À quoi peut bien ressembler une année de shopping vestimentaire quand le télétravail, le confinement, les couvre-feux, les bulles sociales, la fermeture des restaurants, des lieux de culture et des commerces non essentiels sont venus à ce point bouleverser nos contextes ?

Qui, cette année, ne s’est pas offert à la fois un vêtement doudou pour maintenant et une fringue un peu glam pour le « monde d’après » ? Qui n’a pas fait un pari sur l’avenir, tout en embrassant le présent ?

En ce qui me concerne, j’ai coché toutes les cases.
Mon shopping 2020 a suivi une courbe aussi accidentée que possible, entre apathie et frénésie, repli et expansion, valeurs sûres et… bon, valeurs sûres.

MAIS Y’A QUAND MÊME EU DES LOUPÉS ! Oui, plus d’un.
Et je ne triche pas, je n’y inclus pas les essayages désastreux qui ont constellé ces douze mois car, comme vous le savez, je pratique l’essayage à haute dose, indépendamment de mes achats, et j’en apprends toujours beaucoup.

Mais si on ouvre ce dossier-là, on y est encore dans trois ans. Et comme il y a déjà tant à dire sur le shopping lui-même, allons-y, en employant la même grille de lecture qu’en 2019 et 2018 :
• l’achat récurrent
• l’investissement
• la révélation
• l’achat approximatif
• le risque payant
• le meilleur achat de l’année
• le challenge intact
• le dernier achat de l’année
à laquelle j’ajoute cette année une nouvelle rubrique
• la bonne teinte


L’ACHAT RÉCURRENT

5 pantalons taille haute dans ma coupe fétiche, à savoir large et 7/8ème : oui, à ce stade, on tutoie le TOC.
Mais que voulez-vous, c’est « ma » coupe et je juge désormais totalement inutile d’aller voir ailleurs si j’y suis.
Le pantalon taille haute est devenu un pilier de mon dressing qui me suit en toutes saisons (photos portées dans la suite du post).
Sauf peut-être le modèle kaki Gap, qui supporte mal d’être enseveli sous un haut trop couvrant et que je réserve vraiment aux beaux jours.
Modèle à pois : Marks & Spencer (acheté en juin)
Modèle vert : Gap (acheté en juin)
Modèle à petits carreaux : Zara (acheté en janvier)
Modèle bleu marine : COS (acheté en mars)
Modèle gris : Bimba y Lola (acheté en décembre)


LES INVESTISSEMENTS

Cette veste utilitaire Current/Elliott qui est à proprement parler un r-achat, puisque je l’ai possédée, puis revendue il y a dix ans. La preuve avec ce petit look de 2011 :

Alors qu’est-ce qui s’est passé ?
Eh bien précisément, c’était à l’époque la seule silhouette avec laquelle cette veste me plaisait sur moi. J’avais en tête l’allure de Sincerely Jules avec, laquelle est rarement transposable sur moi. Donc j’ai déclaré forfait.

Depuis, j’ai changé, j’ai appris et pris du poids… et pourtant j’y suis revenue. En me demandant si ce modèle, que je pensais si peu versatile, ne correspondrait pas davantage aux proportions et aux pièces que je porte désormais. J’ai donc fureté sur eBay, où on le trouve encore facilement, tenté ma chance… Et banco !
Combinaisons-pantalons, robes midi, pantalons taille haute un peu large…
Elle ne manque plus de camarades de jeu.
Y compris parmi mes achats 2020 comme le taille haute à pois Marks & Spencer ou ces deux paires de sandales Zara :

Veste utilitaire : Current/Elliot (achetée en juillet)
Pantalon taille haute à pois : Marks & Spencer (acheté en juin)
Sandales à scratches : Zara (achetées en juin)
Sandales lacées : Zara Kids (achetées en janvier)

Deuxième investissement ?
Mon tout premier achat de 2020, un snood en cachemire Eric Bompard. J’avais déjà le noir depuis un an, je me suis offert le marine et je ne porte plus que ça en hiver, en alternant l’un et l’autre.
Ce sont les seules pièce en cachemire de ma garde-robe, je sais que j’y ai converti quelques unes d’entre vous, le truc est increvable et reconduit chaque année dans plein de coloris.

