« Le Dressing Code » a longtemps été le prolongement de mon blog. Mais depuis un mois, l’incendie d’OVH et la disparition de mes archives, tout a changé. Ce livre, paru en 2019, est devenu mon blog à part entière. La somme et la synergie de mes expérimentations vestimentaires, de nos échanges, et de ce cheminement que je n’aurais jamais imaginé en ouvrant ma page sur Canalblog en 2006 : passer de la surconsommation au désencombrement. Sans cocher la case « minimalisme » au passage, sans renoncer à tout ce qui est moi : les imprimés, le mix & match, le shopping.
.
Expérience troublante d’avoir à relire ce texte ces jours-ci, pour préparer sa réédition en poche au deuxième semestre 2021. J’ai ressorti les stabilos et mon feutre noir fétiche. Mais sur cette copie papier au format A3, dont je tourne les pages depuis le début de la semaine, j’annote le moins de choses possibles. Une coquille qui m’aurait échappé la première fois, une tournure un peu floue. J’essaie de rendre les choses plus nettes, sans les modifier. Ce livre a valeur documentaire désormais. Il était une méthode et un témoignage, il est aussi, maintenant, une citadelle. Une forteresse de papier, dressée autour de mes souvenirs, et résistante aux flammes.

You Might Also Like

1 Comment

  1. Sunny

    17 avril 2021 at 12h48

    Dans cette forteresse y-a-t-il encore une place pour les trésors de grand-mère ? Ces vêtements qui ont traversé le temps, indémodables, encore sacrément stylé, qu’une petite fille ou une jeune fille sera si contente de découvrir et de s’approprier. Comme autrefois quand on montait au grenier, et qu’on ouvrait la malle aux trésors. Dans quelle case ces vêtements-là vont-ils survivre ? Joyeux week end !

Leave a Reply