminin à son état «  » »originel » » », pré-grossesse, est profondément malsaine, et ça me met en boule de la voir ici aussi. Je te jette pas la pierre, chacun fait comme il peut face aux poncifs toujours plus oppressants des idéaux de beauté féminins, mais bon sang… Je veux dire : tu portes un être humain entier dans ton corps(!)???? J’aimerais juste rappeler qu’on a le droit de peser plus et d’avoir des vergetures et de garder de kilos de grossesse pendant plus de six mois, un an, etc. C’est le fantasme de l’élastique. On est juste humaines. On devrait pas laisser les médias nous dicter combien il faut qu’on souffre afin de « retrouver sa superbe »

Répondre

ajouter un commentaire