« Tube tricoté » mixte en cachemire : Eric Bompard (acheté en marine, en janvier)


LA RÉVÉLATION

Clairement, le maillot de bain asymétrique porté en top. Mon épiphanie pour régler le problème du maintien poitrine, lequel m’avait jusque là dissuadée de porter ce type de découpe que je sais pourtant seyante sur ma carrure.

J’ai même consacré un billet à cette acquisition, tellement j’étais fière de mon coup et des compliments que vous m’avez fait dessus en apercevant ces looks dans mes stories Instagram.
Seul défaut du maillot : sa confection assez souple qui s’est détendue au fil de l’été, donc je rempilerai probablement l’année prochaine avec la taille en dessous, puisqu’il est toujours commercialisé.
Maillot de bain asymétrique : COS (acheté en juin)
Pantalon taille haute marine : COS (acheté en mars)
Pantalon taille haute kaki : Gap (acheté en juin)
Sandales lacées : Zara Kids (achetées en janvier)


LES ACHATS APPROXIMATIFS

Il a connu son heure de gloire dans une vidéo devenue légendaire. Et je le porte régulièrement mais… il manque clairement quelques centimètres à ce hoodie pour être totalement ma came.

Alors oui c’était le principe de la coupe « cropped », et je le savais en commandant. J’ai voulu me convaincre que j’allais m’habituer, mais je ne m’habitue pas, je préfère plus de longueur sur ce type de volume, point barre. Mais je le garde, Ève l’adore et a mis une option dessus pour plus tard.
Hoodie rayé : Tommy Hilfiger (acheté en juillet)

Autre déception, cette chemise Uniqlo, acquisition d’août dont j’adore la teinte (légèrement plus grisée en réalité) mais que je trouve au final assez terne sur moi.
Mes plus anciens lecteurs s’en souviennent, j’ai longtemps été une handicapée de la chemise et avec le temps j’ai baissé la garde et oublié ces principes fondamentaux : sur moi elle doit être soit imprimée soit de couleur (vraiment) vive.
Toute autre option est irrémédiablement fadasse et me vieillit au passage.
Pour l’instant, je garde cette mauvaise pioche pour en faire contraster le col sur un petit pull marine, mais ses jours sont probablement comptés.
Chemise en viscose : Uniqlo (achetée en août)

Enfin le crash de l’année revient à… cette paire de UGG, achetée en mai (avec une solide remise, Dieu merci).
Ma mère et ma soeur possèdent la version grise sur laquelle je lorgnais depuis quelques hivers, j’aimais bien la ligne, le bouton latéral et la possibilité de pouvoir faire un petit revers avec le haut de la botte.
Loupé ! Ses proportions ne se sont harmonisées ni avec mon monojean Gap, trop court, ni avec mes leggings et encore moins avec mes pantalons larges.
Résultat, je les ai transformées en pantoufles et à ma grande surprise, elles se sont déchirées et trouées en quelques semaines, à force d’être enfilées et retirées. Ce qui ne m’était jamais arrivé avec le modèle classique, que j’ai gardé plusieurs années sans problème.
Alors j’annonce, UGG et moi, c’est fini.
Si je reveux de grosses bottes fourrées avec un joli volume, je m’offrirai le modèle Eskimo 24 de Mou, longtemps possédées en beige, et dont j’ai toujours préféré l’allure. Elles sont hors de prix et rarement soldées en noir, mais ça m’apprendra à vouloir des économies.


LE RISQUE PAYANT

Trois acquisitions au rayon homme.
Une chemise hawaïenne Superdry et un duo de bananes Uniqlo en nylon (une terracotta et une verte).

J’ai tout particulièrement aimé les associer entre elles et à des pièces un peu structurées. Quant à la fonction « mains libres » des bananes, elle a rendu mes courtes virées en vélo encore plus agréables et continue de faire merveille chaque matin à l’heure de l’école. Clefs, smartphone, masque, basta.

Banane en nylon : Uniqlo (achetée en août)
Chemise hawaïenne : Superdry (achetée en août)


– LE MEILLEUR ACHAT DE L’ANNÉE –

Alors oui la banane parlons-en, mais n’oublions pas mon achat champion du cost per wear 2020, vainqueur par KO : cette bandoulière contrastante, trouvée pour 18 euros, et qui a donné un coup de fouet à la quasi-intégralité de mes looks en 2020.

Bandoulière tricolore : Umily, achetée en janvier (sold out, mais autres modèles ici, le léopard marine ou bleu électrique me fait de l’oeil d’ailleurs)


– LES BONNES TEINTES –

Petit additif à ma grille d’analyse habituelle, cette nouvelle rubrique « la bonne teinte ». Le principe est simple : une pièce coup de coeur, une hésitation entre deux coloris, et comment j’ai opté pour « la bonne teinte ».

Le tee-shirt 80’s de Balzac (acheté en août). Repéré en anthracite, puis échangé contre le marine. J’aimais le côté chiné du gris, mais le bleu profond me donne incontestablement plus d’éclat.

La robe midi à pois Boden (achetée en juin). Là encore, triomphe du marine, mais pas pour les mêmes raisons. J’avais vraiment repéré la vermillon au départ, mais sur moi le cocktail courbes + robe ajustée + couleur intense, c’est too much. Impossible de le savoir avant d’essayer. Maintenant je sais.


LE DERNIER ACHAT DE L’ANNÉE

Et oui, si vous vous souvenez encore de mon bilan 2019 vous l’aurez remarqué : en 2020 j’ai retrouvé le mojo de la robe ! Plus question d’être approximative sur la question, sur une robe midi ça ne pardonne pas. L’ampleur du modèle exige une coupe irréprochable et une vraie réflexion sur la teinte, le motif, sous peine d’être noyée dans une bâche de tissu.

Sur moi : la taille doit être soulignée, le bas pas trop ample et les manches courtes vraiment courtes. D’ailleurs je me suis décidée pour cette Ba&Sh ci-dessus dès que j’ai fait un revers aux manches.
Robe midi « Tonya » : Ba&Sh (achetée le 30 décembre)


LE CHALLENGE INTACT

Un pantalon kaki large et un peu taille haute.
Comme l’an dernier, oui.

Cette année encore, j’en ai acheté un, chez Gap donc, et l’ai plus qu’amorti.
Mais comme je vous le disais plus haut, sa coupe ne supporte pas toutes les associations. Je lui réserve les hauts légers et ajustés que je peux glisser à l’intérieur du pantalon. Dès que je change les volumes, ma silhouette est déséquilibrée et tassée.
Donc le pantalon kaki ultime, taille haute, large et droit – qui ressemblerait un peu à ce vieux modèle J Crew ou Isabel Marant (je ne sais plus) repéré sur Karla Deras ci-dessus il y a un siècle – reste encore à dénicher.
Et je vous en reparlerai dans mon billet « Projets vestimentaires pour 2021 » sur lequel je planche déjà.


– MON BUDGET SHOPPING EN 2020 –

169 euros par mois.
Ayant vécu une année relativement stressante, je me suis un peu échappée grâce aux fringues en laissant mes dépenses augmenter joyeusement (137€/mois en 2019).
Ce fut particulièrement manifeste en juin-juillet où un immeeeeense vent d’hédonisme est venu souffler sur mon dressing.
Ce sont traditionnellement les mois pendant lesquels je dépense déjà le plus, pour préparer la meilleure version de moi-même, celle qui part en vacances au soleil. Mais alors en 2020 les amis… Ajoutez-y le soulagement du déconfinement et celui d’avoir enfin fini mon manuscrit sur les pompiers… mon coeur s’est soudain fait plus léger et mon portefeuille l’a senti passer.

Les mois sans shopping (septembre et novembre) ou avec un seul achat (mars et avril) n’ont pas suffi à contrebalancer ces petits excès. Ma balance non plus puisque j’en suis présentement à +5 kilos depuis le début de la pandémie (!)

Pas de souci de garde-robe à prévoir, mes fringues de début 2019 sont taillées pour le job. Mais il va quand même falloir se stabiliser un peu, parce que j’ai plein de projets vestimentaires pour 2021. Et je vous donne rendez-vous très bientôt pour faire le point dessus !

Sur les mêmes thèmes

20 commentaires

  1. Nadège

    jeudi 14 janvier 2021 à 15:13

    Depuis ton bilan de 2019, je me suis mise aussi à l’exercice.
    J’ai remarqué aussi une frénésie d’achat à la levée du confinement qui correspondait aussi à un changement de ville et donc, à l’envie de renouveler mon dressing.
    Beaucoup d’erreur de teintes jusqu’à ce que je me décide enfin à bénéficier d’un coaching couleur.
    Le tri par couleur dans ma penderie m’aide aussi à mieux acheter. Si je ne peux associer la pièce avec des vêtements que j’ai déjà alors c’est non.
    Mon objectif pour 2021 : faire avec ce que j’ai uniquement excepté pour la robe d’été idéale que je n’arrive pas à trouver dans une autre couleur que noir.
    Pour les bottines UGG, je te conseille « Le mouton des Pyrénées », j’ai commandé mes chaussons chez eux.
    Fabrication française et très bonne qualité.

    1. Balibulle

      jeudi 14 janvier 2021 à 15:22

      ah oui toi tu as eu la totale, déménagement en plus du déconfinement !
      Raconte ton coaching couleurs ! Tu en as lâché certaines, découvert de nouvelles et/ou des associations inédites ?
      Et c’est quoi la coupe de ta robe d’été idéale ?
      Les chaussons Mouton des Pyrénées ont l’air fous de confort. Là j’ai des bottes fourrées Gémo, elles font le job, on va voir combien de temps…

      1. Nadège

        jeudi 14 janvier 2021 à 17:00

        J’ai opté pour myvestiaire qui proposait un tarif attractif.
        J’étais certaine d’être dans la palette automne alors que c’est celle d’hiver qui me met le plus en valeur.
        J’ai apprécié ce coaching car elle m’a fait réalisé que je regardais plus la couleur que mon visage.
        Or, les teints chauds qui m’attirent me donnent un teint cireux.
        Bilan : j’ai revendu pas mal de vêtements aux couleurs chaudes ou bien pastels.
        J’ai redécouvert le noir qui finalement me va et je me suis lâché sur le fushia qui me donne bonne mine.
        Désormais, je vérifie toujours avant un achat si la couleur est chaude ou froide, intense ou claire.
        La robe d’été idéale est en coton, lin ou lyocell, longueur genoux, avec des petites manches et d’une couleur froide et intense.
        Pour l’instant, je n’ai pas réussi à trouver ce combo magique

        1. Aude

          vendredi 22 janvier 2021 à 19:09

          Bonjour,
          Je suis intéressée par ce système c était en physique ou distanciel merci po

  2. Tango

    jeudi 14 janvier 2021 à 15:55

    Pour ma part, j’aime beaucoup votre association chemise brique – pantalon vert/kaki – baskets blanches (je fais presque la même chose mais avec une veste légère sur un T-shirt blanc), qui vous va bien (même s’il est vrai que rien ne détrône vos imprimés!) Ma révélation à moi en 2020 : le vert (un pantalon Ekyog en été, un autre d’occasion pour l’hiver)! Dire que j’ai délaissé cette couleur (la préférée de ma mère…) des années avant de réaliser qu’elle accompagne si bien mes brique et rose pâle chéris (comme le bleu marine et le blanc d’ailleurs). Je m’en vais faire mon bilan shopping 2020, merci pour la piqûre de rappel !

  3. brunette

    jeudi 14 janvier 2021 à 17:12

    Purée, alors mon bilan shopping 2020 est d’une tristesse sidérante. Team déménagement ente les 2 confinements (mais en faisant 800m 😀 ), le vrai bouleversement a été de voir pour la 1ère fois depuis longtemps, toutes mes fringues sur un portant. Toutes. On a construit un dressing temporaire qui se résume à une barre de 2m50 (enfin chacun la sienne) et j’ai tout balancé dessus. Un test des portants involontaire, en somme.

    Ma quête de la bonne palette de couleurs (vive la nouvelle rubrique!) m’a fait comprendre un truc: je suis une fille de l’Automne, mais ce que l’on appelle une true automn (peut-être tirant un peu vers le dark automn, car je peux accepter un beau bleu profond, mais ça mériterait une vraie analyse…). Globalement il me faut un juste niveau de contraste, ni trop, ni pas assez. A moi les teintes camel, orange brûlé, rouge brique, kaki, mais aussi blanc cassé et gris taupe, le bleu paon et le vert forêt…et la fille qui se rend compte que 80% de sa garde-robe est noire, ou bleu marine…

    Du coup 2020 c’était surtout une « opération exfiltration ». J’avoue galérer à trouver des vêtements qui réunissent l’ensemble de mes critères, la palette automne étant souvent associée à des coupes plutôt floues, des robes amples, et des imprimées petites fleurs et feuilles. Moi qui vise de la structure, des lignes, des choses un peu plus « pointues », je pointe au niveau 0 du bonheur stylistique depuis de longues semaines.

    La seule qui m’a sortie de ma torpeur? Lise bien sûr, et son sweat shirt velours caramel à boutons dorés; Dans mes bras!

  4. Cecile

    jeudi 14 janvier 2021 à 17:56

    Pas de vrai bilan shopping cette année car entre le confinement et un long arrêt maladie, la balance affiche +10 kilos et il a fallu acheter quelques tenues pour tenir le coup. Comme ne je désespère pas de retrouver plus ou moins ma ligne d’avant, je ne me lâche pas trop, et tourne avec 1 jean et 2 jupes… qu’à force je ne peux plus voir en peinture, mais je m’accroche. Je me dis que je les rentabilise au moins ! De toute façon j’ai perdu mon mojo fashion, je ne sais plus faire de shopping, rien ne m’inspire car je ne reconnais pas ma silhouette.
    Le test ultime, c’est le mariage prévu dans quelques mois, le refus de la robe traditionnelle, et la difficulté de trouver une tenue dans laquelle je me sente bien sur un terrain totalement inconnu !
    Enfin, la découverte de l’année, ce fut Vinted, où comment faire sortir de ma garde-robe de manière impitoyable les chaussures canon mais qui me font mal aux pieds, les pulls si jolis qui grattent, et autres joyeusetés. Ce qui, mine de rien, a bien épuré ma garde-robe, selon les principes du vide-dressing 😉

  5. Camille

    jeudi 14 janvier 2021 à 21:25

    J’attends ce bilan chaque année avec impatience ! Ici, +5kg aussi sur la balance alors je me sens à l’étroit, ça m’énerve mais pas question de faire du shopping. Le truc de dingue été année c’est la pulsion shopping en ligne que j’ai eu. Entre mes cours en ligne (je suis prof) j’ai passé pas mal de temps à la découverte de marques éthiques ou engagées… et j’ai fait des achats. Clic, clic, clic. Sauf que, je vis à 10000km de la France et que tout ça est chez mes parents. Il paraît que ça comble le dressing de la chambre d’amis…

  6. Segolen

    jeudi 14 janvier 2021 à 22:38

    Trop fan de cet article.
    Mon année c’était la relecture à plusieurs fois de votre livre. Je pense qu’après 5 lectures, je le connais presque par coeur. Un vrai outils

    Merci!!!

  7. MD

    jeudi 14 janvier 2021 à 23:18

    Encore une fois, j’adore ce type d’article que je lis religieusement chaque début d’année ! Une petite question par rapport aux pantalons 7/8eme qui te suivent en toute saison : quelle est ta technique pour ne pas avoir froid aux chevilles et jambes, l’hiver ? Car ce sont des vêtements qui ne se portent pas tellement avec des bottes a priori…

  8. Iza

    vendredi 15 janvier 2021 à 16:23

    Bonjour bonjour….petit conseil: maison Joseph propose une tres tres bonne alternative aux UGG mais en beaucoup moins cher…

  9. Ema

    vendredi 15 janvier 2021 à 19:44

    Alors mon année…

    J’ai craqué sur le pull Ganni à découpes en vert gazon, une couleur que je ne porte jamais. Il a donc un cost per wear affreux, heureusement je l’ai amené en vacances et je l’ai porté 2 jours de suite… Je fantasmais sur les influenceuses dedans, l’achat bête mais il est superbe.

    Une robe Vinted Bash en soie brique, pour l’été, l’hiver, l’automne. Elle me suivra !

    Une veste à carreaux marron parce que j’ai que des vestes noires, grises et bleu marine. Elle est magnifique… mais je l’ai peu portée. Argh, j’ai pas encore l’explication du pourquoi…

    Des mules dorées à talons. J’ai déjà trop de chaussures d’été mais j’ai fait une fixation il me fallait une paire de chaussures dorées.

    Un pantalon d’intérieur Monoprix, large, bleu, à fleurs, pas pour dormir mais pour être « chic » à la maison. Fait le job.

    La chemise Vanessa Seward à jabot bleue, trouvée chez Vinted et… trop petite.

    2 robes COS un peu sac, une bleue une camel, d’été, pour être chic à la mer.

    Un pantalon à ponts bleue, avec les 8 boutons devant. Il gratte un peu mais l’allure est là.

    Un bilan donc très éclectique, des achats pas toujours réussis mais de la diversité ! De la joie !

  10. Lise Dubois

    samedi 16 janvier 2021 à 9:48

    Décidément j’adore cette façon très méthodique d’aborder la gestion du dressing
    Ma première révélation cette année a été grâce au journal d’achats : je le tiens depuis un an et demi, et c’est seulement il y a quelques mois que j’ai réalisé qu’en regardant les descriptifs en quelques mots que j’écris à côté du prix, que face au papier, j’étais plus honnête, moins « émotionnelle » que face au vêtement lui-même. Ça m’a permis d’enfin sortir des pièces dont je n’osais pas me débarrasser (je perds toujours les négociations face à moi-même – ou je les gagne, question de point de vue )
    J’ai donc décidé de généraliser cette approche avec un classeur qui contiendrait des CVs de la fringue pour toutes mes pièces (c’est long ! Mais je m’y plonge petit à petit, avec plaisir à chaque fois). Idéalement, j’aimerais également avoir une section sur ce que je retire de mon dressing pour pouvoir garder une trace des choses qui ne me conviennent pas (sinon je suis capable de refaire le même mauvais achat inlassablement ).
    C’est donc ma première fois à faire un bilan shopping de l’année (pourtant je les ai vus pour les années précédentes, mais ça n’a pas fait tilt, j’avais sûrement besoin de cheminer sur l’intérêt d’une approche réflexive un peu longue).

    Mon plus grand râté shopping ? Ce n’est malheureusement pas une pièce mais une façon d’acheter . Je suis complètement addict à l’achat peu cher, et donc aux sites comme Vinted ou Vente Privée. Malheureusement, les options les moins chères ne proposent pas de renvoi en cas de souci (et c’est bien normal), donc je me retrouve à craquer sur des choses qui ne sont pas à la bonne taille ou qui ne me conviennent tout simplement pas et dont je ne peux rien faire. Le pire c’est que pour « rentabiliser » les frais de ports, je me retrouve régulièrement à faire des sélections un peu large, quitte à prendre des pièces qui ne me tentent qu’à moitié. Je crois qu’une bonne résolution shopping s’impose : ces sites-là pour des marques que je connais, des modèles dans lesquels je connais ma taille, oui. Pour le reste, il va falloir oublier !

  11. Amandinepicpic

    mardi 19 janvier 2021 à 8:40

    Coucou Charlotte,

    J’adore tes bilans de shopping! J’apprécie cette lecture! Je me lance à mon tour!

    Pour 2020, au vu de la situation, je pensais ne rien acheter mais ce ne fut pas le cas! L’achat en ligne y a fortement contribué…
    Dans les bons « investissements dans mon dressing » :
    – deux pyjamas chauds DKYN (vente privée) offert par mon compagnon (qui connait bien mon côté frileux) ;
    – deux chemises en jean trouvées miraculeusement sur Vinted (je me demande toujours si c’est des copies… Mais quelles superbes copies de bonne facture si c’est le cas!) ;
    – un sweat bleu marine à capuche Superdry ( basique et cool pour un look décontracté) ;
    – un sweat bleu marine Décathlon super fin (polyvalent avec ou sans chemise en dessous) ;
    – un sweat zippé bleu chinée doudou offert par mon compagnon ;
    – un jean bleu marine bonobo (coupe connue, une valeur sûre) ;
    – une paire de chaussons fourrés offerte par ma belle-mère (chaud!!!).

    Dans le vêtement avec un potentiel à confirmer :
    – un sweat zippée à capuche bleu turquoise.

    Dans le flop :
    – une veste à carreaux trouvée sur Vinted trop petite (Vinted adieu, ce n’est pas la première déconvenue mais tu m’auras fait prendre conscience que je dois élever ma qualité d’achat et de vêtement).

    Bilan relativement positif! Constat, j’adore le bleu marine, ça contraste bien avec les couleurs sans être trop dur et j’ai besoin d’avoir bien chaud et être confortable (surtout en télétravail!) Objectif 2021 : des pièces plus qualitatives et responsables (si possible) et encore et toujours en m’amusant avec mes vêtements et mes accessoires!
    Bonne journée à tout le monde!

  12. Marie

    vendredi 22 janvier 2021 à 11:17

    Hello, grande passion pour ces articles aussi :). Mais j’ai l’impression que tous tes achats et tes découvertes sur ce qui te va le mieux concernent plutôt les printemps été automne… comment tu fais pour avoir du style en hiver ??? :). Je n’arrive pas à associer les volumes que j’aime habituellement avec les épaisseurs de l’hiver, ça ne rend rien, et je finis toujours en tristoune jean gros pull…

  13. Violette.b

    vendredi 22 janvier 2021 à 23:40

    Décidément , je suis incapable de faire ce constat annuel , mais j’aime vraiment tes analyses qui me servent d’exemple , qui montrent bien le petit rien qui change tout , qu’on pressent sans le trouver du premier coup , les couleurs.
    J’ai vécu un moment d ‘anthologie avec le premier confinement je n’ai rien acheté pendant 1 mois , comme sidérée dans mon centre ville mort comme si c’était « mal » , puis j’ai vu qu’il n’y avait que des livreurs dans les rues et j’ai commandé deux paires de mules sur ZARA une violette et une kaki design , achats savourés => instant rare pour une compulsive……supers achats avec un cost per wear honorable cet été.
    Globalement j’ai réduit de 60% mes achats de l’année comme ma vie donc , je me constitue patiemment un vestiaire de rêve avec Vinted , et je cherche toujours les pièces manquantes de la collection Marni HM 2012 , que je porte .
    Faute d ‘avoir la vie qui va avec, des robes ont encore leur étiquette mais quand cela reviendra je serai prête 🙂 !
    Je vais déménager ……et là je vide mais en prenant soin de garder mon musée du costume , mes références , mes doudous , je vends celle que je ne suis plus et qui ne peut revenir .

    1. Violette.b

      vendredi 22 janvier 2021 à 23:46

      Et merci de nous avoir remémorer Karla’scloset , comme j’ai pu aimer cette jeune femme et la suivre ….en m’inspirant d’elle . Ce pantalon kaki mon dieu , j’avais donné le « même » 10 ans avant ……et je m’en voulais …..je m’en veux encore …

  14. French Ploup

    samedi 23 janvier 2021 à 14:42

    Je me demande si tu ne devrais pas essayer les pantalons bateaux, avec des boutons façon matelots. Je pense que ça irait avec ton envie de structure, de taille cintrée et de jambes larges. Et j’en ai vu des de marque de luxe à bon prix sur vinted.

  15. Iris

    dimanche 31 janvier 2021 à 17:22

    2020 aura été au moins un belle année vestimentaire, on sent que Bali’s back, gros retour du modjo : on te retrouve comme au début du blog, avec des silhouettes signatures, la joie des imprimés et du color block, l’envie de s’amuser et surtout le plaisir de s’habiller.
    Gros coup de coeur pour les bananes et la bandoulière tricolore, qui ajoutent une vraie plus-value aux looks pour pas cher.
    De mon côté, l’année a été calme, je pense que je n’ai jamais aussi peu dépensé, je dois être à 70 euros par mois. Clairement l’effet confinement, puisque je n’ai rien commandé pendant cette période par scrupules, avec rebond d’achat au déconfinement, mais rien de fou. Moi c’est l’inverse de toi, j’achète toujours plus pendant les mois d’hiver, car la dépression saisonnière passe par là, me susurrant à l’oreille que je ressemble à rien, que j’ai rien à me mettre… mon estime de moi flanche alors je compense par l’achat, vestimentaire et beauté.
    Et puis j’avais commencé l’année avec une réussite flamboyante : la quête enfin achevée de mon manteau d’hiver long et marine en laine et cachemire. Or on a beau dire, mais en hiver, un beau manteau, de belles chaussures et un beau sac et hop on est stylée. Ce manteau a relevé tous mes looks, m’a permis aussi d’en inclure de nouveaux dans mon dressing d’hiver, qui n’allaient pas avec un manteau plus court.
    Ce manteau long et sobre a été également une sorte de révélation stylistique : en fait, le minimalisme me vaut plein de compliments et je m’y sens bien, tout ça après n’avoir juré que par l’excentricité pendant des années. Trois autres achats minimalistes sont venus confirmer la tendance : de grosses baskets blanches minimalistes (Adidas Supercourt RX), un deuxième manteau long oversize et gris clair cette fois, encore plus seyant que le marine au niveau du teint, et une longue robe pull près du corps à col roulé noir hyper chaude et parfaite avec les deux précédents.
    Du coup, cette année 2020 aura été l’année d’une grande remise en question : qui suis-je, où vais-je, stylistiquement parlant mais aussi existentiellement. Une grande envie de changement à tous les étages, qui demande pour l’analytique que je suis un vrai plan d’action sur mon fichier Word, de nouvelles lignes directrices. Et c’est bien moins facile d’acheter quand on tente de changer de style, on ne veut pas se tromper, on veut muer avec panache…
    L’année 2021 a commencé par un achat coup de coeur : des derbies à talon noires à surpiqures blanches, très punk et chic à la fois. Voilà la direction de mon dressing d’hiver : chic, minimaliste, avec une touche de drama punk.
    Il me reste désormais à revoir les grandes lignes de mon dressing printemps été. Je cherche le sac original et chic qui fera toute la différence, j’envisage aussi ce que je n’avais jamais envisagé : un trench ! mais pas beige, peut-être crème, gris ou vert sauge, j’ai pas encore l’illumination. Et une robe : LA robe de printemps, encore floue dans mon esprit…

  16. Louison Bobet

    vendredi 5 février 2021 à 18:27

    Moi aussi, j’adore la longueur 7/8, en pantalon ou salopette, c’est hyper beau, mais la grande question est :  » avec quelles chaussures les porte-on en hiver? ». je n’aime pas découvrir la peau de mes petits mollet en hiver ou même une toute petite bande de peau sur laquelle va souffler le vent glacial de l’hiver. Les boots, ça marche pas trop je crois avec la longeur 7/8., Les derby oui ça marche, mais si on n’aime pas ça, on fait comment ? Si tu t’es aussi posé la question bali et si tu as trouvé des solutions, fais tourner ! gros bisous et encore bravo pour ce blog de toutes beauté que je suis depuis 10 ans ! ( oui !) xx

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.